AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Éditeur : J'ai Lu (01/03/2014)

Note moyenne : 4.61/5 (sur 114 notes)
Résumé :
Bâtard du prince chevalerie, le jeune Fitz grandit dans l'ombre de la forteresse de Castelcerf, où le roi subtil ambitionne de faire de lui son assassin personnel. Mais pour survivre, et avant même d'apprendre à manier la lame, il lui faudra faire preuve d'une connaissance parfaite des arcanes de la politique.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Soleney
  14 septembre 2018
[Alerte spoilers ! Je ne vais pas pouvoir m'empêcher de décortiquer tout le roman.]
L'Assassin royal est un série emblématique de la fantasy des années 90-2000. Cycle au long court, composé de plusieurs trilogies, certaines ayant un lien chronologique et d'autres ayant de nouveaux personnages et une nouvelle intrigue, c'est une saga-fleuve dont la dernière pierre est la trilogie le Fou et l'Assassin (en VO, The Fool and the Fitz).
Vous l'aurez deviné : c'est DENSE. L'univers est pourtant très basique : pas de faune et de flore exotiques, pas de nains, d'elfes ou d'ogres. L'histoire prend corps dans un cadre très réaliste, et hormis les quelques rares magies en activité, on pourrait se croire dans un roman historique se déroulant au Moyen-Âge.
Ce qui est dense, voyez-vous, ce sont le nombre et la complexité des personnages. Ce sont eux qui font toute la richesse du roman. Aucun n'est stéréotypé – sauf Royal. Tous entretiennent des relations riches – sauf Royal ; parce qu'il fallait un exutoire, je suppose.
Les réfractaires au genre de la fantasy pourraient s'exclamer que ça manque d'originalité. Sauf que l'intérêt de l'histoire n'est pas tant ce qu'on raconte que COMMENT on le raconte. Fitz, le personnage principal, est aussi le narrateur – un narrateur plus âgé qui revient sur les événements de sa jeunesse. Au début, il a six ans. Limité dans ses actions à cause de son âge, il est cependant doté d'un grand sens de l'observation et de beaucoup de sensibilité. Fitz est très introspectif : il essaye de se comprendre et de comprendre les autres, et grâce à son regard, c'est toute la société de Castelcerf qu'on va découvrir. Enfant bâtard d'un père déchu, personne ne fait attention à lui. Il peut donc tout entendre et tout voir.
Et Fitz grandit, lentement mais sûrement. C'est alors que l'inimitié qui règne entre lui et son oncle Royal incite son grand-père (le roi Subtil) à lui faire jurer allégeance à la famille régnante : les Loinvoyant. En échange du gîte et du couvert, Fitz va devoir se rendre utile… en devenant un second couteau. (Le pire emploi pour un enfant d'une telle sensibilité, mis qui suis-je pour contester les décisions royales ?)
Mais il y a plus grave : le jeune garçon réalise qu'il est détenteur d'une magie interdite, le Vif. Son esprit peut se mêler à celui des animaux, sentir la présence des êtres vivants, ou encore connaître leur état d'esprit sans les voir. On dit que cette magie, trop employée, ramène son porteur au rang d'animal. Mortifié par les violentes remontrances de Burrich, le jeune garçon s'emploie à cacher ce don inné. Il est donc doublement paria.
J'ai souvent reproché à Fitz d'être beaucoup trop plaintif, mais si on prend en compte sa jeunesse, son attitude est très compréhensible. Rabaissé, écarté, isolé, méprisé, il est normal qu'à l'adolescence il essaye de tirer la couverture à lui. Qu'il ne dise pas à Molly qu'il est le Bâtard. Qu'il fasse beaucoup de reproches à ses maîtres, Burrich et Umbre. Qu'il agisse parfois de manière inconséquente, voire irrationnelle.
Fitz interagit avec les Loinvoyant, mais aussi avec les serviteurs du château et les habitants de Bourg-de-Castelcerf. Cela fait beaucoup de monde, pourtant on n'est jamais perdu ! Chaque personnage est suffisamment caractéristique pour être reconnaissable, et je ne résiste pas au plaisir de vous faire une petite présentation :

Tous les personnages ont du bon et du mauvais en eux. Sauf Royal, qui est pourri jusqu'à la moelle. Non seulement il est l'ennemi principal du héros, mais il est aussi égocentrique, prétentieux, incompétent et mesquin. Tous les défauts du monde sont concentrés dans sa petite personne – c'est d'ailleurs surprenant de voir qu'ils arrivent à tous tenir en lui. Il n'a absolument AUCUNE qualité, et c'est ce que je regrette.
Viennent s'ajouter à cela l'environnement culturel des Six-Duchés : la tradition de nommer les membres de la noblesse en fonction de la qualité qu'on voudrait leur voir attribuer (Subtil, Vérité, Prudence, Chevalerie…), les fêtes, les relations avec les autres pays (les Montagnes, Calchède, Jamaillia, Terrilville…), les légendes autour d'êtres fantastiques appelés « Anciens », les légendes sur les rois de l'ancien temps (Sagesse, mais aussi Preneur, le créateur de la lignée Loinvoyant, ou encore Pie, le prince au Vif).
Et avec tout ceci, je n'ai même pas eu le temps de parler de la véritable intrigue ! Les Pirates rouges sont de plus en plus menaçants pour les côtes. Ils détruisent villes et villages sans rien emporter, simplement pour le plaisir. Pire : il semblerait qu'ils soient capables, par un moyen qu'on ignore, de « forgiser » leurs victimes (c'est-à-dire, de leur ôter tout sentiment humain). Une mère forgisée pourrait dévorer son nourrisson sans sourciller. Les forgisés pillent, tuent, volent comme des animaux doués de langage ; et ce sort est encore plus terrifiant que la mort.
C'est une saga incroyablement riche et prenante. Ça faisait trois ans que j'avais ce premier tome sur mes étagères sans oser me lancer, et je suis contente d'avoir finalement franchi le pas ! Quelques longueurs ralentissent la narration, mais ce n'est rien à côté de toutes ces qualités.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Talinna9
  14 février 2019
Attention ! ma critique va porter sur l'ensemble de la trilogie du premier tome (l'apprenti assassin) jusqu'au tome 6 de la saga le fou et l'assassin (le destin de l'assassin) qui clôture la fin de la série. Je n'ai pas lu les dyptiques se situant dans le même univers (les aventuriers de la mer, les citées des anciens...). Cette saga m'a beaucoup plût que ce soit pendant l'enfance de Fitz, sa rencontre avec Kettriken, le Fou, Oeil-de-Nuit, Burrich.... J'ai particulièrement aimé la partie où Fitz devient le père d'Abeille et où certains mystères sont révélés. Ce qui est assez surprenant dans cette série c'est qu'on s'attache à l'ensemble des personnages secondaires ou presque sauf à Fitz. Il subit complètement son destin et passe son temps à regretter ses choix. C'est clairement un anti-héros dont les mauvais choix se répercute sur l'ensemble des personnages (Molly, Ortie, Abeille). Je trouve dommage que Kettricken, Burrich et surtout Patience n'ai pas été davantage présent. C'est une saga fantastique mais ancrée dans un univers assez proche de Game of Thrones finalement (monde médiéval, dragons, magie de l'art et du vif) en un peu moins sombre. Son univers est vraiment intense et très documenté sur la partie moyennageuse, chaque personnage possède une certaine complexité (sans parler du Fou !) ce qui rend la lecture passionnante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Rhapsodie
  15 janvier 2021
1ère lecture de l'année 2021 !
Je commence par une relecture, plus exactement, car j'avais déjà lu et dévoré les six premiers tomes de l'Assassin royal quand j'étais adolescente. Cela avait été un énorme coup de coeur, et comme j'en avais que de vieux souvenirs et que je n'ai jamais poursuivi la suite des tomes, j'ai décidé de tout relire depuis le début.
Je retrouve avec plaisir la finesse de l'écriture de l'auteur et tous les bons ingrédients qui m'ont fait adoré cette longue épopée :
--> la faculté de l'auteur à nous faire ressentir les émotions complexes et la profondeur des sentiments de Fitz. Faire ressentir des émotions et rendre le lecteur empathique à un personnage principal, c'est une chose. Mais Robin Hobb pousse cet art au maximum, au point où l'on se croit vraiment Fitz, on est dans sa peau, dans ses pensées. Dans ce sens, peu importe les aventures et l'histoire, c'était déjà gagné d'avance pour moi !
--> l'univers de fantasy riche. Tout particulièrement, au-delà de l'univers heroic-fantasy médiéval maintenant plutôt banal dans l'univers fantasy habituel, les notions d'Art et de Vif, qui me parlent beaucoup. Un gros coup de coeur tout spécialement pour le Vif, qui est la faculté de ne faire qu'un avec un animal, de partager ses pensées, sensations...
Enfin, on s'attache vite aux personnages, qui deviennent familiers.
Il y a beaucoup à dire sur ce roman, et sur la série entière, mais je vais droit à l'essentiel en expliquant les raisons subjectives de mon coup de coeur : une écriture originale et très pertinente, un univers fantasy pour nous faire voyager, des émotions riches et complexes ainsi qu'un travail psychologique poussé sur les personnages, et l'originalité des notions de l'Art et du Vif.
A suivre avec les prochains tomes !
PS : tous les adeptes de cette série font partie de ma meute !
Bises,
Le lynx.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
EclaT9mps
  21 février 2021
L'apprenti assassin
Dans ce premier tome, on découvre Fitz enfant. On suit sa période d'apprentissage des jeux de la cour, mais aussi, le mode de vie des personnes plus humbles puisque Fitz n'est pas un enfant légitime. Et bien qu'il n'ait pas un pouvoir politique très grand, il se retrouve toujours acteur principal des intrigues du château.
Il apprend aussi à se servir des magies dans cet univers : l'Art et le Vif. Pratiquer l'une est un honneur, l'autre une infamie. Les deux sont très intrigantes.
J'ai bien aimé ce tome : tous les personnages sont touchants à leur façon, très différents les uns des autres et surtout très crédibles. Pour autant, il reste assez introductif : la période d'apprentissage de Fitz prend nettement plus de place que l'action. du coup, à la fin de ma lecture, je n'ai pas ressenti d'empressement à poursuivre. Pour autant, l'histoire m'a vraiment emporté et j'ai adoré l'ironie de la situation lors de la mission finale.
L'assassin du roi
Après une pause de plusieurs mois (pas loin de six), j'ai entamé le deuxième tome. Ce qui est pratique, c'est que ce tome correspond au début du deuxième dans la VO également, donc on a le droit à des rappels, bien utiles, du premier. Je ne me suis pas du tout sentie perdue.
Si le premier tome s'attachait à l'enfance de Fitz, ici il est plutôt question de son adolescence et de tous les questionnements qui vont avec. Il se rebelle, s'interroge et cherche la direction qu'il veut suivre pour sa vie.
L'auteur détaille les points de vue des personnages sans jugement, sans en mettre un en valeur plutôt qu'un autre. Si bien que leurs réflexions ne sont pas des conflits destinés à trouver qui a raison, mais au contraire, chacun enrichit la vision de l'autre et le fait réfléchir.
La nef du crépuscule
Pas compris ce titre, bref.
Après une petite pause d'un mois, j'ai eu le plaisir de reprendre ma lecture. Et s'il y a bien quelque chose que je remarque tout de suite quand je reviens à cette saga, c'est la magnifique plume de l'auteure. Elle a une écriture parfois poétique, et la manière de raconter est toujours très belle. On se coule dans l'univers et on se laisse simplement porter.
Emporter ici, mais vers des complots et des problèmes. Car l'intrigue s'accélère vraiment et tout ce qui avait été mis en place jusque-là explose d'un coup. Je ne pouvais plus lâcher le livre !
On s'est attaché aux personnages petit à petit, sans s'en rendre compte. Puis on a le coeur qui se serre lorsqu'ils sont en danger. La situation devient peu à peu insoutenable, on sent le danger qui guette. J'aurais presque rêvé rentrer dans l'histoire pour tout remettre en place et sauver mes protégés.
Et puis une fin qui promet du lourd pour la suite. D'ailleurs, je me la suis déjà procurée !
***
Du très bon, donc. Tentez la lecture ! C'est intelligent et prenant.
Lien : https://ecla-temps.fr/lassas..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
judie
  29 juin 2019
L'Assassin Royal est un livre de fantaisy conseillé par ma soeur. Et elle a bien fait de me dire que cette série était géniale ! Car elle l'est, avec un mélange de politique et d'action.
Commençons par le début : le tome 1, l'apprenti assassin. C'est un tome qui donne tout ce qu'on peut attendre de lui. Il présente les personnages, le monde des Six Duchés, mais on reste sur sa faim. En fait, ce tome raconte surtout l'apprentissage de Fitz, et même si c'est intéressant et essentiel pour la suite, au bout de 300 pages, c'est un peu lassant, il n'y a pas beaucoup de péripéties. L'action arrive dans les 50 à 60 dernières pages, et c'étai tellement bien qu'on en veut plus !
Heureusement que le tome 2 (et 3 dans la version française) est là ! L'intrigue autour de Royal et des Pirates Rouges devient de plus en plus intense, et lâcher l'histoire est compliqué. On ressort de cette intégrale avec pas mal de questions, qui donnent envie de poursuivre l'histoire.
Concernant le récit, la plume de Robin Hobb est magique. Elle écrit superbement bien ! Il peut y avoir des longueurs, mais comme on pense savoir où l'auteur veut en venir, et que l'on sait que c'est essentiel à la bonne compréhension de l'histoire, cela passe.
C'est un livre que je conseillerais donc immédiatement aux fans de fantaisie politique !

Lien : https://www.babelio.com/livr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
SoleneySoleney   28 juin 2018
Une fois, alors que j'étais tout enfant, je lui avais demandé s'il avait déjà perdu un combat ; il venait de soumettre un jeune étalon rétif et s'occupait de le calmer dans son box. Burrich avait souri en découvrant des dents aussi blanches que celles d'un loup ; la sueur perlait à son front et ruisselait dans sa barbe. Par-dessus la cloison de la stalle, il m'avait répondu, le souffle encore court : "Si j'ai perdu un combat ? Le combat n'est fini que lorsque tu l'as gagné, Fitz. Le reste, tu peux l'oublier."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
SoleneySoleney   04 juillet 2018
— Fou..., dis-je, embarrassé, tu es mon ami, je sais ; mais je n'aime pas te laisser dans ma chambre pendant mon absence.
— Je n'aime pas non plus qu'on entre dans la mienne en mon absence, repliqua-t-il d'un air malicieux.
Je rougis.
— C'était il y a longtemps. Et je me suis excusé de ma curiosité. Je te jure que je n'ai jamais recommencé.
— Moi non plus, je ne recommencerai pas, après aujourd'hui. Et à ton retour je te présenterai mes excuses. Ça te convient ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
EclaT9mpsEclaT9mps   21 février 2021
Umbre m’interrompit d’une voix douce : « Mon garçon, ne cherche jamais à te croire autre chose que ce que tu es, tout comme moi : un assassin. Nous ne sommes pas les agents miséricordieux d’un roi plein de sagesse, mais des assassins politiques qui donnent la mort pour permettre à notre monarchie de se maintenir. Voilà ce que nous sommes.
Commenter  J’apprécie          40
SoleneySoleney   26 juin 2018
— Chercherais-tu à me dire quelque chose ?
[...]
— Seulement que tu ferais bien de toucher le moins possible, voire pas du tout, aux aliments que tu n'auras pas préparés toi-même.
— À tous les banquets et à tous les festins qu'il y aura ?
— Non. Uniquement à ceux auxquels tu voudras survivre.
Commenter  J’apprécie          20
NauNau   20 juin 2018
Ne fais jamais ce que tu ne peux défaire avant d’avoir réfléchi à ce que tu ne pourras plus faire une fois que tu l’auras fait.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Robin Hobb (41) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robin Hobb
Cinq femmes qui écrivent de la science-fiction.
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Robin Hobb

Comment se nomme le seul roman de SF écrit par Robin Hobb?

Alien
Terre étrangère
Alien Earth
Aliens

10 questions
216 lecteurs ont répondu
Thème : Robin HobbCréer un quiz sur ce livre