AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Philippe Gindre (Traducteur)
ISBN : 2207254879
Éditeur : Denoël (04/03/2004)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Un homme occupé à sculpter une effigie païenne dans une église en construction ; une vallée étrange, peuplée de statues, magnifiques, dangereuses ; un enfant capable de franchir les rapides en utilisant l'invisible magie du monde ; une forêt enrichie avec des gènes humains ; Merlin, confronté à un chef de guerre désireux de se venger d'une femme trop belle... Dans ce recueil ont été rassemblés par l'auteur des textes publiés entre 1974 (" Cendres ") et 1995 (" Enfan... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
boudicca
  28 avril 2013
Outre « La forêt des Mythagos » ou encore le « Codex Merlin », Robert Paul Holdstock est également réputé pour ses nombreuses nouvelles. Avec « Dans la vallée des statues et autres récits », recueil réalisé en collaboration étroite avec l'auteur lui-même à l'instigation de Gilles Dumay (plus connu sous le pseudonyme de Thomas Day), la collection « Lunes d'encre » nous offre la possibilité de découvrir rien moins que dix-sept de ces textes, publiés entre 1974 et 1995. Nous avons ainsi affaire à un recueil très dense, abordant des thèmes aussi nombreux que variés, de l'amour à la mort en passant par la vieillesse, la solitude, l'art... La première partie de l'ouvrage comprend presque exclusivement des nouvelles de science-fiction faisant la part belle aux voyages dans le temps, aux expérimentations scientifiques..., et si certaines se sont révélées un peu trop complexes en raison de l'abondance de certains termes très techniques, force est de reconnaître qu'il s'agit là de textes de qualité. La seconde partie du recueil a toutefois ma préférence puisqu'elle réunit essentiellement des nouvelles de fantasy et de fantastique, genres avec lesquels je suis bien plus à l'aise, d'autant plus que l'auteur semble porter une affection particulière aux périodes de la Préhistoire et du Moyen-Âge, qu'il adopte souvent pour décor de ses histoires.
Bon nombre des textes ont particulièrement retenu mon attention, à commencer par « Vieillir encore », sans doute la nouvelle la plus perturbante et la plus réussie du recueil dans laquelle on découvre l'expérimentation menée par une équipe de scientifiques sur deux jeunes individus vieillis de façon accélérée et placés en milieu artificiel. L'idée est intéressante et permet d'aborder de façon très originale les thèmes du vieillissement et de la vie après la mort. le résultat est aussi captivant que dérangeant. Parmi les textes les plus réussis figure également celui qui donne son nom au recueil et dans lequel le lecteur fait la rencontre d'un sculpteur de génie bien étrange entreposant ses créations dans une vallée entièrement dédiée à son art. « Les Selkies », nouvelle consacrée à la légende d'un peuple aquatique anthropomorphe, et « Le temps de l'arbre », relatant l'histoire des étapes de la création de tout un monde sur le corps d'un humain, valent aussi le détour. Il en va évidemment de même de beaucoup d'autres textes présents ici, en grande partie grâce à la multitude d'idées originales développées par l'auteur, qu'il s'agisse des arbres à charisme, d'un peuple préhistorique capable de communiquer de façon surprenante avec la Terre (« La terre et la pierre ») ou encore d'une réécriture d'une des légendes arthuriennes les plus célèbres mettant en scène Merlin et Uther Pendragon (« Enfantasme »).
Un recueil très dense qui permet de véritablement prendre conscience du talent de Robert Holdstock et de tout ce qu'il a pu apporter ces dernières décennies à la fantasy et à la science-fiction. Si certaines nouvelles m'ont laissée de marbre, un bon nombre d'entre-elles m'ont en revanche beaucoup séduite, et c'est sans réticence que je me plongerais dans les autres oeuvres de l'auteur. A découvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          232

critiques presse (1)
Elbakin.net   17 avril 2015
Le lecteur tombé sous le charme trouble des Mythagos découvrira ici avec délices quelques joyaux (...) et lira avec curiosité d’autres récits plus anciens et dispensables, essais vers d’autres horizons.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
boudiccaboudicca   21 avril 2013
Tout cela ne mène nul part. Le destin de l'Homme a toujours été de vieillir et de mourir, et tout ce que nous démontrons en faisant cela, c'est que quelque soit la manière dont nous nous y prenons, quelle que soit la façon dont nous essayons de nous opposer aux forces qui nous oppressent, notre destin ne sera jamais autre chose que cela, un lent déclin. Ce sont nos rêves qui comptent, c'est avec eux que nous devons apprendre à vivre, pas avec la réalité. (Vieillir encore)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
boudiccaboudicca   12 mai 2013
Elles l'appelaient l’Île de Celles qui sont parties. Pour les selkies, cette île là n'était pas comme les autres. C'était un endroit unique, magique. Un appel s'y faisait entendre, et parfois cet appel était irrésistible. Certaines de celles qui se rendaient alors sur l'île finissaient par en revenir. Mais pas toutes. Aucun selkie ne connaissait le destin réservé à Celles qui étaient parties. On supposait simplement qu'elles s'étaient attirées le mauvais sort. Chez les selkies, les superstitions de toutes sortes abondaient. Pour Peterson, ces légendes étaient révélatrices de leur peur du genre humain, de ces hommes qui, au cours des siècles passés, n'avaient cessé de les capturer sous leur forme de femmes après la mue, ou de les réduire en esclavage sous leur forme de mâle. (Les Selkies)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
boudiccaboudicca   28 avril 2013
Je suis le vent, le Chanteur-des-dieux des Kalokkis, qui étaient les premiers hommes, on m'appelle aussi Tag et Feng-Po, et Huaillapenyi, je suis le souffle et la vie, je suis la mort, la tempête et la fureur, la lumière et les ténèbres, je suis le tonnerre et la peur, je suis la succession des saisons, je suis celui qui déchaîne les flots et apaise les vents, ceux qui se souviendront de moi m'appelleront Taranis et Wothan, Thor, Zéphyr, Hino et mon tonnerre retentira jusqu'au jour du feu ultime. (La terre et la pierre)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
boudiccaboudicca   29 avril 2013
Je me présente : Joseph Questel, assassin. Mon nom vous dit quelque chose? Je l'espère en tout cas. Non pas que je veuille à tout prix satisfaire mon amour propre (il n'est pas si hypertrophié qu'on veut bien le dire), mais dans le cas contraire vous êtes sans doute la seule personne dans toute notre grande et belle Galaxie à ne pas avoir entendu parler de moi. (Cendres)
Commenter  J’apprécie          110
autres livres classés : légendes arthuriennesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2784 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre