AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 284590231X
Éditeur : Arfuyen (15/04/2016)

Note moyenne : 4.33/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Il est rare, au bout de 40 ans d’édition, d’être saisi par la simple évidence d’un texte, l’impression qu’il est là, avec une calme et sûre autorité, sans qu’il y ait besoin d’analyser ni de s’interroger. Une voix parle, singulière, étrange même, mais c’est limpide, sans artifice, sans bavure.
Et c’est d’autant plus émouvant lorsqu’il s’agit d’un des tout premiers livres d’une jeune femme venue d’une autre langue, d’une autre culture. C’est le cas de Cécile A... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Erik35
  04 juillet 2016
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
isabiblioisabiblio   03 août 2016
Si je mâche mes mots, longtemps, infiniment
c'est pour qu'ils soient de l'eau
c'est pour qu'ils soient liquides,
qu'ils soient rendus au bleu
c'est pour que tu y plonges
et que tu m'y retrouves.
Commenter  J’apprécie          61
coco4649coco4649   06 octobre 2018
IL N’EST PAS D’AUTRE LIEU QUE CELUI DE L’ABSENT…


Il n’est pas d’autre lieu
que celui de l’absent

d’autre mot que celui d’une épine sous l’écorce
d’autre chair que celle née d’un renoncement
d’autre temps que celui déserté par les os

nulle ombre ne connaît son nom
nulle merveille n’est incorruptible
ce qu’a formé le ciel, le ciel l’a dissout
ce qui vient à la source devra gagner la mer

ni commencement
ni milieu
ni fin

il n’est pas d’autre lieu
que celui de l’absent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Erik35Erik35   04 juillet 2016
J'ai grandi
en dévidant nuit et jour
l'écheveau des rêves
venez, oiseaux, venez faire vos nids
dans ma tête de paille
car l'été n'existe plus que
dans ces brindilles sèches
prenez oiseaux, prenez aux herbes
de la morte saison.
Commenter  J’apprécie          20
coco4649coco4649   11 février 2019
Elle sort de chez elle…


Elle sort de chez elle le trottoir se dérobe et fuit
dimanche matin les ruelles sont nues gouttent encore de nuit
l’écume des étourneaux retourne remue le ciel
les ombres rétrécissent se tapissent sous le soleil
le cœur doit diviser pour survivre et elle court
le jour cède la mesure qu’elle arrachera au vide
quelque chose se prépare dans le sombre des rues
quelque chose bondit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Video de Cécile A. Holdban (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Cécile A. Holdban
Métamour de Cécile A. Holdban.
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
727 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre