AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782359735604
280 pages
Ravet-Anceau (20/06/2016)
3.64/5   11 notes
Résumé :
À Deauville, le festival du film américain ouvre bientôt ses portes. Cinéphiles, stars et politiques préparent ce rendez-vous incontournable. Pourtant, le commissaire Arnaud Serano n’a pas la tête aux réjouissances. Il enquête sur l’assassinat par empoisonnement de Jean-Guy Bougival, comptable du musée de la sculpture contemporaine. Un meurtre qui a lieu alors que les finances de l’établissement sont contrôlées par Eglantine de Tournevire, magistrate à la Cour des c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Sharon
  05 décembre 2017
A Deauville, tout va bien. Si, si, je vous assure. La réputation de cette ville n'est plus à faire, tout est très paisible.
Enfin presque.
Imaginez tout de même que le festival du film américain débute et que le maire a tout prévu pour se faire une promo d'enfer. Accessoirement, les policiers de toute la ville, y compris ceux de Trouville, sont sur les dents, mais il faut ce qu'il faut pour accueillir dignement les stars américaines, non ? Même l'armée s'y le faut sera de la partie ! Ah non, vivre à Deauville, ce n'est pas de tout repos.
Ah, le musée de la sculpture contemporaine est contrôlé ? Ce sont des choses qui arrivent, surtout que, franchement, c'est un petit musée, récent, pas de quoi fouetter un chat tripode et obèse. Ce musée et sa directrice ont pourtant de la chance : Tournevire et Lacroix, chargés de ce contrôle, sont des personnes consciencieuses, aimant leur métier, sans être pour autant extrêmement pointilleux. Sauf si l'on cherche à leur dissimuler quelque chose, forcément. Sauf si, aussi, l'agent comptable meure de manière vraiment inopiné, après avoir été largement aidé. Un meurtre est-il facile ? Oui.
Serano, le policier chargé de l'enquête est atypique – homme qui se dévoile peu sur son passé, il n'en reste pas moins très sociable, sans se laisser enquiquiner par certaines contingences. Il est, finalement, assez proche d'Eglantine qui, elle non plus, n'a pas l'intention de se laisser intimider. L'enquête comporte plusieurs ramifications, et nous emmène sur les marchés de l'art, ou dans les coulisses de la belle Normandie. Il montre également des personnes qui ne reculent devant rien pour arriver à leur fin. Vraiment rien – et je ne ressens aucune sympathie pour eux, sauf pour les victimes collatérales.
Sont au passage égratignés les prétentions écologiques des vedettes qui cherchent un nouveau moyen de se faire remarquer. Quant à l'écologie réelle, quotidienne… on en est loin ! Ne parlons pas non plus des petites luttes de pouvoirs politico-politiciennes, qui seraient presque drôles, n'étaient les enjeux.
Un roman policier agréable à lire, même si les péripéties sanglantes ne manquent pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Polaramateur
  16 octobre 2018
S'agissant, comme l'éditeur l'indique sur un bandeau en première page, d'une « guerre des comptes », mon intérêt a été attisé par l'idée de la découverte d'un roman policier traitant de criminalité financière, univers qui m'intéresse. Je me frottais déjà les méninges en pressentant la description de montages financiers complexes et subtils et j'ai donc entamé sa lecture avec avidité.
Dès la première ligne, un truc me surprend : à la manière de Gaston Leroux dans Rouletabille, les chapitres sont titrés. On a ainsi le chapitre 1 intitulé « Lettre de mission », le 2 « Arrivée à Deauville » … S'agirait-il d'une astuce de l'auteur : utiliser cette manière désuète pour faire ressortir quelque chose de surprenant ou d'inattendu, en contrepoint ? Eh bien non, le contenu du chapitre correspond à son titre, comme le contenu de ma boîte de soupe à sa recette faciale. Comme on dit maintenant, en termes de lecture, cela m'énerve un peu. J'ai l'impression d'être pris pour un débile. Soit.
Or donc, l'intrigue se développe à partir d'un contrôle administratif des comptes d'un Musée de Deauville, réalisé par deux fonctionnaires aux profils dissemblables : une magistrate à la Cour des Comptes et son supérieur hiérarchique dépendant d'un autre département. Rapidement, leur intervention semble provoquer un homicide, celui du comptable délégué du Musée, qui est empoisonné en public. Nous ne saurons rien du type de poison ni de la manière dont il a été administré.
Entre en scène alors le flic chargé de l'enquête. Un ancien membre d'un groupe d'élite de la police nationale, recasé chez les rameurs de la police de terrain suite à une blessure en mission. Il jette rapidement son dévolu sur la magistrate ce qui, apparemment, lui fait oublier certains réflexes de son métier (il s'agit ici de mon avis). En effet, sa conquête potentielle ayant été victime d'une tentative de meurtre dans les jardins du Musée, il ne daigne pas réagir au-delà d'envisager l'audition de la directrice de l'établissement, audition dont nous ne connaîtrons ni les tenants ni les aboutissants.
L'enquête administrative finit par déboucher sur un élément concret concernant la gestion du Musée, lequel va révéler in fine la formidable manipulation comptable (fausses factures et sociétés écran) permettant au coupable de blanchir une somme relativement dérisoire obtenue par un moyen presque légal. Et cela va entraîner deux assassinats …
En conclusion : selon moi, il n'y a pas de justification dans le déroulement des faits et dans la manière dont réagit le principal enquêteur. De surcroît, on ne trouve aucun suspens ni retournement de situation dans l'histoire. Et c'est dommage parce que l'auteur a du talent dans les passages humoristiques qui jalonnent çà et là son récit. C'est comme si l'intrigue n'était qu'un prétexte pour faire interagir certains personnages entre eux , amener quelques situations incongrues et développer une critique, parfois un peu stéréotypée, des institutions et de leurs représentants. Mais la sauce ne prend pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
manue14
  20 octobre 2016
L'enquête est vraiment intéressante. On prend plaisir à suivre les aventures des protagonistes.
Personnellement j'ai découvert les coupables assez rapidement… C'est dommage que James Holin ne laisse pas plus de suspense et nous dévoile les coupables assez rapidement.
J'ai par contre apprécié découvrir comment les enquêteurs découvrait les coupables, même si certaines fois je ils n'ont pas été assez réactifs selon moi.
Les personnages peuvent faire partie de notre cercle d'amis ou de notre entourage. Ils sont parfois machiavéliques, parfois sensibles, mais tous ont une part d'humanité en eux, même si pour certains cette dernière est bien enfouie au fond d'eux…
Les idées sont originales dans l'ensemble. J'aurais par contre bien apprécié retrouver l'ambiance d'un festival du film avec les acteurs, les fans, les photographes… Il y a quelques passages concernant cet événement mais pas assez selon moi…
Le duo enquêteur/ magistrate est attachant. Je ne sais pas s'il y a d'autres romans de l'auteur où l'on peut retrouver ce duo mais si c'est le cas je les lirai avec plaisir.
Pour ce qui est des descriptions elles sont parfois bien écrites mais pour certains personnages il n'y a pas assez de détails… Les sentiments et ressentis sont présents mais peut-être parfois mis au second plan, ce qui est frustrant…
Concernant les lieux malheureusement je ne suis pas partie en vacances à Deauville… J'aurais pourtant bien aimé découvrir cette ville et parcourir les endroits connus de cette ville.
La fin m'a vraiment plu ! Je ne m'attendais pas à ce genre de conclusion et même s'il y a une pointe de romance cela ne m'a pas vraiment dérangée.
J'aurais par contre bien voulu savoir ce que les protagonistes allaient devenir… J'espère donc que l'auteur fera une suite ou un autre roman avec ses personnages.

Lien : http://fais-moi-peur.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Olivier43
  12 avril 2021
Ce roman est vraiment foisonnant d idées. Une enquête sur les comptes publics d un musée en plein festival du film de Deauville est perturbée par le décès du comptable de l établissement public. l'intrigue est certes classique mais elle est très bien ficelée, et elle nous embarque dans une galerie de personnages aussi truculents les uns que les autres. Les personnages principaux sont profondément humains et attachants ; le cadre original du monde de l' art relève encore l intrigue ; un humour présent et intelligemment exploité ; et bien évidemment des méchants que l on adore détester. L'intrigue excellente permet à l auteur d aborder de nombreux thèmes : la politique politicarde , le monde de l' art, le fonctionnement de la Cour des comptes, et le cinéma, et les liens entre tous ces milieux. l'alchimie de ces éléments fonctionnent et nous embarque dans la partie sombre de l' art.
Commenter  J’apprécie          00
felixpatricia71
  06 novembre 2016
James Holin nous emmène en voyage sur la côte fleurie. Loin de vous l'idée de passer des vacances paisibles ! Embarqué dès les premières pages dans une aventure qui ne vous laissera aucune minute de répit. L'auteur nous plonge dans une enquête entre magouilles, complots et trahisons. Les personnages sont attachants, le rythme est soutenu, tous les ingrédients sont réunis pour passer de bonnes heures de lecture.
A lire sans modération !

Lien : https://www.facebook.com/les..
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
manue14manue14   20 octobre 2016
- Un statut particulier ! Dans mon souvenir, il y a un agent comptable présent sur les lieux. Cela simplifiera. On aura les comptes sur place sans être contraints d’aller à la trésorerie.
- Oui, c’est exact, répondit Lacroix impressionné par les connaissances techniques de sa jeune collègue. Il s’appelle Jean-Guy Bougival. La directrice est une certaine Mme Bokor.
- Inconnue au bataillon !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de James Holin (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de James Holin
Pour une lecture qui donne envie de lire, d'aller plus loin
autres livres classés : deauvilleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Un zéro avant la virgule" de James Holin.

Comment s'appelle le cheval d'Eglantine de Tournevire ?

Baudelaire
Balzac
Montesquieu

10 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Un zéro avant la virgule de James HolinCréer un quiz sur ce livre