AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782092591550
336 pages
Nathan (19/08/2021)
3.59/5   70 notes
Résumé :
Un thriller à la manière de Carrie de Stephen King
Edna, 17 ans, vit seule avec son beau-père, dans une petite ville du sud de la France.
Depuis la mort de sa mère du covid, la jeune fille s'est refermée sur elle-même et est devenue le souffre-douleur du lycée, où elle est en section pro.
Alors qu'elle souhaite emprunter Ulysse de James Joyce au CDI, les membres du club lecture l'humilient pour son choix élitiste et le plus virulent, Eliott, l'a... >Voir plus
Que lire après L'énigme Edna Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (34) Voir plus Ajouter une critique
3,59

sur 70 notes
La silhouette de la jeune fille sur la couverture reste dans l'ombre : elle se dessine sur fond rouge incandescent, mais on n'en devine que les contours. de même, la personnalité d'Edna ne se révèle qu'à petites touches. On sait dès le prologue qu'elle fut une enfant douce et imaginative, qui vécut une apocalypse à l'âge de douze ans. On sait bientôt aussi, par les extraits d'un reportage qui lui sera consacré bien plus tard, qu'elle sera impliquée dans des événements terribles. Évidemment, on brûle de découvrir la nature de ce drame et surtout de comprendre ce qui a pu se détraquer pour en arriver là…

Face à tant de mystère, on ne lâche pas ce thriller à la construction impeccable. C'est un texte dur qui évoque à vif les clivages sociaux, genrés, raciaux et territoriaux qui minent nos sociétés. Troublante et en marge de tout, Edna a tous les déterminismes contre elle. Eliott les a pour lui. Chacun bout d'une rage exacerbée, catalysée pour l'une par l'expérience d'une injustice cardinale qui imprègne toute son existence, pour l'autre par la panique de perdre ses privilèges.

Ce qui est fascinant, c'est la manière dont tout cela se cristallise comme un fil conducteur dans les rapports que les personnages ont à la lecture qui joue un rôle de tout premier plan dans l'histoire : le snobisme de ceux qui affirment leur monopole du bon goût littéraire, les passions que peuvent inspirer les livres, mais aussi l'appréhension de qui ne se sent pas à sa place dans une bibliothèque, le sentiment déplaisant d'être exclu de quelque chose de fascinant ou de se voir assigner les bouquins qu'on n'aurait pas choisis.

Il faut bien le dire : tout est très noir dans ce roman de rage et d'ombre, les rares lueurs d'espoir sont bien vacillantes. Florence Hinckel expose sa protagoniste à une somme immense de maux, mon moussaillon et moi avons souffert pour elle jusqu'au final qui nous a laissés sonnés. Nous aurions aimé trouver plus de lumière dans ces pages. J'ai tout de même été très intéressée par la réflexion sur la responsabilité qui traverse ce livre de bout en bout. Et je me dis qu'il peut être de ceux qui ouvrent des fenêtres sur le vécu de celles et ceux qu'on n'entend pas.

Un roman d'anticipation révolté où se consument les sujets les plus brûlants de notre époque, à lire pour celles et ceux qui ont le coeur bien accroché.
Lien : https://ileauxtresors.blog/2..
Commenter  J’apprécie          521
Ce roman est un mélange de roman noir, de drame et de thriller. Il est assez original dans sa forme car l'histoire est entrecoupée d'extraits d'un documentaire sur Edna tourné bien après et qui explique ce qu'il s'est passé donc tout le long de la lecture on sous-entend qu'un drame va se produire. C'est une histoire actuelle (crise sanitaire du covid), empli de livres et de littérature. C'est un roman que j'ai beaucoup aimé et qui est très immersif car quand tout bascule dans le chaos, tout est tellement bien décrit que le lecteur s'y voit presque projeter. le thème principal est le harcèlement avec ceux qui agissent, ceux qui subissent et ceux qui sont passifs. Ne rien faire, ne rien dire, c'est accepter. Il nous parle également d'intégrité, d'injustice. J'ai ressenti beaucoup d'empathie pour Edna, ce personnage maltraité par tous et même par son beau-père qui va dans un soubresaut péter les plombs (ça peut se comprendre). Je vous laisse découvrir son histoire. (...)
Lien : http://auchapitre.canalblog...
Commenter  J’apprécie          310
Florence Hinckel est une auteure française de romans jeunesse que j'ai déjà eu l'opportunité de découvrir avec Nos éclats de miroir en 2019, sa saga le grand saut en 2018 ou encore sa saga jeunesse Chat va faire mal et Superchat Pitre en 2017. Bien que j'ai apprécié lire chacun de ses titres, aucun n'était véritablement sorti du lot, ou du moins, aucun n'avait réussi à me transcender. Il me restait à chaque fois un sentiment de trop peu, d'inachevé. C'est sans doute le sentiment final qui se dégage aussi de ce livre-ci.

Avec L'énigme Edna, l'auteure s'engouffre dans un genre littéraire nouveau : une sorte de thriller pour adolescents, qui glace le sang et provoque des sueurs froides. En cause, sa protagoniste, Edna, une jeune fille d'origine africaine, qui vit seule avec son beau-père, suite au décès subit de sa mère, morte du coronavirus. Edna est une adolescente mystérieuse, qui ne s'ouvre quasiment jamais, préférant intérioriser ses sentiments. Elle souffre clairement d'un manque de confiance en soi et se retrouve écrasée par les normes édictées par notre société, exclue des schémas classiques, pointée du doigt comme étant une fille noire, bizarre, rejetée et harcelée par ses camarades d'école.

La goutte d'eau qui a véritablement fait déborder le vase aura lieu un jour d'école, alors qu'Edna souhaitait emprunter Ulysse de Joyce au CDI. Elliott, un élève membre du club de lecture, va se moquer ouvertement du choix d'Edna, allant jusqu'à l'humilier publiquement et rabaisser son niveau intellectuel. Dans un élan de rage, Edna va le gifler. Un geste qui impliquera un conseil de discipline et une exclusion de l'école. Car Elliott est ce qu'on peut appeler un gosse de riche ; son père détient un poste à haute responsabilités dans la sphère régionale, pouvant peser sur l'impact budgétaire de l'école. Les membres du conseil de discipline ont donc choisi l'injustice et la prudence en punissant la mauvaise personne. La corruption politique, l'abus de pouvoir, sont plus que jamais présents dans toutes les couches de notre société.

Les sujets de L'énigme Edna sont donc variés : on parle bien de différence, de tolérance, d'injustice, de harcèlement scolaire, physique et psychique. En toile de fond, berçant toutes ces thématiques, Florence Hinckel place la littérature au coeur de son histoire, comme un remède immanquable face à la noirceur du monde, une bulle protectrice, qu'il est bon d'habiter et de nourrir. Chaque membre du club de lecture est amené à choisir un livre et à le présenter, via une mise en scène, lors des journées portes ouvertures de l'école. Cette représentation comptant dans la notation des élèves, les volontaires sont donc nombreux. Les choix de livres sont multiples : classiques, contemporains, romans graphiques… chacun est libre d'interpréter comme il le souhaite sa lecture. Edna, obligée par le conseil de discipline à participer, était d'abord réticente, avant d'être poussée par Chaïnez, sa nouvelle amie, à monter sur scène. Il faut dire que ce monde littéraire, assez étriqué, élitiste pour certains, est gouverné par des élèves qui se pensent au-dessus des autres intellectuellement, qui visent de hautes et longues études, bien loin des aspirations d'Edna. le décalage est donc immense entre Edna et les autres, l'intégration n'est pas chose aisée. Néanmoins, l'auteure démonte les schémas classique et prouve que chacun peut y arriver, peu importe son appartenance social et les difficultés de chacun. La littérature a toujours été et sera toujours universelle, intemporelle, vivante et ouverte à tous.

Enfin, une bonne dose de fantastique/thriller, vient s'ajouter au récit, le rendant plus qu'original. Des phénomènes climatiques étranges perturbent le cours de l'histoire, des irruptions impromptues, qui dénotent, faisant planer une chape de terreur au-dessus de la tête des lecteurs. Car l'effet dramatique voulu par l'auteure ne va cesser de s'accroitre jusqu'à l'apocalypse final, le drame suprême, le ras de marée Edna, qui va tout brûler sur son passage. On va rapidement comprendre que la jeune Edna est victime d'essais cliniques douteux, qui la pousse à des comportements irraisonnés et destructeurs. Malheureusement, cette partie de l'intrigue n'est pas exploitée, Florence Hinckel nous laissant totalement hagards et paniqués face à l'incompréhensible. Sans doute l'auteure a-t-elle voulue faire écho à l'actualité qui gangrène notre société actuelle, avec la crise de coronavirus et les vaccins encore peu fiables, qui pullulent, sans que personne n'en ait une réelle connaissance.

Un roman jeunesse d'anticipation, qui nous donne à réfléchir sur des sujets d'actualité : le harcèlement scolaire, la tolérance, l'injustice, la corruption politique, les essais cliniques... Une histoire sombre, complexe, effrayant et inattendue, assurément à ne pas mettre entre toutes les mains !
Lien : https://analire.wordpress.co..
Commenter  J’apprécie          130
Je n'ai pas eu beaucoup d'intérêt pour cette espèce de fausse copie de Carrie de Stephen King.
Edna est le souffre-douleur de son lycée. Pas très jolie, elle a perdu sa mère et vit avec son beau-père, un homme rustre et accablé de chagrin depuis la mort de sa femme. Aussi, quand elle entre au CDI pour y prendre le plus gros et le plus difficile ouvrage qu'elle y trouve, elle tombe sur le club lecture et Elliott. Populaire, il trouve toujours refuge auprès de son père qui travaille à la Région et donne les subventions au lycée. Aussi, quand arrive l'heure des punitions, la sienne est levée alors qu'Edna est exclue. Mais elle va pouvoir participer au pitch du club lecture, un événement de grande ampleur qui réunit tous les journalistes locaux.

Le récit est entrecoupé de scènes extraites d'un reportage sur Edna, tourné quelques années plus tard, où l'on va comprendre assez rapidement que tout cela se termine en drame.

Et au milieu de cette histoire, tout y est: le harcèlement de rue avec un brin de féminisme; l'homosexualité; le harcèlement scolaire évidemment, quelques idées politiques ici et là... Donc tout est mélangé, c'est un conglomérat d'idées préconçues, de lieux communs et de fausses révoltes. le changement d'Edna, si spectaculaire, est complètement irréaliste, et le fait que cette histoire dans un futur très proche fausse également la perception.
Une vraie déception...
Commenter  J’apprécie          90
Suite au décès de sa mère du covid, Edna vit avec son beau-père. D'un tempérament assez renfermé, elle devient la risée générale de son établissement suite au harcèlement constant d'Elliot, fils d'un influent élu local. Un jour, alors que les élèves du club lecture est réuni au CDI sous l'égide de la professeur documentaliste, Edna souhaite emprunter Ulysse de James Joyce. Mais Elliot lui prend le livres des mains, sous le regard des autres élèves, passifs. Elle réplique alors en le griffant au visage. S'en suivent des sanctions disciplinaires pour les deux élèves, ce qui permet au lycée de proposer à Edna de participer au club-lecture et de réaliser des pitch de lecture, en collaboration avec le ciné-club. Chaina, une élève ayant assisté passivement à l'action, décide de se racheter et aide Edna dans son nouveau projet. Cette amitié naissante sera t-elle assez forte pour libérer Edna du joug du vil Elliot ?

Je ne suis pas une grande fan de F. Hinckel, trouvant régulièrement qu'elle use et abuse des mêmes recettes bien lourdingues. Et ça n'a pas raté. Edna a la pire vie jamais menée. On a un condensé de clichés et de thèmes récurrents : harcèlement à la vue de tous sans qu'aucun des profs ne réagissent, beau-père sans éducation complètement paumé, à deux doigts de la battre. Des petites piques de type "je suis un homme blanc, je fais partie des dominés, je n'ai rien à craindre ahah" (ravie de l'image véhiculée sur "l'homme blanc", bon courage à vous messieurs). J'ai adoré aussi le "je suis magrébin, homosexuel, vegan", ça n'a aucune incidence sur l'intrigue mais fallait bien le placer quelque part hein.

Le final, je dois bien en parler quand même, alors attention spoiler.

Franchement, j'ai trouvé ça comique tellement les coïncidences s'accumulent : le bidon ramené par un élève (même pas confisqué par la prof), le briquet que le pauvre Elliot n'a pas le temps d'attraper, les camions citernes qui passent JUSTEMENT devant le lycée à ce moment-là, le bâtiment ultra inflammable qui a su tromper la commission de sécurité année après année, le tout qui embrase tout, la ville à feu et à sang et Chaïna, qui, malgré ça, continue à chercher Edna. Tant de réalisme, ça devient franchement risible..

Dommage car certains axes semblaient prometteurs : l'histoire des essais cliniques contre le covid qui ont décuplé la haine d'Edna (parallèle avec les vaccins ? ), corruption et influence des élus locaux à petite échelle, les soignants glorifiés à 20h hier, mais oubliés aujourd'hui. Bref, des thèmes plus novateurs en littérature jeunesse mais sous-exploités, voire inexploités. L'auteure préfère se recentrer sur le traditionnel harcèlement, c'est plus sûr. Mais bon, on comprend pourquoi, cette professeur documentaliste (pour avoir le nom exact de la profession, l'auteure a dû être invitée un paquet de fois dans des CDI) ne s'intéresse qu'à la "vraie" littérature. Elle aurait pu comprendre le harcèlement, si seulement elle avait lu un peu plus de littérature jeunesse...

A cela s'ajoute le style reportage qui est juste insupportable. le lecteur n'est même pas encore plongé dans l'histoire qu'on lui décrit, avec un style journalistique inintéressant les tenants et aboutissants de l'histoire. Lassée, j'ai passé plusieurs pages et me suis ennuyée ferme. J'ai hésité plusieurs fois à interrompre la lecture. Peut-être aurais-je dû ?

Bref, un livre qui plaira certainement aux jeunes, qui est le public ciblé. Pour ma part, je vais tâcher d'éviter Florence Hinckel à l'avenir.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
Elle ne se rendait jamais non plus seule en médiathèque, et encore moins en librairie, parce que ces lieux lui faisaient peur. Les libraires et bibliothécaires qu’elle y avait vus au travers des fenêtres ou vitrines lui paraissaient pourtant avenants, et il était même arrivé qu’une libraire lui fasse signe d’entrer avec un grand sourire… mais quelque chose dans la façon dont elle était vêtue, coiffée et maquillée l’avait fait fuir. Était-ce le teint parfait ? Le collier coloré ? La jolie broche ouvragée ? Les collants décorés ? Toute la mise de ces personnes sympathiques lui criait qu’elle ne faisait pas partie de leur monde. Edna craignait toujours d’y commettre une parole ou un geste dissonants.
Commenter  J’apprécie          60
Dans le placard, derrière les portes coulissantes, il y avait aussi Chien bleu de Nadja, qu'elle avait découvert peu après dans cette même librairie, où elle avait désormais la force de traîner sa mère plus à l'aise dans les rayons du supermarché. La présence évidence, sereine et silencieuse de ce grand chien résumait tout ce que Chaïnez pensait des livres en général. Comme Chien bleu, ils étaient là, tout près, et ils devaient rester là, tout près, charriant un univers mystérieux.
Commenter  J’apprécie          60
Un jour, les gens seront aussi humains que les livres qui sont écrits pour eux. Sur eux. Les survivants verront cela.
Commenter  J’apprécie          50
« -Tu étais si spéciale. Qui étais-tu vraiment, au plus profond de toi ? On ne connaît jamais complètement quelqu’un mais toi ? Si peu de gens ont essayé de te comprendre... »
Ces paroles sont celles de Chaïnez, suite au dernier évènement du livre qui nous laissera bouche bée.
Commenter  J’apprécie          10
Chaque fois qu'on croise quelqu'un, il faut se souvenir : cet individu est une vraie personne, qui a une âme et des sentiments.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Florence Hinckel (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Florence Hinckel
Pour une lecture qui donne envie d'aller plus loin
autres livres classés : harcèlementVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus



Lecteurs (157) Voir plus



Quiz Voir plus

L'Egnime Edna

Comment se nomme le livre que Edna empreinte au CDI ?

La Tresse
Ulysse
L'Odyssé d'Hugo

6 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : L'énigme Edna de Florence HinckelCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..