AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2351780876
Éditeur : Gallmeister (05/03/2015)

Note moyenne : 3.48/5 (sur 168 notes)
Résumé :
Geoffrey Webb est en train de se faire braquer sur un parking. Et cette situation lui convient bien, il en redemanderait même. À son agresseur, il propose un marché : empocher les trois mille dollars qui se trouvent dans son portefeuille, le dépouiller de tout s’il le faut, en échange de cinq heures de voiture jusqu’à Little Rock, en Arkansas. Webb a besoin de se confesser. Ce braquage et ce pistolet pointé sur lui, il les mérite. Et il est prêt à expliquer pourquoi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (63) Voir plus Ajouter une critique
SMadJ
  18 mai 2015
J'ai mal à ma foi, docteur, c'est grave ?
Effectivement ce livre fait très mal à la foi. Garanti 100 % hérétique, ce livre est une ode à l'athéisme et au laïcisme. du pur nihilisme théologique. Un chemin de croix dont il faudra porter l'épaule lourde pour en gravir la colline.
Jake Hinkson, l'auteur, lui-même fortement marqué par son éducation religieuse frappe là où ça fait mal et nous délivre une charge sauvage contre la bigoterie. Il a du en baver gamin et on ressent les traumatismes de cette éducation que l'on imagine sans peine avoir été rude et peu amène.
Empli de cynisme, l'auteur délivre son poison qui lentement va se distiller dans vos veines au fur et à mesure des pages tournées.
L'écriture est sèche, clinique, donne des coups de trique aux plus récalcitrants. Jake Hinkson nous plonge dans un univers d'une noirceur étouffante et nous n'aurons pas de bons mots comme dans "Pike" de son collègue Benjamin Whitmer pour nous permettre de prendre quelques goulées d'oxygène avant de replonger tête béante dans ce marasme. Non, il faudra boire la coupe jusqu'à la lie et se régaler de cette hostie vénéneuse que nous sert le diacre Hinkson.
Digne héritier d'un Jim Thompson, personne n'est épargné et ne trouve grâce aux yeux d'Hinkson. Ce bouquin est une violente diatribe contre la religion et l'hypocrisie qui en émane, tant de la part de ses porteurs de foi que des ouailles qui s'en repaissent.
Jugez plutôt :
"Mais c'est exactement la raison pour laquelle la religion, pour l'essentiel, est une escroquerie. En dépit de toute son histoire et de son prestige, de tous les bâtiments construits pour l'honorer et de tout le sang versé pour la diffuser, la religion n'a rien de différent des lignes de la main ou de l'interprétation du marc de café."
"Cela me frappa de plein fouet, comme une inspiration divine. La religion est le boulot le plus génial jamais inventé, parce que personne ne perd jamais d'argent en prétendant parler à l'homme invisible installé là-haut. Les gens croient déjà en lui. Ils acceptent déjà le fait qu'ils lui doivent de l'argent, et ils pensent même qu'ils brûleront en enfer s'ils ne le paient pas. Celui qui n'arrive par à faire de l'argent dans le business de la religion n'a vraiment rien compris. »
Jake Hinkson crée avec son personnage, Geoffrey Webb, l'archétype de l'odieux personnage, d'un ministre de Dieu plein de vices, veule et vil. Une revisite du "Tartuffe" violente et immorale pour le plus grand bonheur du lecteur. Manipulations, mensonges, abus, meurtres, tromperies sont le pain quotidien dont va se nourrir ce personnage principal pour tenter de se hisser au sommet de la chaîne alimentaire chrétienne. Et nous, pauvres hères naïfs, qui allons nous bien pouvoir prier pour en sortir vivant ? Saint-Roman Noir, priez pour nous...

ps : Impossible de terminer cette chronique sans saluer l'excellent travail éditorial des éditions Gallmeister et la qualité du papier de leurs couvertures, aussi douces que leurs contenus sont rugueux et âpres. La première immersion sensorielle est présente dès la prise en main et c'est un petit bonheur de se plonger dans les tréfonds et tourments de l'âme humaine
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          453
gruz
  28 juillet 2015
Mes bien chers soeurs, mes bien chers frères, l'enfer s'est abattu sur Church Street. Jake Hinkson vient nous conter cette terrible histoire.
Avertissement aux grenouilles de bénitier, ce récit risque fort de heurter vos fondements. L'auteur, fils de prêcheur baptiste, n'y va pas par quatre chemins pour dépeindre en noir l'univers si particulier de cette (ces) communauté(s) religieuse(s) américaine(s).
C'est noir, cynique, cruel et iconoclaste. le personnage principal à beau être représentant du seigneur, il n'en est pas moins surtout représentant de lui-même, au point de devenir le principal acteur de ce pandémonium qu'est L'enfer de Church Street.
Je suis rentré dans cette lecture avec de grandes attentes (trop ?) et je n'en suis pas ressorti rassasié comme je l'espérais. Un premier tiers de roman qui ne m'a pas accroché du tout (c'est ennuyeux quand le livre ne fait que 230 pages…), et que j'ai trouvé assez plat. Moi qui m'attendais à un style très enlevé, je l'ai trouvé au contraire un peu banal et manquant de piquant. Oui, je m'attendais à bien plus irrévérencieux encore.
Certaines saillies sont bien senties, mais ce n'est qu'après ce premier tiers que l'histoire prend enfin une tournure inattendue. S'ensuit une accumulation de violence, décrite paradoxalement de manière assez clinique (c'est le personnage principal qui parle), et qui rend le récit autrement plus plaisant.
Las, il n'empêche que le sentiment que l'auteur n'est pas allé au bout de son idée, ne m'a jamais quitté. Ni cette impression qu'avec une écriture plus acérée encore, l'intrigue aurait pu davantage sortir du lot.
Une lecture qui n'a donc que partiellement atteint son but, décevante par rapport à ma stimulation de départ. Un sentiment d'inachevé qui n'a cependant pas complètement gâché le plaisir de ce prêche agréable, même si peu mémorable me concernant.
Mais ne vous arrêtez pas à mon seul ressenti, allez lire d'autres avis sur ce roman, les ouailles de Hinkson sont légion (je suis bien seul à si peu croire en ce livre, hérétique que je suis !).
Lien : https://gruznamur.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          302
Franckync
  01 novembre 2017
Titre : L'enfer de church street
Auteur : Jake Hinkson
Année : 2017
Editeur : Gallmeister
Résumé : Geoffrey Webb est victime d'un braquage sur le parking d'une station service. Geoffrey Webb n'a peur ni de la mort ni du revolver braqué sur sa tempe. Alors qu'il roule en direction de Little Rock Arkansas, il inverse les rôles et terrorise son agresseur en lui contant son histoire. L'homme est mûr pour accepter le marché imposé par l'ancien pasteur recherché pour meurtre dans de nombreux états.
Mon humble avis : Un petit polar de chez Gallmeister, comment pourrais-je bouder mon plaisir ? Je dois avouer que la réception des bouquins de cette maison me comble à chaque fois de plaisir tant leur catalogue fourmille de petits trésors de polars influencés ou non par le nature writing qui fit la renommée de cet éditeur. Jake Hinkson, je dois bien avouer que ce nom ne me disait absolument rien avant d'entamer la lecture de ce court roman d'à peine plus de 200 pages. J'étais pourtant en territoire connu et sans présager du texte, je m'attendais à une oeuvre haletante et nerveuse à l'image des pulps anglos-saxons chers à Quentin Tarantino. Bingo ! C'est exactement ce que j'allais vivre à la lecture de ce roman que je dévorais d'une traite . Ecriture simple, efficace, charge implacable contre la religion, le texte d' Hinkson n'épargne aucun de ses protagonistes tous plus veules, bêtes et violents les uns que les autres. Les personnages sont parfois à la limite de la caricature mais assez bien campés et l'intrigue se déroule de façon implacable avec bons nombres de rebondissements censés pimenter le texte et accrocher le lecteur. Parfait me direz-vous ? Pas tant que ça et j'avoue avoir ressenti une certaine forme de lassitude à la lecture de cet enfer de church street que je refermais sans regret, persuadé que j'oublierais ce roman à la seconde même où j'entamerais ma prochaine lecture. La raison ? : une trame archi balisée, des situations sans originalité et l'impression d'avoir lu cela à de nombreuses reprises et souvent en mieux ( je pense notamment aux bouquins de Donald Ray Pollock ou ceux de Jim Thompson ) qui ont d'ailleurs certainement influencé notre auteur du jour. Encore une fois l'enfer de church street se lit sans déplaisir, n'est pas dépourvu de qualités ( humour en filigrane et dénonciation de la bien pensance et du politiquement correct américain) mais l'impression de déjà-vu reste trop prégnante à mes yeux et explique en grande partie cette chronique plus que mitigée.
J'achète ? :  Si tu as deux heures de trajet devant toi, si tu cherches un petit polar classique et si tu n'es pas trop difficile tu peux tenter ce Jake Hinkson qui sans te laisser un souvenir impérissable, aura au moins le mérite de te divertir.
Lien : http://francksbooks.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          242
belette2911
  26 janvier 2016
Encore un petit Noir savoureux que je viens de déguster. Avec une légère goutte de lait tout de même.
Oui, j'ai honte de l'avouer mais j'ai failli pouffer de rire quand la vie de Geoffrey Webb a basculé dans l'horreur, à Church Street.
Oui, j'ai vraiment honte… C'est horrible, j'en ai conscience mais ce petit salaud m'a fait rire devant toute l'horreur de la scène. Tout ça à cause de sa bite qu'il n'a pas su contenir dans son pantalon…
Webb pourra dire ce qu'il veut, accuser un autre d'être plus sordide que lui, c'était entièrement de sa faute… Et moi, je riais en imaginant la tête de l'Autre quand il se rendrait compte que Webb était un fou furieux dans le fond.
Oui, j'ai aimé le voyage dans l'Arkansas, la ballade vers Little Rock avec Webb et son agresseur – auquel il raconte sa vie – m'a entrainé dans un autre monde, celui des Baptiste, que je n'ai pas l'intention de fréquenter. Pas besoin d'intermédiaires entre moi et Lui (si vous voyez de Qui je parle).
Oui, j'ai pris du plaisir avec son récit, même si je n'ai pas frémi devant toute sa noirceur et le nombre de morts. À force, on devient blindé, vous m'excuserez. Il aurait passé un chat dans un micro-ondes que là j'aurais eu les poils qui se seraient hérissés.
Mais ici, non, je jubilais littéralement. Va p'têt falloir que je consulte, moi.
Par contre, je n'aurais pas voulu habiter Church Street pour tout l'or du monde, quand bien même j'ai pris du bon temps avec ses habitants dont certains avaient l'âme et le coeur plus noir que le trou de cul d'un mineur occupé à creuser une galerie au fond d'une mine, à minuit par une nuit sans lune. ♫ Black is black ♪
Je n'ai jamais aimé la bigoterie et dans ce roman, elle s'en prend plein la gueule.
L'écriture est sèche, elle claque comme un coup de fusil dans ta gueule, elle est remplie de cynisme et charge à fond l'hypocrisie de certains croyants qui pensent laver plus blanc que blanc ou être plus croyant que Jésus-Christ lui-même.
Pourtant, la fautive n'est pas la religion mais la manière dont on s'en sert et dont on impose certaines choses aux autres.
Quand on veut noyer son chien, on dit qu'il a la rage… J'espère que l'auteur l'a compris au moins.
Un petit roman noir jouissif, cynique, sans une once de lumière et où personne n'est à sauver non plus. Malgré tout, j'ai eu de l'empathie pour ce bon gros Geoffrey – amateur de branlette et de porno – qui m'a fait passer un très bon moment de lecture.
Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          222
Bazart
  18 mars 2015
Avec « L'enfer de Church Street », Jake Hinkson, né dans l'Arkansas nous livre un formidable roman noir plein de rebondissements et qu'on a beaucoup de mal à lâcher avant la fin (heureusement il ne fait que 230 pages, la nuit n'était pas totalement blanche).
Mais ce qui est sans doute encore plus fort, c'est que l'auteur, qui en connait un rayon sur le sujet (fils d'un 'un père diacre dans une communauté évangélique et d'une mère secrétaire dans une église), nous livre mine de rien- sans jamais desservir l'efficacité du récit policier, une critique assez tonitruante de ses propres désillusions face aux croyances religieuses
A travers ce Geoffrey Webb, personnage assez singulier et vraiment épatant, sorte d'anti héros qui va s'incruster dans une communauté religieuse pour pouvoir s'adonner à tous ses vices librement, Hinkson nous prouve ainsi à quel point les communautés religieuses, une fois qu'elles sont dénues de tout fondement moral, peuvent ressembler à une gigantesque mascarade.
Empruntant des chemins déjà usés par les plus grands du genre (Jim Thompson, Westlake, mais aussi plus étrangement Tarantino ou les frères Coen),Hinkson arrive à s'affranchir de ces illustres influences pour y imposer sa petite musique, entre cruauté et intensité.
Bref, cet enfer de Church Street est un livre cruel et addictif, bref un bijou d'humour noir et j'ai hâte d'aller le dire la semaine prochaine à l'auteur en face à face.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
collectifpolarcollectifpolar   14 octobre 2019
Je travaillais depuis trois semaines dans une usine de plastiques dans le Mississippi lorsque le contremaître - un bouseux à la dentition en décapsuleur du nom de Cyrus Broadway - commit l'erreur de me traiter de connard feignant. Alors bon, je suis peut-être feignant, mais je suis aussi méchant comme une teigne. J'ai fréquenté des prisons et des cellules de dégrisement partout dans ce pays, depuis les cachots poussiéreux à la frontière du désert Mojave jusqu'aux cabanes humides sur une île au large de la côte du Maine. Et personne ne peut m'insulter impunément, même si, pour ce gars-là, ce n'est qu'une plaisanterie. Le temps qu'on me sépare de Cyrus Broadway, je lui avais tellement écrasé la gueule qu'elle n'était plus que de la chair à saucisse. Ses grandes dents de cheval étaient dispersées sur le sol de l'atelier, à côté de lui.
Je ne me suis pas donné la peine d'attendre les flics du Mississippi pour leur raconter. Je suis parti le soir même. J'ai traversé la Louisiane en catimini, je me suis infiltré au Texas, et j'ai fini par me retrouver à traîner autour d une station Texaco à la sortie de Sallisaw, dans l'Oklahoma. J'essayais de me faire discret, mais après deux jours sans manger, je décidai de chercher quelqu'un à braquer. Je repérai deux femmes, mais braquer des femmes, ça rapporte souvent plus d'ennuis que de fric. Les flics réagissent plus vite quand la victime est une femme, et si ça tourne mal et qu'il faut la secouer un peu... Ah ça, les flics adorent traquer l'agresseur d une femme et le tabasser. Ça leur donne l'impression qu'ils sont de bons gars.
Alors, j'attendis. Je laissai partir les femmes. Les ados. Les couples. Le vieux bonhomme avec sa camionnette pleine de chiens. J'attendis, mais je commençai à m'impatienter.
Lorsque je repérai le gros, je sus que j'avais trouvé mon pigeon.
Il n'était pas seulement gros. Il serait bientôt, très bientôt même, trop gros pour pouvoir porter des vêtements normaux. Le gras débordait de partout et remplissait sa chemise blanche tendue comme un ballon de baudruche. Ses cheveux étaient d'un blond passé sur les longueurs, comme s'ils avaient été teints à une époque.
Mais il y avait autre chose chez ce type, quelque chose qui en faisait un vrai loser. C'était sa manière de bouger. Il se transportait comme s'il avait été tabassé ce soir-là, comme si chaque pas qu'il faisait était une bataille difficilement gagnée contre la gravité.
