AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782377354252
Éditeur : Archipoche (05/03/2020)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 380 notes)
Résumé :
Privée d'affection, Mary Lennox n'a jamais appris, dans son extrême solitude, à sourire ni à aimer. A la mort de ses parents, emportés par une épidémie de choléra, Mary quitte l'Inde où elle avait toujours vécu. Exilée dans le manoir anglais d'un oncle toujours absent, Mary trouve du réconfort dans l'amitié. Elle va partager avec Dickon et le rouge-gorge, un merveilleux secret: un jardin oublié de tous, dont la clef, comme par magie, ouvre aussi la porte des coeurs.... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (89) Voir plus Ajouter une critique
Gwen21
  19 décembre 2017
Frances Hodgson Burnett est considérée à juste titre comme l'une des pionnières du roman d'apprentissage pour enfants. Son oeuvre la plus connue du public français, "Petite princesse" (adaptée au cinéma, et en série animée sous le titre "Princesse Sara"), est pourtant moins célébrée par les lecteurs anglais que "Le jardin secret" (ou "Le jardin mystérieux", selon les traductions).
Toujours, chez Frances H. Burnett, il est question d'orphelins ("Charles Dickens, sors de ce corps !"), de drame (ici c'est une épidémie de choléra qui prive soudain l'héroïne de ses deux parents, indignes au demeurant), de la vieille Angleterre, de ses manoirs, de sa lande, de ses gentlemen bougons et de ses domestiques pleins de bonne volonté.
Alors oui, les romans de Frances H. Burnett, comme ceux de la Comtesse de Ségur en France, sont remplis d'une jolie morale, de beaux sentiments, de chagrins et de joies, et ils peuvent à ce titre être jugés surannés et angéliques. Pourtant, personnellement, j'aime m'y plonger de temps en temps car je veux m'accrocher à l'idée que l'enfance doit rester un terrain d'apprentissage vers l'écoute et le respect dû aux autres, la connaissance de soi-même, les leçons apprises de ses erreurs, l'observation de la nature (et ici nous sommes servis avec la renaissance d'un jardin secret condamné) et ces mille émotions qui façonnent l'adulte en devenir.
Avec une candeur et une innocence rafraîchissantes, par son écriture simple et vive, l'auteure nous fait retomber en enfance et nous donne envie de revivre ses temps privilégiés exempts de responsabilités et de devoirs ; une période de l'existence où la spontanéité et la facétie, la créativité et la curiosité devraient être les maîtres tout-puissants.

Challenge BBC
Challenges PLUMES FÉMININES 2017 et 2018
Challenge Petit Bac 2017 / 2018
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
book-en-stock
  21 mai 2016
Ce roman a été publié en 1911 en Grande-Bretagne et la traduction que je viens de lire date de 1997. C'est une découverte pour moi bien qu'il semble faire partie des classiques de la littérature jeunesse anglaise.
Une découverte riche par plusieurs aspects car je ne m'attendais pas du tout à cela ! Je ressors charmée, le coeur en joie et très agréablement surprise !
C'est l'histoire de deux enfants qui naissent et vivent leur tendre enfance privés d'affection, délaissés par leurs parents respectifs et peu aimés par les gens à leur service car ils sont devenus invivables, trop capricieux et même incontrôlables. Plusieurs rencontres et certaines circonstances vont changer leur quotidien et leur ouvrir les yeux. La plus grande partie de l'intrigue se déroule au coeur d'un jardin où l'on apprend à observer, écouter, respecter, soigner...et où on laisse place à la plus grande des rêveries, où tout semble réalisable.
L'auteur consacre des paragraphes entiers à la description des plantes, à la naissance du printemps, à la réaction de certains animaux, sans jamais nous lasser tellement son amour pour la nature transparaît et devient communicatif ! le bonheur de rester à l'air libre, de respirer, courir, dépenser son énergie, admirer les merveilles de la nature, est décliné à tous les modes possibles. le lecteur n'a plus qu'une envie : aller lui aussi se dégourdir les jambes et respirer l'air du jardin !
Quelques idées éducatives sont évoquées mais de façon très simples.
J'ai aimé le charme désuet (fin 19e – début 20e) d'un style soigné sans être trop précieux, comprenant des passages pleins d'humour. On replonge dans les jeux et les plaisirs enfantins un peu comme avec les personnages de la Comtesse de Ségur bien que le ton soit différent : ici aucune morale.
Une lecture-bonheur qui donne du baume au coeur !
Pioche dans ma PAL – mai 2016.
Challenge 19e siècle
Challenge en Choeur
Challenge BBC
Challenge 1 mot- 1 livre
Challenge Multi-Défis (item : un livre avec le mot jardin dans le titre)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          372
Neneve
  10 mai 2017
Un petit bijou de livre, tout en finesse. Une écriture très très proche de la nature, l'auteure arrive à nous faire sentir toutes les roses, à entendre les oiseaux... bref, elle nous rend bien et donne l'envie de se poser, nous aussi, dans ce petit jardin secret. Les personnages sont plus qu'attachants, même si au départ, ils sont plutôt aigres et déjà désabusés de la vie. Mais le contact avec cette nature, cette lande, cette flore et cette faune les rendra heureux, bien, accomplis. Un belle leçon de vie. Comme quoi, du laid, naît souvent le beau et qu'au contact des autres, on ne peut que devenir meilleur. Un livre étiqueté jeunesse, mais dont tout un chacun peut s'y retrouver. Une très très belle lecture, que je recommande fortement !
Commenter  J’apprécie          371
celine85
  26 février 2020
Mary est une petite fille rejetée pas ses parents, elle est confiée aux soins d'une ayah (nourrice, bonne d'enfants hindoue). C'est une enfant que l'on peut qualifier de difficile, d'insolente et de capricieuse. le choléra a éclaté sous sa forme la plus foudroyante, son ayah et ses parents vont mourir et tout le monde a oublié la petite fille, livrée à elle-même. Elle va être confiée à son oncle Mr Archibald Craven qui vit en Angleterre dans une grande maison triste et isolée. C'est un homme détestable qui n'a pas envie de s'occuper d'elle. Elle va très vite s'ennuyer. Martha une femme de chambre explique un jour à Mary, qu'un des jardins est fermé depuis 10 ans, depuis la mort de la femme de Mr Craven. Une information qui va éveiller sa curiosité. Ce jardin mystère va bouleverser sa vie et peut être celle de d'autres personnes…
La couverture de la version Archipoche est vraiment magnifique et invite le jeune lecteur à se plonger dans cette histoire et à éveiller sa curiosité comme la petite Mary. Même si ce livre est qualifié de roman jeunesse, je dois dire que j'ai pris un réel plaisir dans cette lecture. Les descriptions des personnages et des lieux laissent place à l'imagination et à la magie.
Parution en version Archipoche le 5 mars 2020
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          332
sarahdu91
  23 janvier 2017
Mais quel bijou ce roman jeunesse anglais, quelle merveille me direz vous... Un véritable coup de coeur!!
Une vraie leçon de vie que de voir ces jeunes enfants qui ne demandent qu'à vivre et qui pourtant sont au départ guidés par des émotions malsaines, un manque d'éducation lié à des traumatismes familiaux et pourtant... Et pourtant grâce à la magie de l'Amour, grâce à la magie de la nature, de ce jardin si mystérieux ils découvriront l'amitié, les joies, partageront le bonheur avec ces petits êtres de la nature, entre autre, et vont pouvoir grandir heureux.
J'ai réussi à lire ce livre grâce à une autre traduction que Folio Junior et vraiment j'en suis ravie, j'ai reconnu la traduction anglaise et m'y suis enfouie et j'ai pu savourer le plaisir de cette lecture que je recommande à beaucoup de monde. Une lecture pleine de richesses...
Commenter  J’apprécie          334

Citations et extraits (45) Voir plus Ajouter une citation
Gwen21Gwen21   05 décembre 2017
Elle croyait se rappeler les tournants qu’il fallait prendre pour rouver le couloir où s’ouvrait la porte couverte de tapisserie, celle par laquelle Mme Medlock avait surgi, le jour où elle s’était égarée. Le bruit venait de ce côté. Aussi avançait-elle, avec sa lumière vacillante, presque à tâtons, le cœur lui battant si fort qu’il lui semblait l’entendre. Les pleurs faibles et lointains continuaient et l’aidaient à se diriger. Quelquefois ils cessaient un moment, puis recommençaient. Était-ce là qu’il fallait tourner ? Elle s’arrêta et réfléchit – oui, c’était bien là.
Le long de ce couloir, puis à gauche, puis en montant deux larges marches, puis de nouveau à droite. Oui, voilà la porte de tapisserie.
Elle l’ouvrit très doucement et la referma derrière elle, elle se trouva debout dans le corridor et entendit les pleurs très distinctement, quoiqu’ils ne fussent pas bruyants. C’était de l’autre côté du mur, à sa gauche, et, quelques mètres plus loin, il y avait une porte. Elle voyait une lueur briller au bas de cette porte. Quelqu’un pleurait dans la chambre et ce quelqu’un était un enfant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
FlorelliaFlorellia   03 décembre 2015
Alors qu'il était assis, les yeux plongés dans le clair ruisseau, Archibald Craven sentit son corps et son esprit se détendre, devenir aussi calmes que la vallée elle-même. Il se demanda s'il allait s'endormir, mais non. Il resta contempler l'eau sous les rayons du soleil, et se mit à percevoir les plantes sur les berges. Il y avait une belle touffe de myosotis, si près du ruisseau que ses feuilles étaient mouillées, et tout en les regardant, il se rappela avoir regardé des plantes de cette façon par le passé. En vérité, il était attendri devant la beauté de ces centaines de petites fleurs d'un bleu merveilleux. Il n'eut pas conscience que cette simple pensée finissait par emplir son esprit, au point que d'autres pensées furent doucement évacuées. C'était comme si une source claire et douce avait commencé à couler dans une mare stagnante, et que l'eau sombre était enfin évacuée.

(TRADUIT DE:) As he sat gazing into the clear running of the water, Archibald Craven gradually felt his mind and body both grow quiet, as quiet as the valley itself. He wondered if he were going to sleep, but he was not. He sat and gazed at the sunlit water and his eyes began to see things growing at its edge. There was one lovely mass of blue forget-me-nots growing so close to the stream that its leaves were wet, and at these he found himself looking as he remembered he had looked at such things years ago. He was actually thinking tenderly how lovely it was and what wonders of blue its hundreds of little blossoms were. He did not know that just that simple thought was slowly filling his mind - filling and filling it until other things were softly pushed aside. It was as if a sweet, clear spring had began to rise in a stagnant pool and had risen until at last it swept the dark water away.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          73
Gwen21Gwen21   01 décembre 2017
Un jeune garçon était assis par terre, adossé à un arbre et jouant d’un chalumeau en bois grossier. C’était un petit gars, d’une douzaine d’années, avec une figure singulière. Il semblait reluisant de propreté, son nez était retroussé, ses joues rouges comme des coquelicots, et jamais Mary n’avait vu d’yeux si ronds et si bleus dans un visage humain. Sur le tronc de l’arbre où il était appuyé, un écureuil marron était perché et le regardait, et, derrière un buisson tout proche, un faisan tendait son cou délicat pour voir aussi ; tout près du musicien deux lapins étaient assis, humant l’air avec des museaux frémissants, et il semblait réellement que tous s’étaient approchés pour entendre l’étrange et doux petit appel du chalumeau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
FlorelliaFlorellia   03 décembre 2015
Une des nouvelles découvertes, qu'on a commencé à faire au siècle dernier, c'est que les pensées – de simples pensées – sont aussi puissantes que des piles électriques, certaines aussi bonnes que la lumière du soleil, d'autres aussi mauvaises que du poison. Laisser une pensée de tristesse ou de haine s'installer dans votre esprit est aussi dangereux que de laisser un germe de scarlatine s'établir dans votre corps. Si vous le laissez rester, vous ne pourrez peut-être plus vous en dépêtrer aussi longtemps que vous vivrez.

(TRADUIT DE:) One of the new things people began to find out in the last century was that thoughts - just mere thoughts - are as powerful as electric batteries - as good for one as sunlight is, or as bad for one as poison. To let a sad thought or a bad one get into your mind is as dangerous as letting a scarlet fever germ get into your body. If you let it stay there after it has got in, you may never get over it as long as you live.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
EvilysangelEvilysangel   13 mai 2010
...Tant et si bien qu'ils en vinrent à rire tous les deux pour des riens, comme seuls des enfants peuvent le faire quand ils sont heureux d'être ensemble. Ils riaient tellement qu'à la fin cette petite fille délaissée, fermée, incapable d'amour, et ce petit garçon malade, obsédé par la mort et la maladie, ne se montraient pas moins bruyants, pas moins gais, pas moins expansifs que n'importe quels autres enfants à qui la nature a donné la bonne humeur et la santé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210

Videos de Frances Hodgson Burnett (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frances Hodgson Burnett
Vidéo de Hodgson-Burnett F.
autres livres classés : enfanceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le jardin secret, de Frances Burnett

Comment s'appelle l'héroïne ce ce livre ?

angela
Mary Lennox
Mary Missel
Louise

18 questions
50 lecteurs ont répondu
Thème : Le jardin secret de Frances Hodgson BurnettCréer un quiz sur ce livre

.. ..