AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Alice Delarbre (Traducteur)
ISBN : 2258083745
Éditeur : Les Presses De La Cite (17/03/2011)

Note moyenne : 3.85/5 (sur 26 notes)
Résumé :
1967. A douze ans à peine. CeeCee s'occupe tant bien que mal de sa mère psychotique, Camille, une ancienne reine de beauté, quand celle-ci meurt brusquement.
CeeCee rencontre alors Tootie Caldwell, une mystérieuse grand-tante. Chez elle, à Savannah, un nouveau monde s'ouvre à l'adolescente, un monde exclusivement féminin fait de confort matériel, de parfum capiteux et d'excentricité typiquement sudistes. Le temps d'un été, alors que Tootie se démène pour sauv... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
LesLecturesDeCledesol
  18 juillet 2014
Après la déception de ma lecture précédente, j'espérais retrouver une lecture qui me plairait, et en effet, ce fut le cas, avec le premier roman de Beth Hoffman : Un été à Savannah. Un véritable coup de coeur pour moi.
CeeCee est une jeune américaine de douze ans, débrouillarde. Elle n'a pas eu le choix, elle s'est en quelque sorte élevée toute seule, prenant en charge sa mère, qui souffre de démence. La folie de sa mère s'est dégradé au fur et à mesure du temps, pour arriver à ce fameux jour de l'été des douze ans de CeeCee, ou sa mère décède brutalement en se faisant renverser par une camionnette.
C'est à ce moment là, que nous faisons sa connaissances, et par un jeu de flash-back, Beth Hoffman nous permet de comprendre ce qu'a été la petite enfance de CeeCee, entre une mère souvent absente psychologiquement mais qui aimait malgré tout sa fille, et un père démissionnaire qui avait fait le choix d'abandonner sa fille au main de sa femme malade, et qui revenait de moins en moins souvent à la maison.
Le décès de la mère de CeeCee va à jamais changer sa vie. Elle est alors obligée de suivre une tante dont elle n'a jamais entendu parler, direction le sud, en Georgie à Savannah. Si au premier abord, cette obligation va paraître cruelle à la jeune fille, c'est alors le début de diverses rencontres avec des personnages extraordinaires.
La tante Tootie, tout d'abord, qui va redonner le gout de vivre à CeeCee, en l'aimant tout simplement, mais il y a aussi mon personnage préféré : Oletta, la cuisinière de la maison, un personnage haut en couleur, au caractère bien trempé, il s'agit d'une afro-américaine cinquantenaire, qui dit tout ce qu'elle pense, elle ne mâche pas ses mots. Je l'ai tout simplement adoré. Il y a aussi des voisines très excentriques, certaines adorables, d'autres plus vénéneuses…
En un été, toutes cette galerie de personnages va redonner le sourire à la jeune CeeCee. J'ai ri, souvent, mais j'ai également été ému aux larmes sur certains passages. J'ai adoré les descriptions des maisons à colonnades, l'ambiance de ce quartier. C'est un roman très féminin, puisqu'en fait quasiment tous les personnages sont des femmes, et ça m'a plu. J'ai aimé également les passages concernant les petites guerres de quartiers entres voisins, un peu à la façon Desperate Housewives. On y retrouve également des éléments sur la ségrégation raciale, en effet nous sommes en pleine période de bouleversement aux USA, certains états l'ayant déjà abandonnée, mais ceux du sud font de la résistance.
Un été à Savannah est un roman ou le lecteur se laisse bercer au gré des rencontres de CeeCee. Tantôt touchant et émouvant, mais bien souvent drôle voir excentrique, ce roman est un véritable coup de coeur !
Ce roman a été publié aux Editions Pocket en 2013, mais il était déjà disponible aux Editions Presses de la Cité en 2012.
Lien : http://milleetunepages.com/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Patrizia
  28 avril 2011
C'est un livre sur le bonheur. Sur les femmes, les liens qu'elles tissent entre elles. Sur la force des amitiés féminines. de ce qu'elles nous apportent. C'est un livre bavard qui fait du bien. Qui nous rappelle que, dans ce monde tragique, il est parfois possible que les histoires finissent bien.
L'histoire de Cecelia Rose Honeycut dite CeeCee est de celle qui vous transporte. Littéralement. de joie d'abord et dans les Etats du Sud des USA, ensuite, ces états magiques et envoûtants. le roman raconte la renaissance d'une toute jeune fille – triste et maltraitée par la vie, une mère folle et un père absent – grâce à l'amour d'une nuée de femmes déjantées, toutes plus extravagantes les unes que les autres, mais au coeur grand ouvert, à commencer par sa grand-tante Talulah Caldwell – dite Tootie, pour sa propension à klaxonner à tout va.
Ce roman m'a rappelé le bonheur que j'avais pris en lisant « Beignets de tomates vertes » de Fannie Flag. C'est un livre sur les femmes, pour les femmes. Verbeux et joyeux, rieur et bon. de cette bonté que nous rêvons tous de rencontrer – ou de conserver.
A savourer entre deux polars nordiques. Après « L'enfant allemand » de Camilla Läckberg et avant « Frontière mouvante » de Knut Faldbakken (par exemple).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Nono19
  06 novembre 2015
Après la mort de sa mère, CeeCee est prise en charge par une grand-tante qui l'emmène dans le sud, à Savannah. Ce sera l'occasion pour CeeCee de panser ses plaies et d'enfin vivre une vie normale. Entre une mère psychotique qui se baladait en robe de soirée et un père absent, la petite n'a pas été gâtée. CeeCee se lie très vite d'amitié avec Oletta, la cuisinière de couleur de Tootie, sa grand-tante. Elle rencontre les proches d'Oletta parfois confrontés au racisme, les voisines de Tootie un peu "excentriques" , ... Petit à petit, CeeCee va reprendre goût à la vie..
Livre vraiment touchant qui aborde le deuil, la maladie mentale, le racisme, ...
CeeCee a 12 ans ce que j'ai parfois eu du mal à croire. Elle se montre très mature pour son âge. J'avais parfois l'impression qu'elle en avait 18 :p. Sa relation d'amour-haine avec sa mère est très bien amenée. CeeCee lui en veut de l'humilier même inconsciemment, de ne pas être une maman "normale" et en même temps elle l'aime et se sent coupable de ce qui lui est arrivée.
L'amitié féminine prend une grande place dans ce roman. Les hommes sont aux abonnés absents. Entre ceux qui sont décédés et ceux qui se sont enfuis, il ne reste plus grand monde :p.
Mon coup de coeur niveau personnage est Oletta, elle semble un peu dure au premier abord mais elle déborde de gentillesse, d'attentions et de bons conseils :p.
Ces femmes se soutiennent et forment petit à petit la nouvelle famille de CeeCee.
CeeCee adore les "Alice", cette jeune femme détective qui résout des énigmes, des vols, ... Je les ai quasi tous lu plus jeune, ça m'a rappelé de bons souvenirs :)!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Ihopes
  06 septembre 2015
Encore une fois j'ai passé une merveilleuse lecture grâce à France Loisirs, il manquait juste à ce livre le petit quelque chose qui en fait un coup de coeur et c'est bien dommage car ce n'est pas passer loin.
Nous découvrons Cécelia, une jeune fille qui mène une vie dure avec une mère qui n'a pas toute sa tête et un père absent. A la mort de sa mère, elle doit partir vivre à Savannah chez une grande tante qu'elle ne connait pas.
J'ai beaucoup aimé cette histoire, elle est toute simple mais tellement belle. On découvre un tout un tas de femmes indépendantes qui n'ont pas besoins d'homme pour vivre.
On découvre aussi la magnifique ville de Savannah, l'auteur m'a tellement donnée envie d'y aller ! Elle décrit tellement bien ces paysages magnifiques et ces vieux manoirs. Les paysages sont tous haut en couleurs.
Ceecee est une jeune fille qui n'a pas eu de chance mais qui essaye de se reconstruire. Je me suis sentie très proche d'elle, elle aime beaucoup lire et est vraiment adorable.
Il y a aussi Tootie, la tante très généreuse, Oletta la servante qui est aussi la meilleure amie de Cécelia et qui lui donne pleins de leçons de vie. Et puis toutes ces autres femmes aux caractères tellement amusant.
L'écriture de l'auteur est vraiment bonne pour un premier roman, avec de belles descriptions. J'aimerai beaucoup lire un autre de ces romans.
En conclusion, une magnifique lecture que je ne peux que vous conseiller !
Lien : http://ihopes-lecture.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Kalliope
  24 décembre 2010
Personnages agréablement déjantés. Atmosphère du Sud des States très bien rendue. Franchement, "j'attaquais" ce livre un peu à reculons car l'auteure à fait comme si ce récit était narré par une jeune fille de 12 ans, mais quelle beauté, quelle sensibilité, vraiment un très très joli roman, à mettre entre toutes les mains.
Commenter  J’apprécie          10
Citations & extraits (5) Ajouter une citation
Nono19Nono19   06 novembre 2015
Tu n'as peut-être pas l'impression d'avoir du chagrin, mais c'est un sentiment qui s'exprime de bien des façons. Il y a celui qui engourdit et celui qui détruit tout. Et puis il y a celui qui ne ressemble pas du tout à du chagrin. C'est comme une minuscule écharde qu'on ne sent pas et qui s'enfonce profondément jusqu'à atteindre l'âme. Je crois que c'est le chagrin le plus violent, parce qu'il fait mal sans qu'on comprenne pourquoi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Nono19Nono19   06 novembre 2015
Le fonctionnement de l'esprit humain est étonnant. Il nous protège lorsque nous sommes incapables de nous protéger nous-mêmes. Parfois, quand on étouffe sa souffrance, elle devient si pesante qu'on finit par devoir s'y abandonner, se laisser submerger, entraîner tout au fond. Puis, lorsque la souffrance s'allège et qu'on est à nouveau capable d'affronter le monde, on refait surface.
Commenter  J’apprécie          50
Nono19Nono19   05 novembre 2015
Mme Odell m'avait dit un jour que le pardon importait plus à la personne qui l'accordait qu'à celle qui le réclamait. Elle avait ajouté que garder sa douleur et sa colère était aussi absurde que se frapper la tête avec un marteau dans l'espoir que l'autre finirait par avoir la migraine.
Commenter  J’apprécie          50
Nono19Nono19   06 novembre 2015
Tu as vu comment elle se dandine? On dirait qu'elle garde toutes ses économies entre ses fesses.
Commenter  J’apprécie          60
PalmyrePalmyre   07 novembre 2011
Lorsqu'un chapitre du Livre est terminé, l'âme sait qu'il est temps de tourner la page pour qu'un nouveau puisse commencer. On a beau avoir peur, ne pas se sentir prêt, l'âme, elle n'a aucun doute quand le moment est venu.
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : savannahVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Giono n'est pas Bosco et vice versa

Un de Baumugnes

Jean Giono
Henri Bosco

10 questions
5 lecteurs ont répondu
Thèmes : provence , Provence-Alpes-Côte d'Azur (France) , provencaux , Santons , Chèvres , oliviers , lavande , mûrier , taureau , camargueCréer un quiz sur ce livre