AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Jean-Pierre Pugi (Traducteur)Brian Michael Stableford (Préfacier, etc.)
EAN : 9782843622601
448 pages
Éditeur : Terre de brume (25/03/2005)
3.8/5   5 notes
Résumé :

Situé dans le futur — à des millions d’années de notre présent —, ce roman décrit la fin des temps, sur une Terre désolée à peine éclairée par un soleil agonisant. Deux grandes pyramides de métal abritent encore l’humanité survivante, menacée à l’extérieur par d’indicibles forces maléfiques. Lorsque l’une de ces étranges oasis menace de ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   03 novembre 2019
vrai dire, je ressentais la même chose au tréfonds de mon être ; c’était en quelque sorte comme si nous connaissions les moindres habitudes et dispositions d’esprit de l’autre, et découvrir tout ce que nous avions en commun fut une source de joie intarissable. Rien ne nous surprenait cependant, si ce n’est de trouver ces révélations agréables totalement naturelles. J’avais conscience que ma chère cousine avait été plus que tout impressionnée par la façon dont j’étais si facilement venu à bout des trois bandits de grand chemin. Elle me demanda sans détour si je n’étais pas un nouvel Hercule, et quand un orgueil fort compréhensible m’incita à en rire, elle tâta un de mes bras pour se faire une idée plus précise de ma musculature. Un bras qu’elle lâcha très vite en hoquetant après avoir constaté sa fermeté. Puis elle resta à mes côtés sans mot dire, pensive, sans plus s’écarter de moi. Mais si ma force était pour elle à l’origine de grands émois, j’étais pour ma part ébahi et émerveillé par la beauté qu’elle avait exhibée de façon absolument exquise tout au long du dîner, à la lueur des chandelles. Et les jours à venir me réservaient une abondance d’autres plaisirs. J’alimentais mon bonheur de la façon dont elle prenait plaisir aux mystères du soir, au charme des nuits, à la joie de l’aube, et dans toutes les choses semblables. Et ce premier soir, des moments qui resteront à jamais gravés dans ma mémoire, alors que nous nous promenions sans but dans le parc, elle laissa échapper — l’esprit ailleurs — que c’était une nuit pour les elfes. Elle s’interrompit aussitôt, comme convaincue que je ne pouvais la comprendre, alors qu’il s’agissait d’un de mes thèmes de rêverie de prédilection… Ce qui me permit de lui répondre très posément que la tour du Sommeil croîtrait très certainement et que je sentais tout au fond de moi-même que toutes les conditions requises étaient réunies pour permettre la découverte de la tombe des Géants, de l’arbre à la Grande Tête peinte ou… Je m’interrompis car elle m’avait agrippé le bras avec des mains tremblantes ; mais, lorsque je voulus lui demander de quoi elle souffrait, elle m’ordonna en un souffle de ne pas m’arrêter. Sans trop comprendre de quoi il retournait, je déclarai que je n’avais voulu parler que du jardin de Lune, un très vieux fruit de mon imagination. Lorsque j’eus tenu ces propos, lady Mirdath cria quelque chose d’une voix étrange et basse, puis elle m’imposa de m’arrêter pour pouvoir me faire face. Après quoi elle m’interrogea avec gravité, et je répondis à ses questions avec un sérieux égal au sien. Je me sentais soudain surexcité, car j’avais la conviction qu’elle connaissait, elle aussi, ce lieu imaginaire. Elle me déclara qu’il lui était familier mais qu’elle avait cru être la seule à connaître cette étrange contrée onirique. Je découvrais que j’avais parcouru en rêve les mêmes pays qu’elle. C’était merveilleux… absolument merveilleux ! Ce qu’elle me répéta maintes et maintes fois. Puis, tout en marchant, elle précisa que c’était une mystérieuse force intérieure qui l’avait incitée à m’appeler, plus tôt cette nuit-là, lorsqu’elle avait vu que je m’arrêtais sur la route. Elle considérait que ce n’était guère surprenant. Informée depuis longtemps de notre lien de parenté, elle m’avait souvent vu passer à cheval et s’était renseignée à mon sujet. Peut-être avait-elle trouvé irritant de constater que je faisais si peu cas d’elle. Mais, ne l’ayant pas encore rencontrée, j’avais alors bien d’autres choses à l’esprit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   03 novembre 2019
Leur bestialité les apparentait à des animaux étranges et monstrueux des temps anciens, mais ils avaient également quelques caractéristiques humaines. Et il convient de savoir que les pères et les mères des jeunes insensés assistaient à cet atroce combat depuis les embrasures, tout comme les autres membres de leurs familles, et des visions sinistres emplissaient leurs cœurs et leurs sentiments.

Puis le combat cessa et nous ne vîmes plus que les masses difformes et sinistres des vingt-sept géants jonchant le sol, car il était impossible de distinguer clairement les cadavres des humains.

Et ceux qui se trouvaient dans la Grande Pyramide virent que les chefs regroupaient les survivants dans les ténèbres, et j’utilisai la grande lorgnette pour procéder à un décompte sommaire et découvrir qu’ils n’étaient que trois cents environ à avoir survécu, malgré leurs armes prodigieuses. Je communiquai la nouvelle à l’ensemble de la Pyramide, afin que tous sachent combien étaient morts, car rien n’est pire que l’incertitude et aucune longue-vue n’était aussi puissante que la Grande Lorgnette.

Après cet affrontement, les jeunes gens passèrent un certain temps à soigner leurs blessures, et quelques-uns furent séparés des autres. J’en comptai une cinquantaine. Puis, tandis que leurs compagnons repartaient vers la Route où marchent les êtres silencieux, leur chef ordonna aux cinquante blessés de regagner la Pyramide et je les vis peu après revenir lentement vers nous, épuisés et contraints à de fréquentes haltes, souffrant des graves blessures reçues au combat.

Mais les autres (environ deux cent cinquante jeunes gens) s’enfonçaient plus encore dans le pays de la Nuit ; et bien qu’inquiets pour eux nous étions fiers qu’ils se fussent ainsi comportés dans la bataille, eux qui n’étaient hier encore que des enfants. Ils avaient accompli un exploit admirable et je savais que si leurs mères pleuraient, inconsolables, le chagrin de leurs pères devait être adouci par une incommensurable fierté.

Les blessés approchaient donc peu à peu, malgré leur nombreux arrêts. Les plus valides aidaient leurs compagnons, et une onde de surexcitation et d’affliction se répandit parmi les habitants de la Grande Pyramide, car tous étaient impatients de savoir qui revenait, qui continuait sa route et qui reposait à jamais au-dehors, sur les lieux du massacre. Mais personne ne pouvait dire quoi que ce soit avec certitude ; car même la grande lorgnette de la tour d’observation ne permettait pas de les voir nettement, hormis lorsque les flammes des feux du pays de la Nuit s’élevaient plus haut que de coutume. Et il m’était alors impossible de les reconnaître, car nous étions si nombreux à l’intérieur du Grand Bastion que nul ne pouvait se targuer d’être capable d’identifier ne serait-ce que la moitié de nos dirigeants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   03 novembre 2019
L’homme écrivait, afin d’apaiser son esprit en exprimant son chagrin ; et Naani avait pu lire les mots et les comprendre, bien que pour son esprit à présent éveillé ils eussent été écrits dans un langage inconnu. Elle ne pouvait cependant se souvenir que d’une courte ligne, et du nom écrit au-dessus : Mirdath ; et elle me dit qu’il était étrange qu’elle eût rêvé de ce nom, tout en supposant que mes premiers appels l’avaient gravé dans son subconscient.

Je lui demandai alors de me dire, en subissant mentalement l’équivalent d’un tremblement, ce dont elle se souvenait des écrits de cet inconnu athlétique et affligé. Et, peu après, sa voix lointaine prononça :

« Mon amour, tes pieds foulent les ténèbres… » Elle ne se souvenait de rien d’autre, mais c’était suffisant. Et, enivré par une sensation de triomphe étrange et folle, je lui récitai la suite en projetant ma pensée. Mon esprit sentit que ces mots l’atteignaient avec violence et ravivaient ses souvenirs. Elle vacilla un court instant, muette face à une telle nouveauté et une telle certitude. Puis son esprit s’éveilla, et la peur et l’étonnement la firent presque pleurer.

Et, immédiatement, la vibration emplit l’air autour de moi. Et cette voix était à la fois celle de Mirdath et celle de Naani ; et les pleurs de son esprit
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   03 novembre 2019
Tout ce que j’ai dit devrait décrire à ceux de notre époque une partie de la terreur qui régnera en cet autre temps, afin qu’ils adressent un remerciement serein et sincère à Dieu, grâce auquel nous n’avons pas à souffrir de ce que l’humanité future devra endurer.

Mais, il serait faux de croire que les humains de cette époque lointaine assimilaient cela à une souffrance. C’était pour eux une chose habituelle et naturelle, ce qui nous enseigne que l’homme peut tout affronter, s’y accoutumer et vivre au sein des pires horreurs avec sagesse, à condition de faire montre d’un minimum de prudence.

Et tout le pays de la Nuit connaissait un réveil extraordinaire des monstres et des forces du Mal. Nos appareils de mesure enregistraient constamment un accroissement de la puissance de ce qui était à l’œuvre au sein de l’obscurité. Les Monstruwacans s’affairaient à tout enregistrer et surveiller. Et cette période se déroula ainsi, dans une atmosphère de changement, d’éveil et de prodiges.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   03 novembre 2019
Certains lecteurs parleront de pures affabulations et d’autres seront d’un avis contraire, mais je n’ajouterai rien d’autre que : « Lisez ! » Et, après avoir lu ce que je vais écrire, les uns et les autres auront vu l’Éternité par mes yeux… atteinte par ses véritables portes. Voici donc mes révélations.

Au cours de cette dernière période de visions, dont je souhaite m’entretenir, je n’eus pas l’impression de rêver ; c’était plutôt comme si je m’éveillais en pleine nuit, dans le futur de ce monde. Le soleil était mort ; et pour moi, nouvel arrivé dans cet avenir, songer à notre présent était comparable à me remémorer des rêves que je savais réels tout au fond de mon âme mais qui m’apparaissaient comme des visions lointaines, étrangement sanctifiées par la quiétude et la lumière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3618 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre