AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Julien Bambaggi (Traducteur)Bella Arman (Collaborateur)
ISBN : 2100499718
Éditeur : Dunod (05/11/2008)

Note moyenne : 4.11/5 (sur 9 notes)
Résumé :

Que veut dire "Je"? Cette question qui hante scientifiques et philosophes depuis des siècles n'est pas près de disparaître. Bien au contraire, elle s'impose à nous de plus en plus fréquemment à mesure que nous assistons aux progrès de la science en général et de l'intelligence artificielle en particulier, progrès qui forcent les chercheurs à traquer l'émergence de la conscience jusqu'au cœur... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
andras
  05 mars 2016
Depuis que je suis tout petit la question du "Je" revient régulièrement me hanter : quelle est cette part de moi qui dit "Je" ? Pourquoi ce "Je" omniprésent dans la part éveillée de ma vie est-il précisément dans mon corps et pas dans un autre ? Qu'adviendra-t-il de ce "Je" quand mon corps va mourir ?
On pourrait penser que les avancées scientifiques ou psychologiques des 2 derniers siècles aient amené des réponses claires et définitives à ces questions. Pourtant rares sont les livres (à ma connaissance) qui attaquent de front ces questions et tentent de leur apporter une réponse. Ainsi le récent (et au demeurant excellent) livre de Richard Dawkins ("Pour en finir avec Dieu") ne faisait qu'effleurer cette question de la conscience, comme si pour l'auteur qui se revendique matérialiste, la question ne se posait même pas.
Douglas Hofstadter, 30 ans après son fameux "Gödel, Escher, Bach" (GEB) qui abordait déjà ce thème de la conscience, aborde de front la question de la nature du "Je". Fidèle à sa méthode, il ne va pas utiliser l'argumentation classique (logique) pour nous faire passer son point de vue mais plutôt l'analogie, les métaphores, voire l'allégorie. Et curieusement une des analogies qu'il fait pour décrire la boucle étrange qu'est pour lui le "Je" est celle du théorème de Gödel, un des sommets des mathématiques du XXe siècle qui était déjà un des fils rouges du GEB.
Ce livre n'a peut-être pas la rigueur de construction et la force stylistique du GEB. On a parfois l'impression que l'auteur s'égare, qu'il "radote" un peu. On a parfois le sentiment que c'est un adolescent particulièrement naïf qui couche ses divagations sur son journal. Pourtant, petit à petit, ce livre distille des idées sur la conscience que je n'avais lues nulle part ailleurs et par petites touches il apporte des réponses aux questions que j'évoquais plus haut. Entre dualisme (l'idée que l'âme est de nature différente du corps, non matérielle) et matérialisme (l'idée inverse) Doug Hofstadter penche nettement vers le matérialisme et nous dit de quelle façon. Toutefois il ne nie pas le trouble (voire le rejet) que causent en nous les thèses purement matérialistes. Il tente d'expliquer pourquoi le "Je" se donne l'illusion d'être séparé du corps et d'avoir une "vie" autonome qui pourrait survivre au corps qui (semble-t-il) "l'herberge". Comment se forge cette "illusion" est une des thématiques du livre.
Je n'aurai pas la prétention de résumer ce livre foisonnant en quelques lignes. Pour ceux qui cherchent à comprendre ce qu'est la conscience (ou l'âme), son rapport avec le corps, ceux qui se posent la question de l'immortalité de l'âme, je conseille la lecture de ce livre qui est souvent surprenant, parfois même déroutant, jamais dogmatique et qui nous amène à trouver nos propres réponses à ces questions essentielles.
Pour donner une idée de la tonalité du livre, voici un extrait de l'Epilogue :
"Dans les 24 chapitres qui précèdent, j'ai fait de mon mieux pour expliquer ce qu'est un "Je", ce qui signifie, forcément, que j'ai fait également de mon mieux pour expliquer ce qu'est le soi, l'âme, la lumière intérieure, le point de vue à la première personne, l'intériorité, l'intentionnalité et la conscience. Une gageure, certes, mais qui j'espère, ne m'a pas entraîné à trop divaguer. Cela dit, certains lecteurs y verront sans doute une histoire de fou - à dormir debout - par trop invraisemblable. Autant dire immédiatement que je sympathise avec eux, car je reconnais qu'il reste des questions dérangeantes en suspens. (...)"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
andrasandras   05 mars 2016
Dans les 24 chapitres qui précèdent, j'ai fait de mon mieux pour expliquer ce qu'est un "Je", ce qui signifie, forcément, que j'ai fait également de mon mieux pour expliquer ce qu'est le soi, l'âme, la lumière intérieure, le point de vue à la première personne, l'intériorité, l'intentionnalité et la conscience. Une gageure, certes, mais qui j'espère, ne m'a pas entraîné à trop divaguer. Cela dit, certains lecteurs y verront sans doute une histoire de fou - à dormir debout - par trop invraisemblable. Autant dire immédiatement que je sympathise avec eux, car je reconnais qu'il reste des questions dérangeantes en suspens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Douglas Richard Hofstadter (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Douglas Richard Hofstadter
L'analogie - Science Publique du 5 avril 2013 - Version intégrale .Extraits de l'émission Science publique du 5 avril 2013 sur France Culture - "L'analogie structure-t-elle notre pensée ", avec Douglas Hofstadter et Emmanuel Sander pour leur livre "L'analogie, coeur de la pensée" paru= chez Odile Jacob en février 2013 - Production : Michel Alberganti
autres livres classés : intelligence artificielleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
283 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre