AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Pierre Ménard (IV) (Traducteur)
EAN : 9782290336458
350 pages
Éditeur : J'ai Lu (08/02/2006)

Note moyenne : 2.94/5 (sur 27 notes)
Résumé :
Monroe, Massachusetts, petite ville aux pelouses impeccables, aux demeures spacieuses et aux allées bordées de pommiers. C'est là que vivent Jorie, Ethan et leur fils Collie. Jorie et Ethan vivent un amour sans faille, Jorie est une épouse comblée et Ethan, pompier volontaire, fait l'admiration de tous. Cette famille unie incarne un bonheur serein que rien ne semble pouvoir troubler. Mais ce tableau idyllique se lézarde un beau matin d'été lorsque la police vient ar... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
kielosa
  25 décembre 2019

Il aura fallu une bonne vingtaine de pages à l'auteure pour décrire oh combien le couple des protagonistes principaux de son histoire est merveilleux. Lui, Ethan Ford, est un homme de confiance ... et un "homme de parole" comme il n'y en a pas 2, "sa fiabilité n'a d'égale que (son) amabilité. .." il y a 13 ans, il a eu un colossal coup de foudre pour Jorie, de qui il "est resté désespérément amoureux au bout de 13 ans de mariage et qu'il considère encore comme la plus belle femme de Massachusetts". Et Dorie à 23 ans, qui selon sa soeur aînée est une "sainte-nitouche", invite le soir même de leur première rencontre le bel Ethan dans son lit. Et au début de ce récit, ce couple qui semble sorti du "tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil" de Jean Yanne, a décidé de rester un lundi de juin au pieux à faire l'amour, quoi que professionnellement ils ont tous les 2 des trucs urgent à faire. Mais soit ! Tout le monde sait que l'amour et le boulot sont 2 choses bien différentes, n'est-ce pas ?
Le lieu du crime (façon de parler) est au diapason avec l'immense bonheur de ces éternels amoureux : la petite ville de Monroe, à 222 kilomètres à l'ouest de Boston dans la Nouvelle-Angleterre, ne comptait que 121 habitants en 2010 (dernière statistique trouvée). Pas un coin paumé du tout, bien au contraire, un endroit idyllique avec de charmants bungalows dans des petits jardins mignons aux gazons coupés courts comme certains parcs d'outre-Manche.
Et pour couronner le tout, nous sommes au mois de juin, le plus beau de l'année dans cette partie du globe, car la nature offre à l'homme " les pétales crémeux des marguerites et des roses trémières, les essaims des abeilles bourdonnant comme des créatures célestes dans les haies " etc.....
Bref, tout est tellement paradisiaque que la chute ne peut être que démoniaque. Mais, en cette période de paix de Noël, je ne tiens pas à me retrouver dans un enfer, complètement à l'opposé du bled idyllique, surtout si tout baigne dans un contexte d'exagération poussée. Non Alice, contrairement à mon habitude, je préfère m'arrêter ici.
Je me suis procuré ce policier après avoir lu d'Alice Hoffman "Drôles de meurtres en familles" , réédité après comme "Les Ensorceleuses", et, avant tout, vu le film "Practical Magic" (le titre original) de 1998 avec Nicole Kidman et ma star américaine favorite Sandra Bullock.
En plus, en lisant la 4ème de couverture, j'ai fait un rapprochement avec le magnifique film d'André Cayatte de 1967 "Les Risques du métier" dans lequel notre Grand Jacques - Brel, bien sûr - se fait comme pauvre instituteur accuser injustement de pédophilie par quelques élèves effrontées. Un drame que j'ai vu plusieurs fois et que j'aime toujours autant.
Dans le policier d'Alice Hoffman, Ethan Ford est tout d'un coup accusé d'avoir violé et tué une gamine, 15 ans plus tôt, et est mis en taule. C'est-à-dire 2 ans avant sa rencontre foudroyante avec Dorie, qui lance illico presto sa propre enquête policière.
Je ne puis en dire davantage, car c'est là que j'ai arrêté m'a lecture de Noël.
Je regrette pour l'auteure qui a certainement ses mérites. Depuis son tout premier roman en 1977, à l'âge de 25 ans, Alice Hoffman en a écrit 26 autres, plus 6 spécifiquement pour la jeunesse, 4 ouvrages illustrés et un recueil de nouvelles. Si l'on y ajoute ses 4 adaptations cinématographiques, sans oublier un scénario de film, on arrive à 43 oeuvres en 39 ans. Ce qui me semble tout de même un peu beaucoup. D'autant plus que ses romans sont relativement volumineux. "Un secret bien gardé" par exemple compte 413 pages. Tout le monde ne peut avoir le rythme hallucinant de notre Georges Simenon.
Par acquis de conscience et par curiosité, j'estime qu'il me faut lire un autre ouvrage de la dame de Boston et j'attends avec curiosité les conseils de mes bons amis lectrices et lecteurs sur Babelio !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          364
Fuelyod
  25 avril 2011
Titre original : Blue Diary.
Publié par G.P. Putnam's son, New York, 2001.
Traduit de l'américain par Pierre Ménard.
Flammarion, 2002 pour la traduction française.
Edition du club France Loisirs,
avec l'autorisation des Editions Flammarion.
Imprimé en Espagne par Rodesa en juillet 2003.
N° d'édition : 39113
Dépôt légal : juillet 2003.
"Ce dixième romain d'Alice Hoffman est palpitant, original. Elle évite la complaisance et les écueils qu'une telle histoire à mi-chemin entre le polar et le romain traditionnel, pourrait provoquer." Pascale Frey, Lire
"Ce romain d'atmosphère, à la fois sensuel et cruel, scrute la société américaine avec une rare finesse." Marie-Claire Pauwels, "Madame Figaro"
Commenter  J’apprécie          00
malili
  23 mars 2012
Je suis en train de le lire. Arrivée à la moitié, je trouve que l'intrigue, les personnages, tout met du temps à s'installer. C'est long !!! Je vais me forcer à le finir pour comprendre pour quelles raisons, d'autres internautes ont écrit de bonnes voire très bonnes critiques (trouvées sur d'autres sites).
D'un chapitre à l'autre, l'auteur change de style - c'est bien la première fois que je vois çà !
Pourtant, en général, je suis assez bon public, pas trop critique féroce mais là c'est vraiment trop lent !
Je reviens donner mon avis dès le livre terminé.
Commenter  J’apprécie          00
malili
  06 avril 2012
Enfin ! Je viens de le terminer !
Je ne sais que dire ! Jusqu'à moitié du livre, c'est très lent et long à se mettre en place, après la moitié ça devient un peu plus intéressant, mais rien de transcendant. Beaucoup de réflexion et de lenteur, mais c'est déjà mieux.
La fin est pas mal mais franchement en comparaison de tout le reste, je suis vraiment déçue.
Je ne m'explique toujours pas les très bonnes critiques sur ce livre que j'ai pu lire !
Dommage, l'idée était bonne !
Commenter  J’apprécie          00
pyrouette
  28 décembre 2010
Portrait féroce d'une société américaine confrontée à ses propres démons. Très belle enquête sur un violeur et un tueur, marié père de famille.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   23 mai 2017
Lorsqu’on perd quelqu’un, on croit avoir perdu du même coup le monde entier, mais qu’après il en va différemment. Un jour, on finit par redresser la tête et regarder par la fenêtre. Et on s’aperçoit que tout ce qui existait avant que le monde ne prenne fin est resté en place. Ce sont les mêmes pommiers, les mêmes oiseaux qui chantent – et au-dessus de nos têtes un ciel identique qui brille, égal au paradis, si loin dans les hauteurs qu’il est malaisé d’espérer qu’on puisse l’atteindre un jour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   23 mai 2017
Elle n’est pas du genre à craquer pour un rien et ses chances de guérison sont relativement bonnes. Le vrai problème, c’est que la stratégie qu’elle a jusqu’alors appliquée dans sa vie est en train de voler en éclats, jour après jour, minute après minute. Elle s’est toujours servie de la dénégation, c’est cela qui lui a permis de surmonter la mort de ses parents ou la déception d’un mariage insatisfaisant. Mais ce soir, dans son propre jardin, un voile vient de se déchirer. Comme si jusqu’alors Charlotte n’avait rien vu : elle était aveuglée, et maintenant toute la gloire et la tristesse qu’elle entrevoit l’éblouissent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   23 mai 2017
Moi aussi, après tout, je pouvais être mauvaise. Et égoïste. Et même écervelée, quand je voulais. C’est du moins ce que prétendaient les gens autour de moi. Peut-être était-ce pour cette raison que j’étais la seule à ne pas pleurer, à l’enterrement de mon père. Quand on se comporte ainsi, qu’on reste immobile et qu’on s’enferme au fond de soi jusqu’à ne plus entendre que le bourdonnement des abeilles, les gens croient que l’on est insensible. Ils croient que ce qu’ils voient correspond à ce que les autres ressentent, à l’intérieur d’eux-mêmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   23 mai 2017
Ma jalousie est telle qu’elle me glace le sang et me rend encore plus mauvaise que je ne le suis – ce qui, selon ma grand-mère, est le sort regrettable mais mérité des envieux. Lorsque quelqu’un ressent cela, on le voit sur son visage, gagné par une verdeur empoisonnée qui remonte à la surface de la peau. C’est l’envie, me dit ma grand-mère. Ne t’y trompe pas, c’est le prix qu’ils doivent payer.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   23 mai 2017
Ce soir, l’univers entier semble parler une langue qu’elle ne comprend ou ne reconnaît pas. Les criquets chantent et les insectes bourdonnent dans l’air, le clair de lune lui-même paraît émettre un son semblable à celui d’une vitre volant en éclats, sous la pression de la nuit chaude et sombre. D’ici peu, la vérité se sera répandue de toutes parts, tombant comme la grêle et ravageant leur vie.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Alice Hoffman (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alice Hoffman
Practical Magic (1998) Official Trailer - Sandra Bullock, Nicole Kidman
autres livres classés : amériqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2082 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre