AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9781092444767
144 pages
l'Atelier contemporain (11/01/2019)
5/5   1 notes
Résumé :
Au Pont du Diable est le résultat d’un moment de pause. Pause d’un artiste, venu au bord de l’eau aux heures les plus chaudes de la journée, pour voir les gens s’y prélasser. Alexandre Hollan ne reste pourtant pas inactif. Fusain à la main, il réalise des croquis de ces êtres rassemblés là.
Un seul trait, modulé en quelques courbes, suggère les corps, les visages, sans fond ni perspective. Les modèles ne posent pas, ils se laissent saisir par l’œil de l’arti... >Voir plus
Acheter ce livre sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten
Que lire après Au pont du diable: Croquis 1995-2010Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
C'est le premier livre reçu par l'intermédiaire de Masse Critique que je viens de lire et contempler (les dessins) en si peu de temps.
On dirait un carnet de voyage car c'est un modèle à spirale de couverture sobre avec l'ébauche de ce qui court sur toutes les pages : un croquis dessiné presque à main levée mais d'un trait sûr et rapide d'un personnage et d'une petite fille. Pas de pagination – c'est inutile. Juste une préface d'Yves Michaud intitulée « L'humanité telle quelle » (5 pages) qui introduit le court texte de l'auteur des dessins : Alexandre Hollan (encore plus court : 2 pages) et ensuite des esquisses très succinctes de personnes et de chiens – certaines pleines de vie, d'autres un peu trop sommaires à mon goût. le dessinateur nous explique son propos. Pendant une vingtaine d'années, il est allé près de Lodève au pied du Pont du Diable au bord de l'Hérault et sur cette plage, il s'est laissé aller à croquer ce qu'il voyait : un chien, une femme sur son transat, un enfant qui mange une glace. le dessin est rapide mais pur et on sent le mouvement qui anime la feuille. C'est beau et encore plus quand on se met à faire tourner les pages très très vite car là, cela prend vie et on se voit vraiment sur la plage en sa compagnie.
Je ne peux pas noter le style de l'auteur et l'histoire racontée (ce n'est pas un roman, ni même une BD), mais j'apprécie ces petits croquis de plage. Un court moment de plaisir. Je remercie "L'Atelier contemporain" pour cet envoi.
Commenter  J’apprécie          40
Un grand merci à babelio et aux éditions L'atelier contemporain pour l'envoi de ce livre dans le cadre de masse critique. Il s'agit d'un carnet de croquis à feuilleter sans idée préconçue, surtout, pour se laisser surprendre et se laisser porter par les dessins évocateurs de Alexendre Hollan. J'ai d'abord trouvé ces dessins drôles, au sens qu'ils m'ont souvent fait sourire, comme l'on peut sourire à regarder les gens, quand on n'a rien d'autre à faire. Puis, on observe un peu plus. Il n'y a pas que la drôlerie. Il y a aussi beaucoup de tendresse pour les personnages dessinés ici, "croqués" au bord de la rivière, exposant au soleil et au grand air leurs pensées invisibles, leur delassement estival, leur pudeur ou au contraire leur fierté. Je dois dire que j'adore le trait de crayon d'Alexandre Hollan, à la fois sûr et fragile, qui met si bien en avant les qualités des personnages. Un vrai travail d'artiste, un talent extraordinaire qui sait dire l'essentiel juste avec une moitié de trait. Car il y a le plein et le vide, vide qui nous laisse imaginer le reste, ce qui n'est pas dit, juste suggéré, appelant tous nos sens, nos rêves et nos désirs. Un carnet qui se feuillette comme on mange une boîte de chocolat : c'est bon, c'est court, et on en redemande.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
En fait, plus je regarde et parcours à nouveau ces dessins, plus aussi je les appréhende et je les comprends comme des moments de vue - pas des moments de vision, ni de regard car ces deux termes auraient encore quelque chose de trop intentionnel, de trop volontaire et inquisiteur. Il y a la vue, la pure impression visuelle, et le dessin qui la fixe est en quelque sorte l'acte commun du sentant et du senti - dans une parfaite et tranquille immédiateté.
Commenter  J’apprécie          10
La baignade du Pont du diable était sur le chemin vers les garrigues lointaines. A l'époque, on pouvait descendre sur les sentiers entre les rochers jusqu'à l'eau. Maintenant on a construit "le grand site" avec des immenses parkings payants, et des autocars gratuits pour amener les braves touristes à Saint-Guilhem-le-Désert. Depuis ce changement je ne veux plus y aller.
Commenter  J’apprécie          10

Video de Alexandre Hollan (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alexandre Hollan
Exposition Alexandre Hollan à Chambord.
autres livres classés : carnet de dessinVoir plus
Acheter ce livre sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten


Lecteurs (1) Voir plus



Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
597 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre

{* *}