AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2351781163
Éditeur : Gallmeister (01/09/2016)

Note moyenne : 3.81/5 (sur 39 notes)
Résumé :
Hiver 1918. L’État de Washington connaît, durant un bref instant, l’Apocalypse : l’un des pires blizzards de l’histoire du pays balaie tout sur son passage. Perdus dans la neige, pétrifiés par le gel, deux jumeaux de quatorze ans, Luke et Matt Lawson, sont recueillis in extremis par une femme qui tente de les ranimer à la chaleur de son corps. Seul Matt reprend vie. Le lendemain, le voilà devenu un homme, trop tôt et malgré lui. Car le désastre l’a également privé d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
manU17
  30 novembre 2016
"La voie du sang est forte, mais celle de la terre l'est encore plus."
Une histoire qui commence dans la violence. Alors qu'un blizzard terrible s'abat sur l'état de Washington, deux frères, des jumeaux partent à la recherche de leur père. Luke n'en reviendra pas, seul Matt survivra, réchauffé par la maîtresse d‘école à la chaleur de son corps. Elle ne va d'ailleurs pas se contenter de le réchauffer… Ou comment grandir, trop vite, en une seule nuit.
Devenu un homme, qui plus est orphelin de père, c'est une nouvelle vie qui commence pour lui, propulsé à la tête du ranch familial. Une vie rude et âpre comme cette nature dans laquelle il évolue. C'est de cette abrupte manière que débute cette fresque familiale qui s'étend sur plusieurs décennies. Des personnages forts, plein de tempérament et de hargne, qui font rarement dans la demi-mesure. On s'aime ou on se déchire, bestialement, avec fureur. Là-dessus, les rapports pour le moins houleux entre Matt et Wendy sont particulièrement édifiants.
La violence, omniprésente dans cette histoire, surprend parfois tant on a du mal à la comprendre. Quelques scènes sont à jamais marquées dans mon esprit, une succession d'accouchements effroyables ou une punition plutôt radicale envers un cheval par exemple. Mais le plaisir est bien là et au fil des pages, on est ferré par l'écriture de l'auteur, pas de temps morts, un souffle épique qui donne toute sa force à ce roman d'une puissance rare.
L'heure de plomb de Bruce Holbert, un putain de bon bouquin que je vous recommande ardemment !

Lien : http://bouquins-de-poches-en..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
cardabelle
  08 février 2017
Grand moment de perplexité après la lecture de ce roman !
Je m'attendais à un bon Nature Writing dans la pure tradition de mon édition préférée :Gallmeister ! et j'avoue avoir quitté ma lecture en cours pour me ruer sur "L'heure de plomb" dès sa réception .
Le début : grands espaces hostiles, blizzards, tempête de neige ,l'apocalypse avec des enfants ,leur père et leur cheval en perdition ...
Séquence frisson-émotion !
Mais, très vite le texte va s'ingénier à mettre en scène des personnages ambigus, tortueux, tourmentés, ,sans foi ni loi ,incultes , aux comportements schizophréniques ,contre nature et, c'est dans cet océan de désordres affectifs , de chaos parfois que , Matt, le héros , le survivant, va tenter de se battre contre ses démons et ceux des autres !
Pour le beau texte et la poésie, on repassera !
Seules, quelques vagues descriptions de la nature rappellent qu'on était quand même un peu venus pour ça !
Mais, ce livre s'apparente plutôt au genre western des plus déjantés qui soit ! ou encore au polar bien gore , régi par la folie meurtrière.
Rien contre . Un genre qui a ses maîtres.
Mais ici, il est parfois difficile de se laisser prendre au jeu tant certains personnages offrent peu de crédibilité ou trop de situations paraissent invraisemblables , incongrues ,voir grotesques ou ridicules .
Et, puisque je suis dans la critique, j'en rajoute une louche : la traduction m'a souvent semblé peu travaillée ,voir littérale rendant ainsi la narration moins attractive.
Ici, pas vraiment de beaux textes.
Dommage, car c'est l'un des charmes du nature writing.
Néanmoins, le personnage de Matt est intéressant ,un homme aux multiples facettes, torturé, surprenant .
L'autre intérêt est , bien sûr, le portrait d'une Amérique profonde de 1918 aux années 60 ; on l'attendait quand même un peu.
Mais là, le puritanisme en prend un coup !
Pas de langue de bois non plus sur le sort des femmes au coeur de ce magma !
Conclusion difficile ....
.... Impression mitigée , voilà !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          272
LiliGalipette
  18 octobre 2016
En novembre 1918, l'état de Washington est balayé par une terrible tempête. La famille Lawson y perd un père et un fils. Matt, privé de son jumeau, s'occupe désormais seul du ranch familial, après être devenu un homme en une nuit. « J'allais nulle part sans lui. / C'est le fait d'être des jumeaux qui rend les choses difficiles ? […] / J'ai jamais été autre chose, dit Matt. Je suis toujours jumeau. Mon frère est parti, c'est tout. » (p. 32 & 33) Matt se rapproche de Wendy qui l'aide à chercher le corps de son père. Mais la romance tourne court entre eux quand Wendy lui tire dessus accidentellement. Matt disparaît alors pendant près de vingt ans, louant sa colossale force de travail dans d'autres ranchs. « Malgré sa taille et sa force, il était lâche. Il avait abandonné une mère, et surtout, dans son esprit, une femme qu'il aimait, mais qu'il était incapable d'affronter. Cette balle avait été pour lui une manière de se dérober, y compris pour lui-même. » (p. 201) Quand il revient auprès de Wendy, il a un bébé et un ennemi en la personne de Lucky, le fils de Linda Jefferson, son ancienne institutrice.
Le roman se découpe en trois grandes périodes qui vont de 1918 aux années 1960. Entre violence et cruauté, la vie de Matt est souvent traversée d'éclairs de folie et nourrie d'une profonde solitude. « Les gens avaient beau être proches par le sang, un coeur n'irradie pas, par ses simples battements, le réconfort ou la joie. Ce sont là des choses qu'il nous faut aller traquer chez les autres, et les autres restaient peu nombreux, éparpillés dans de grands espaces. » (p. 11) Matt sait qu'une famille se créé autant par le sang que par la volonté de rester proche de ceux qui l'entourent, ce qui est loin d'être simple. Par sa rudesse et ses airs de fresque américaine, ce roman placé sous l'égide d'Emily Dickinson m'a souvent rappelé À l'est d'Eden de John Steinbeck. L'âpreté du monde et la brutalité des hommes y sont aussi puissantes. L'heure de plomb est un magnifique roman américain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
belette2911
  15 octobre 2016
Mais qui a éteint la lumière dans ce roman ? Y a-t-il quelqu'un pour apporter un peu de chaleur et des gentilles choses à ces pauvres personnages qui vont en voir de toutes les couleurs durant ces 376 pages ?
Non, on ne dirait pas… 1918… Matt et Luke, des frères jumeaux, sont pris dans une tempête digne d'une fin du monde et seul Matt en ressortira vivant, mais brisé par la perte de son jumeau et celle de son père.
C'est en se plongeant dans le travail rude du ranch que Matt tentera d'oublier. Mais si le baume du temps guérit bien des blessures, on dirait que chez lui, cette pommade ne fonctionne pas.
Matt est un personnage assez atypique : ayant dû devenir adulte trop tôt, il s'est transformé en bourreau de travail, faisant augmenter sa masse musculaire mais pas toujours son cerveau. Que se soit dans la recherche de son père disparu durant la tempête ou avec Wendy, une fille de son bled à qui il n'ose avouer ses sentiments.
Ici, la nature est comme Dallas : impitoyable ! Elle ne fait pas de cadeaux et l'écriture de l'auteur nous le montre bien.
Nous sommes dans l'Ouest, dans les plaines encore sauvages de 1918 et nous allons véritablement suivre la vie de plusieurs personnages (Matt, Linda son ancienne institutrice, Wendy, la mère de Matt, Jarms et son père Roland, Lucky) durant des années pour en arriver jusqu'à les voir vieillir sur les dernières pages.
J'ai bien aimé le roman, mais j'aurais apprécié qu'il se passe un peu plus de choses au départ, ayant eu cette horrible impression qu'il y avait du texte pour ne rien dire de neuf.
De plus, l'usage de certains mots vulgaires m'a un peu étonnée parce que ces mots n'apportaient rien de plus au texte, ils n'étaient absolument pas nécessaires dans le contexte (l'utilisation du mot "quéquette" alors que le mot "sexe"aurait très bien fait l'affaire).
Il y aura juste ces deux petits bémols et pour l'ensemble, je dirai que les personnages étaient bien travaillés, complexes, ni tout blanc, ni tout noir, attachants, même si pour certaines ça a pris plus de temps. de plus, ils évoluent avec l'âge et si j'appréciais Wendy jeune, j'ai eu du mal avec elle une fois devenue adulte.
La plume de l'auteur est descriptive, elle nous montre véritablement les paysages qui nous entourent, les gens qui peuplent les petites villes, le progrès qui est en marche, l'arrivée des automobiles, le travail dur des ouvriers pour la construction d'un barrage ou celui des fermiers dans les ranchs.
Une belle fresque, une vraie saga, des personnages qui nous marquent, de la violence, la vie qui ne fait pas de cadeaux, un roman qui prend un peu trop son temps au début et puis nous emporte avec lui pour nous faire vivre des époques révolues.
Un beau voyage, mais pas un voyage reposant ! L'Ouest est toujours aussi terrible avec les gens et ce roman est une fresque qui met à mal ses protagonistes.
(3,5/5)

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
mariecloclo
  29 mai 2017
Lorsque j'ai vu ce roman de la collection "nature writing" de chez Galmeister à ma médiathèque, je ne me suis pas posé de questions et je l'ai emprunté.
Avant tout, je dois prévenir qu'il faut avoir le moral pour commencer la lecture. C'est en effet un roman très rude et âpre.
Dés le début, on entre dans l'action : nous sommes en 1918 dans l'état de Washington, une grosse tempête de neige a lieu. Des jumeaux de 14 ans, Matt et Luke tentent de rentrer chez eux après l'école mais se perdent dans le blizzard et sont recueillis par leur institutrice. Luck meurt, leur père parti à leur recherche ne reviendra pas non plus. Matt reste seul avec sa mère et ne fera pas son deuil tant qu'il n'aura pas retrouvé le corps de son père, il sillonne la campagne avec une jeune voisine appelée Wendy.
Les années passent, Matt, afin de ne pas penser ni s'apitoyer sur son sort, se noie dans le travail, il travaille sur des chantiers, dans des ranchs.
C'est lui le personnage principal mais de près ou de loin, d'autres personnages sont liés à son histoire : Lynda L'institutrice, Wendy, Roland, Horace, Garrett.
La nature est hostile, ces personnages taiseux et durs à la tâche.
Un roman très fort et dérangeant par moment tellement il est violent et bestial. Au moins je ne risque pas de l'oublier de sitôt.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
cardabellecardabelle   12 février 2017
Les peupliers sur son terrain avaient poussé de près de quatre mètres au cours de sa vie...
dans un champ derrière sa maison,
le vent avait déposé du pollen
ainsi que des graines,
au-dessus desquelles les abeilles voletaient pendant l'été,
tandis que les cerfs et,
parfois un wapiti venaient brouter des touffes d'herbe,
puis laissaient leur fumées,
que la pluie transformait en poussière,
cette poussière nourrissait ensuite les graines,
le soleil brillait ,
les nuages apportaient la pluie,
et elle avait vu un petit carré se développer en une prairie toute entière...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
cardabellecardabelle   05 février 2017
Des années durant, Linda Jefferson avait observé les parents se lancer à la recherche d'eux -mêmes dans leur progéniture.

Les mères portées sur le tripotage, comme les pères plus distants , tous étaient en quête d'une piste qui les ramènerait à eux-mêmes.

...Et ,il ne fallait pas longtemps aux enfants pour s'apercevoir que, lorsque les adultes parlaient de leur croissance...c'était sur le même ton perplexe que celui qu'ils réservaient à la mort, qu'ils ne comprenaient pas davantage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
manU17manU17   04 octobre 2016
- Ça prend combien de temps pour un bébé ? demanda Matt.
- Neuf mois. Elle devrait aller au bout. Le docteur dit qu'elle est en bonne santé.
Matt enfonça un bâton dans le gravier humide.
- Elle a les hanches larges, reprit Jarms.
- Et c'est bon ? demanda Matt.
- Ça l'est pour les vaches, répondit Jarms.
Commenter  J’apprécie          180
manU17manU17   23 septembre 2016
L'absence était sans fin, sans raison ; il lui semblait que c'était moins une blessure que le deuil aurait pu atténuer et finir par refermer, qu'une malformation en elle qu'il fallait recoudre en permanence pour l'empêcher de saigner.
Commenter  J’apprécie          200
manU17manU17   30 septembre 2016
Elle termina chez le docteur, un homme filiforme d'un certain âge, plus compétent avec les animaux qu'avec les humains. Ses mains étaient froides et il souffrait horriblement de gaz qu'il ne se sentait jamais obligé de réprimer et pour lesquels il n'avait jamais la politesse de s'excuser.
Commenter  J’apprécie          130
Videos de Bruce Holbert (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bruce Holbert
Bruce Holbert - L'heure de plomb .À l'occasion de la 12e édition de Lire en Poche à Gradignan, rencontre avec Bruce Holbert autour de son ouvrage "L'heure de plomb " aux éditions Gallmeister Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/170898/bruce-holbert-l-heure-de-plomb Notes de musique : Skaffa Flute. Free Music Archive Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : nature writingVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
288 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre
.. ..