AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782755623192
360 pages
Éditeur : Hugo et Compagnie (07/04/2016)
4.25/5   422 notes
Résumé :
Auburn Reed a des plans très précis pour son avenir, et elle ne laissera personne se mettre sur son chemin.
Lorsqu'elle franchit la porte d'une galerie d'art à Dallas pour un entretien, elle s'attend à tout sauf à l'irrésistible attraction qui la pousse vers Owen Gentry.
Cet artiste énigmatique semble avoir beaucoup de choses à vouloir cacher à tout prix. Pour tenter de découvrir ses secrets les plus intimes, Auburn va baisser toutes ses barrières, p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (196) Voir plus Ajouter une critique
4,25

sur 422 notes

livrevie
  08 avril 2016
A la question « est-ce que tu as aimé ce roman ? », je répondrai que j'ai pleuré pendant le premier chapitre, puis au milieu du roman, et encore à la fin. Ce n'est pas une réelle réponse à la question, je vous l'accorde, alors j'ajouterai qu'entre chaque séance de larmes, j'ai souri, j'ai pesté de rage, ma gorge s'est serrée et des papillons ont voleté allègrement dans mon petit coeur.
Je crois que maintenant, vous avez la réponse à la question. Mon « émotionmètre » s'est emballé et n'a plus voulu lâcher le livre. Impossible. Pourtant j'essaye d'être raisonnable, le besoin de sommeil vous comprenez, mais non. Il devait être ensorcelé. Ça doit être ça. Comme beaucoup de romans de Colleen Hoover d'ailleurs. Mais le sortilège de celui-ci était quand même sacrément fort. La faute aux personnages sans doute. Entre Auburn et son passé compliqué, ses choix à faire et sa peur du présent et de l'avenir et Owen, un artiste qui porte lui aussi son fardeau sur ses épaules, tout était réuni que que mon « emotionmètre » ne s'en remette pas. Et puis, il y a ces confessions, ces secrets que l'on tait mais qui peuvent détruire, ces confessions qui sont l'inspiration d'Owen.
Pour donner de l'épaisseur à Owen, Colleen Hoover s'est inspirée des oeuvres de Danny O'Connor (DOC), et l'on retrouve au coeur même de l'ouvrage quelques reproductions en couleur. Merci beaucoup aux éditions Hugo Roman de nous avoir fait partager ces oeuvres de cet artiste, il a été pour moi, un véritable coup de foudre artistique.
Difficile de parler de ce roman sans trop en dire, et s'il y en a qu'il faut découvrir par soi-même, c'est celui-ci. Il est hors de question de vous gâcher votre plaisir. J'aimerais qu'il soit au moins égal au mien pendant cette lecture. Colleen Hoover fait partie de ces auteurs qui vous prennent par la main pour ne plus vous lâcher. Ses histoires ont une logique inébranlable et l'on sait qu'à la fin, on aura toutes les pièces du puzzle, toutes les réponses à nos interrogations. C'est une sorte de fil d'Ariane que l'on remonte jusqu'à arriver du dénouement et l'on tremble parce qu'on sait qu'elle tient nos émotions entre ses mains.
Dès la dédicace, j'ai su que j'allais être prisonnière du récit. La logique que j'évoquais quelques lignes plus haut s'étend même à ce bout de texte pourtant très personnel. L'on remercie un frère, un ami, on dédie l'ouvrage à un père ou une mère disparue, mais jamais à eux. Je laisserai volontairement ce « eux » dans le flou, sachez juste que sans eux, le roman n'existerait pas, ou du moins, il n'aurait pas toute cette force. Un brin de réalité flirte avec la fiction et c'est loin d'être désagréable, surtout que nous aurions tous pu faire partie de ces « eux ».
Récemment, j'ai beaucoup parlé de mes regrets quant à la plume de certains auteurs, pas assez travaillée, pas assez étoffée, qui fait passer à côté de beaucoup de choses, qui me rend presque hermétique à un histoire prometteuse. Colleen Hoover est l'illustration parfaite du fait que l'on peut dire les choses sans fioritures, aller droit au but en conservant une langue est d'une efficacité redoutable et mettre un « émotionmètre » sans dessus dessous. Son style direct, concis parfois je dois le reconnaître, mais qui fait mouche à chaque fois. Dans son cas, le présent de narration prend tout son sens. Il donne vie et fait palpiter le roman.
Un histoire complexe, douloureuse, foudroyante... Une fois de plus, je suis conquise.
Lien : http://lelivrevie.blogspot.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          322
Saiwhisper
  11 août 2019
Olala, j'ai bien fait d'acheter ce roman de Colleen Hoover même si, de premier abord, le résumé me semblait assez cousu de fil blanc ! J'ai tout simplement adoré ma lecture et, malgré mon week-end chargé, j'ai eu du mal à décrocher de cette histoire qui me hantait dès que je n'avais plus le livre entre les mains… Que ce soient les protagonistes, la romance complexe, le rythme de l'intrigue et les secrets de chacun, j'ai été comblée ! Si je devais attribuer un classement parmi les publications de l'auteure, je placerais « Confess » à égalité avec « Maybe someday ».
Ce titre m'a fait ressentir beaucoup d'émotions et ce, dès le début. D'ailleurs, les moments les plus forts ont été le prologue ainsi que l'épilogue… le premier parce qu'il montrait un amour très fort au-delà de la maladie et de la jeunesse et le second parce qu'il bouclait à merveille l'histoire tout en permettant de mieux comprendre certaines choses… de façon générale, j'ai été touchée les deux narrateurs : par leur personnalité, par leurs fragilités et par décisions difficiles. Auburn m'a plu pour sa sensibilité, sa détermination et sa franchise. Elle est vraiment allée jusqu'au bout, même si cela la déchirait, pour ses convictions… de son côté, Owen s'est révélé plus étoffé qu'il n'y paraissait. Ses nombreux non-dits m'ont étonnée, car je ne le pensais pas capable de cela… Moi qui, de premier abord, pensais qu'il allait jouer le rôle de l'artiste séducteur mais torturé, je me suis méprise ! Contrairement à ce que je pensais, plusieurs révélations m'ont surprise… Bien sûr, on s'attend au dénouement final ainsi qu'au secret de Trey néanmoins, je ne voulais pas qu'il en soit autrement !
Les personnages secondaires sont plutôt survolés et assez manichéens toutefois, ils ont quand même été intéressants. C'est en particulier le cas d'Emery, la colocataire spéciale d'Auburn, ou encore AJ que j'aurais voulu voir davantage… Celui qui m'a plu le plus est Trey, le frère flic d'Adam… En effet, le jeune homme m'a tout simplement fait songer à Shane dans The Walking Dead ! Il a un personnage complexe qui oscille entre le bien et le mal, l'amour et la haine, le désir et la rancune… Que le rôle de ce type de personnage soit bon ou mauvais, j'apprécie la complexité de son tempérament et de ses sentiments… Quel dommage que l'on anticipe dès le début les rebondissements le concernant…
Même si ce roman a des défauts, on passe un bon moment si on cherche de la new romance pour se distraire. J'ai apprécié cette histoire qui mêle avec brio romance, famille, art, courage et destin. Certes, on frôle parfois la surenchère cependant, cela ne m'a pas spécialement gênée, car j'ai été transportée par le ressenti des personnages et par la plume aussi fluide qu'addictive de l'auteure. de plus, le fait d'intégrer des confessions rédigées par de réels anonymes et des peintures m'a beaucoup plu. Comme avec « Maybe someday », il y a un petit plus en rapport avec la passion de l'un des personnages qui fait sortir ce roman de l'ordinaire ! Une très bonne lecture qui m'a permis de me tenir en haleine et de me détendre dès que j'en ressentais le besoin.
Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          163
9004089
  03 avril 2016
Ce livre m'attendait sur ma liseuse depuis l'an dernier, probablement depuis sa sortie, mais je n'avais encore jamais pris la peine de le lire. Puis de blog en blog, et de chroniqueur en chroniqueur, j'ai entendu énormément de bien de Colleen Hoover et j'ai décidé d'essayer à mon tour. Ce fut une découverte délicieuse et je ne regrette absolument pas d'avoir écouté les avis des autres lecteurs. ‘Confess' est un très bon roman et je ne manquerai pas de lire d'autres livres de cette auteure.
Auburn est une jeune femme forte mentalement qui porte beaucoup de choses sur ses épaules. Elle a absolument besoin de gagner plus d'argent et quand elle accepte de travailler pour Owen, cet artiste plein de charme, elle ne s'attend pas à ce qu'il change sa vie tout entière.
C'est donc autour de ces deux personnages et de leur relation que l'histoire a été construite. Les personnages secondaires ont évidemment de l'importance et j'ai une affection toute particulière pour Emory, la colocataire atypique d'Auburn, et Harrison l'ami barman d'Owen. Même si je ne m'en suis pas rendue compte sur le coup, parce que j'étais plongée dans l'histoire de nos protagonistes, Emory et Harrison sont un peu oubliés vers la fin et c'est dommage car je les ai vraiment beaucoup aimés. Je ne dirais pas non à plus d'aventures pour eux !
Outre les personnages, qui sont l'élément principal de mon affection pour ce livre, j'ai adoré l'idée d'associer deux arts : l'écriture et la peinture. J'ai pu découvrir le travail de l'artiste Danny O'Connor dont les oeuvres parsèment le récit et sont présentées comme étant les créations d'Owen. Mais ce qui est encore plus intéressant, c'est que dans le roman Owen a peint chaque oeuvre en s'inspirant d'une confession choisie parmi celles qui lui ont été envoyées anonymement. J'ignore si l'artiste a réellement fait ça mais ce qui est certain, c'est que les confessions sont, elles, bien réelles et ont été envoyées à Colleen Hoover par des gens comme vous et moi. Cela apporte une crédibilité fort appréciable à toute l'histoire et la rend encore plus intense.
Les deux oeuvres de l'artiste que je préfère sont dans le livre et pour ceux qui ont déjà lu et savent, il s'agit du tableau d'Auburn ainsi que de celui qui est dévoilé en dernier aux lecteurs. Quoi qu'il en soit, j'ai vraiment adoré cette idée de confessions et cette combinaison de deux arts. ‘Confess' aurait pu être une simple histoire d'amour mais l'auteure a su en faire quelque chose d'exceptionnel.
Autre point positif, j'ai aimé ne pas retrouver les stéréotypes et clichés habituels, ni le côté gnangnan et trop peu crédible souvent présent dans la romance contemporaine. J'ai vraiment tout aimé de ‘Confess', du style de l'auteure, au thème, en passant par les personnages et l'art. J'ai également beaucoup apprécié ce thème du mensonge et de la vérité, des confessions et de ce qui en résultait. C'était un sujet intéressant que Colleen Hoover a su bien exploiter. Elle en a fait un élément réellement présent sans en oublier la romance de base. Son récit est bien tracé, les relations sont intenses et en même temps pleine de douceur et de beauté, les secrets sont dévoilés doucement et tout tient la route. C'était vraiment un régal.
‘Confess' a été élu ‘Meilleure Romance 2015' par les lecteurs de Goodreads devant ‘Grey' d'EL James avec plus de 10 000 votes supplémentaires. Et je peux vous assurer que ce prix est mérité. Je sais qu'il n'existe pour le moment qu'en version originale et que tout le monde ne comprend pas l'anglais, mais sachez qu'il sortira le 7 avril 2016 chez Hugo Roman et que vous pouvez dès à présent le pré-commander sur Amazon pour un montant de 17€. N'hésitez pas, vous ne le regretterez pas !
De mon côté, je recommande ce livre à tous les fans de Colleen Hoover mais également à ceux qui veulent découvrir l'auteure. Je le conseille aussi à ceux qui, comme moi, sont fatigués des histoires qui se répètent dans ce genre littéraire. ‘Confess' est une très belle histoire sans longueurs, sans platitude, sans clichés. Une magnifique romance écrite d'une main experte et dont les confessions et l'art inclus apportent une touche unique. Je vous invite vivement à vous laisser tenter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
OLDB
  22 avril 2016
Étant fan de Colleen Hoover, je me lance tête baissée dans ses livres sans même prendre la peine de me renseigner dessus auparavant. C'est donc ce que j'ai fais avec celui ci. Je savais qu'on y parlait d'une fille appelée Auburn et d'un garçon nommé Owen, que ça parlait d'art mais c'est tout, je n'en savais pas plus. Et bien, je dois avouer que mon avis est mitigé...
Je n'ai jamais été déçue par un livre de cette auteure alors je ne sais vraiment pas quoi penser de celui-ci. Je ne veux pas être déçue ou lui mettre une note négative mais en même temps il ne m'a pas transporté comme ses autres livres, je n'ai pas eu ces déferlements d'émotions que j'aime et que je déteste tant a la fois, digne de Colleen Hoover. En fait, je trouve qu'il ne se passe rien, l'histoire est plate, je pense que je me suis ennuyée.
Après j'ai tout de même eu cet engouement que j'ai avec tous ses livres c'est a dire que je voulais rentrer chez moi pour vite le lire mais en même temps le manque d'action m'a gêné. Et en lisant d'autres critiques, j'ai l'impression d'être la seule à ressentir ça.
Les personnages ne m'ont pas emballés, je ne m'y suis pas tellement attachés, et c'est très dur pour moi d'écrire ça a propos d'un livre de Colleen, c'est bien pour ça que je pense le relire cet été, au calme.
Après évidemment on reconnait le style de l'auteure, c'est du Colleen Hoover tout craché, c'est toujours le même schéma mais d'ailleurs en parlant de schéma, dans tous les livres que j'ai lu d'elle, j'ai toujours retrouvée le même dans l'histoire : une première partie mignonne, rigolote, tendre, et une deuxième triste, choquante, qui brise le coeur. Eh bien je n'ai malheureusement pas retrouvé ce schéma-ci dans Confess. Après oui, c'est le même style que les autres, il s'agit d'un garçon et d'une fille qui se rencontrent, qui sont incroyablement attirés l'un envers l'autre, qui ont chacun des secrets... Mais j'ai cette impression de vide quand j'y repense, il m'a vraiment manqué ce truc que j'aime tant dans ses livres.

