AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 225305058X
Éditeur : Le Livre de Poche (31/12/1992)

Note moyenne : 3.11/5 (sur 9 notes)
Résumé :
De quoi avez-vous le plus peur?
De perdre la vue.
Chez tous les peuples de la terre la réponse est la même. Amar, jeune Tunisien, est trop beau pour être aveugle. Il ne voit plus depuis l'âge de quinze ans. Ses doigts, et toute sa peau, sont ses yeux. Il lit, vit, fait l'amour en relief.
Car on fait l'amour à cet aveugle.
Amar refuse le destin charitable imposé par les voyants. « Les gens, dit-il, n'ont aucune idée de ce qu'est un désir s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
oran
  10 septembre 2016
Guy Hocquenghem, mort à 42 ans, était un militant homosexuel, qui participa activement aux évènements de mai 1968 . Il fut une des figures de proue du courant libertaire de la décennie 70. C'est un peu dans ce contexte et dans cet esprit que se situe ce roman.
Amar, est un très jeune éphèbe tunisien de l'île de Kerkenna. ( au large de Sfax.)
Désoeuvré, pauvre, homosexuel, Il vient à fréquenter une bande de français, hippies , composée de garçons, gays et d'une fille Andréa, à la dérive, qui a quitté ses quartiers habituels, ceux de l'hôpital psychiatrique. Ils ont loué une bicoque sur l'île.
Un soir, l'un d'entre eux le raccompagne en scooter et c'est l'accident fatal, le nerf optique est irrémédiablement perdu, il restera aveugle. Toute l'île se cotise pour qu'il puisse aller consulter un spécialiste en Italie. Là, il va rencontrer Mrs Halloween, très vieille et richissime américaine, qui le prend sous son aile et dans son lit, le ramène avec elle aux Etats Unis et lui donne, grâce à sa fortune, les moyens de s'adapter à son handicap.
Mais elle meurt et voilà Amar, qui n'est pas encore majeur, contraint de devenir pensionnaire dans un institut pour handicapés de la vue. Amar poursuivra sa « carrière » de gigolo.
Andréa revient sur le devant de la scène, et tout se complexifie un peu plus …
Beaucoup de choses à décrypter, à analyser, à voir aux côtés de celui qui a perdu la vue mais qui dans le noir de son existence a renforcé son intelligence, son sens du raisonnement, sa lucidité (de lucidus a um lumineux, clair, évident ) …
Ce roman est une boite à Pandore , un sac à malice- , une satire douloureuse , qui s'achève avec une pochette surprise dans laquelle on découvre un ticket gagnant ou perdant, selon les effets de la lecture pour retourner ou pas dans les chausse- trappes d'un hôpital psychiatrique !


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
shestovreader
  24 janvier 2019
Un premier roman qui contient une vitalité impressionnante, une forte passion de renouer avec le monde à travers des expériences différentes. le désir d'avoir une relation révolutionnaire et nouvelle avec l'existence fut la raison profonde qui poussa Hocquenghem à revisiter les lieux et les moments importants de sa vie à travers son héros aveugle. Un véritable coup de cœur, qui malheureusement va trop loin à mon goût avec l'épisode rocambolesque soviétique
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
oranoran   10 septembre 2016
Je passerais, désormais, ma vie à ce bureau, dans ce creux accueillant de la bibliothèque, au milieu du murmure de la ville. J’avais redécouvert les caractères arabes ; j’avais menti en affirmant au conservateur que je savais très bien lire. Rien que de les toucher, les évoquer, les reconnaître, avec le cortège de sentiments, d’images du passé qui les accompagne, est merveilleux. Je parcours des traités de logiques, des falâsifa, les invocations mystiques des soufis, et surtout les poètes : la vraie littérature, les œuvres calligraphiées. Ces écrivains avaient pris la poésie au pied de la lettre, dans ce qu’elle a de rare ; Abou Nawas, Al Moutanabbi, et, pour moi, le maître des maître, Aboul Al’Al Maari, l’aveugle, le rude qui a écrit sa propre tombe, parlant de sa propre naissance : « ci-gît le produit de la faute imputée à mon père que moi je n’ai jamais commise envers personne… »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
oranoran   10 septembre 2016
Les seuls gens avec qui j' échange des regards d' égalité sont ceux qui veulent mon corps, non mon bien.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Guy Hocquenghem (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Guy Hocquenghem
Mai 68 - Mai 88 Écran Témoin RTBF 1/8
Mai 68 - Mai 88. Un débat de l'émission "Écran Témoin" de la RTBF avec notamment Guy Hocquenghem (Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary 1986), Jean-Claude Garot (journal POUR), Roger Noël Babar (Alternative Libertaire), Dominique Jamet (part 1).
autres livres classés : romanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2138 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre