AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 274991857X
Éditeur : Michel Lafon (29/11/2012)

Note moyenne : 3.29/5 (sur 19 notes)
Résumé :
Un réalisateur de films d'horreur, Tobe Hooper, assiste à la projection de son premier film lors d'un festival de seconde zone. Ce film oublié, écrit et tourné par Tobe lorsqu'il avait quinze ans, n'a jamais été projeté en public. Très vite, les spectateurs sont victimes de phénomènes étranges, effrayants, à la limite de l'inconcevable. Leurs amis sont également touchés. Et les amis de leurs amis... Le phénomène se propage à toute vitesse, et les cadavres s'accumule... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
fichetoux
  12 février 2014
…Je pensais que c'était impossible, Tobe Hooper l'a fait…

le pire livre jamais lu, voire peut être jamais écrit dans cette catégorie…
Seule originalité ( et je suis gentil ), la construction façon recueil de témoignage, coupures de journaux et autres tweets…ce qui lui épargne une cotation négative.
Pour le reste, mélange navrant de porno cheap, de gore trash, de tentative d'humour et d'autodérision sur une trame de film maudit tourné en son temps par Tobe (prononcez Tobie) Hooper adolescent qui transforme les gens en zombies nymphomanes et hyper violents !?!? ...une vague histoire de virus, de malédiction ou de je ne sais quoi…à la moitié, j'ai lu une ligne sur deux, au deux tiers, j'ai abandonné tout net, me foutant royalement de découvrir le « dénouement » de cette daube suprême vulgairement débile ou débilement vulgaire ( je me tâte encore…en espérant ne pas jouir bleu…ah, oui, suis quand même arrivé au moment où on découvre que le sperme bleu et les sécrétions vaginales bleues sont des signes de contamination avant de devenir zombie…et ta soeur, elle pisse bleu, t'as rien à teindre)
Désolé, Mr Hooper, mais sur ce coup, j'abdique, je vais tenter de garder une image positive de vous en me refaisant un « Poltergeist » ou un « Life force », mais là, non, définitivement non…Je comprends mieux pourquoi il était dans les bacs en déstockage, l'éditeur voulait à mon avis s'en débarrasser à tout prix, même cassé..
Midnight Movie, le » livre » à ne pas emporter sur une île déserte, à ne même pas abandonner sur une île déserte par respect pour l'écologie du lieu.
A la limite, ça peut toujours servir en cas de rupture de stock de papier toilette, et encore, et encore...
Fred-Fichetoux-Beg mode This Is The New Shit activé
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          214
melusine1701
  10 juillet 2011
Un ovni que ce livre. J'ai tout simplement adoré la manière dont il est conçu: témoignages entrelacés, sous différentes formes, articles de journaux, de blog, de sites internet avec leurs commentaires, conversations sur Twitter, e-mails échangés, notes de l'auteur... La lecture en est rendue très dynamique puisqu'on reconstitue l'histoire soi-même à partir de cette compilation de documents. Pour ce qui est de l'histoire... je crois qu'il vaut mieux être prévenu que ce n'est en aucun cas une histoire à prendre au sérieux. Si vous attendez de quoi vous faire peur, détournez aussi votre chemin, le livre n'est pas assez crédible pour cela. Sans faire de gros spoiler, je peux déjà vous annoncer que les personnages de ce film se transforment peu à peu en zombie, en bon vieux mort-vivants, qui sentent le rat mort, qui se décomposent sur place, qui s'arrachent les membres pour se taper dessus avec et qui décapitent leurs victimes pour leur dévorer le cerveau. Oui, c'est tellement glauque et tellement grotesque que au pire, on peut être écoeuré, mais certainement pas effrayé. Au mieux, on sourira comme devant un bon vieux Scary Movie, on s'amusera de voir ces personnages à peine surpris de voir des zombie déambuler partout, ces créatures qui sont de véritables caricatures d'elles-mêmes. Et pourtant, on voudra savoir: que va-t-il se passer lorsque Tobe Hooper va essayer de retourner le film d'origine pour savoir comment il a pu provoquer tout ça? Bref, j'ai été embarqué, j'ai oscillé entre le rire et la consternation devant un livre qui reprend les codes du kitsh grotesque et du gore gratuit qui faisait le succès des fameux "Midnight movie", des films de série B à la fois immontrables et qui en deviennent par là complètement cultes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Skritt
  21 juillet 2011
Avant de commencer cette chronique, je tiens à remercier Bibliofolie et Michel Lafon pour ce partenariat.
Midnight Movie raconte à la manière d'un entretien individuel avec les protagonistes et des éléments recueillis sur Internet – messagerie, blog… - les événements tragiques que l'on appelle le "Game".
Tobe Hooper, génial réalisateur de Massacre à la Tronçonneuse, est invité à un festival à Austin au Texas pour visionner sa première réalisation, faite pendant son adolescence, et récupéré on ne sait comment par un individu un peu bizarre, Dude McGee.
Pendant la représentation, que tout le monde s'accorde à dire que c'est une sacré "merde", les spectateurs sont pris d'une envie irrépressible de violence physique ou de pulsions sexuelles démesurées.
Dans la ville, puis dans le pays, et enfin au niveau mondial, des événements étranges surviennent alors, incendies, attentats, accidents… Nous lisons en quelque sorte le compte rendu de l'origine et de la nature de ces événements.
Comme l'explique Tobe Hooper, un bon film d'horreur, c'est de l'horreur, parce que les gens payent pour avoir peur, et du sexe. Et Midnight Movie ne déroge pas à la règle. Il y a du sexe, du gore et un peu d'humour pour faire passer le tout. C'est savamment mélangé pour nous faire passer un très bon moment de lecture. Tout d'abord, il est vrai que la couverture est attirante, donne envie d'aller plus loin, et dès les premières pages on est immédiatement pris et c'est difficile de le lâcher. Ensuite, c'est très bien écrit, alliant dialogue et description facilement, il est aisé de lire des dizaines de pages sans s'en rendre compte.
Le suspense – oui, il y en a un petit peu dans les films d'horreur – est dosé correctement pour ne pas tomber dans le zombie-cri-sang habituel, et ne pas nous faire perdre le fil de l'histoire. La première partie concerne le festival et les premiers cas, la deuxième partie traite des multiples cas rencontrés dans le pays, et la troisième partie relate les investigations du réalisateur et des autres survivants pour élucider le mystère du "jus bleu".
Les dernières pages, comme la dernière scène d'un bon film d'horreur, laisse présager d'une suite même s'il n'y en aura pas. Tous les ingrédients du bon film d'horreur sont présents dans ce roman. Comme pour Massacre à la tronçonneuse, que vous aimiez ou pas, il faut au moins le voir une fois. Midnight Movie est un roman à lire pour son genre différent, au moins une fois, pour connaître, que vous aimiez ou pas. Pour ma part, adepte du classique de Tobe Hooper, j'ai adoré Midnight Movie.
Je remercie Bibliofolie et Michel Lafon pour ce partenariat un peu gore.
Lien : http://skritt.over-blog.fr/a..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Tristhenya
  21 avril 2012
Étant un très grande fan de films d’horreur, lorsque j’ai appris la sortie de ce roman écrit de la main du réalisateur de « Massacre à la tronçonneuse », « Mortuary » ou encore du très flippant « Poltergeist », j’ai eu une terrible envie de lire ce livre signé Tobe Hooper ! De plus ce roman parlant de zombies (un autre de mes sujet préféré ^^), cette lecture me laissait présager une très bonne aventure horrifique !
Mais finalement, ohhhh quelle grosse déception… Une histoire tirée par les cheveux, de mauvais goût et très vulgaire… Ayant un caractère assez « ouvert », j’ai malgré cela trouvé les scènes de sexe beaucoup trop omniprésentes, l’humour trop débridé voire obscène gâche tout le caractère horrifique de ce roman. Tout ceci m’a vraiment dérangée lors de ma lecture et l’ennui à fini par m’achever…
Je l’ai lu très rapidement, j’ai espéré à chaque instants que le niveau augmenterait un petit peu, mais non c’est resté pareil du début à la fin, d’un ennui mortel… Les personnages ne sont pas attachants, les zombies ne sont pas convaincants et l’histoire laisse à désirer… Bref, je suis désolée pour monsieur Hooper mais je reste plus que sceptique face à ce roman.
Le seul point positif que j’aurais à souligner est que cette histoire est présentée sous la forme d’un ensemble de documents… Articles de journaux, extraits de blogs et de sites Web, extraits de discussions sur chats et forums, témoignages des protagonistes, etc. Au premier abord, cela peut perturber, car le tout semble assez décousu, mais finalement la trame de l’histoire se suit et donne vraiment l’impression que tous ces intervenants nous parlent à nous.
Ce procédé m’a vraiment semblé intéressant car ça apporte pas mal de rythme lors de la lecture. Le fait qu’à chaque documents différents, la police d’écriture, la présentation du message, des tâches d’encres ou autre apparaissant par ci, par la, sont vraiment attrayant à l’œil.
Bon et bien voila, je crois que je vais m’arrêter la, j’ai été déçue par ce bouquin, c’est un fait ; mais j’espère que Tobe Hooper aura ouvert la voie littéraire à d’autres réalisateurs de films d’horreur car je serais très curieuse de découvrir un jour un roman signé de la main de Eli Roth « Hostel » (mon réalisateur préféré), Alexandre Aja « La colline à des yeux », ou encore James Wan « Saw »…
/*\ Rendez-vous sur mon blog pour lire l'intégralité de cette critique ^^ /*\
Lien : http://www.chibigeeky.be/mid..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Riz-Deux-ZzZ
  29 juillet 2011
Tout d'abord, je voudrais parler de la mise en page de ce livre qui est simplement géniale ! J'ai eu un réel coup de coeur rien qu'en feuilletant ce roman.
En effet, l'histoire de cet ouvrage est construite comme une sorte de documentaire télé, un peu à la manière des différentes interviews et reconstitutions faites après les attentats du 11 septembre : des témoins partagent leurs souvenirs, assis sur un tabouret, devant un fond noir, seul leur nom est inscrit en bas de l'écran...
Des sortes de pièces à conviction sont également très bien représentées : des articles de blogs, des sites internet, des passages de journaux intimes (avec des taches d'encre en arrière plan), des articles de journaux (en double colonne) et même des tweets sont disséminés au fil des pages. Ce procédé nous éloigne de l'histoire qui se déroule, il nous rend spectateurs mais en même temps il nous rapproche car il rend les actions et les faits presque réels.
Bon, ma déclaration d'amour est finie, passons à l'histoire en elle même.
Malheureusement, elle ne m'a pas autant emballée mais cela reste une bonne lecture cependant.
L'histoire reste quand même un peu incroyable, et certains passages sont plus loufoques que terrifiants, mais c'est surtout terriblement bancal : d'où vient ce virus, y-a-t-il vraiment un rapport entre la projection et l'attaque des zombies, c'est normal que les gens ne soit pas plus inquiétés que ça ?!
Lien : http://riz-deux-zzz.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
SkrittSkritt   19 juillet 2011
Ma mère m'a raconté que j'avais volé à cinq mètre en l'air, que j'étais retombé la tête la première sur le trottoir et que je m'étais fracturé le crâne. Un peu de mon liquide céphalo-rachidien avait coulé par terre. Et, à la pluie suivante, ma mémoire avait été emportée à l'égout.
Commenter  J’apprécie          40
lulubooklulubook   06 juillet 2011
ce serait pas mal de retourner à austin et de faire un tour au festival,même si je me rappelais pas de quoi parlait mon film_sûrement de zombies et de sexe.Et j'avais pas du tout envie de me retrouver devant une salle remplie de geeks fans de films gore.Mais j'avais besoin de fric
Commenter  J’apprécie          20
Riz-Deux-ZzZRiz-Deux-ZzZ   29 juillet 2011
Il y a quelque chose dans l'air, cet été, quelque chose de merveilleux et d'horrible, de magique et d'effrayant, qui frôle le chaos et la renaissance.
Commenter  J’apprécie          20
Splash18Splash18   25 décembre 2013
Erick avait tort.C'était pas une grosse merde.C'était une énorme merde sous un gros tas de vomi,une diarrhée,un tas de tripes de cheval et le tout grouillant d'asticots
Commenter  J’apprécie          10
SkrittSkritt   21 juillet 2011
On peut être un putain de bon tireur, ça sert à rien du tout si on n'a pas son putain de flingue.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Tobe Hooper (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tobe Hooper
Poltergeist (1982), trailer
autres livres classés : horreurVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
576 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre