AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782352212942
341 pages
Éditeur : Paulsen - Guerin (16/04/2019)

Note moyenne : 4.31/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Alex Honnold est " probablement le grimpeur le plus fameux du monde ", écrit David Roberts qui explore les raisons de cette célébrité " météorique " : " En pratiquant le solo intégral, Honnold a poussé la forme la plus extrême et dangereuse de l'escalade bien au-delà des limites de ce qui semblait possible. Grimper en solo intégral, c'est grimper sans corde, sans compagnon ni aucun matériel. Dans sa parfaite simplicité, cette quête peut être comprise par l'observate... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Horizon_du_plomb
  25 février 2020
« À un moment donné, je n'ai plus que que la moitié de deux doigts dans la fissure et mes pieds ne sont pas sur des prises mais en adhérence sur le mur. Une toute petite partie de mon corps touche le rocher. L'air est autour de moi. J'ai l'impression de marcher dans le vide et c'est une sensation extraordinaire. »
« Pendant la projection, j'étais assis dans le public à coté d'une femme qui m'a posé une question que je n'avais jamais entendue: « Je sais que vous n'êtes pas anxieux quand vous grimpez en solo, m'a-t-elle dit. Mais qu'est ce que cela vous fait de voir ça en film ? » « J'ai les mains moites », ai-je admis. »
Un livre que j'ai lu suite au visionnage de « Free Solo », le documentaire du National Geographic qui a reçu l'oscar 2019 du meilleur documentaire. Pour une fois, je vous engage à voir le film avant de lire le livre si vous êtes néophyte comme moi même si, comme à chaque fois, on trouvera plus de détails dans le livre et celui-ci sera moins lisse, holywoodisé, que le documentaire (notamment les parties à l'étranger).
« Mais Twight a aussi écrit « Alpinisme extrême » , le manifeste qui a largement défini un nouveau style d'ascension, léger, rapide, et engagé. »

« Vivre dans un van correspondait bien à mes idéaux de simplicité, de frugalité et d'efficacité. »
« Alex note que personne dans ce groupe de grimpeurs d'élite, n'est mort en repoussant ses limites en solo intégral. »
C'est un livre qui m'a rappelé l'autobiographie « Jours barbares » ( sur le surf), un mec qui vit sa passion à travers le monde en rencontrant des personnes (dont des nanas) qui la partagent et forment une communauté et qui se rappelle l'histoire de celle-ci. Un livre qui parle aussi de la confrontation entre « un tourisme / une activité de masse » (voir encore ces décharges sur l'Everest) et des puristes qui recherchent la beauté du geste. On va découvrir l'homme qui ne s'est défini comme athlète que récemment et son histoire. Tous ses exploits sont bien retracés et ils ne concernent pas que le solo intégral (qu'il fait aussi sans les répéter à l'avance !). On verra aussi comme Alex a appris à sortir de sa « bulle Yosemite » (certain diront même sa bulle américaine). Je n'ai aucune expérience d'alpinisme et ma seule expérience d'escalade est un modeste stage ADEPS en salle où on a fini en escalade libre sur une falaise en extérieur (par contre, j'ai aussi fait du parachutisme). Bref, je suis proche du néophyte et je peux dire que ce livre, tout en étant parfois technique, est très accessible. Il n'y a d'ailleurs pas de glossaire et ce n'est pas nécessaire (sinon wiki est ton ami). Tout est bien expliqué et clair. Au pire, des images sur le net sont trouvables sans problème tant pour le matos que pour les voies et différents sites.
Une bonne partie de la filmographie d'Honnold (ex Honnold 3.0) est sur sa page wiki en anglais, on pourra y rajouter Sufferfest ou Race for the Nose par exemple. Quelques-unes des ces vidéos (dont Free Solo) sont trouvables sur le net, notamment sur les chaînes du National Geographic ou de Red Bull. Remarquons que le livre est illustré par deux séries de très belles photos couleurs. Au-delà des films, le livre donne aussi pas mal de suggestions de lecture de livres en complément dont, par exemple, « Push ! La vie au bout des mains » de Tommy Caldwell.
« Un neurobiologiste s'était planté devant lui et lui avait dit solennellement (en parlant de moi): « L'amygdale de ce gamin ne fonctionne pas. » L'amygdale est une partie du cerveau qui déclenche la réponse au danger: fuite ou combat. » (Lors d'une séance de dédicaces)
« C'est bizarre : je peux me rappeler mes mouvements précis dans Glowering Spot mais pas l'endroit où j'ai dîné le soir, et avec qui. »
Le livre ne parle pas des examens IRM d'Alex qu'on voit dans le documentaire et où l'on apprend qu'il a effectivement un amygdale qui fonctionne différemment (sans que l'on sache la part génétique, son père aurait pu être autiste asperger, ou acquise par sa « spécialisation en maîtrise de la peur », https://www.esanum.fr/today/posts/letrange-cerveau-du-plus-grand-grimpeur-du-monde )
« Pour gravir ces dalles en solo intégral, je devais rester en mouvement. Il n'y a pas de position de repos, pas d'endroits où relâcher la pression. Ces 60 mètres de granit sont les plus compacts et les plus lisses du Yosemite. »
Sur les deux chapitres rajoutés du solo intégral d'El Capitan (900 mètres et un autre nouveau chapitre fait la transition 2014-2015), on a des détails en plus au doc filmé comme ce moment où Alex voit un ami non assuré chuter en face de lui (sans trop de gravité) ou sa joie d'être encore capable de découvrir une variante sur une paroi qu'il connaît si bien et qui lui permet d'éviter un enchainement difficile en solo (on dit crux pour des parties difficiles). Par contre, tout le cheminement du solo intégral fait un peu longuet dans sa description même si on a l'impression d'y être (j'imagine le ressenti de ceux qui ont eu la chance de le pratiquer en corde).
Bref, un livre qui peut toucher à tous les publics intéressés et qui vaut allègrement son prix ! On quitte le livre comme on quitte une communauté. On sait qu'on ne l'oubliera jamais. Rappelons nous quand même qu'il n y a pas besoin de falaise pour ressentir le vertige. D'ailleurs n'y a-t-il pas quelque chose de poétique à l'expression « libérer la voie » ?
« Je pensais que cet enchaînement serait un test de volonté et d'endurance. J'avais voulu approcher de nouveau cette zone de survie, où l'on comprend que les possibilités humaines sont presque illimitées et que notre monde contient encore des mystères. »
« Pas besoin de me sentir à 100 %, je devais juste choisir un jour et le rendre exceptionnel. »
«  C'est bien de me dire que je peux progresser sur une voie. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
petitours
  20 septembre 2016
Une excellente biographie du jeune prodige de l'escalade passé à la postérité avec ses ascensions en libre intégrale (sans corde, sans matériel autre qu'une paire de chaussons et, quand il ne l'oublie pas au camp de base, un petit sac de magnésie). J'ai toujours eu les mains moites en visionnant ces vidéos hallucinantes, où l'on hésite à tirer un diagnostic sur la folie du grimpeur ou sur la maîtrise incroyable, technique et surtout psychologique qui rend ces prouesses possibles. La biographie est construite à deux voix, celle de David Roberts, l'auteur d'Annapurna une affaire de cordée et celle d'Alex Honnold lui-même qui commente, précise, justifie ses choix, ses excès. On y découvre l'intelligence et la finesse d'un personnage au caractère bien trempé, frôlant souvent l'arrogance et plein de contradictions entre son désir d'indépendance et son besoin de présence médiatique, entre ses aspirations écologiques et ses expéditions coûteuses à l'autre bout du monde. Si ses exploits dans le granit du Yosemite sont fascinants, la narration de la traversée intégrale du Fitz Roy, incursion d'un grimpeur dans un monde d'alpinistes et qui lui vaudra la reconnaissance ultime du Piolet d'Or, est réellement magique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
petitourspetitours   14 septembre 2016
La descente de la face sud de Poincenot se révéla être le second crux de la traversée. La paroi n´est pas gravie très souvent et nous avions absolument besoin de trouver les points de rappel installés par les cordées précédentes [...] Je descendis de 55 mètres et commençais à gamberger "Merde, j´espère que je vais trouver un relais". On désescaladais autant qu´on pouvait, mais on devait faire des rappels presque tout du long. A un moment donné, Tommy a ramassé une pierre qu´il a coincé dans une fissure de 10 centimètres de large pour faire le relais. J´ai dit "Wow, tu as déjà fait ça avant?"
"C´est béton" a répondu Tommy
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Horizon_du_plombHorizon_du_plomb   25 février 2020
« Plus tard, j’ai demandé à Piero comment ces nomades pouvaient naviguer avec une telle précision dans le désert, en particulier quand ce qui est en jeu est aussi important. Une petite erreur de cap peut vous faire rater le prochain puits et vous laisser mort de soif au milieu de nulle part. Piero m’expliqua qu’ils se dirigent en utilisant le soleil et la direction du vent, qui est constant en hiver. Quand j’ai répliqué que la situation semblait trop grave que pour ne s’en remettre qu’au soleil et au vent, Piero a fait une analogie avec l’escalade. Parfois, tu te trouves dans une situation où tomber signifierait la mort. Donc tu ne tombes pas. Les nomades ne font pas d’erreur tout simplement. » (Dans un voyage au Tchad pour escalader des aiguilles et arches perdues dans le désert)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Horizon_du_plombHorizon_du_plomb   25 février 2020
Il y a un courant riche de la littérature de montagne où les grimpeurs font de leurs idées noires et de leur humeurs tumultueuses les déclencheurs d’ascensions extrêmes, en particulier des solos. L’angoisse comme moteur. Je crois que le magazine Climbing avait publié un long sujet détaillant comment des ruptures sentimentales avaient été à l’origine de solos extrêmes. Des récits éprouvants pour les nerfs où des hommes émotionnellement en vrac risquent pour y voir clair dans leurs sentiments. Ce n’est pas nécessairement suicidaire. C’est l’histoire du type qui perd soudainement l’amour de sa vie, devient moins sensible au danger et fait finalement ce qu’il avait gardé dans un coin de sa tête. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Horizon_du_plombHorizon_du_plomb   25 février 2020
« Mon premier geste fut d’acheter des compensations - jusqu’à ce que des recherches me convainquent que ce n’est pas la solution espérée. Payer quelqu’un pour planter des arbres dans les pays développés me semblaient beaucoup moins bénéfique que fournir de l’énergie propre dans le tiers-monde, même si les deux pouvaient sembler compenser les émissions de carbone. La première solution revient à payer les riches tandis que la seconde réduit l’utilisation des carburants fossiles tout en améliorant les conditions de vie. J’ai tenté d’aborder les questions environnementales de la même façon que mon escalade : en fixant des objectifs mesurés et concrets qui servent de base aux prochains. C’est l’idée première de la Fondation Honnold. J’ai aussi travaillé sur des projets plus modestes - installer des panneaux solaires dans la maison de ma mère, renoncer à la viande pour me situer plus bas dans la chaîne alimentaire. C’est un effort qui peut sembler idiot car l’échelle des problèmes de la planète est tellement plus grande que n’importe quelle action individuelle. Mais certaines parois semblent aussi tellement immenses qu’il semble dérisoire de s’y confronter. La beauté de l’escalade a toujours été dans ce processus même, ce cheminement. » (Face à ce noble idéal qui se traduit en projets concrets, rajoutons aussi les avantages fiscaux des fondations tout de même)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Horizon_du_plombHorizon_du_plomb   25 février 2020
Dans un questions-réponses en 2012, National Geographic Adventure a demandé à Alex: «  Si vous ne croyez pas en Dieu ou à la vie après la mort, est-ce que cela rend la vie plus précieuse ? » Alex a répondu par une métaphore surprenante: « Je suppose que oui, mais le fait que la vie soit précieuse ne signifie pas qu’il faut la traiter comme ces banlieusards qui ont peur de rayer leur 4*4 tout neuf. A quoi sert d’avoir un véhicule incroyable si vous avez peur de le conduire ? J’essaye de conduire mon véhicule vers des endroits nouveaux et intéressants. Et j’essaye de ne pas me crasher, mais au moins je le sors.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
autres livres classés : escaladeVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1066 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre