AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Chroniques de Tahiti tome 2 sur 3

Henri Theureau (Traducteur)
EAN : 9782264079244
360 pages
10-18 (20/05/2021)
4.42/5   65 notes
Résumé :
Deuxième tome d’une trilogie qui dépeint la vie des petites gens à Tahiti, Frangipanier nous fait retrouver son attachante communauté et les liens qui la font vivre : Materena, Pito et leurs enfants qui ont grandi ainsi que tous les membres de leur quartier, cousins, cousines et taties. Toujours dans la fraîcheur et la gaieté qui traversent L’Arbre à pain, Leilani, la fille de Materena, y manifeste ses élans d’émancipation, pour elle comme pour sa mère, face aux pes... >Voir plus
Que lire après Chroniques de Tahiti, tome 2 : FrangipanierVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
4,42

sur 65 notes
5
8 avis
4
3 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis
Ce matin, mon ciel est blanc, l'air est humide, il ne pleut pas encore, mais ça pourrait arriver, mon érable perd ses feuilles. "Winter va bientôt cominguer"... , mais moi, je m'en fous, je suis partie ailleurs , en Polynésie, à Tahiti.

Deuxième tome d'une trilogie consacrée à Materena et sa famille, comment elle est née, comment elle perdure, comment elle se bat pour que tout roule...
Et si le début patine un peu en arrière de façon incompréhensible, quelques chapitres plus loin, on reprend là, où l'on s'était arrêtés à la fin de " L'arbre à pain".
Materena, "femme de ménage professionnelle" où, comment elle a eu sa place auprès d'une farani ( prononcez frani) , Madame Colette.
(La lettre de candidature à ce poste que Materena recommence sans cesse est tout un poème !).
Et les enfants qui grandissent, la fille que Materena éduque pour qu'elle soit forte, intelligente, qu'elle réussisse à l'école, elle ... Il y a du féminisme dans ces pages et en même temps , c'est Materena qui fait tourner la baraque ...Pito (le conjoint et père) n'en fout pas une , un vrai macho, toujours scotché devant sa télé et sur agrippé à son canapé... Mais , c'est qu'elle l'aime son Pito...
Plus déchirant que " L'arbre à pain ", parce que c'est le tome des déchirements, celui des départs... Les enfants qui grandissent et qui quittent le nid, sauf que là-bas le nid, il est perdu dans l'océan pacifique , minuscule. Il a la taille d'un “caca-mouche” ( taches de rousseur)...
Et quand les enfants partent pour la métropole, c'est du lourd ! ils partent pour longtemps (le billet d'avion coûte cher), et ils seront presque injoignables ( le téléphone coûte cher et le décalage horaire de 12h fait qu'on ne cède pas à ses pulsions téléphoniques comme on peut le faire en France). Cette trilogie n'est pas datée, mais elle nous parle d'un temps que les moins de vingt-ans ne peuvent pas connaître, quand le portable et les ordis n' existaient pas...
Oui, on avait tout découvert dans le premier tome, toutes les particularités de l'île, les différences entre la France et Tahiti : les PK (points kilométriques ), les francs pacifique, la langue ... Et tout m'était revenu ! Tous mes souvenirs, et j'avais adoré.
Tout comme j'avais adoré Materena, ce petit bout de femme, " femme de ménage professionnelle" et ses tribulations, parce que le bons sens ne connaît pas de frontière, parce que le coeur ne connaît pas les PK, parce que les gens , ils sont tous pareils, finalement , qu'ils habitent en Polynésie ou dans un endroit où le "Winter va bientôt cominguer", qu'ils soient fiu ( fatigués) ou qu'ils aient froid : ils veulent le meilleur pour leur famille, ils luttent, ils aiment...

Vivement le tome 3 : Tiare...
Commenter  J’apprécie          380
Waouh ! Je me suis régalée ! J'ai beaucoup beaucoup aimé le tome 1 "l'arbre à pain" premier tome de la trilogie "Chroniques de Tahiti". J'ai encore préféré ce tome au premier ! Mince comment on fait pour mettre 6 étoiles ???
.
Petit rappel : nous nous intégrons dans une famille d'un quartier déshérité de Papeete à Tahiti. Par petites touches, chapitre après chapitre, nous découvrons la vie polynésienne. A nouveau j'ai adoré ! Mais là en plus j'ai partagé les sentiments de l'héroïne. En effet ce tome se concentre sur les relations entre mère et fille. Avec deux filles de 18 et 16 ans, je comprends ! Et je compatis car je partage les mêmes inquiétudes.
Et toujours ce Français de là-bas, ces traditions si dépaysantes !
.
J'avais fini le tome 1 en août dernier et j'avais acheté ce tome 2 dans la foulée, me promettant de patienter, le tome 3 ne sortant qu'en novembre. Bon là je l'avoue ça va être dur de patienter !!! Je pense que dès qu'il sort, je l'achète !
Vous ai-je dit que j'avais adoré ce livre ???
Commenter  J’apprécie          316
Célestine Hitiura Vaite, après avoir présenté Materena et sa famille dans l'Arbre à Pain, le premier tome des Chroniques de Tahiti, s'intéresse plus particulièrement dans le deuxième tome, Frangipanier, à la relation mère-fille de Materena et de Leilani.

L'arbre à pain, c'est l'arbre de Materena qui nourrit la famille. Materena, elle est la mère nourricière par excellence et c'est elle et personne d'autre qui donne toute sa saveur aux Chroniques de Tahiti ...

Materena, dotée d'une oreille attentive, s'efface par moments, pour laisser de la place aux histoires des taties, cousines, aux histoires de ses enfants, aux histoires des autres. Que faire à partir du moment où sa propre fille refuse de lui raconter ce qui se passe dans sa vie ? Materena s'inquiète et Materena est curieuse alors elle mène sa petite enquête, pour dévoiler le jardin secret de Leilani, sa fille et la mère en découvre de belles car Materena est vraiment, vraiment, curieuse !

Leilani, son arbre, c'est le Frangipanier, qui symbolise à Hawaï tout ce qui est positif ...Leilani, son prénom lui vient d'une guérisseuse d'Hawaï ... Et le frangipanier est reconnu dans l'ancienne science indienne de la guérison, l'Ayurveda, pour ses pripriétés réconforantes, il est aussi reconnu pour ses propriétés de guérison au Vietnam alors on se demande bien ce que va devenir Leilani dans la vie ...

Il n'y a rien de plus à dire sur ce deuxième tome des Chroniques de Tahiti, sauf que c'est comme une pub pour Tahiti mais avec plus d'authenticité.
Commenter  J’apprécie          243
Pittoresque, captivant, voici le voyage à Tahiti qui vaut tous les détours du monde, « Frangipanier » de Célestine Hitiura Vaite. Quel style ! qu'il fait bon le lire. Fouler cette île, respirer les parfums, imaginer les poussières s'élever sous le soleil lourd comme du plomb. Regarder les femmes se mouvoir dans cet entrelac fabuleux. Etre au coeur de l'idiosyncrasie d'une île chaleureuse, éprise de coutumes, de rites, de croyances et de superstitions, mais pas que. Attention ! une fois en main impossible d'arrêter la lecture. le charme est enivrant. La teneur : les bruissements de cette île qui se réenchantent. L'empreinte d'un habitus déployé en version 3D. La voici, la plongée fabuleuse : une famille, celle de Materena, Pito (son mari) et leurs enfants Leilani, Moana et Tamatoa. « A sa fille qui n'est pas encore née, Materena parle de Tahiti pour lui donner une idée du pays qui sera bientôt le sien. Cet endroit où le soleil cogne à midi, où l'air est immobile avant la pluie… » Materena est une femme vigoureuse, altière et combattante. Elle est le midi de « Frangipanier ». L'emblème des femmes tahitiennes, persévérantes, vaillantes et dignes. Elle éduque ses enfants en équité, sans aucun clivage. « Et à Tamatoa, debout devant le frigidaire, qui est en train de renifler de mépris, toi, à partir de maintenant, tu changes tes draps toi-même. Tu vas bientôt avoir quatorze ans et j'ai pas du tout envie de changer les draps d'un garçon de quatorze ans. » Elle est femme de ménage côté ville. « Une chose est sûre : les doigts des deux mains ne suffisent pas pour compter le nombre de femmes de la tribu Mahi qui sont femmes de ménage. » Une charte d'honneur enveloppe Materena, son travail est glorification, respect et indépendance. Ses enfants grandissent. Leilani est brillante, éveillée, intuitive. La voici femme devenue. « Après les larmes, les lamentations et les embrassades, la mère et la fille, comme le veut la tradition, s'asseyent à la table de la cuisine pour le Discours de bienvenue dans le monde des femmes. » le discours sera tout autre. Ainsi est « Frangipanier » L'arbre amour-amour, l'arbre symbolique, celui qui retient les sèves générationnelles. « Frangipanier » est extraordinaire. Une myriade de bonne humeur, de constance et de loyauté. La rencontre est belle, apprenante. Elle incite à l'exemplarité. Materena est féministe, avant-gardiste, éclairée et intuitive. « Frangipanier » est une onde bienfaisante. Il aspire à l'évasion et à l'envie fulgurante de fouler Tahiti et de boire une citronnade avec Materena. Brillant. (Deuxième tome d'une trilogie) qui peut se lire individuellement. « Frangipanier) a été finaliste au Grand prix littéraire de New South Wales-Australie en 2005 et le Prix Orange en 2006. Publié par les majeures Editions Au vent des îles.
Commenter  J’apprécie          10
Second tome des « Chroniques de Tahiti » de Célestine Hitiuru Vaité, « Frangipanier » continue de nous raconter la vie de Materena, vahiné contemporaine au succulent franc-parler. Grace à elle et à son quotidien, on en apprend beaucoup sur cette France du bout du monde, ainsi que sur les us et coutumes de la communauté autochtone : poids de la religion, contexte familial XXL, relations homme/femme plus que machistes…
Tout comme les deux autres livres, j'ai adoré suivre un bout de la vie de Materena, ici à un moment particulier, à savoir la quarantaine : les enfants qui quittent le nid, le mari qui n'y comprend rien, et ce futur à inventer. C'est tendre, drôle, bienveillant, et d'une telle sincérité ! Bref, une trilogie formidable que je ne peux que chaudement recommander, et qui fait voyager en plus !
Commenter  J’apprécie          61

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
Un enfant, d'un sexe ou de l' autre, c'est toujours une responsabilité. C'est vrai ça : pour Materena, quand on sème, on assume. Du jour où l'enfant est conçu au jour où il quitte la maison, on est responsable de son bien-être. E,n fait, on se sent même responsable jusqu'au jour où i'on meurt. Et même là, c'est pas garanti que les gosses auront plus besoin de vous et vont enfin vous ficher la paix. Un enfant, c'est un cadeau pour l'éternité.
Commenter  J’apprécie          120
Materena avait un chien qui s'appelait Prince et elle l'adorait. Mais un beau matin, il s'est enfui. (...)
Un jour, elle a posé la question à sa mère et Loana a dit : "Hein ? Quoi ? (...)
" Aue ! Arrête un peu avec Prince... Prince t'a jamais abandonnée... C'est Richard Lexter qui l'a vendu à des Chinois, ils voulaient le manger seulement."
Commenter  J’apprécie          90
' Aué, les enfants é ! On pense, quand ils sont grands, on n'a plus besoin de se faire du souci, mais les soucis, ça n'arrête jamais !"
Commenter  J’apprécie          160
Bon, elle va aller faire un bisou à sa fille... et lui donner des sous pour s'acheter un "escrime" chez le Chinois.

( escrime : Ice cream )
Commenter  J’apprécie          90
Elle pleure à chaudes larmes parce qu'elle est heureuse, mais en même temps elle est catastrophée. Encore un gosse, mais toujours la même paye !
Commenter  J’apprécie          60

autres livres classés : polynésieVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (154) Voir plus



Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1417 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre

{* *}