AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Krout


Krout
  02 novembre 2016
Je lis rarement de ces mangas-là. Normal, il paraît que c'est du gekiga historique que fait Hirata (pas du tout au contraire, c'est très réussi. Lol) Et si j'utilisais Pluto^^ pour le qualifier : petit chef-d'oeuvre ? Ouiiii, voilà ce que c'est, et puis tout le monde comprend ! Un petit chef-d'oeuvre. Allez c'est mérité. Je suis drôlement content de l'avoir reçu. Merci Mariech (*) et donc indirectement, merci Babelio pour cette masse critique 2014 et merci aux éditions Akata.

Certains dessins sont somptueux. Plusieurs planches mériteraient d'être reprises telles quelles dans un Taschen architecture japonaise : pureté du trait, équilibre, harmonie. Et que dire des chevaux ? Je ne me souviens pas en avoir jamais vu d'aussi beaux. Je ne me lasse pas du plan séquence p. 74-75-76, tout simplement fabuleux. Pour moi, impossible de ne pas voir surgir l'association avec Joss Randall, l'homme à la carabine (**), lorsqu'il vient arracher l'avis de recherche d'une tête mise à prix. Il me faut saluer le découpage dans son ensemble, d'une extrême qualité. le niveau du graphisme, à la fois très réaliste et d'une grande sobriété, m'a totalement bluffé.

Le livre contient l'équivalent de 7 nouvelles, qui peuvent être lues indépendamment les unes des autres. Mais toujours sur le même thème du recouvrement d'une promesse de dette sur sa tête scellée de sa main. Ma préférée est Pleine lune du huitième mois lunaire, tant de poésie s'en dégage et tant de romantisme. Nous sommes dans le Japon féodal des années 1600, les shoguns entretiennent des armées, les conflits armés et les guerres civiles sont nombreuses. Sur les champs de batailles il arrive souvent que des guerriers n'aient aucune haine personnelle vis-à-vis de ceux du clan adversaire, ainsi se développa la coutume lucrative de monnayer la tête de l'ennemi à sa merci au lieu de le décapiter... Et fleurirent les promesses sur sa tête scellées de sa main.

Ainsi apparurent peu après les recouvreurs de vie humaine. Les guerres coûtent cher, recouvrir les dettes est un moyen de subsistance. La vie des bushi (guerriers) a un prix. Dans ce livre une forteresse tombe, celle du mythe de l'honneur des samouraï. Car partout dans le monde les puissants aiment créer des mythes et cacher leurs exactions, leurs vilénies, leurs trahisons... et par dessus tout masquer la basse lâcheté dont ils ont pu faire preuve. Les légendes sur le code d'honneur des samouraï, tout comme en Europe celles des preux chevaliers, ne servent qu'à faire oublier la liste de leurs horreurs. le travail d'un recouvreur en bref : C'est pou' quand ? C'est pou' qui ? Seppuku.^^

C'est tout le mérite d'Hiroshi Hirata de nous faire découvrir au fil de ses nouvelles des pratiques plus révélatrices de la vie telle qu'elle a pu être en ces temps reculés. Mais l'on peut aussi y voir l'allégorie de pratiques actuelles tout aussi nauséeuses. Vous l'aurez compris ce livre est infiniment plus proche de la pierre et le sabre, de la parfaite lumière d'Eiji Yoshikawa que de Billy Bat, Monster ou Pluto d'Urasawa qui reste ma référence en tant que mangaka. Sublime, ce livre est un condensé d'un Japon qui a ou n'a pas réellement existé.

(*) Mariech et moi, nous nous rencontrons parfois avec d'autres, c'est drôlement sympa et c'est aussi l'occasion d'échanger des livres. D'ailleurs, nous nous posions la question pourquoi Babelio n'organiserait pas un pique-nique à Bruxelles en parallèle de ceux de Paris et Lyon ?

(**) Steve Mc Queen dans le feuilleton Au nom de la loi, très populaire dans les années 70.
Commenter  J’apprécie          356



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (34)voir plus