AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782330017965
288 pages
Éditeur : Actes Sud (03/04/2013)

Note moyenne : 2.88/5 (sur 20 notes)
Résumé :
Elle a vingt ans à peine, habite chez ses parents, dans une banlieue cossue, mais elle ne semble pas heureuse, plutôt mélancolique, isolée, et surtout dévorée par un feu intérieur qu'elle dissimule à tous sauf à cet homme à qui elle a décidé d'écrire. Lui a cinquante-quatre ans, il purge depuis plus de deux décennies une peine de prison pour le viol et le meurtre sauvage d'une adolescente de douze ans. La relation épistolaire qu'ils nouent poussera la jeune fille, i... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
karmax211
  21 mai 2020

Sujet dérangeant s'il en est.
Amy Michael Homes s'est attaquée au tabou absolu : l'enfance, la sexualité et le crime. Trois mots qui résument l'acte pédophile dans lequel l'amour et la mort se lancent dans une danse endiablée où la vie n'a plus de place lorsque passion et folie se sont confondues dans le dernier pas et que la musique s'arrête sur une dernière note qui vrille le coeur du couple "infernal".
Elle l'a fait avec d'abord une plume exceptionnelle. Sa langue est belle et ce don syntaxique lui permet de surmonter les interdits, transcender la lecture de l'abject, non pas pour le dédouaner mais pour que le lecteur accepte de le lire au-delà de ses a priori, de ses tabous, de ses principes, de ses valeurs... au-delà de ce qu'il attribue, souvent à tort, comme limites, comme frontières au roman, et à sa perception d'un monde aux horizons toujours plus élargies au fur et à mesure que nous consentons à en explorer ses recoins les plus sombres.
J'ai mentionné les formidables qualités d'écriture de l'auteur... je dois y ajouter l'originalité d'une structure narrative qui chevauche habilement le temps et l'espace.
Ce bouquin est transgressif, hypnotique, esthétique et émétique... c'est un grand bouquin ( "enseigné à l'université dans les formations de thérapeutes soignant les pédophiles")... qui donne à penser autant qu'à juger, mais l'un ne va pas sans l'autre.
Pour certains ce livre sera insoutenable, insupportable... pour d'autres, il sera à la fois une leçon de stylistique et une leçon de vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Marquise_de_Miaoucha
  11 juin 2013
Il est très difficile de mettre une note à ce roman. L'écriture, la construction, le scénario, sont parfaitement maîtrisés et remarquables.
Mais le reste...je n'ai jamais éprouvé un tel dégoût en lisant un roman. Si je n'avais pas dû le terminer pour pouvoir le chroniquer, je l'aurai abandonné bien vite.
J'ai été écoeurée, littéralement, par toute cette violence poussée à l'extrême, détaillée sans aucune concession ni oubli. C'est répugnant, ignoble de cruauté.
Je me suis sans arrêt demandé comment un auteur pouvait en arriver à écrire ce genre de choses.
Une lecture inoubliable, mais pas dans le bon sens du terme...
Commenter  J’apprécie          30
Kathlyn
  25 mars 2014
Ce ne sont pas des heures agréables que j'ai passe a lire ce livre et je suis vraiment contente de pouvoir passer a autre chose. Oui c'est violent, oui cela met mal a l'aise, oui c'est pornographique et provocateur. Si je n'ai rien a priori contre ce cocktail détonant, j'ai tout contre la manière dont Homes mix les ingrédients,
C'est gratuit, mal écrit, alambique et maladroit. le mélange des époques, des personnages, des récits aurait pu être malin et subtil mais la c'est seulement confus et ennuyeux.
S'adresser au lecteur pour le provoquer et le mettre en face de ses perversités aurait pu être intelligent si le livre l'avait été mais la cela tombe a l'eau comme un souffle complétement raté.
Commenter  J’apprécie          10
JaneDoeFromNowhere
  06 août 2014
Loin d'être une lecture de plage, La Fin d'Alice nous place dans la position inconfortable du voyeur, complice des crimes commis par le narrateur (Humbert Humbert moderne) et sa correspondante. Profondément dérangeant et pervers jusqu'à la nausée, ce roman n'est pas à placer entre toutes les mains et marque négativement celui qui fait l'effort de le lire jusqu'au bout. On lui préférera largement dans le traitement de la pédophilie le classique Lolita de Nabokov mais surtout (imho) Tigre, Tigre de Margaux Fragoso.
La critique complète sur mon blog !
Lien : http://the-last-exit-to-nowh..
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (1)
Liberation   29 avril 2013
La Fin d’Alice, roman de 1996 qui paraît seulement aujourd’hui en français, est la parfaite illustration de ce que peut être un roman inconfortable.
Lire la critique sur le site : Liberation

Videos de A. M. Homes (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de A. M. Homes
Chanson "Substitute" du groupe rock The Who, live à Killburn en 1977. L'auteur A.M. Homes a mis en épigraphe de son roman "Mauvaise mère" des paroles de cette chanson.
autres livres classés : Délinquants sexuelsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1426 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre