AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 978B091D7WLLC
404 Editions (20/05/2021)
3.95/5   67 notes
Résumé :
Et si une Éclipse faisait basculer le monde dans les ténèbres ?

Tous les trente ans, les ténèbres infectent les terres d'Astravia, empoisonnent les vivants et les transforment en monstres. Mais elles accordent aussi aux nouveau-nés des pouvoirs quasi-divins. On les appelle les Éclipsiens et Livianne Palumbre est de ceux-là. Elle sait écouter les ombres depuis toujours et s'occupe de défendre les baronnies locales. Un jour, lors d'une banale chasse aux... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (38) Voir plus Ajouter une critique
3,95

sur 67 notes
5
12 avis
4
19 avis
3
4 avis
2
1 avis
1
0 avis

J'avais un peu hésité à me lancer dans Peine-Ombre. J'aime beaucoup le style d'Ariel Holtz, mais je me suis rendu compte que j'accrochais beaucoup plus à ses sagas qu'à ses one-shots. Et pourtant, le résumé de Peine-Ombre me faisait vraiment envie. L'univers fantaisie faisant clairement pencher la balance par rapport à Bpocalypse et Temps mort. Comme ma note l'indique, succomber à la tentation a été une très bonne idée !

J'ai tout de suite accroché à l'univers. On y retrouve la patte de l'auteur avec une ambiance sombre et un petit peu gore, et une héroïne peu ordinaire. Sans compter que Peine-Ombre nous propose de suivre une bande d'amis, et vous savez qu'avec moi, c'est quasiment gagné d'avance avec cet élément. Alors, oui, leurs relations sont un peu… tendues (c'est le moins que l'on puisse dire), mais la dynamique fonctionne vraiment très bien, et je me suis très vite attachée à eux. Ils sont tous loin d'être parfaits, et surtout, il y a des secrets et des non-dits qui ajoutent à la tension ambiante. de quoi donner des moments plutôt intenses.

Comme nous sommes dans un one-shot, Ariel Holtz va à l'essentiel (et moi j'adore). Il parvient très bien à nous faire entrer dans ce monde étrange où les éclipses produisent des événements plutôt catastrophiques. On arrive aussi très rapidement à cerner les personnages. Un exercice pas forcément évidant, même s'il y a quelques traits de caractère qui sont un peu stéréotypés, du genre Breakfast Club si vous connaissez le film. Pour ma part, je trouve que cela facilite leur compréhension, et ça ne m'a pas gêné du tout. Surtout que chacun nous réserve quelques surprises.

L'aventure se met rapidement en place également. Il y a pas mal d'actions, et nos nerfs sont mis à rude épreuve. Nos héros n'ont pas toutes les cartes en main quand ils décident de partir en mission, et clairement, cela va leur jouer des tours. Mais ils n'ont pas vraiment le choix, leur monde dépend de leur réussite. le lot de secrets et de mystères qui entourent autant la mission que le passé des éclipsiens ajoutent une sorte de paranoïa qui se prête tout à fait à l'ambiance. Et le roman nous réserve pas mal de surprises ce que j'ai aussi beaucoup aimé. On a du mal à savoir qui sont les ennemis ou pas, et si leur voyage a un sens. du point de vue psychologique, j'ai trouvé que tous ces éléments complétaient l'atmosphère si particulière de Peine-Ombre.

Si je pouvais trouver un seul défaut au roman, cela serait peut-être dans sa fin. Là encore, nous sommes dans un one-shot, donc difficile de trop s'appesantir, mais j'aurais aimé un peu plus. Et le côté trop héroïque de la conclusion avec son écrémage si je puis dire m'a un peu chagriné. C'est mon côté bisounours. Mais vraiment, c'est un petit détail, car la fin a aussi cette ambiance épique et pleine d'adrénaline qui fait qu'on se prend au jeu. Nous avons aussi droit à toutes les réponses que l'on peut se poser, et là, je dis bravo ! Aucune frustration, et j'adore fermer un livre avec cet état d'esprit.

Peine-Ombre a donc été une très bonne surprise et l'occasion aussi de me « réconcilier » avec les one-shots d'Ariel Holtz. Ce qui est plutôt pas mal, je trouve.

Commenter  J’apprécie          370

A Astravia, tous les trente ans, une éclipse ravage le mode pendant une minute. C'est aussi l'occasion de voir naitre des éclipsiens, des enfants dotés de pouvoirs extraordinaires. Livienne est une éclipsienne. Alors qu'une éclipse arrive de manière inattendue et dure plus longtemps que prévu, elle essaie avec ses anciens amis de Peine-Ombre de sauver le monde

Dans un univers travaillé et original, Ariel Holzl fait évoluer ses personnages dans une quête pour mettre fin au cycle des éclipses. Malgré un livre relativement court, qui plus est un one shot, il réussit à développer un univers riche et plein de détail. Quant à ses personnages, on s'attache vite à Livienne, et ses compagnons d'aventure vont se révéler plein de surprises.

J'ai beaucoup aimé ce roman et je l'ai reposé avec un peu de regret, tant j'aurais aimé poursuivre l'aventure à Astravia, d'autant que la fin est un rien expéditive.

Une excellente surprise que ce one shot de grande qualité.

Commenter  J’apprécie          180

Imaginez un monde dans lequel chaque Eclipse contaminerait le monde en changeant les êtres vivants en monstre... et que cette éclipse serait cyclique.

L'histoire :

Bienvenue à Astravia. Tous les trente ans, une éclipse transforme les êtres vivants en monstres. Chaque enfant né le jour d'une éclipse développe un don qui lui permet de lutter contre le phénomène. C'est le cas de Livianne Palumbre qui a la capacité de communiquer avec les ombres. Après des études à Peine-Ombre, elle a intégré ses fonctions et son territoire à protéger. Mais les éclipses semblent devenir de plus en plus rapides... à ce rythme, c'est tout Astravia qui risque de disparaître.

Retour de lecture :

Il réussit le pari de nous créer un monde complexe et complet, une intrigue riche, des personnages qui vivaient avant nous et vivront après nous, et une aventure épique... en un seul volume de moins de 300 pages.

Un air de la série "Le cycle des démons" ?

Avec le résumé donné et les premières pages, je retrouvais en jeunesse (jeune adulte) ce que j'avais beaucoup aimé dans la série "Le cycle des démons" de Peter V. Brett. J'étais vraiment très contente de retrouver cette ambiance et ce côté fantasy-horreur qui me plaît tant.

Malheureusement pour moi et heureusement pour ceux qui n'aiment pas trop, il passe vite à autre chose. L'introduction avec Livianne qui intervient pour nettoyer un village et qui se retrouve sous une éclipse imprévue et qui doit en affronter les conséquences, n'est là que pour nous donner un contexte. Avec cette scène, nous constatons ce que deviendra le monde si les éclipses devenaient de plus en plus fréquentes.

Ce qui amène à la quête afin d'empêcher un tel scénario. A partir de ce moment, nous quittons le côté horrifique pour nous rapprocher d'une histoire de fantasy avec quête et obstacles à surmonter.

Peine-Ombre est une école fondée afin d'apprendre aux Eclipsiens (ceux nés le jour d'une éclipse) à affronter les monstres nés de la dernière éclipse, comme Livianne. Nous apprenons qu'elle a pris feu il y a quelques années et que seuls quelques élèves ont survécu. Personne ne sait qui a mis le feu.

Nous découvrons plus en détail cette école lorsque les anciens élèves se réunissent pour partir en mission et sauver Astravia. Il y a alors quelques flash-backs qui nous en apprennent plus sur le passé des personnages et leurs relations.

J'ai vraiment beaucoup aimé cette manière de faire. La partie de moi qui a grandi avec Harry Potter avait très envie d'en savoir plus sur leurs années école.

Je ne peux pas en dire plus mais j'ai adoré la fin. La tournure que prend l'intrigue et la manière dont les choses se terminent... Et je dois dire que les personnages m'ont beaucoup plu dans ce roman.

Chacun a sa personnalité et ses caractéristiques (parfois au premier degré) : la princesse douce à protéger qui possède des dons de guérison (des personnages inspirés de jeux de rôle ?), le chevalier servant héroïque prêt à protéger l'élue de son coeur, l'homme Don Juan qui blague de façon parfois abrupte pour mieux cacher son coeur tout sensible, le personnage religieux pris entre ses croyances et ses devoirs, le meilleur ami un peu geek avec qui il ne se passera jamais rien mais qui sera toujours là (ici un mécano), la garce de service qui en fait baver au personnage principal mais qui sera là dans les pires moments de l'action... et notre personnage principal qui va sauver le monde parce que c'est ce qu'on attend d'elle.

A les décrire en une phrase ils ont un petit quelque chose de personnages de jeux de rôle avec "cartes personnages". Ce qui leur donne une dimension qui m'a plu. Car ils ont des caractéristiques que l'on peut retrouver ailleurs sans jamais devenir caricaturaux.

Bref, vous l'aurez compris, j'ai beaucoup aimé ce roman (je pense l'avoir glissé un peu partout ce "beaucoup".

Un roman fantasy pour adolescents. Je le conseillerai même à ceux qui ne sont pas à l'aise avec le genre mais qui veulent essayer. Ariel Holzl sait captiver son public avec une écriture fluide et agréable et des intrigues prenantes. Un auteur jeunesse à suivre.

Commenter  J’apprécie          10

Ce roman se passe dans un monde où une éclipse a lieu tous les trente ans, déversant au passage des miasmes qui viennent infecter ceux qui entrent en contact avec eux. Notre histoire commence alors que l'éclipse se produit huit ans plus tôt que prévu. Que se passe-t-il et comment résoudre ce problème une bonne fois pour toutes ? Voilà les questions auxquelles Livianne et ses compagnons éclipsiens vont devoir répondre pour sauver leur monde.

Vous devez le savoir à force : j'adore Ariel Holzl et tous ses romans ! Celui-ci n'a pas fait exception. J'avoue avoir fait un petit blocage au début à cause de l'absence de l'humour caractéristique de l'auteur dans le roman (on est bien d'accord, l'humour n'est pas indispensable dans un roman mais quand on s'attend à quelque chose, c'est toujours un peu compliqué de faire abstraction). Heureusement, sa plume reste toujours aussi efficace, tout comme sa construction d'univers.

Nous sommes ici dans un univers de dark fantasy : nous sommes donc loin d'un univers gentillet. Sans être vraiment choquant (chacun sa sensibilité bien sûr), le roman nous invite dans un monde assez dur où nos personnages vont être confrontés à des événements difficiles, traumatisants, et parfois même un peu crado. On appréciera en tout cas la construction d'univers qui est quand même bien détaillée malgré un roman assez court !

Au niveau des personnages, je suis globalement satisfait. J'ai apprécié que l'héroïne échappe aux clichés qu'on peut souvent retrouver en YA : elle n'est pas magnifique sans être non plus la banalité incarnée, elle n'est pas hyper badass sans être non plus sans défense. Non, c'est un personnage plutôt équilibré et crédible. C'est d'ailleurs le cas de la majorité des personnages... sauf Malthias que je n'ai pas du tout aimé. Pour le coup c'est un personnage que j'ai trouvé cliché : il ne prend jamais rien au sérieux et est toujours dans la provocation, quelles que soient les circonstances. On finit bien par découvrir d'autres facettes de sa personnalité mais c'était trop tard pour moi.

Pour le reste de l'histoire, j'ai bien apprécié le déroulement, entrecoupé de flashbacks datant de l'époque où les éclipsiens faisaient leurs études à l'académie de Peine-Ombre. Si on peut un peu se demander pourquoi ces flashbacks sont aussi présents (mis à part pour nous aider à mieux découvrir les personnages qu'on suit ici), on finit par comprendre que le passé a une forte incidence sur les événements présents et que tout est lié !

Reste le sujet de la fin qui m'a laissé un peu partagé. J'ai beaucoup aimé le dénouement auquel je ne m'attendais pas et que j'ai trouvé très efficace. Par contre, une fois ce dénouement survenu, la fin est très expéditive. J'ai trouvé ça un peu dommage parce que ça donne une impression un peu brutale. Quelques pages de plus auraient été les bienvenues, d'après moi, pour quitter les personnages et l'univers. Évidemment, ce n'est pas trop grave dans la mesure où la résolution de l'intrigue est quand même plus que satisfaisante !

Commenter  J’apprécie          30

J'ai commencé avec beaucoup d'impatience Peine Ombre, roman au titre ambiguë et mystérieux, et je dois bien avouer que je suis tombée dedans en à peine quelques pages. Les premières lignes nous emportent déjà vers cet univers très original, où notre héroïne, contrairement à ce que les légendes sembleront conter plus tard, est une personne plutôt normale, qui aime lire et s'endormir entre les pages de ses livres… Et, ah, oui, elle peut entendre les ombres !

Eclipsienne, elle vit dans un monde qui a peur d'elle, et qui en même temps dépend de ses capacités. Sous ses dehors « professionnels », elle fait au mieux avec la solitude à laquelle ses pouvoirs l'ont condamné, et le lecteur découvrira rapidement les blessures secrètes de ce personnage sensible et attachant.

