AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782844200303
77 pages
Editions Thierry Magnier (30/11/-1)
3.68/5   17 notes
Résumé :
Lucie a deux mamans, mais deux mamans
qui s'aiment pour de vrai..Pour les sept ans
de Lucie, elles ont décidé de lui dire qui
est sa vraie mère.
Lucie va inventer une terrible histoire pour
ne pas savoir, mais ces mensonges ne feront
que détruire le couple. Lucie et ses copains
n'auront plus qu'un objectif : faire revenir
à la maison sa deuxième maman.
Que lire après Je ne suis pas une fille à papaVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Lucie a deux mamans : Delphine et Solange. Elle n'est pas la seule dans ce cas dans sa classe : Cécile, dont les parents sont divorcés, a une mère et une belle-mère ; quant à Marie-Laure (orpheline ?), elle a été successivement recueillie par différentes femmes qu'elle considère comme autant de mamans. Aucun problème pour Lucie, donc. Sauf que ses sept ans approchent, et Delphine et Solange ont décidé de lui révéler, le jour de son anniversaire, laquelle est sa mère biologique, "par honnêteté", disent-elles. Mais Lucie ne veut rien savoir, de peur de ne plus les aimer autant toutes les deux...

Evoquer les couples parentaux homosexuels dans un roman destiné aux CE-CM ? L'idée me semble bonne. Il s'agit en tout cas d'un bon tremplin pour en discuter avec ses enfants. Mais quelques éléments me gênent dans ce petit récit, me font même grincer des dents :
- Lucie appelle ses deux mères 'maman', de manière indistincte. Ouch... Autant affubler des jumeaux d'un prénom identique, non ? On a bien affaire à deux personnes, même si le couple parental apparaît parfois comme une entité indissoluble (ici ou dans un couple hétéro). Il me semble important de les différencier dans la façon de les désigner, d'une manière ou d'une autre.
- Les femmes décident de révéler une information à la fillette contre son gré. Toute vérité n'est pas bonne à dire aux enfants de tout âge, attendons qu'ils soient prêts à l'entendre, NOTRE vérité. Laissons-les se forger la leur, qui leur convient, qui les rassure, tant qu'ils n'en demandent pas davantage.
- Lucie et ses camarades de classe me semblent bien mûrs pour leur âge supposé (sept ans). J'aurais plutôt vu des pré-ados dans ces rôles, a fortiori lorsqu'il est question d'en débattre en classe...

Bien sûr, il s'agit là d'avis purement personnels, je n'ai pas été confrontée directement à la question de la parentalité homosexuelle, ni de près ni de loin... Les autres aspects, en revanche, concernent et interpellent la mère que je suis.
Je reste donc très dubitative sur ce roman, malgré un intérêt indéniable sur le thème général.

Chaque chapitre est joliment précédé d'illustrations en noir et blanc d'Antoine Guilloppé.
Commenter  J’apprécie          111
Je dois bien confesser un très grand respect pour l"oeuvre de Christophe Honoré : en tant que réalisateur, écrivain, écrivain pour la jeunesse...
Il dépeint ici un univers amoureux empreint de douceur. La tendresse et le sens partagé des responsabilités dont font preuve Solange et Delphine, les deux mamans de Lucie, invitent à l'empathie et à la compréhension des couples homosexuels. Les deux mamans se questionnent : peuvent-elles faire grandir leur fille toutes les deux ? Ne risque-t-elle pas de souffrir de sa condition d'enfant de deux femmes ?
C'est pourquoi, lorsque Lucie leur ment et prétend subir à l'école des réflexions désagréables de ses camarades pour couper court à la volonté des deux femmes de lui dévoiler qui est sa maman biologique, car l'enfant craint de ne plus les aimer autant toutes les deux, Solange et Delphine envisagent de se séparer....
Ce roman est avant tout une histoire d'amours : Lucie aime profondément ses deux mamans, et ne souhaite pas faire de différences entre elles, lien biologique ou pas. Solange et Delphine s'adorent, mais elles sont prêtes à faire passer le bien être de leur fille avant tout, et même avant le fort lien qui les unit. Une beau moment de tendresse !
Commenter  J’apprécie          80
C'est un court roman qui aborde l'homoparentalité sous un angle intéressant et un peu inhabituel je pense.
Ici pas question de problématique autour de l'acceptation, de la discrimination, ni même vraiment d'identité ou de famille. Lucie ne veut pas qu'on lui révèle laquelle est sa mère biologique...
Par ce biais, l'auteur nous présente une famille aimante et fonctionnelle et peu importe que les parents soient deux femmes et peu importe laquelle a porté Lucie dans son ventre.
Commenter  J’apprécie          40
Cécile a deux mamans. Elles sont très heureuses toutes les trois. A l'école, les copains sont presque jaloux.
Pour ses sept ans, Delphine et Solange ont décidé de dire à Cécile laquelle est la maman biologique. Cécile a peur et si cela brisait l'harmonie de la famille.
Un court récit pour aborder avec des jeunes enfants jusqu'au niveau collège ce thème.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
J’ai deux mamans.
Voilà ce que je réponds aux gens que je ne connais pas et qui me demandent qui je suis. Je le dis pas pour crâner, juste parce que c’est la vérité et que je n’aime pas trop qu’on me pose des questions. Aussi, c’est vrai, peut-être un peu pour crâner.
Oui je sais, c’est pas incroyable incroyable. Je ne suis pas la seule. Cécile a deux mamans. Celle d’avant, du temps où son père était marié, et celle d’après où son père était divorcé. Marie-Laure pareil, deux mamans. Enfin je dis deux, mais je suis loin du compte. En fait elle a autant de mamans que de familles d’accueil : Maman Goncourt, Maman Chemin-Vert, Maman Poissonnière, Maman Charles-de-Gaulle-Étoile… A chaque fois que Marie-Laure change de famille, elle donne le nom de la station de métro la plus proche à sa nouvelle maman.
Mais moi, l’incroyable incroyable vient du fait que j’ai deux mamans, et stop ! Deux mamans qui vivent ensemble dans le même appartement, qui vont ensemble aux réunions de parents d’élèves, ensemble m’emmènent en vacances au bord de la mer.
Commenter  J’apprécie          30
Quand je le crie (...), quand c'est maman point d'exclamation, elles accourent au coude à coude et jamais aucune ne me demande maman laquelle ? Pour le doigt [coincé dans une porte], le dessin, le câlin, elles savent que j'ai besoin des deux. Comme pour les chaussures, c'est la paire ou rien. (p.12)
Commenter  J’apprécie          30
Il y a maman Delphine et maman Solange. Mais bon, jamais je ne les appelle comme ça. Je dis maman, point. (p.11)
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Christophe Honoré (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christophe Honoré
Pour sa septième collaboration avec Christophe Honoré, elle disparaît derrière le fantôme de son père, Marcello Mastroianni, dans “Marcello mio”, où elle joue entourée de ses proches. Une histoire de confiance mais aussi des interrogations portées ensemble :
Comment fait-on pour faire revivre ses fantômes ? Comment se construire malgré le chagrin et des deuils précoces ? « C'est comme si Christophe m'avait offert la plus belle séance de spiritisme possible. »
#cinéma #cannes2024 #festivaldecannes
Vous avez aimé cette vidéo ? Abonnez-vous à notre chaîne YouTube : https://www.youtube.com/channel/¤££¤16Comment10¤££¤4fHZHvJdM38HA?sub_confirmation=1
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux ! Instagram : https://www.instagram.com/telerama TikTok : https://www.tiktok.com/@teleramafr X : https://twitter.com/Telerama Facebook : https://www.facebook.com/Telerama
+ Lire la suite
autres livres classés : HomoparentalitéVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus


Lecteurs (43) Voir plus



Quiz Voir plus

Littérature LGBT Young Adult

Comment s'appelle le premier roman de Benjamin Alire Saenz !?

Aristote et Dante découvrent les secrets de l'univers
L'insaisissable logique de ma vie
Autoboyographie
Sous le même ciel

10 questions
42 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeune adulte , lgbt , lgbtq+Créer un quiz sur ce livre

{* *}