AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2756416959
Éditeur : Pygmalion-Gérard Watelet (27/01/2016)

Note moyenne : 4.31/5 (sur 248 notes)
Résumé :
FitzChevalerie et le Fou ont changé le cours de l'histoire. Puis leurs chemins se sont séparés. Le bâtard de sang royal s'est détourné de ses activités pour mener une existence paisible à Flétribois, quant à son fidèle compagnon, il n'en a plus entendu parler. Jusqu'à ce qu'il le retrouve, mutilé, au hasard d'une balade avec Abeille. Les graves problèmes de santé de son vieil ami et les intrigues à la cour font baisser la garde de Fitz alors que survient le pire : s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (48) Voir plus Ajouter une critique
NathalC
  16 mars 2020
Décidément, je suis prise au piège de cette série qu'est L'assassin royal et sa suite le fou et l'assassin.
Dans ce tome, on retrouve Fitz, le fou, Umbre, Ortie... On se retrouve à Castelcerf. Les intrigues reprennent.
J'ai hâte de découvrir la suite de l'histoire, et en même temps, je souhaite prolonger le plaisir de cette lecture. Magie de l'Art, magie du Vif, d'autres magies font leur apparition. D'autres mystères se profilent.
Robin Hobb a vraiment le talent de nous emporter dans son univers.
Commenter  J’apprécie          410
lyoko
  09 juillet 2016
Et voilà, ce que je craignais est arrivé... nous allons encore avoir droit a une multitude de tomes avant de connaître l'épilogue de ce roman.
Dans un sens ce n'est pas pour me déplaire parce que je lis les aventures de Fitz avec un très très grand plaisir. J'aime beaucoup la façon de Robin Hobb de nous tenir en haleine et j'avoue qu'en général quand j'ai les aventures de l'assassin entre les mains je les lis d'une traite.
D'autant que j'ai une affection particulière pour quasi tous les personnages... j'aimerais juste de Fitz rerouve un compagnon de vif aussi bon que son loup.. il me manque quand même au fil des pages.
Mais d'un autre côté L'auteure met à mal ma patience et ma curiosité...
Ce tome est pour moi agréable car on y retrouve le fou et Umbre y est assez présent... je n'en dirais pas plus, le plus simple est de se délecter avec ce roman de fantasy
Commenter  J’apprécie          382
domisylzen
  03 mars 2017
Enfin FitzChevalerie, encore pour un temps Tom Blaireau, et le Fou se retrouvent. Mais les retrouvailles se passent mal et Fitz ne reconnait pas son ami et manque de le tuer. Occupé à le soigner à Castlecerf, Flétribois est saccagé par des inconnus cherchant le fils du fou. du personnel est tué, des bâtiments incendiés. Abeille, la fille de Fitz, et demoiselle Evite sont enlevées. La neige tombe fort et toutes traces et rapidement effacées. Un sort semble frappé Flétribois car les survivants ne se rappellent de rien.
Plus de mal à rentrer dans ce troisième tome et pourtant j'attendais les retrouvailles des deux personnages centraux avec impatience. L'histoire tourne et retourne, sans prendre de réelle direction stressant ma lecture. Abeille est enlevée et Fitz ne le sait pas. J'ai eu beau hurler pour le prévenir, rien n'y a fait. Franchement laissé Abeille sans défense alors qu'on est l'ancien assassin royal, non mais j'vous jure ! Qu'y a-t-il dans son cerveau ! Si le mien est de poulet que dire du sien ! Un poussin ! Ouais sûrement. Finalement l'histoire finit par trouver son chemin pour mon plus grand plaisir et je retrouve toute la maitrise de Robin Hobb.
Avec ces trois tomes France Loisir annonce : série complète. J'crois que je me suis fait un peu b…. Euh avoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          321
boudicca
  21 mars 2016
En ce début d'année 2016 Pygmalion poursuit sa publication hachée de la dernière série en date de Robin Hobb : « Le fou et l'assassin » (inutile de revenir sur le gâchis que représente un tel découpage de ces romans pourtant peu épais en version originale...). On retrouve donc pour la seizième fois (du moins en France) l'univers et les personnages de « L'assassin royal » à commencer par le plus emblématique d'entre eux : Fitz Chevalerie Loinvoyant, anciennement assassin pour le compte de la famille royale désormais reconverti en simple propriétaire terrien aspirant à se tenir éloigner des intrigues de la cour de Castelcerf. le retour impromptu du Fou, sans doute le personnage le plus insaisissable et le plus attachant de la série, va toutefois remettre en question un certain nombre de choses, à commencer par le rôle de père de notre héros. Si le précédent tome laissait justement avant tout la parole à son étrange petite fille Abeille, le principal narrateur redevient ici Fitz, enfin de retour dans le château de son enfance. S'il n'est pas particulièrement riche en actions, ce seizième volume l'est en tout cas en nostalgie ! Difficile en effet de ne pas s'émouvoir du retour de l'ancien assassin dans la demeure qui l'a vue grandir et dans laquelle se déroulait une bonne partie de l'intrigue des tomes précédents.
Or, si le protagoniste a l'impression de retourner enfin chez lui après une longue absence, il en va un peu de même pour le lecteur qui se trouvera tout bêtement ému de retrouver la salle du trône, la tanière d'Umbre ou encore la chambre d'enfant de celui qui n'était au début de la série qu'un encombrant bâtard. Les retrouvailles (très attendues) avec le Fou valent elles aussi le coup, même si l'auteur se plaît à jouer avec son lecteur et à retarder les révélations de ce dernier concernant les Prophètes blancs (qu'on soupçonne depuis le début d'être impliqué ici). Il est également plaisant d'entendre ici ou là des échos des événements s'étant déroulés peu auparavant dans d'autres parties de cet univers et auxquels l'auteur avait consacré plusieurs séries (« Les aventuriers de la mer » ; « Les cités des anciens »…). le réveil des dragons, la santé du duc de Chalcède, les soucis rencontrés par les marchands de Terrilville… : autant de clins d'oeil que ne manqueront pas de relever et de savourer les connaisseurs de la géographie du monde de Robin Hobb. Comme souvent chez l'auteur on passe malgré tout davantage de temps à assister à des conversations ou à suivre le fil de la pensée du narrateur qu'à courir d'un endroit à un autre ce qui donnera sans doute à certains l'impression que le roman traîne un peu trop en longueur.
Un seizième tome qui fait au final peu avancer l'intrigue générale mais qui se lit malgré tout avec grand plaisir en raison de la nostalgie qu'il ne manque pas d'éveiller chez les lecteurs des précédentes séries de l'auteur. Ne reste plus qu'à attendre la suite...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Arakasi
  05 juin 2018
Comme d'habitude, Fitzounnet, malgré sa formation d'espion et d'assassin, est la dernière personne à être au courant de ce qui se passe dans le Royaume des Six-Duchés, y compris quand les événements en question le concernent directement. Il ignore donc que sa fille, Abeille, vient d'être enlevée par un groupe de mercenaires chalcédiens, alors qu'il ramenait le Fou blessé à Castelcerf. le titre de ce troisième tome, “En quête de vengeance”, est donc (oserais-je dire “comme d'habitude” ?) fort mal choisi, puisque Fitz y consacrera la majorité de son temps à se ronger les sangs pour son ami à Castelcerf, sans songer un seul instant à aller trucider d'hypothétiques ennemis. Comme vous le devinez aisément, ce n'est pas dans ce tome que l'intrigue va prendre un rythme foudroyant…
Est-ce un mal ? Pour le moment, non, même si cela pourrait le devenir. Si le manque d'interconnections entre les intrigues de Fitz et Abeille peut frustrer le lecteur, celui-ci prendra tout de même plaisir à retrouver l'ambiance si particulière de Castelcerf, un peu comme on enfilerait une confortable paire de vieilles pantoufles. En effet et comme ne l'indique pas du tout son titre, ce troisième tome laisse la part belle à la nostalgie et comporte certaines des scènes les plus émouvantes de la saga - je pense à l'une d'elles en particulier qui a bien failli m'arracher des larmes de pur bonheur. Après tout ce temps et toutes ces épreuves, on est si content de voir Fitz accéder à un peu de reconnaissance quand on oublierait presque les douleurs et les combats encore à venir... J'avoue avoir été aussi beaucoup touchée par le développement du personnage d'Umbre, le vieux et redoutable mentor de Fitz, que l'on découvrira dangereusement vulnérable face à une épreuve aussi cruelle qu'inattendue. Les deux assassins royaux, le vieux et le moins vieux, se réuniront encore une fois dans l'adversité pour protéger ce qui leur est le plus cher. Quitte à mettre notre patience un peu à l'épreuve, Robin Hobb continue donc à faire lentement monter la sauce. Espérons que la suite se révèlera à la hauteur et - si possible - un poil plus active.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
Koneko-ChanKoneko-Chan   08 juin 2017
Et moi ? Comment décrire ce que j'éprouvais à cette réhabilitation ? Je me tenais parmi tous ces gens, inconnu, invisible, mais j'avais le sentiment que nous étions enfin rentrés chez nous, mon loup et moi. Une peine brutale me saisit à l'idée que le Fou n'était pas là pour entendre Astérie, et je me rendis compte que je tremblais comme si je sortais d'un froid terrible et que la chaleur refluât dans mon corps. Je ne pleurais pas, et pourtant les larmes qui coulaient de mes yeux m'empêchaient d'y voir clairement.
Devoir balayait la foule du regard ; je savais qu'il me cherchait, mais sous mon déguisement de sire Granit. Sire Umbre se dressa et s'éloigna lentement de sa place à la table haute ; je pensais qu'il allait rejoindre Kettricken, mais son pas se fit hésitant puis il commença à se frayer un chemin dans l'assemblée. Je le suivis des yeux, intrigué, puis compris avec épouvante qu'il m'avait vu et se dirigeait droit vers moi.
NON ! artisai-je, mais il était totalement fermé – non pour m'empêcher de l'atteindre mais pour conserver en lui ses émotions. Parvenu près de moi, il m'agrippa fermement le poignet. « Umbre, non, je vous en prie ! » fis-je d'un ton implorant. Avait-il perdu la raison ?
Il me regarda ; il avait les joues mouillées de larmes. « Il est temps, Fitz ; il est temps et plus que temps. Viens, viens avec moi. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
DavalianDavalian   22 février 2016
Il n'existe pas de chemin qui mène au lendemain, Fitz ; le chemin, c'est le présent ; il n'y a que ça et il n'y aura jamais que ça. Tu peux agir peut-être sur tes dix prochaines respirations, mais ensuite le hasard te saisit dans sa gueule : un arbre te tombe dessus, une araignée te mord la cheville, et toutes tes belles stratégies pour gagner une bataille s'écroulent. Nous n'avons que le présent, Fitz, et c'est dans le présent que nous agissons pour rester en vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
NathalCNathalC   15 mars 2020
Il n'existe pas de chemin qui mène au lendemain, Fitz ; le chemin, c'est le présent ; il n'y a que ça et il y aura jamais que ça. Tu peux agir peut-être sur les dix prochaines respirations, mais ensuite le hasard te saisit dans sa gueule : un arbre te tombe dessus, une araignée te mord la cheville, et toutes tes belles stratégies pour gagner une bataille s'écroulent. Nous n'avons que le présent, Fitz, et c'est dans le présent que nous agissons pour rester en vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
DavalianDavalian   15 février 2016
Qu'est-ce qu'un secret ? C'est beaucoup plus qu'une information qu'on partage avec quelques personnes choisies, voire une seule. C'est du pouvoir ; c'est un lien ; ce peut être une marque de profonde confiance, ou bien la plus terrible menace imaginable.
Il y a du pouvoir dans la conservation d'un secret, et du pouvoir dans sa révélation. Il faut parfois faire preuve de beaucoup de discernement pour savoir quelle voie mène à la plus grande influence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
AkyahAkyah   26 juin 2016
Mon cœur se serra: nous avions chassé autrefois, mon loup et moi, là où paissaient aujourd'hui les brebis. Le monde doit changer, et , pour je ne sais quelle raison, les hommes, afin d'assurer leur prospérité, empiètent toujours plus sur les bêtes et les lieux sauvages. Il était peut-être ridicule d'éprouver tant de regret pour ce qui n'était plus, et seuls peut-être l'éprouvaient ceux qui à la fois habitaient le monde des humains et celui des animaux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Robin Hobb (43) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robin Hobb
Robin Hobb - Le fou et l'assassin. Volume 6, Le destin de l'assassin
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Robin Hobb

Comment se nomme le seul roman de SF écrit par Robin Hobb?

Alien
Terre étrangère
Alien Earth
Aliens

10 questions
208 lecteurs ont répondu
Thème : Robin HobbCréer un quiz sur ce livre
.. ..