AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253001331
384 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (30/11/-1)
3.74/5   78 notes
Résumé :
« Ces histoires doivent être abordées sans avertissement comme sans idées préconçues. C'est de cette façon seulement qu'elles produiront tout leur effet sur les systèmes nerveux sensibles. »
Alfred Hitchcock est un maître incontesté pour nous faire frissonner d'épouvante, hérisser notre sensibilité et accélérer nos pulsations à grands coups de « suspense » et les quinze Histoires à ne pas lire la nuit qu'il a réunies dans ce recueil distillent la meilleure es... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,74

sur 78 notes
5
1 avis
4
4 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

Marpesse
  28 décembre 2016
Une sélection de nouvelles effrayantes par Alfred Hitchcock, d'auteurs de la fin du XIXe au milieu du XXe.
"La mort est un songe" (Robert Arthur)
David raconte à son psychiatre un étrange cauchemar : son ancienne fiancée, morte dans un accident, vient lui rendre visite au soir de ses nouvelles noces... Mais son double diabolique, Richard, entend bien ne pas laisser cette femme lui faire du chantage.
3/5
"Toute la ville dort" (Ray Bradbury)
Un tueur de femmes sévit dans la ville. Pour rentrer chez elle le soir, Lavinia Nebbs doit franchir un ravin très étrange et effrayant. C'est d'ailleurs ici que la dernière victime a été retrouvée...
4/5
"Un homme à femmes" (Ruth Chatterton)
Ruth Chatterton est une actrice. Dans cette nouvelle, il est question de véritables acteurs qu'elle a connus, et l'histoire est la suivante : alors qu'elle est invitée chez Noël Coward, elle accepte de dormir dans une chambre au rez-de-chaussée car les invités sont trop nombreux et il n'y a plus de place à l'étage. Bizarrement, cette chambre très belle est inoccupée. La nuit, elle reçoit la visite d'un homme alors que la porte est fermée. Quel est ce fantôme?
3/5
"L'Âne rouge" (John Collier)
Un poète décide de se retirer du monde et d'élire domicile dans un supermarché. Mais il est loin d'être le seul à avoir eu cette idée...
4/5
"Le Cocon" (John Goodwin)
Un jeune garçon de 11 ans, dont le père possède de nombreux trophées de chasse, se passionne pour les larves et les papillons. Dans sa chambre, il épingle au mur des spécimens. Un jour, il trouve une larve exceptionnelle qui donne naissance à un splendide papillon. Sur ses ailes très larges, on voit des sortes de crabes et des dents. Après l'avoir tué, il reçoit des visites la nuit : quel animal frappe à sa fenêtre?
La nouvelle semble être le classique de cet auteur, mais j'ai trouvée sa chute décevante, pas très claire alors qu'on s'attendait à du spectaculaire.
2,5/5
"La Saison des Vendanges" (C.L. Moore)
La plus longue des nouvelles de ce recueil (et assez ennuyeuse au point que j'ai sauté des pages sans rien perdre). C'est long pour ne rien dire (et c'est pourtant une nouvelle réputée, ancêtre des histoires sur l'espace/temps).
Trois individus arrivent dans une maison délabrée. Olivier ne veut plus leur louer la maison car il a trouvé à la vendre, mais ces gens étranges, qui parlent bien et sont élégamment habillés, ne veulent pas partir?
2/5
"Les pièces d'argent" (Brett Halliday)
La vengeance d'un Indien peut être terrible... le gringo Thurston n'aurait pas dû regarder de trop près Lolita, la fille de Simpsons, promise à un Jurillo.
Brett Halliday est connu pour ses histoires policières.
3/5
"La chambre qui siffle" (William Hope Hodgson)
William Hope Hodgson est connu pour La Maison au bord du monde (qui m'avait beaucoup déçue...)
Un Irlandais, Trassoc, va se marier avec une fille du pays très convoitée. Il achète un château pour y vivre avec elle mais celui-ci contient une chambre hantée d'où sortent des cris effrayants. Il fait venir un chasseur de fantômes.
3,5/5
"Une Histoire incroyable" (Cyril Hume)
Scénariste américain.
Une nouvelle dont, encore une fois, la chute est décevante. Dommage car l'histoire était très intéressante! le narrateur était ami, dans sa jeunesse, avec un garçon passionné par les animaux. Il le retrouve quelques années plus tard, fiancé avec une femme, et le narrateur est troublé par elle : elle ne ressemble à aucune autre. On a des doutes, peu à peu, sur sa nature humaine...
3,5/5 (à cause de la chute)
"Le Frêne" (M.R. James)
La meilleure nouvelle de ce recueil, selon moi. Une femme est accusée de sorcellerie et condamnée à mort avec d'autres, sur le témoignage de Sir Matthew Fell. Au moment de mourir, elle promet qu'elle se vengera.
La chambre où dort Sir Matthew Fell est située à côté d'une frêne. Au matin, on le retrouve mort, le corps totalement noirci. La chambre est abandonnée par les héritiers et, quarante ans plus tard, le petit-fils passe par-dessus les superstitions...
Ce texte qui se situe à la sortie du Moyen Âge raconte une histoire de sorcière, de façon classique et sobre, et le final laisse quelques frissons.
Professeur passionné d'histoire médiévale, il écrit de nombreuses histoires de fantômes.
4,5/5
"L'Enjeu" (Will F. Jenkins)
Murray Leinster de son vrai nom.
Un homme fait naufrage sur une toute petite île hostile. Il parvient à sauver quelques biscuits, un peu d'eau, des dollars. Il a de quoi tenir très peu de temps, dans l'espoir qu'un bateau le repère. Mais un jour, il remarque que ses biscuits disparaissent. Un rat est aussi survivant du naufrage, et une lutte s'engage entre eux.
4/5

"La deuxième nuit en mer" (Franck Belknap Long)
Le narrateur rêve de Cuba et des Caraïbes. Mais lors de son expédition, il est terrassé par le mal de mer. Il remarque que le steward n'a pas rangé les transats et il se couche sur l'un d'entre eux. Mais soudain, il sent quelque chose de puant et semble partir dans une abîme...
Franck Belknap Long est un disciple de Lovecraft qu'il a fréquenté jusqu'à sa mort.
4/5
"Un coup loupé" (Edward L. Perry)
Trois jeunes sortent du cinéma. Ils repèrent un homme obèse qui reluque les femmes. Il semble très inquiétant, mais ce serait une bonne prise. Jane doit servir d'appât...
Langage délié, à la Fante (en moins bien)... Ambiance urbaine nocturne... Mais on reste un peu sur sa faim.
2,5/5
"Le doigt! le doigt!" (Margaret Ronan)
Margaret Ronan a écrit des histoires comme La Maison du Diable et autres mystères irrésolus.
Carola vient d'être embauchée. Elle doit monter le petit-déjeuner à Melle Amanda. Quand elle entre dans la chambre, l'odeur de renfermé lui saute à la gorge, et la vue de cette femme obèse la dégoûte. Lorsqu'elle doit approcher, la femme se saisit de son poignet et le caresse avec son petit doigt. Carola parvient à échapper à cette étreinte, mais est terrorisée. Elle apprend que les jeunes femmes venues avant elles ont toutes fini par avoir un comportement bizarre...
Encore une fois, chute décevante alors qu'on avait une très bonne ambiance!
3.5/5
"Les gens d'à côté" (Pauline Smith)
La femme qui tricote semble être en convalescence : son mari lui demande d'arrêter de se faire du cinéma et de chercher dans le comportement d'autrui des choses anormales. Elle a remarqué que la voisine étend avec hargne, plusieurs fois par jour, des chemises. Ce sont celles de son mari, VRP. Et un jour, il disparaît.
Pas mal mais assez attendu.
3/5
Moyenne : 3.33
Avec comme meilleure nouvelle: "Le Frêne" de M.R. James
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
greg320i
  23 janvier 2012
Tout simplement un remarquable panaché d' auteurs de qualité reunis ici pour notre plus grand plaisir sous l'égide d'un maître.Un palpitant suspense promis et offert tout au long des pages comme seul Hitchcock sait reconnaitre l'effet qui s'en ressent et les sensations qui en découle . Un recueil de nouvelles toutes meilleures les unes que les autres, impossible d'en selectionner en particulier, et il n'est même pas nécessaire d'être amateur de policier pour approuver et féliciter : tout les genres,tout les goûts mais surtout le respect d'avoir su compiler cela dans cette palme qui fait office de référence aujourd'hui en la matière.
Commenter  J’apprécie          110
Nanako-Mai
  22 novembre 2020
J'ai savouré l'ambiance de ces nouvelles, une atmosphère angoissante, onirique, pesante, sombre voire dérangeante. Dans l'ensemble, et avec le recul, je les ai toutes bien appréciées.
Certains récits sont ancrés dans le réel, d'autres titillent notre imaginaire ; les thèmes abordés sont divers et le degré d'angoisse est propre à chacun, en fonction de ses penchants. En définitive, il y en a pour tous les goûts et ce recueil offre un assez large éventail avec une palette d'auteurs et de styles distincts.
Cet ouvrage sommeillait dans ma PAL depuis des années, et en cette période d'Halloween, je me suis laissé tenter (oui je publie cette critique légèrement en retard...). Je ne suis pas déçue de cette petite sélection, mais comme pour tout recueil, je reste sur un goût de trop peu, d'inachevé. Certaines nouvelles sont trop courtes et auraient pu être la fondation d'un récit plus étiré, plus complet et fort attrayant... Elles offrent une bonne matière.
Je me suis donc forcée à les lire en ayant en tête le principe des saynètes, ou celui d'une mini-série (plus actuel). Et ça passe mieux. J'aime plonger dans un univers et m'en imprégner, alors j'ai toujours un peu de mal avec les recueils...
Globalement, pour passer le temps qu'offrent les longues soirées d'automne, auprès du feu crépitant et les ombres dansantes qui grattent aux carreaux de nos fenêtres, cet ouvrage est le compagnon idéal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
cdi_oehmichen
  01 juin 2015
C'est un bon livre, les histoires sont parfois compliquées à comprendre mais ces histoires sont captivantes.
J'ai trouvé ce livre particulièrement appréciable car il fait naître des émotions précises que je ne suis pas habituée à ressentir, comme beaucoup de suspens, de frayeur et de surprise, et tout ça en même temps. Connu comme le maître de l'Horreur, Hitchcock a su explorer un univers autre que le cinéma.
Léane, 15 ans

Commenter  J’apprécie          30
Mondaye
  09 juillet 2017
Un recueil de nouvelles assez inégal. Si certaines sont correctes, beaucoup m'ont laissées de marbre.
Une de celle qui m'a le plus marquée est sans doute le cocon, une des rares nouvelles à faire mériter au recueil son titre par le malaise insidieux qu'elle parvient à créer.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
LesMotsBeauxLesMotsBeaux   05 mai 2021
- Quelquefois...
- Quelquefois quoi ?
- Quelquefois, je pense que les gens veulent mourir. Tu t'es certainement conduite d'une façon étrange toute la soirée.
- Je n'ai pas peur, c'est tout, dit Lavinia. Et en outre, je suis curieuse, probablement. Je raisonne aussi. Logiquement, il n'est pas possible que le Rôdeur se trouve dans les parages. Il y a la police et tout.
- ''Notre'' police, notre insignifiante petite police composée de nonagénaires ? Les agents sont chez eux, dans leur lit, la tête cachée sous les couvertures.
- Alors, disons que je m'amuse, précairement mais sûrement. Si je courais le moindre risque, tu peux être certaine que je resterais avec toi.
- Peut-être que dans ton subconscient, tu ne tiens pas à vivre plus longtemps.
( ''Toute la ville dort'' de Ray Bradbury)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
cdi_oehmichencdi_oehmichen   18 mars 2016
Il découvrait en lui cette expression qu'il en était venu à bien connaître, cet air d'éloignement qui n'était autre que la connaissance du temps, les séparant comme un abîme, p. 205

Des enfants jouaient sur les chaussées pavées de briques que le crépuscule teintait de pourpre, p. 31

Mais il eut l'impression d'avoir payé l'enjeu de cette mortelle partie, p. 327
Commenter  J’apprécie          10
JLB21JLB21   24 mars 2021
Trois personnes suivaient l'allée qui conduisait au vieux manoir, au moment précis où le jour se levait sur la perfection d'un matin de mai. De la fenêtre d'un étage supérieur, Olivier Wilson, en pyjama, les observait à travers une brume d'émotions contradictoires, où prédominait le ressentiment. Il ne voulait pas qu'ils s'installent dans sa demeure.
(p.139)
Commenter  J’apprécie          00
JLB21JLB21   24 mars 2021
Olivier descendit avec elle et la suivit en direction de la rue. Mme Hollia s'arrêta à mi-chemin , et lui toucha le bras.
"Un tout petit conseil, dit-elle d'une voix rauque. Vous couchez ici, dites-vous ? N'y restez pas, jeune homme. Allez-vous-en, avant cette nuit.
(p.174)
Commenter  J’apprécie          00
JLB21JLB21   24 mars 2021
- Le "gringo" Thurston ? Si, señor. Je me le rappelle bien. J'étais l'un de ceux qui sont allés avec lui pendant le voyage qu'il a fait dans les collines pour y trouver du pétrole.
Le voyage, señor, dont il n'est pas revenu.
(p.215)
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Alfred Hitchcock (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alfred Hitchcock
Alfred Hitchcock - Interview (1956)
Dans la catégorie : Textes de fictionVoir plus
>Rethorique>recueils de textes appartenant à plus d'une littérature nationale>Textes de fiction (173)
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Les inspirations littéraires d'Alfred Hitchcock

Qui est l'auteur de la nouvelle "Les oiseaux", adaptée par Hitchcock en 1963 ?

Daphné du Maurier
Agatha Christie

5 questions
93 lecteurs ont répondu
Thème : Alfred HitchcockCréer un quiz sur ce livre