Les autres personnages qui apparaitront par la suite, au point de former une véritable équipe, sont également très touchants. Certains sont bien sûr moins agréables que d'autres, mais dans l'ensemble la dynamique de ce groupe fait mouche, et apporte d'ailleurs parfois un humour et une légèreté très bienvenus.

Sans en dévoiler trop, j'ai été scotchée par cet univers sombre et cohérent, à ne pas forcément mettre entre les mains des plus jeunes lecteurs : en effet, certaines scènes nous prennent par surprise, et nous emportent vers une violence inattendue – bien que jamais complaisante. En bref, ce monde dangereux parvient à prendre toute sa mesure dans ce one-shot très bien maitrisé.

L'histoire, qui commence donc comme une sorte de conte noir, nous embarque dans ce monde étrange, pour nous jeter dans une intrigue qui dépasse autant le lecteur que les protagonistes, et qui nous fait bondir de révélations en révélations. le rythme est soutenu, l'action bien dosée, et il est tout simplement impossible de s'attendre au déroulé des évènements.

J'ai dévoré ce livre avec très grand plaisir, quittant à regret ce monde, qui a toutefois une fin digne de ce nom. Certes, la fin douce-amère pourra peut-être frustrer certains lecteurs amateurs de Happy-ending, mais pour ma part, je la trouve tout simplement parfaite. (et : oui, j'ai pleuré. Beaucoup)

En conclusion, ça a été pour moi une incursion très réussie dans l'univers étrange d'Ariel Holzl, qui me donne envie d'en découvrir encore plus !

Commenter  J’apprécie          40


critiques presse (1)
Elbakin.net   20 juillet 2021
Le cliffhanger est donc attendu et deviné bien avant son arrivée. L’effet de surprise n’est pas là. Ce qui aurait dû renforcer notre accroche à ce roman ne fonctionne pas. La fin est elle-aussi attendue finalement. On se contente de la lire, sans de réelles surprises et c’est d’autant plus frustrant qu’elle est expédiée à une vitesse folle comme si l’auteur ne croyait pas lui-même à l’aboutissement de son roman. Ce qui annonçait un combat hors du commun – et loin de nous l’envie de vous spoiler – se retrouve conclu en quelques lignes. Avec le recul, ce final s’inscrit dans la continuité de l’ensemble du roman : un goût de trop peu.
C’est un réel regret que d’en arriver là. L’univers est là, méritant d’y revenir tant la richesse peut fournir de belles aventures !
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
Ne croyez pas les conteurs. Livianne Palumbre ne pouvait pas parler aux ombres.
Seulement les entendre.
Ne croyez pas non plus les chroniques : le jour où elle connut sa seconde éclipse était tout à fait insignifiant. Pas de ciel couleur de sang, ni de tremblement de terre ou de présages portés par le vent. Un jour ordinaire. Un jour à chasser le miasme.
Livianne sortit à l’aube. Encapuchonnée de velours blanc, sa silhouette menue quitta sa demeure d’un pas incertain.
Là encore, les légendes se trompent. Elle n’habitait pas une colonne d’ivoire perdue dans les sables de Tahiril ni un palais de glace éternelle au cœur de Fridgard, mais dans un ancien silo à grain. Le baron de Morne-Bourg le lui avait gracieusement offert trois ans plus tôt. L’étendue de sa générosité s’était ensuite limitée à en chasser tous les rats. Il avait pris l’attribution de l’éclipsienne à sa baronnie comme un reproche. Puis, comme un affront, quand il avait su quel était son pouvoir.
Commenter  J’apprécie          110
- Les vieilles habitudes ont la vie dure, constata Alys.
Livianne acquiesça.
- J’espérais que nous avions grandi… Mais nous avons seulement vieilli.
Commenter  J’apprécie          200
Le chagrin était un poison lent et inexorable.
Commenter  J’apprécie          210
Les autres éclipsiens arrivèrent comme des ennuis : l'un après l'autre, puis tous à la fois.
Commenter  J’apprécie          10
« Heureusement, elle ne s’y trouvait pas seule.
Elle ne le serait jamais plus. »
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Ariel Holzl (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ariel Holzl
À l'occasion du "Salon du Livre et de la Presse Jeunesse" 2022 à Montreuil, Ariel Holzl vous présente son ouvrage "Les royaumes immobiles : La princesse sans visage" aux éditions Slalom.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2617572/ariel-holzl-les-royaumes-immobiles-vol-1-la-princesse-sans-visage
Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : dark fantasyVoir plus
Notre sélection Jeune Adulte Voir plus





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
2154 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre

.._..