Il gara son break déglingué au bout de la rangée de voitures. Je l'observai, tapi dans l'ombre. Il sortit, ouvrit la portière arrière et prit son portefeuille de la poche de son manteau posé sur le siège. Sans verrouiller la voiture, il partit vers la station-service. Je regardai depuis l'extérieur. Derrière moi, la route était déserte et plongée dans les ténèbres. Parfois, une voiture passait au loin, puis disparaissait, engloutie dans le silence de la nuit. Au comptoir, mon gros pigeon gras et facile jeta un coup d oeil à sa montre et se frotta les yeux. Il acheta une boîte d'anti-asthéniques à la caféine, trois paquets de cigarettes et un litre de Dr Pepper. Il montra du doigt les ailes de poulet qui rôtissaient sous la lampe et l'employé lui en prépara une boîte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MarymaryMarymary   01 décembre 2015
Ils pleuraient, se serraient les uns contre les autres et regardaient fixement la croix accrochée au mur derrière moi et hochaient la tête. Ils semblaient éprouver du réconfort.
Peut-être est-ce tout ce qui compte pour les gens. S'il n'y avait pas de souffrance, les hommes ne ressentiraient pas le besoin de croire en Dieu. Mais le plus écoeurant, c'est que, s'il y a un Dieu, il a justement dû prévoir ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
SMadJSMadJ   05 mai 2015
Mais c'est exactement la raison pour laquelle la religion, pour l'essentiel, est une escroquerie. En dépit de toute son histoire et de son prestige, de tous les bâtiments construits pour l'honorer et de tout le sang versé pour la diffuser, la religion n'a rien de différent des lignes de la main ou de l'interprétation du marc de café.
Commenter  J’apprécie          220
artemisia02artemisia02   02 décembre 2018
Le ministère peut être un métier dur, j'en suis sûr. Les prêtres voient les gens dans leurs pires moments, et on fait parfois appel à eux pour jouer les médiateurs dans les litiges d'une rare violence et être les témoins des plus affreuses tragédies humaines. On attend d'eux qu'ils apportent la lumière dans les ténèbres les plus obscures.
Mais c'est exactement la raison pour laquelle la religion, pour l'essentiel, est une escroquerie. En dépit de toute son histoire et de son prestige, de tous les bâtiments construits pour l'honorer et de tout le sang versé pour la diffuser, la religion n'a rien de différent de la lecture des lignes de la main ou de l'interprétation du marc de café .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
fannyvincentfannyvincent   08 avril 2015
Je travaillais depuis trois semaines dans une usine de plastiques dans le Mississippi lorsque le contremaître – un bouseux à la dentition en décapsuleur du nom de Cyrus Broadway – commit l’erreur de me traiter de connard feignant. Alors bon, je suis peut-être feignant, mais je suis aussi méchant comme une teigne.
Commenter  J’apprécie          110
Videos de Jake Hinkson (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jake Hinkson
L?action se déroule sur une journée, un samedi de Pâques. Tôt le matin, la foudre s?abat sur Richard Weatherford, pasteur respecté d?une petite communauté de l?Arkansas. Son jeune amant vient lui réclamer le prix de son silence : 30 000 dollars. Marié, cinq enfants, prêcheur intégriste, toujours prompt à invoquer la figure de Satan pour stigmatiser les homosexuels, embarqué dans une croisade pour la prohibition de l?alcool, Richard va tout faire pour préserver la façade de respectabilité qu?il a patiemment construite. A n?importe quel prix. Au nom du bien. Au bout de ce samedi noir, la petite ville sera à feu et à sang, mais Richard Weatherford aura réussi à sauver sa réputation?
Fils d?un prêcheur baptiste, Jake Hinkson continue à régler ses comptes. Après L?Enfer de Church Street et Sans lendemain, Au nom du bien enfonce le clou avec une rage jouissive. Admirateur de Flannery O?Connor et de Jim Thompson, Hinkson livre un texte polyphonique, radicalement noir, portrait au tranchoir d?une petite communauté étouffante, prisonnière de valeurs hypocrites et d?une morale d?un autre âge. En bon auteur du Sud, il pousse le jeu jusqu?à son paroxysme. La fin, qui se déroule un an plus tard et montre le pasteur dans son prêche de Pâques, droit devant l?armée des âmes bien pensantes, est un monument de cynisme ravageur. Entre-temps, Donald Trump est arrivé à la Maison-Blanche. Michel Abescat Dry County, traduit de l?anglais (Etats-Unis) par Sophie Aslanides, éd. Gallmeister, 320 p., 22,60 ?.
???????
+ Lire la suite
autres livres classés : arkansasVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1729 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre