AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782366585186
396 pages
KERO (11/09/2019)
4.62/5   16 notes
Résumé :
Le témoignage qui a bouleversé l'Amérique.
En 1985, en Alabama, Anthony Ray Hinton, vingt-huit ans, est arrêté et accusé d'un double meurtre. D'abord sidéré, il clame son innocence, persuadé d'être victime d'une erreur d'identité. Convaincu aussi que la vérité éclatera très vite et qu'il sera libéré. Mais Hinton est noir et pauvre, et le système judiciaire, dans cet Etat américain du sud, n'est pas équitable.
Il est condamné à mort par électrocution. ... >Voir plus
Que lire après Dehors, le soleil brilleVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Un grand merci à NetGalley et aux éditions Kero de m'avoir permis de lire ce témoignage poignant.

Une lecture bouleversante qui ne laisse pas indifférent. Une plongé en Alabama dans les années 80. Un homme noir injustement condamné pour des crimes qu'il n'a pas commis. Un système judiciaire pipé dont l'objectif est de débarrasser les rues des noirs, peu importe lesquels.

Anthony Ray Hinton, un homme noir et pauvre, se retrouve dans le couloir de la mort de la prison d'Etat de l'Alabama. Il ne comprend pas cette décision de justice. Lui et sa famille ont toujours cru dans le système judiciaire. Aucun jury, aucun juge ne peut laisser un innocent être condamné.

Il découvre la réalité du système qui profite aux blancs. Au tribunal, il se retrouve face à un procureur blanc, un juge blanc, un jury de blancs et un avocat commis d'office blanc qui le défend uniquement car il y est obligé. Avant même son procès, il est déjà condamné. Il apprend à ses dépens que « le système judiciaire vous traite mieux si vous être riche et coupable que pauvre et innocent ».

Cependant, il ne perd pas espoir et garde la foi. Cet homme intelligent s'évade à sa manière de sa cellule et oeuvre afin d'améliorer le quotidien de ses codétenus du couloir de la mort. Certains évoluent au contact des autres, une complicité se crée.

Cet homme nous donne une vraie leçon de vie. Il arrive à pardonner à tous ceux qui lui ont fait du mal car il considère qu'aucun homme ne peut en juger un autre. Seul Dieu est en mesure de juger les hommes. Pour lui, aucun homme nait méchant, c'est par ce qu'il subit et ce qu'on lui inculque qu'il développe cette propension à tuer.

En Alabama, les statistiques montrent qu'il y a un innocent pour 5 condamnations. Comment, dans ces conditions, peut-on se fier à ce système judiciaire ? Quel crédit peut-on lui accorder ?

Bien que certaines erreurs soient reconnues et des hommes libérés, ces derniers ont vécu véritablement l'enfer dans le couloir de la mort et une fois libre, il leur impossible de retrouver leur vie d'avant. L'Etat leur vole impunément des années de leur vie.

Ce témoignage interroge sur la légitimité de la peine de mort. La mort d'un coupable aide-t-elle réellement les familles des victimes à faire leur deuil ? Comment un homme peut-il avoir le pouvoir de vie ou de mort d'un autre homme se retrouvant sur le banc des accusés pour avoir lui-même donné la mort ?

Lien : https://www.instagram.com/p/..
Commenter  J’apprécie          50
Bienvenue dans le Sud des Etats Unis, une nation se targuant d'être démocratique. Un pays ou malgré son abolition officielle, la ségrégation est manifestement encore en vie. Un état ou la peine de mort agit et tue encore chaque année. L'Alabama, ou depuis le rétablissement de la peine de mort en 1976, 66 exécutions ont eu lieu.

Cette histoire est celle d'un innocent condamné à mort par un système profondément raciste, puisant ces racines pendant la période esclavagiste. Un système judiciaire s'estimant être juste mais profondément inégal, que ce soit au moment de l'enquête ou au moment de la condamnation. Une institution qui même contre l'avis d'un jury, autorise un juge à prononcer la peine de mort.
Ce témoignage d'un homme qui est resté digne sans céder au désespoir est édifiant. Il faut avoir eu sacrément de réassurance et d'amour dans la vie pour ne pas s'étioler et sombrer face au traitement infâme de l'absurde.

Anthony Ray Hinton a vécu trente ans dans le couloir de la mort, il a fait face à l'incompréhensible, vécu plus d'une trentaine d'exécutions, senti la chair brûlée de ces codétenus. Parfois perdu espoir, mais a finalement toujours trouvé les ressources de choisir la vie en dépit de la mort prochaine annoncée. Cette angoisse permanente de la fin qui n'arrive finalement pas pour soi, mais pour d'autres. le pouvoir merveilleux de l'imaginaire et de l'humour lui a accordé la résistance, et il en fallait pour vivre cet enfer et réussir à rester un homme bon et altruiste.

L'accusation, le procès et toutes les démarches y sont décortiqués. Au fur et à mesure du récit, le lecteur est noyé avec lui sous la certitude que, le système évolue peu, que la résistance au changement est encore pleine et entière. Malgré l'amoncellement de preuves attestant l'innocence, l'acharnement avec lequel aucuns des protagonistes n'a voulu reconnaître ses torts est ubuesque et profondément déprimante.

Ce récit est un véritable plaidoyer contre la peine de mort. Une demande au peuple d'affronter le pardon. La condamnation d'un système qui en plus d'être faillible, ordonne en réponse à la mort, une nouvelle mort. La dignité humaine doit être reconsidérée, le pire de nos actes ne peut pas être le destinataire d'un nouveau meurtre, même étatique. le couloir de la mort est un lieu cruel et absolument inhumain.

Plus généralement, c'est une réflexion sur le système carcérale et ses limites qui est engagée. La prison noircie les pensées, coupable ou innocent ce n'est pas un lieu de rédemption, c'est un lieu de châtiment ou se côtoie la honte et la violence, ou en sortir indemne n'est pas une option. Un lieu où, pour survivre, il faut beaucoup lutter y compris contre soi-même. le passage sur la lecture comme action contre l'obscurantisme et l'accession à la liberté est très beau et source d'inspiration.

Le récit n'est pas particulièrement bien écrit, la rédemption et le propos y sont également très religieux, ce qui n'est pas forcément en phase avec mes propres valeurs, mais il est fort et bouleversant, il est à crier au monde. Nous ne pouvons pas vivre sans compassion, cela ne peut qu'entrainer la destruction et la haine. La vengeance n'apaisera la douleur que ponctuellement, elle masquera simplement notre impossibilité à transformer la société et n'agira pas pour cofonder un monde plus juste.

Je suis admirative face à cet homme qui après avoir surmonté autant d'épreuves, réussi encore le tour de force, d'insuffler un souffle de vie et d'espoir.

Lien : https://unmotpourtouspourunm..
Commenter  J’apprécie          10
Repensez aux 30 dernières années de votre vie, repensez à tous ces merveilleux moments vécus, aux rires qui vous ont entourés, aux lieux magnifiques où vous êtes promenés, aux épreuves difficiles surmontées. Et effacez tout parce qu'en fait ces 30 ans c'est en prison que vous les avez passés, et par n'importe laquelle, dans le couloir de la mort...
Parce que ce témoignage fort et bouleversant pourrait être celui de n'importe quel innocent, mais c'est celui d'Anthony Ray Hinton, dont le seul "crime" est d'être né noir et pauvre en Alabama.
Lisez Dehors le soleil brille pour comprendre pourquoi la peine de mort doit être abolie partout dans le monde, pourquoi des hommes, de par leur fonction (formés ou élus peu importe), ou des hommes choisis au hasard pourraient décider de la mort d'un autre Homme, de quel droit, en quel nom ? Pour comprendre pourquoi aucun homme ne doit jamais être résumé au pire de ce qu'il a commis.
La peine de mort n'a jamais fonctionné et n'a jamais évité le moindre crime, par contre elle a tué nombre d'innocents.
Lisez sur plus de 10 pages les noms des personnes incarcérées dans le couloir de la mort en 2017, en vous demandant lesquels sont innocents.
Mais surtout lisez les mots d'Anthony Ray Hinton, mesurez l'espoir et la force de cet homme qui n'a jamais abandonné son combat pour prouver son innocence.
Je suis contre.
Commenter  J’apprécie          00
J'ai découvert ce témoignage. Et je me suis demandé comment cela avait été humainement possible de rester plus de 30 ans dans le couloir de la mort, d'avoir "accompagné" 54 codétenus jusqu'à la Yellow mama, en étant innocent....

J'ai été bluffée par la force de Anthony Ray Hinton, sa façon de pouvoir s'évader du couloir de la mort par l'esprit et j'ai été émue lors de la création du club de lecture.

Anthony Ray Hilton montre à quel point le système judiciaire américain est défectueux.
Commenter  J’apprécie          00
Livre très fort et extrêmement intéressant pour porter un regard différent sur la peine de mort.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
Ma mère ne m'a pas élevé pour haïr. Et je suis désolé pour ceux à qui on a appris à haïr au lieu d'aimer, à combattre plutôt qu'à aider. Je suis aussi désolé pour ceux dans cette pièce qui ont honte de ce qu'on leur a appris.
Commenter  J’apprécie          30
Pendant quinze minutes, j'ai hurlé jusqu'à avoir mal à la gorge. J'ai crié pour que Henry sache qu'il avait compté. J'ai crié pour que ceux venus regarder l'état de l'Alabama tuer en leur nom sachent que nous étions des hommes et qu'on ne pouvait pas nous cacher sous un sac noir et faire comme si nous ne ressentions pas la douleur. J'ai crié parce que je savais que des types innocents avaient été attachés à cette horrible chaise jaune, la tête rasée comme un chien méchant, leur dignité niée petit à petit, leur valeur d'être humain reliée à des fils électriques, avant d'être jetés comme une poubelle. Des innocents étaient morts sur cette chaise. Des coupables étaient morts sur cette chaise. Des hommes forts avaient pleuré comme des bébés et des hommes faibles n'avaient pas bronché en allant vers leur mort.
Commenter  J’apprécie          00
Vous savez, je suis fier d'être noir. Je serais fier si j'étais blanc. Et il est triste s'entendre un officier de police censé faire respecter la loi vous dire que vous allez être condamné parce que vous êtes noir, et parce que le jury est blanc et le procureur aussi. Vous savez, c'est triste. C'est triste, très triste.
Commenter  J’apprécie          10
En Alabama, la condamnation à mort est un mensonge. C'est un monument pervers à l'inégalité, à la façon dont certaines vies comptent et d'autres pas. C'est un exemple violent de la façon dont nous protégeons et estimons les riches, et abandonnons et dévalorisons les pauvres.
Commenter  J’apprécie          00
- Ray, ne me déçois pas. Je t’ai appris à croire en toi, même si personne au monde ne croit en toi. Tu crois en toi ? Tu crois en toi ?

[...]

- Alors la prochaine fois que le diable te dit d’enrouler un drap autour du cou, dis-lui de retourner en enfer où est sa place.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : peine capitaleVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus

Lecteurs (34) Voir plus



Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1681 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..