AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Arnaud Mousnier-Lompré (Traducteur)
EAN : 9782290353066
381 pages
Éditeur : J'ai Lu (25/10/2006)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 1149 notes)
Résumé :
Le clan des Artiseurs qui s'est formé autour du prince Devoir progresse enfin : sous la houlette de Fitz Chevalerie, Lourd, Umbre et le prince Devoir lui-même développent leur maîtrise de l'art. Pas assez vite, cependant, au goût de Fitz, car l'heure de tenir ses promesses a sonné. Devoir et ses amis embarquent sur la flotte royale, afin de permettre au prince de mener sa quête : le dragon Glasfeu, prisonnier des glaces, doit mourir de sa main pour que devoir puisse... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (38) Voir plus Ajouter une critique
Yendare
  17 mai 2020
La première chose qu'il me vient à l'esprit quand je pense à ce dernier tome c'est que Robin Hobb est vraiment très forte. La dernière phrase de ce tome n'est composée que de 4 mots mais pourtant elle n'incite qu'à une seule et unique chose : se jeter rapidement sur la suite. Je me doutais bien que l'auteur prévoyait quelque chose pour le Fou mais je n'aurais jamais imaginé cela. Une belle surprise que celle que nous a réservée ici l'auteure.

Comme pour les autres tomes, celui-ci c'est lu vite et bien et on arrive presque trop vite à la fin, à 2 tomes de la fin de cette saga j'étais lors de ma lecture de plus en plus curieux sur le dénouement de celle-ci et sur l'avenir de tous les personnages de cette belle saga : le personnage de Lourd qui souffre au cours de ce voyage et en tient rancoeur à Fitz, le prince Devoir de moins en moins prince et de plus en plus roi, le vieil Umbre, Ortie qui devrait bientôt connaître sa véritable identité, celle du Fou dont l'avenir semble sombre et tant d'encore.
J'étais curieux en effet me posant de nombreuses questions sur l'avenir de ces personnages auxquels je me suis attaché : quels choix sera contraint de prendre Fitz, les predictions du Fou vont-elles se réaliser et qu'elles en seront alors les conséquences ? Autant dire que je n'ai pas trop tardé suite à ma lecture pour entamer l'avant dernier tome.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          470
NathalC
  23 janvier 2020
Ce tome est l'introduction à une nouvelle aventure.
Fitz, Umbre, le prince Devoir, Lourd, Trame, Leste en sont les principaux protagonistes. Départ pour les îles outriliennes, préparatifs en tout genre, découverte d'autres cultures...
L'action n'est pas vraiment au rendez-vous dans cette histoire.
Mais attention à la suite, je crois que cela promet d'être mouvementé...
Commenter  J’apprécie          430
meygisan
  01 juillet 2016
Dans un roman de Robin Hobb, on trouve tout ce qui écrit et tout ce qui est sous entendu. Ce qui est écrit ici concerne l'histoire qui suit son cours. Les événements se succèdent, en réservant des surprises ou non aux lecteurs, en alimentant suffisamment de suspens pour garder leur attention, en approfondissant très largement la mythologie mise en place depuis le premier tome et en construisant un univers toujours plus riche, complexe et cohérent.
Ce qui est sous entendu, c'est ce qui est raconté à travers les personnages, leurs vécus, leurs expériences, leurs relations leurs vie. Dans ce volume, l'accent est mis selon moi sur le rôle de père de Fitz. Sa relation avec Ortie évolue, pas forcément dans la direction voulu par Fitz. D'ailleurs quand on connaît un peu le cycle de l'Assassin Royal, on se rend compte que rien ne se déroule jamais comme Fitz le prévoit. Il a en outre la fâcheuse habitude de réaliser ou de produire exactement l'inverse de ce qu'il attendait.
Mais c'est bien là l'aspect paternel de Fitz qui est exploré, ses craintes, ses attentes, ses devoirs, ses doutes, ses espoirs sont mis en exergue dans un environnement fantaisiste. Je note également la mise en parallèle de l'aspect paternel avec la dimension très féminine développée dans la société Outrilienne qui est très clairement une société matriarcale. Les descriptions de l'auteure sont à ce sujet très riches et très détaillées. Et il est très intéressant de voir évoluer les deux aspects, l'un illustré par le rôle de père de Fitz, l'autre par cette société Outrilienne, qui rappelle parfois des peuplades type Amazones de la Grèce Antique sauf que l'aspect guerrier est ici véhiculé par les hommes et non les femmes.
De fait Robin Hobb parle de tous les pères et sort littéralement de l'univers de fantasy pour s'adresser aux pères que nous sommes et interroge réellement la question de la paternité à travers son héros. Car ce que vit Fitz Chevalerie, nous le vivons tous. C'est à mon sens le meilleur argument prouvant que la fantasy peut être une littérature adulte s'adressant à des lecteurs en âge d'avoir des enfants. C'est également une question de respect car Robin Hobb a bien compris que son lectorat a bien grandi depuis le premier tome et les 13 ans de Fitz. Celui ci est devenu un homme, un père, et c'est sa prise de conscience que nous raconte l'auteure. Et entre nous c'est beaucoup plus passionnant qu'une banale histoire de dragons à trucider pour obtenir la main de la jolie princesse, qui est, rappelons le tout de même, le postulat principal de l'intrigue en question.... Je ne sais pas vous mais moi j'ouvre le volume suivant....!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
idevrieze
  05 février 2015
le clan d'art définitivement formé ?
C'est bien là la question car nous avons Umbre qui est un peu branlant (ne m'excuse pas Umbre, je ne t'aime pas du tout en ce moment). Fitz, bien entendu qui s'en prend plein la tronche (câlins) Devoir qui devient un roi, un vrai, un tatoué. Lourd qui chouine (oui mais c'est Lourd... Dans tous les sens du terme d'ailleurs). Et bien entendu, on entend parler d'Ortie. Et cela évolue bien d'ailleurs de ce côté. Pas dans le sens que Fitz voudrait d'ailleurs (ni dans le mien). Mais on est bien obligé d'en arriver là entre les machinations d'Umbre, la volonté du prince, toussa toussa.
Et là j'ai envie de dire : Mais vous pourriez pas le laisser tranquille Fitzounet ? Parce que le pauvre, dès qu'il a quelque chose, ou dès que quelque chose de bien se passe dans sa vie (ou au moins neutre), paf. On lui rajoute des trucs pour le tabasser (moralement ou physiquement, c'est au choix selon les tomes). Et après, la compagnie va dire qu'il n'est pas très coopératif. Tu m'étonnes. Mais moi je me serai déjà barrée et depuis longtemps. Loyauté envers les Lonvoyants ou pas d'ailleurs. Faut pas pousser. Et qui va s'attirer les bouderies du Fou en définitive ? Je ne vous maintiens même pas le suspense car on connaît tous la réponse.
Alors oui, je suis en pétard. Martyriser un héros. Ca va bien deux minutes. Mais à ce point, c'est au delà de la torture ! Alors certes, Fitz n'est pas parfait. Mais il faut avouer qu'il fait sans arrêt des sauts de puce entre divers paniers de crabe. Un jour, j'irai dans le livre et je dirai les 4 vérités à tout ce beau monde (mais pas demain, demain on lit le tome 12).
Bref ! le clan d'art (oui parce que bon.). On pourrait dire qu'il est pratiquement au point, compte tenu des lacunes de tout le monde. Et il est vrai que Fitz n'est pas le meilleur des pédagogues (en même temps, comment on lui a appris des trucs lui... Bref). Mais cela évolue et on a un vrai sentiment d'unité là dedans. du moins, on y approche grandement.

Devoir s'est embarqué dans un de ces trucs....
Oui parce que le Devoir, il doit décapiter un dragon pour pouvoir épouser la Narcheska. Déjà, il a bon dos parce que la pimbêche, je ne lui aurai même pas offert un bouquet de mauvaises herbes. Bref, on part dans une quête noble, chevaleresque, toussa toussa. Il se déplace dans la pays concerné. Et hop ! Il se tape de la bouffe infâme, des réunions à n'en plus finir. Tout ça pour s'entendre dire qu'il est bien obligé de le faire mais que cela peut déclencher une guerre. Bah tiens !
En espérant qu'il s'en sorte, bien entendu, parce que là, c'est franchement pas gagné. Mais on sent qu'il progresse (au moins.) Sur ce, je vous laisse les loupiots, j'ai un tome 12 sur le feu (on approche de la fin ! Yes !)
Lien : http://labibliodekoko.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Ptitelfe
  08 février 2015
Comme souvent au début de ses adaptations de trilogies en VF, la première partie est toujours longue à se mettre en place et j'ai souffert par moment de ces ralentissements. Les chapitres sont assez conséquents mais chacun inclus plusieurs évènements inhérents à l'histoire, par exemple : on passe d'une discussion entre Fitz et Umbre à sa promenade nocturne seul face à ses réflexions.
Lourd est lourd, car il est constamment malade et chouineur, et souffre à nouveau du regard malveillant des autres (matelots ou bien membre de la cour d'Outremer). Umbre est insupportable, à vouloir le jeter par-dessus bord. Il semble cacher bien des choses à ses confrères du clan d'Art.
Fitz souffre toujours entre son fils adoptif, Ortie, le souvenir de Molly, les décisions qu'il subit et les contretemps d'Art…. On le découvre régulièrement perdu dans les rêves d'Ortie, discutant via l'Art et étant poussé, pour le bien être de Burrich, à lui révéler certains faits qui risquent de tout remettre en cause. Sans compter l' apparition de Tintaglia qui vient mettre aussi le Bazard, même si son seul but à elle est de savoir si Glasfeu existe réellement pour la survie de ses descendants…
Ortie, Devoir et Trame sont les personnages auxquels je m'attache de plus en plus dans cette saga ! Ortie est pleine de ressources, et même si ces apparitions ne sont qu'oniriques, elle semble avoir un fort tempérament et une puissante maîtrise de l'Art ! Devoir prend en maturité, même si par moments, les histoires de coeur n'aidant pas, on le surprend à vouloir être un adolescent quelconque. Et Trame est un personnage surprenant, mystérieux, et j'espère en apprendre plus sur lui à l'avenir.
La magie du Vif est peu présente mais survole toujours le récit, notamment grace à la présence de Lestre.
Les voyages sont longs, on ressent que ces habitants de Castelcerf ne sont pas des marins, contrairement aux personnages des Aventuriers de la mer, issus principalement de Terrilville ou Jamelia.
L'outremer m'a fortement rappelé le mode de vie des Norns dans Guild Wars 2 (jeu de rôle en ligne multijoueur) notamment par ses paysages montagnards mais aussi par les noms donnés aux différents membres de la cour ou simplement par les prénoms des habitants.
Le fou est peu présent dans cette première partie et ce qui se passe entre lui et Fitz me touche beaucoup. C'est vraiment LE personnage haut en couleur, surprenant, attachant, rusé et plein de secrets et de mystères !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
BoterdaelBoterdael   26 janvier 2012
L'homme ne craint aucun rival. Vous avez oublié ce que c'est de partager votre territoire avec des créatures d'une supériorité aussi orgueilleuse que la vôtre. Vous croyez pouvoir arranger le monde à votre convenance, alors vous dressez des cartes et vous y tracez des lignes en affirmant posséder la terre parce que vous pouvez dessiner des frontières. Les plantes qui y poussent, les bêtes qui y résident, vous les dites vôtres, vous vous appropriez non seulement ce qui vit aujourd'hui mais ce qui se développera demain et l'employez comme bon vous semble. Puis, obéissant à votre nature présomptueuse et violente, vous déclarez des guerres et vous entre-tuez pour les lignes que vous avez imaginées sur la face du monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
steppesteppe   17 décembre 2010
Nous éprouvons parfois un sentiment d'injustice quand des évènements anciens resurgissent pour planter leurs griffes dans notre flanc et dévoyer le suite de notre existence. Pourtant, il faut peut-être y voir au contraire une suprême justice : nous sommes la résultante de tous nos actes ajoutés à ceux dont nous avons été victimes ou bénéficiaires. Nul ne peut y échapper.
C'est ainsi que tout ce que le fou m'avait dit et tout ce qu'il avait tu s'additionna, et le total fus que je le trahis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
NathalCNathalC   20 janvier 2020
Nous éprouvons parfois un sentiment d'injustice quand des événements anciens resurgissent pour planter leurs griffes dans notre flanc et dévoyer la suite de notre existence. Pourtant, il faut peut-être y voir au contraire une suprême justice : nous sommes la résultance de tous nos actes ajoutés à ceux dont nous avons été victimes ou bénéficiaires. Nul ne peut y échapper.
Commenter  J’apprécie          210
gouelangouelan   21 mai 2014
" Je ne suis pas celui que j'étais à la naissance; toi non plus; personne à ma connaissance. En vérité, Fitz, nous ne voyons jamais que des facettes des autres; peut-être avons-nous le sentiment de bien connaitre quelqu'un quand nous percevons plusieurs de ses facettes. Père, fils, frère, amant,époux...nous pouvons être tout cela sans que quiconque nous connaisse dans tous ces rôles..."
Commenter  J’apprécie          140
Koneko-ChanKoneko-Chan   09 août 2013
J'ouvris la porte et je sus aussitôt que le fou était passé dans la pièce : il avait laissé un présent sur la table près de mon fauteuil. Je m'en approchai et, du bout de l'index, suivis l'échine d'Œil-de-Nuit. La sculpture représentait mon loup jeune, un lapin mort étendu mollement sur ses pattes de devant. La tête levée, il me regardait de ses yeux sombres empreints d’intelligence et de patience.
Je le pris. J'avais vu le fou commencer la sculpture assis à la table de ma chaumine. Je n'en avais pas deviné le sujet et j'avais oublié qu'il avait promis de me la montrer une fois achevée. Je touchai la pointe des oreilles dressées d'Œil-de-Nuit, puis je m'installai dans mon fauteuil et contemplai le feu, mon loup au creux des mains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Robin Hobb (41) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robin Hobb
Cinq femmes qui écrivent de la science-fiction.
autres livres classés : fantasyVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Robin Hobb

Comment se nomme le seul roman de SF écrit par Robin Hobb?

Alien
Terre étrangère
Alien Earth
Aliens

10 questions
215 lecteurs ont répondu
Thème : Robin HobbCréer un quiz sur ce livre

.. ..