AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Véronique David-Marescot (Traducteur)
ISBN : 2290356921
Éditeur : J'ai Lu (04/05/2007)

Note moyenne : 4.33/5 (sur 563 notes)
Résumé :
Une vivenef maudite et aveugle ; un équipage composé de coupe-jarrets; un ennemi armé jusqu'aux dents. C'est dans ces conditions pour le moins précaires qu'Ambre, Althéa et Brashen embarquent sur le parangon enfin remis à flots. Le temps presse car la Vivacia doit être arrachée des mains du pirate Kennit avant que celui-ci ne se soit définitivement attaché l'âme de la Vivenef. La situation n'est guère plus reluisante pour les membres de la famille Vestrit restés à T... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (35) Voir plus Ajouter une critique
Eric76
  21 juillet 2016
" L'éveil des eaux dormantes ! " Un titre approprié pour le sixième tome de cette grande saga. Il faut toujours se méfier de l'eau qui dort... Ses profondeurs peuvent recéler bien des surprises : bonnes ou mauvaises.
Bonne ou mauvaise surprise , Parangon la vivenef folle cinglant vers le grand large ? les terrifiants et voraces serpents de mer retrouvant la mémoire ?
Bonne ou mauvaise surprise, la cité de Terrilville en proie à l'avidité des hommes ? le dragon Tintaglia s'en revenant du royaume des morts ? le généreux et cynique Kenit qui attend d'être sacré roi des pirates ?
Sixième tome ! Et je suis toujours sous le charme de cette grande fresque où les hommes aux sentiments exacerbés côtoient, pour le meilleur et le pire, magie et créatures fantastiques.
Je ne me lasse pas de la beauté sauvage d'Althéa, de la détermination farouche de Malta, de l'héroïsme gratuit du tendre Hiémain... La flamboyance du pirate Kenit m'impressionne toujours autant. Jusqu'à cet imbécile de Kelly, enfermé dans sa geôle, qui parvient à me manquer. Mais je sais que, d'une manière ou d'une autre, notre abruti refera surface avant la fin de cette formidable épopée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
Yendare
  02 décembre 2018
C'est le sixième tome que j'ai lu d'affilée de cette très bonne série et ce tome-ci est pour le moment l'un de mes préférés. Les évènements s'enchaînent à une vitesse folle. On apprend enfin ce que sont en réalité les vivenefs et les serpents de mer bien que nous commencions à nous en douter, le dernier dragon encore en vie en attendant ne semble pas prêt à mourir et s'accroche de toutes ses forces à Reyn mais aussi à Malta. Dans ce tome l'évolution du personnage est flagrante et je suis curieux de voir comment celle-ci continuera d'évoluer et bien que Kyle soit un monstre j'espère pour elle qu'elle reverra encore au moins une fois son père ou du moins ce qui en reste, il faudra déjà pour cela qu'elles survivent elles-mêmes car celle-ci à la fin de ce tome est plus que mal barré en étant d'autant plus en présence d'une très désagréable compagnie, j'apprécie de plus personnage qui n'a vraiment pas froid aux yeux et qui est prêt à faire de terrible sacrifice pour ceux qui lui sont sa chère. La situation à Terrilville explose enfin dans ce tome et l'évolution de la situation dans les prochains tomes promet d'être intéressante. Les personnages n'ont jamais été aussi dispersé les uns des autres à la fin de ce tome et la survive de certain et plus qu'incertaine. Pour Althéa, Brashem et Ambres à bord du Parangon la situation n'est pas des plus simples non plus mais cela n'est pas une très grande surprise leur entreprise étant je pense complètement folle. Je suis très curieux de savoir comment cette piètre tentative de sauvetage finira, bien que je pense pour ma part qu'elles ne puissent se terminer que par un désastre d'autant plus que la Vivacia ne voudra sans doute pas rentré bien tranquillement à Terrilville quand bien même le problème de Kennit serait résolu.
Les évènements s'enchaînent donc ici à une vitesse folle ne laissant aucun répit aux lectures, j'ai pour ma part tourné avec frénésie les pages du roman dès que la moindre occasion se présentait la plus dure étant ici de me raisonner à lâcher ce roman pour me plonger dans mes cours qui me semblaient pour le coût beaucoup moins passionnant.
Un très bon tome donc pour une série auquel je commence dangereusement à m'approcher (déjà !) de la fin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Koneko-Chan
  02 août 2013
Quel tome, mais quel tome ! Sans aucun doute mon préféré de la série (du moins sur les 7 premiers x)). J'en suis même venue à me dire que je préférais les Aventuriers de la Mer à l'Assassin Royal (normal, je suis en train de les lire... on verra si je ne change pas d'avis en lisant la suite de l'AR ^^), alors que j'avais quelques appréhensions et hésitations sur cette série. Au final, je ne regrette pas un instant de la lire entre les tomes 6 et 7 de l'Assassin Royal.
Il y a une multitude d'actions dans ce tome ! Déjà, on a le lancement de Parangon pour lequel je trépignais d'impatience. Et comme prévu, celui-ci réagit plutôt mal au début. Quelle Vivenef imprévisible ! On en apprend plus sur les natures des vivenefs dans ce tome et le lien entre elles et les serpents de mer se clarifie, et on a enfin quelques réponses aux grandes questions que l'on se pose.
L'arrivée du Gouverneur a Terrilville met en avant les complots des nobles de Jamaillia, et il n'y a qu'une solution pour que la situation ne dégénère pas : il faut placer le Gouverneur en lieu sûr ! Tout ceci va entraîner Malta et sa famille dans le désert des Pluies. Malta, dont l'importance grandit encore dans ce tome. Elle m'a beaucoup impressionné, j'ai du mal à penser qu'il y a à peine quelques centaines de pages, elle était cette gamine hautaine et exigeante... Quel changement ! J'ai d'habitude du mal avec les personnages qui ont un revirement de personnalité, mais là, ça passe tellement bien que Malta est désormais l'un de mes personnages préférés. Elle voulait tellement être une femme avec de beaux vêtements, mais au final, elle devient adulte et découvre que ce n'était pas ce qu'elle s'imaginait... Pas de jolies robes et de harem, seulement des responsabilités et une bonne prise de conscience (il était temps). Avec elle, on découvre le Désert des Pluies et les cités des Anciens, qui sont dans un mauvais état et sujettes aux éboulements. Hantée par le dragon, Malta va arpenter la cité dans le but de lui venir en aide. J'ai beaucoup aimé ce passage à travers la cité. L'histoire prend vraiment un tournant magique avec la présence du dragon.
Apparait également Celle-Qui-Se-Souvient, le serpent de mer que recherchent ses semblables pendant tous les autres tomes. Celle-ci fait la rencontre de Hiémain qui viendra à son secours. Hiémain m'a impressionnée dans ce tome. J'avais l'impression qu'il était sans cesse à la recherche de son identité, par rapport aux préceptes de Sâ, etc. Et là on dirait bien qu'il l'a trouvé. Il pense que sa place est auprès de Kennit. La relation qu'il entretient avec celui_ci est plutôt d'ordre paternel. Kennit, qui semble toujours avoir un coeur de pierre, semble vraiment apprécier son petit prophète, et je trouve ça mignon. Et puis il y a aussi Etta qui en est venu à considérer Hiémain comme un ami. Elle qui était au départ si peu réceptive à ses marques d'attention.
Revenons à Parangon et son équipage : Brashen possède la fonction de capitaine tandis qu'Althéa se retrouve lieutenant, et Ambre charpentier. La relation qui relie nos deux tourtereaux est toujours aussi ambiguë, et j'espère vraiment qu'ils vont se bouger x) La relation entre Malta et Reyn avance beaucoup plus, même si ce n'est pas encore certain que malta partage les sentiments de son fiancé. Reyn est vraiment un super personnage. Derrière ses airs d'intellectuel, c'est vraiment un grand romantique, et je suis certaine que lui-même l'ignorait (quelle chanceuse cette Malta !).
Les destins de nos personnages se croisent et se rapprochent de plus en plus. J'aime beaucoup le rythme de cette saga, et l'univers que Robin Hobb a créé est tellement vaste qu'il est impressionnant de voir comment elle combine tous ces différents lieux (Terrilville, le Désert des Pluies, la cité des Anciens, les îles Pirates, ...) sans que l'histoire n'en soit trop démantelée.

Un tome très prenant (j'ai fait l'associable toute la journée ha ha !) avec beaucoup d'actions et de révélations. Sans oublier un final vraiment époustouflant ! Si je devais résumer en une phrase : impossible de lâcher ce livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
XS
  06 mars 2019
L'éveil des eaux dormantes… bel éveil que ce sixième tome où tout s'accélère.
Quel plaisir de suivre Paragon, le navire fou, dans sa mise à flots ; cela donne lieu à une intéressante réflexion sur l'exercice du pouvoir : solitude d'un capitaine face à un équipage hétéroclite, sournois et peu expérimenté. Le second du navire n'est pas mieux loti : poste occupé par Althéa, bien entravée dans l'exercice de son leadership par un lieutenant fourbe, manipulateur d'équipage fort enclin à écouter les sirènes des préjugés quant à ses capacités féminines. Quel est le rôle de la force physique dans le respect d'un capitaine ? Quel est son degré de solitude ?
En parallèle, Terrilville tombe dans le chaos. L'arrivée du gouverneur traine dans son sillage les Chalcédiens esclavagistes aux intentions troubles, qui, très vite, amènent la destruction partielle de la ville. Cela entraine la fuite de ce qu'il reste de la famille Vestrit dans le Désert des pluies. On apprend à découvrir ce « désert », resté quelque peu mystérieux jusque-là, de comprendre l'origine de la richesse des marchands qui y habitent, et ce que leur coûte cette richesse. Je pense que c'est l'un des aspects les plus riches de cette saga : sous couvert d'aventures, Robin Hobb compose des microcosmes sociétaux où l'on s'échappe en imagination, mais avec ce petit côté « piquant » qui interroge sur nos propres travers.
L'équilibre fragile du désert des pluies va être bouleversé par un terrible tremblement de terre ; les marchands risquent de tout perdre. .
En mer, les petits interludes mystérieux dans lesquels se débattent les terribles serpents de mer s'éclairent d'un jour nouveau, et l'on se prend à vouloir les retrouver plus souvent qu'en début et fin des tomes. La rencontre de l'un d'entre eux avec Hiémain, le fils ainé de la famille Vestrit, est l'un des grands moments de ce tome, on y ressent la confluence de tous les ‘mondes' de Robin Hobb.
Avec le conflit qui éclate à Terrilville, la situation de Kennit, le roi pirate, qui s'affirme, et le désert des pluies qui s'y dévoile, ce tome est mon préféré de la série.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
TheWind
  10 juillet 2018
Un découpage en 9 tomes c'est long. J'en tire mon parti en mettant à l'honneur un personnage par tome.
Pour ce sixième tome, je vais vous parler de Malta.

Malta Vestrit est la fille aînée de Kyle Havre et de Keffria Vestrit. C'est une jeune fille qui aime à se considérer comme une adulte. Ce qu'elle n'est pas du tout au début de cette saga. Bien, au contraire, fille chérie de son papa, Malta est suffisante, égoïste et très irréfléchie. C'est le genre de personnage qu'on adore détester. Vous vous souvenez de la pimbêche blonde de la Petite maison dans la prairie, Nelly Oleson ? Eh bien, Malta lui ressemble beaucoup dans les premiers tomes. Elle aime qu'on la regarde, agit sournoisement et s'oppose bien évidemment à sa grand-mère et à sa mère qui ne voient toujours qu'en elle une petite fille à protéger.
Ce qui est intéressant avec le personnage de Malta, c'est qu'elle va énormément évoluer. D'aventure en aventure, elle mûrit et devient plus avisée. Elle ne s'assagit pas forcément, pour le plus grand plaisir du lecteur d'ailleurs, mais son énergie et sa véhémence trouvent un autre intérêt que sa propre petite personne. Dès lors qu'elle apprend la capture de son père et de de son frère par Kennit le Pirate, elle n'a plus qu'une idée en tête : les libérer.

Dans ce sixième tome, Malta va se trouver confrontée à diverses situations pour le moins inconfortables pour elle mais plutôt palpitantes pour le lecteur.
Je n'en dirai pas plus de peur de dévoiler une partie de l'intrigue mais sachez qu'elle quittera Terrilville pour le Désert des Pluies aux côtés de Reyn Khuprus, l'un de ses prétendants.
J'ai beaucoup aimé ce nouveau lieu, ce paysage enchanté qui s'apparente à la forêt amazonienne dans mon esprit, fait d'immenses arbres, d'un fleuve très large, de marécages. J'ai aimé suivre Malta et son jeune frère Selden sur les ponts suspendus reliant des habitations nichées dans les arbres et me perdre dans les ruines de la Cité des Anciens, haut lieu mystérieux de l'univers de Robin Hobb.

Un tome enchanteur et pour le moins palpitant !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
Eric76Eric76   13 juillet 2016
Vous brillez, dit-il à mi-voix. Même quand je vous ai vue la première fois. Même quand je savais que vous me détestiez. Il y a quelque chose en vous, Etta. Quelque chose qui ne peut être étouffé, ni par la dureté ni par les mauvais traitements. Votre âme brille comme de l'argent sous la ternissure. Il a raison de vous aimer. Tous les hommes pourraient vous aimer.
Commenter  J’apprécie          270
gouelangouelan   15 avril 2014
" Pourquoi t'es comme ça?" insista le gamin.
- Comme quoi? finit par questionner Parangon, irrité.
- Tu sais bien. T'jours fou. T'jours la bagarre. à dire des trucs pour êt' méchant.
- Comment tu voudrais que je sois? rétorqua Parangon. Heureux qu'ils m'aient traîné jusqu'ici? Tout content de partir avec eux pour cette mission insensée de sauvetage?
Il sentit le garçon hausser les épaules. "Tu pourrais.
- je pourrais? fit Parangon avec dédain. J'aimerais bien savoir comment.
- Fastoche. Tas qu'à décider que tu veux.
- Tu décides d'être heureux? Je devrais simplement oublier, comme ça, tout ce qu'on m'a fait et être heureux? tra-la-la? Comme ça?
- Tu pourrais." Il entendit le gamin se gratter le crâne." Tiens, moi, j'aurais pu tous les détester. J'ai décidé d'êt heureux. Décidé de prend'c'que j'pouvais. M'fair'une vie." Pause. " C'est pas comme si j'allais en avoir une aut', de vie. Faut que celle- là , elle march'.
- Ce n'est pas si simple, coupa sèchement Parangon.
- Ça pourrait, insista Clef. C'est pas plus dur que d'décider d'êt't'jours fou."
Le garçon s'en fut d'un pas nonchalant. Ses pieds nus frottaient, légers, sur le pont. " Mais c'est ben plus drôl'", cria-t-il par dessus son épaule.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
JavableueJavableue   11 août 2015
"Parangon, dit-elle à mi-voix, la plus grande des découvertes, peut-être, c'est qu'on peut décider de ce qu'on est. Tu n'es pas obligé d'être tel que les Ludchance t'ont fait. Tu n'es pas non plus obligé d'être celui que tu étais avant. Tu peux choisir. Nous sommes tous sortis de notre propre imagination."
Commenter  J’apprécie          120
gouelangouelan   15 avril 2014
- Qu'il n'y a pas de hasard, il n'y a que le destin."
Ses mains s'immobilisèrent. " Comment le sais- tu?
- C'est l'un des fondements de l'enseignement de Sâ. Le destin n'est pas réservé à quelques élus. Chaque homme a son destin. Le reconnaitre et l'accomplir sont les buts de la vie.
- Ça me paraît bien pesant comme enseignement."
Kennit secoua la tête sur l'oreiller. " Si l'on y croit, on sait alors qu'on est aussi important qu'un autre. On sait aussi qu'on est pas plus important. Cela établit une grande égalité. ........................................................................................................
- Alors, toi aussi, tu crois en Sâ et en ses enseignements? demanda- t-elle avec hésitation.
- Quand ça s'accorde à mon destin", répondit Kennit avec orgueil, puis il éclata de rire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
meygisanmeygisan   28 juin 2012
attention spoiler (ou révélations pour ceux qui savent encore parler français!!)
Il y a une grande porte dans le mur sud. Les Anciens ont créés des oeuvres d'art, ici dans cette salle. Ils ont sculptés des statues vivantes de ma race dans la pierre de la mémoire. Des vieillards les taillaient dans cette salle, à l'abri du vent et des intempéries. Alors ils mourraient en elles et les sculptures prenaient brièvement leur vie. La porte s'ouvrait, la statue émergeait au soleil et s'envolait au dessus de la cité. Elles vivaient un certain temps puis leurs souvenirs et leur vie de simulacre s'éteignaient. Il y avait leur cimetière, là bas dans les montagnes. Les Anciens considéraient que c'était de l'Art. Nous trouvions amusant de nous voir reproduits dans la pierre. Aussi l'avons nous toléré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Robin Hobb (43) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robin Hobb
Robin Hobb - Le fou et l'assassin. Volume 6, Le destin de l'assassin
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Robin Hobb

Comment se nomme le seul roman de SF écrit par Robin Hobb?

Alien
Terre étrangère
Alien Earth
Aliens

10 questions
207 lecteurs ont répondu
Thème : Robin HobbCréer un quiz sur ce livre