AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Arnaud Mousnier-Lompré (Traducteur)
EAN : 9782290316290
413 pages
Éditeur : J'ai Lu (31/01/2002)
4.26/5   2069 notes
Résumé :
Ravagé, pillé, le royaume des Six-Duchés plie sous le joug de l'envahisseur. Les navires de guerre ne parviennent plus à tenir les Pirates rouges en respect. Dans le pays, les dissensions éclatent entre les duchés côtiers, qui doivent supporter les incessantes attaques de l'ennemi, et les duchés intérieurs qui se désintéressent de leur sort. La cour elle-même, où le vieux souverain est manipulé par Royal, n'est plus qu'un théâtre d'intrigues où règnent en maîtres le... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (120) Voir plus Ajouter une critique
4,26

sur 2069 notes
5
60 avis
4
43 avis
3
8 avis
2
1 avis
1
0 avis

fnitter
  12 janvier 2015
Et c'est reparti pour ce troisième tome ou seconde partie du livre deux en VO.

Les pirates rouges attaquent de plus belle, pendant que le roi subtil, réduit à l'état de marionnette maladive, laisse, impuissant, la défense du royaume à Vérité . Mais ce dernier, totalement absorbé par l'Art, se laisse déborder par son demi-frère Royal qui manoeuvre en coulisse pour le pouvoir. Et quand Vérité pense devoir partir pour trouver les Anciens, susceptibles d'apporter la solution définitive aux ennuis des six-duchés, il abandonne sa femme Kettricken et son homme lige Fitz dans les griffes d'un puissant comploteur.

Après un second tome décevant tant au niveau du rythme que du contenu, ce troisième opus (seconde partie) rattrape totalement et complètement les dégâts. Plus dense, plus sombre, plus tortueux. Sans pour autant être tourné action, ce n'est pas l'objet de cette série, les événements s'enchaînent, les complots se dénouent ou plutôt trouvent leur aboutissement.
Ah cet affreux et vil Royal, comme on aime le détester. Il n'y aurait pas d'histoire sans ses manigances.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          921
florencem
  08 septembre 2014
Un tome très dense. En y repensant, il y a tellement d'événements qui se déroulent dans ce tome que cela en donne presque le tournis. Je n'ai pas le souvenir que les deux précédents tomes étaient autant fournis, et j'espère que les suivants le seront tout autant, car c'est assez grisant de voir tout s'enchaîner et s'imbriquer avec une telle fluidité malgré tout ce foisonnement. Sans compter que ce tome était très intense. Il y avait une sorte d'urgence arrivé à un moment donné du roman qui ne m'a pas lâché jusqu'à la fin. C'était grisant mais en même temps inquiétant, surtout au vu des événements finaux.
Fitz s'illustre toujours dans ce tome trois. Vous allez me dire que cela est normal parce que c'est tout de même le héros, mais ce tome lui permet de découvrir tellement sur lui et aussi de le voir encore une fois évoluer. Il semble parfois n'être qu'une marionnette prise dans une toile d'araignée, contraint de ne pouvoir faire que ce qu'on lui ordonne alors qu'il voudrait faire plus. Et quand il décide de briser la toile, il se rend compte que malgré sa bonne volonté, des événements inévitables se déroulent. Plusieurs personnages disent de lui qu'il est un catalyseur, un croisement entre des destinées… Eh bien dans ce tome, cela transparaît encore plus. C'est comme si chacun de ses actes pouvaient conduire vers des milliers de possibilités. Reste à savoir si le chemin emprunté sera le bon, ou peut-être juste le meilleur. C'est assez horrifiant en un certain sens, car Robin Hobb fait de son héros un personnage d'une importance rare, et nous savons tous que ce genre de personnage n'ont pas une vie facile, et cela se vérifie à de nombreux moments du roman.
La complexité du personnage est encore une fois exploitée et détaillée. Fitz est pris entre l'enclume et le marteau. le fait d'être homme lige auprès de son roi l'empêche de vivre sa vie comme il l'entend, mais il s'est résigné en quelque sorte à cet état. Si dans les tomes précédents, il voulait s'enfuir, il a pris conscience que cela n'était pas possible mais encore plus qu'il était réellement devenu cet homme-là. le devoir qu'il a envers ses rois et son peuple devient plus une raison de vivre qu'un devoir au final, et malgré tout ce que cela lui coûte. Fitz ne cesse de m'étonner. Il agit encore avec l'élan de la jeunesse mais la maturité qu'il gagne et les forces qu'il déploie pour vaincre sont incommensurables. Il est d'ailleurs difficile de le voir subir certains événements tout au long du roman. C'est douloureux, presque intenable, mais dans le fond, on sait que cela est « nécessaire » en quelque sorte. Je ne pense pas que Robin Hobb fasse souffrir son héros à des fins gratuites.
L'autre personnage qui ressort le plus de ce roman est sans conteste Kettricken. La jeune reine se voit métamorphosée durant ce tome trois. Elle passe de l'adolescente perdue à une femme, une reine, pour qui son peuple est tout. Son rapprochement avec Vérité est la clé de voûte de ce changement à mon goût. Mais sans être dans la mièvrerie de la jeune femme amoureuse. C'est plus la reconnaissance de son époux, le fait de briller enfin dans ses yeux qui fait qu'elle s'ouvre à toutes les possibilités qui lui sont offertes. Et la jeune reine est d'une force physique et mentale incommensurables. Une personnage féminin fort qui reste « féminin ». Une reine que l'on aimerait voir triompher et obtenir ce qu'elle voudrait. Mais tout ne se passe pas comme nous le souhaiterions. Et pourtant, elle fait fasse, et je l'admire. J'ai hâte de savoir ce que lui réserve le tome quatre et peut-être les suivants.
L'histoire est enivrante. On ne s'ennuie pas une seconde. Une vraie montagne russe d'émotions. C'est intense, poignant. Les intrigues se mélangent, on entrevoit à peine tous les fils de cette immense toile d'araignée. Et lorsqu'on comprend enfin ce qu'il se trame, il est bien sûr trop tard, mais tout est tellement insidieux qu'on se demande comment cela n'aurait pas pu être bien pire. La fin du roman est presque intenable mais l'on s'accroche à un petit espoir même si le tome quatre risque d'être extrêmement triste à bien des égards…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
NathalC
  27 novembre 2019
La suite, je veux connaître la suite.
Dans ce 3ème tome, Fitz s'affirme et suit sa destinée. Bataille, vilénie, trahison, confiance, amour, amitié, tout se confond ; à qui faire confiance ?
J'adore cette série semi-fantasy, semi-médiévale.
Un régal de lecture.
Commenter  J’apprécie          501
bilodoh
  21 juin 2021
Un tome trois dans lequel la série a repris du poil de la bête…

La bête? C'est Oeil-de-Nuit, le loup avec lequel le héros est en lien grâce aux pouvoirs du Vif.

Un roman de batailles et d'intrigues avec un roi Subtil de plus en plus faible, un roi-servant Vérité qui part à la recherche des Anciens, une reine-servante toujours battante, et un prince Royal détestable.

Fitz Chevalerie n'est pas au bout de ses peines, partagé entre l'amour de Molly et le destin de Célérité, entre l'amitié de Burrich et celle de son Loup, entre la loyauté envers le roi ou ses successeurs, dans un royaume ravagé par les Pirates rouges et pillé par les amis du Prince.

Un opus réussi, mais il faudra poursuivre au tome 4 pour savoir ce qui arrivera au héros et à l'héritage des Six-Duchés…
Commenter  J’apprécie          312
latina
  09 août 2012
J'avais décidé que j'allais m'affranchir de l'emprise de cette série...Eh bien, c'est fichu !
Après quelques pages, je me suis replongée avec délice à Castelcerf : j'ai accompagné la reine-servante dans sa tristesse puis son bonheur total d'amoureuse, et enfin dans son engagement plein de compassion auprès de son peuple. En voilà une reine parfaite ! Il n'y a que dans la fantasy qu'on trouve des personnages comme ça !
Et FitzChevalerie (appelons-le par son nom complet, car il devient de plus en plus "royal" dans son comportement, càd au service du bien-être du peuple, dévoué à la bonne cause, fidèle à son roi) m'enthousiasme et me fait rire aussi par ses réactions bien masculines...Il ne comprend pas encore bien les femmes, du moins celle dont il est amoureux.
Burrich aussi, Umbre, le Fou...tous des personnages hors du commun et dont les valeurs m'enchantent : la fidélité, le service, l'engagement...Tous bien évidemment complètement à l'opposé de Royal, "le méchant" (peut-être est-il trop caricaturé, je lui aurais préféré une once d'humanité).
Et les aventures se succèdent, même s'il n'y a pas de batailles tout le temps (heureusement ! ); les aventures se passent aussi dans la tête, dans le coeur et ça, j'adore.
Bref, des 3 premiers tomes, c'est celui que je préfère ! Ma résolution de départ est complètement brisée : je VAIS continuer à lire "L'Assassin royal' (d'autant plus que la fin est insoutenable par son suspens) !! Tant pis si c'est une drogue ! Au moins cette drogue ne peut faire QUE du bien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270

Citations et extraits (84) Voir plus Ajouter une citation
CamilleBookCamilleBook   25 juillet 2021
Je regardais le fou. « Ça va ? m’enquis-je.
- Mieux que toi, répondit-il avec sincérité.
- Je parlais de ton épaule. Je croyais…
- Luxée mais pas brisée. Elle s’en sort bien mieux que ton cœur. »
Toujours ses traits d’esprit ; mais j’ignorais qu’il était capable de manier l’humour avec autant de compassion.
Commenter  J’apprécie          20
fnitterfnitter   13 janvier 2015
De pierre étaient leurs os, de la pierre aux veines scintillantes des Montagnes ; leur chair était faite des sels étincelants de la terre ; mais leur cœur était fait du cœur d'hommes sages.
Ils vinrent de loin, ces hommes, par un long et pénible chemin. Ils n'hésitèrent pas à se dépouiller d'une vie dont ils s'étaient lassés. Ils achevèrent leurs jours et entamèrent l'éternité, il rejetèrent la chair et endossèrent la pierre, ils laissèrent tomber leurs armes et s'élevèrent sur des ailes nouvelles : les Anciens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
fnitterfnitter   15 janvier 2015
Combien de temps peux-tu faire esprit commun avec une créature qui se gratte, qui se lèche, qui se roule dans la charogne, qui devient folle quand une femelle est en chaleur, qui ne pense pas plus loin que son prochain repas avant de faire tiennes ses valeurs ? Que seras-tu alors ?
Un soldat de la garde, fis-je.
Commenter  J’apprécie          660
fnitterfnitter   14 janvier 2015
L'exercice qui permet de se concentrer est simple. Il suffit de cesser de penser à ce que l'on veut faire, de cesser de penser à ce que l'on vient de faire ; puis de cesser de penser que l'on a cessé d'y penser ; alors on trouve le Maintenant, le temps qui s'étend sur l'éternité et qui est le seul temps qui existe réellement. En ce lieu, on a enfin le temps d'être soi-même.,
Commenter  J’apprécie          432
fnitterfnitter   13 janvier 2015
Parfois, il est plus facile de retirer un poignard du corps d'un homme que de lui demander d'oublier les paroles qu'on vient de prononcer.
Commenter  J’apprécie          991

Videos de Robin Hobb (41) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robin Hobb
Cinq femmes qui écrivent de la science-fiction.
autres livres classés : fantasyVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Robin Hobb

Comment se nomme le seul roman de SF écrit par Robin Hobb?

Alien
Terre étrangère
Alien Earth
Aliens

10 questions
218 lecteurs ont répondu
Thème : Robin HobbCréer un quiz sur ce livre