AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Arnaud Mousnier-Lompré (Traducteur)
EAN : 9782756404196
358 pages
Éditeur : Pygmalion-Gérard Watelet (16/03/2011)

Note moyenne : 4.27/5 (sur 325 notes)
Résumé :
Dans ce troisième volume, les tensions se nouent et s'accentuent.
Graffe prétend plus que jamais régenter le groupe et se heurte à la révolte de Thymara, qui n'accepte pas qu'on lui dicte sa conduite ; Sédric, après avoir volé le sang du petit dragon cuivré, tombe malade et constate avec effroi d'étranges modifications chez lui ; Leftrin découvre enfin l'agent de son maître-chanteur et se trouve désormais face à un choix terrible ; et Mise doit, elle aussi, d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (41) Voir plus Ajouter une critique
Bruidelo
  13 juin 2020
Le voyage redonne de la forme à nos dragons qui deviennent de moins en moins rabougris - même si ce n'est pas encore ça, s'ils restent par exemple pour le moment incapables de voler, il y a du mieux, il y a de l'espoir pour la suite.
Mais évidemment, le périple vers Kelsingra est loin d'être exempt de dangers, qu'ils viennent des éléments avec une soudaine crue du fleuve, ou de la cupidité de certains personnages séduits par une logique marchande très brutale, très méprisante de la vie des dragons, vu que le commerce de leur sang est extrêmement lucratif.
C'est toujours aussi prenant, on a toujours autant de plaisir à suivre les personnages, la façon dont le voyage les fait évoluer, se remettre en question. Par exemple Sédric qui s'arrache enfin à l'emprise de Hest en devenant plus lucide sur le côté assez pervers-narcissique de son ex patron & amant.
Je crois bien que sans attendre, je vais enchaîner sur la suite.
Commenter  J’apprécie          412
basileusa
  01 octobre 2020
Ah ça commence à me plaire de plus en plus !! Chaque personnage commence à avoir sa petite histoire dont on veut connaitre la suite et l'ensemble va connaitre une aventure particulièrement difficile durant ce tome. En effet une petite catastrophe arrive et on n'a pas le temps de s'ennuyer ! Certains s'interrogent comme Thymara ou Alise et d'autres se révèlent un peu plus comme Sédric. J'ai hâte que certaines révélations arrivent et de voir l'évolution de ce groupe alors que Graffe veut en prendre le contrôle.
C'est addictif et je ne vais pas pouvoir attendre trop longtemps pour lire la suite .
Challenge Mauvais genres 2020
Challenge séries 2020
Commenter  J’apprécie          270
boudicca
  12 mai 2012
Avec « La fureur du fleuve », troisième tome de la série « Les cités des Anciens », l'intensité monte encore d'un cran. L'action s'accélère tandis que le groupe poursuit son exploration aux confins du Désert des Pluies et se retrouve confronté aux dangers provoqués par le fleuve qui se fait de plus en plus menaçant. Tremblements de terre, eaux corrosives, coulée de boue... les catastrophes ne manquent pas dans cet environnement hostile et apparemment vierge de toute présence humaine. Mais c'est surtout de l'intérieur même du groupe que vont provenir les plus grands périls. Qu'il s'agisse de la malveillance de certains, avides de richesse, ou du rêve d'autres de bâtir dans ces régions inoccupées une nouvelle société fondée sur la loi du plus fort, là encore les menaces sont nombreuses. Si l'action se mettait difficilement en branle dans les deux précédents volumes, voilà que le rythme se fait plus dynamique à mesure que les dragons et leurs gardiens s'enfoncent dans les profondeurs de la jungle. Avis aux lecteurs qui apprécient les récits d'exploration faisant la part belle à l'évolution du paysage et à l'étude de la faune et la flore locale : ce troisième tome devrait vous combler ! On y retrouve d'ailleurs un peu du cadre d'un autre texte de l'auteur, la nouvelle « Retour au pays », qui relatait l'installation des premiers habitants du Désert des pluies.
Déjà particulièrement dense, l'univers de Robin Hobb gagne donc encore en profondeur à mesure que l'on découvre de nouveaux paysages, certes hostiles mais qui recèlent aussi d'un potentiel non négligeable. Ce travail sur le décor n'empêche pas Robin Hobb de traiter avec toujours autant de soin ses nombreux personnages pour lesquels les épreuves se multiplient. Se pose notamment la question de la place des quelques personnages féminins (en très nette infériorité numérique) dans cette société en construction. Pour certains le sujet ne se pose même pas : elles se doivent de répondre aux besoins des hommes, point barre. Pour les intéressées c'est évidemment toute autre chose. Et les héroïnes de Robin Hobb sont loin d'être du genre potiches et passives... En dépit des tentatives d'intimidation de plus en plus agressives de la part des gardiens, aucune n'a l'intention de se laisser faire, quand bien même il est loin d'être aisé de résister à la pression de tout un groupe. L'évolution des relations entre le trio Tymara, Tatou et Graffe est notamment intéressante à suivre de même que la modification des rapports entre Alise, Sédric et Leftrin. Les dragons demeurent pour leur part fidèles à eux-mêmes, bien que l'on constate là aussi une évolution notable de leurs relations avec les humains à mesure que leurs anciennes forces leur reviennent.
Avec ce troisième tome, Robin Hobb fait la part belle à l'aventure et nous plonge au cœur d'un environnement dangereux mais aussi et surtout fascinant. Et c'est loin d'être fini !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
XS
  06 mai 2019
Ce tome est centré autour de la remontée des dragons le long des fleuves acides, vers la mythique Kelsingra.
Ce voyage est le prétexte, pour Robin Hobb, de développer les prémices d'une nouvelle société : les jeunes gardiens, tous exclus du désert des pluies, se retrouvent libres d'adopter de nouvelles règles de société. le microcosme qu'ils forment, avec tentatives de prises de pouvoir, remises en cause -difficiles pour certains- des lois qui les ont toujours guidées, sont passionnantes. Alyse, également, marchande issue d'une vieillle famille, accompagnée de son chaperon Sédric, commence sérieusement à entrevoir une liberté qu'elle s'était toujours interdite.
Les dragons, avec leur caractères exécrables et imprévisibles, donnent du fil à retordre à leurs gardiens. Leur sensibilité à la louange apporte un ressort un peu comique à ces grands animaux bien handicapés dans leurs croissances. le livre est difficile à lâcher, Robin Hobb, comme souvent, ayant cette capacité de m'envoûter : bien sûr, au premier degré, j'ai envie de savoir ce qu'il adviendra de ces personnages, mais il y a aussi une belle réflexion autour du handicap portée non seulement par des gardiens rejetés par leur communauté d'origine, et pourtant parfaitement taillés pour l'environnement hostile qu'ils affrontent, mais surtout par les dragons, et plus particulièrement Sintara, qui souffre dans le corps qui est le sien et dans lequel elle se sent enfermée.
Un conte envoûtant, des réflexions sur la société et aussi… du suspens, suite à une catastrophe naturelle et la menace que les Chalcédiens font peser sur l'expédition, tant ils cherchent à s'accaparer de sang de dragon.
Bref, tout pour justifier de se jeter sur le quatrième tome.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
domisylzen
  28 octobre 2015
La troupe se met en route pour remonter le fleuve. Les relations entre dragons et humains sont tendus. Les uns sont aux services des autres. le capitaine Leftrin suit le groupe a bord de la vivenef, une gabare longue et basse. Elle est en partie faite de bois-sorcier, peu le savent, elle est douée d'une conscience propre.
Parmi les gardiens des dragons, certains tentent de prendre le pouvoir. Alise et Thymara un temps en froid, se rapproche. Sédric cherche la fortune. Leftrin est toujours amoureux d'Alise.
Arrive un événement imprévu qui vient remettre tout en cause.
Du pur nectar, les pages se tournent à vive allure. L'action s'intensifie, le suspens est entretenu avec maitrise. En fait difficile de résumer le livre une fois terminé, mais quel plaisir ! Quel plaisir ! Vite le suivant.
Commenter  J’apprécie          180

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
domisylzendomisylzen   28 octobre 2015
Ce qu'elle faisait n'avait pas plus d'intérêt que l'endroit où se pose une mouche ; les humains vivaient et mouraient en un temps extrêmement bref, ce qui expliquait peut-être qu'ils fissent autant de bruit pendant leur existence.
Commenter  J’apprécie          70
selena_974selena_974   01 novembre 2013
Et, si des hommes peuvent créer des règles, d'autres peuvent les changer ; nous pouvons les changer. Ce n'est pas parce que "ça a toujours été ainsi" que nous devons nous soumettre à la tradition ; nous pouvons nous en libérer si nous en avons le courage.
Commenter  J’apprécie          40
DamePlumeDamePlume   08 novembre 2012
Les dragons aussi émettaient des bruits, certes, mais ils n’en dépendaient pas pour communiquer leur pensée. La voix servait quand on voulait écraser le tohu-bohu des pensées humaines et attirer l’attention d’un autre dragon, ou pour obliger les hommes à se concentrer sur ce qu’on s’efforçait de leur faire comprendre. Les clameurs des humains ne l’eussent pas trop dérangée s’ils n’avaient persisté à cracher leurs pensées en même temps qu’ils s’évertuaient à les transmettre par leurs couinements ; cette double irritation lui faisait parfois regretter de ne pouvoir les dévorer et en finir une bonne fois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SuzyBessSuzyBess   16 août 2015
Je songe parfois qu'on a l'âge de ses expériences et de ce qu'on en conserve plutôt que son âge physique.
Commenter  J’apprécie          60
meknes56meknes56   30 août 2019
Seule de tous les dragons, Sintara avait eu la pré-voyance de prendre deux gardiens au lieu d’un seul comme serviteurs ; le plus âgé était Alise ; elle ne valait rien comme chasseur, mais elle se montrait soigneuse, voire compétente pour nettoyer les parasites,et elle avait une attitude correcte et respectueuse.Thymara était la meilleure des chasseuses parmi les gardiens, mais elle souffrait d’un tempérament impertinent et indiscipliné. Néanmoins, avec deux gardiens,Sintara avait l’assurance d’en avoir toujours au moins un de disponible pour répondre à ses besoins, du moins tant que durait leur éphémère existence. Elle espérait qu’elle serait assez longue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Robin Hobb (41) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robin Hobb
Cinq femmes qui écrivent de la science-fiction.
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Robin Hobb

Comment se nomme le seul roman de SF écrit par Robin Hobb?

Alien
Terre étrangère
Alien Earth
Aliens

10 questions
215 lecteurs ont répondu
Thème : Robin HobbCréer un quiz sur ce livre

.. ..