Lien : http://dreamingreadingliving..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Tachan
  19 mars 2020
Après mon gros coup de coeur l'an passé pour Maybe Someday, je voulais lire et découvrir d'autres facette de Colleen Hoover. Aimant le milieu de l'art, j'ai de suite été attirée par Confess où le héros est un artiste peintre. Malheureusement, si le titre est bien écrit, il ne m'a pas parlé. Je l'ai trouvé, par moment, bien trop dérangeant pour moi et je n'ai pas eu l'étincelle comme avec Maybe Someday.
Cette fois, pas de chanteur et d'écrivaine, place à une jeune coiffeuse tout juste débarquée à Dallas et à un jeune artiste peintre plein de secrets. On découvre dès les premières pages le bien triste passé d'Auburn, l'héroïne, qui a perdu son premier amour à à peine 15 ans, et nous la retrouvons 5 ans plus tard qui revient là où elle l'a perdu. Rien de simple à cet âge-là, surtout quand on doit gagner sa vie, payer son appart, et trouver des sous pour payer un avocat. Alors quand on lui propose un job en or rémunéré à 100$ de l'heure, elle saute sur l'occasion, même si pour cela il lui faut travailler pour un artiste peintre un peu farfelu qu'elle vient tout juste de rencontrer.
L'histoire a démarré sur les chapeaux de roues et au début, je me suis laissée emportée par elle. J'en aimé le cadre un peu mystérieux autour des secrets que cachaient chacun des héros. J'aimais le métier d'Owen et le fait qu'il fasse participer les gens à son art à travers leurs confessions qui était l'élément déclencheur de ses tableaux. Je trouvais cela vraiment original. le fait qu'il semble en plus la connaitre et qu'il soit baba d'elle dès les premières secondes sans qu'elle s'en rende compte ajoutait du piment pour moi.
Malheureusement, j'ai vite déchanté. J'ai vraiment eu un sentiment de précipitation dérangeant au début qui m'a empêchée de vraiment accrocher aux personnages. Quand on réfléchit bien, il ne passe que très peu de temps ensemble pour développer des sentiments aussi forts, ce n'est pas très crédible, en tout cas pour moi. Ce n'est pas ma conception de l'amour. Même si l'autrice essaie de justifier un peu cela par la suite.
Le plus gros problème est venu d'un élément de l'intrigue introduit vers la moitié et qui éclaire une grande partie des mystères du début qui auraient pu passer pour des incohérences ou des maladresses. Celui-ci ajoute un élément qui complexifie l'histoire et la rend plus sombre également. J'ai aimé ce que ça apportait au background d'Auburn (SPOILER : j'ai toujours été fan de la présence d'enfants dans les histoires) mais en parallèle ça a ajouté bien trop de mélodrame à l'intrigue et ça se fut vraiment dommageable. Ça a rendu celle-ci too much pour moi et donc elle a perdu en crédibilité. Je trouve les héros bien trop jeunes pour tout ce qu'il leur arrive mais aussi pour la maturité que leur accorde l'autrice. Ça cloche.
C'est vraiment dommage parce que ce sont deux très beaux personnages. J'ai adoré Owen, cet homme charmant, très mature pour son âge, qui assume seul tant de choses qu'il ne devrait pas assumer. C'est une super idée de montrer ses toiles dans le livre, même si c'est en noir et blanc, et je suis vraiment fan de la façon dont il est venu à peindre et dont il exploite le concept des confessions des gens. En plus, il est adorable avec Auburn. Il ne va jamais trop loin, il est toujours respectueux et va même jusqu'à se sacrifier parfois. Auburn, elle, est une battante, mais en même temps, elle se laisse trop souvent malmener et j'ai eu beaucoup de mal avec ça. J'ai souvent été agacée par plusieurs de ses choix. En revanche, je l'ai trouvé toute mignonne à redécouvrir l'amour avec Owen, même si ça va trop vite. Ensemble, ils sont très mignons, mais encore une fois leur âge réel cloche avec la maturité que leur offre l'autrice aussi bien du point de vue de leur caractère que de leur histoire sentimentale. Dommage.
Autour d'eux, j'ai vraiment senti que ça manquait de personnages secondaires pour les épauler et être leurs amis. Il n'y a guère eu qu'Emory, la drôle de coloc d'Auburn qu'on voit à peine. du coup, ils sont plutôt entouré de personnages toxiques et c'est assez étouffant à la longue. On ressent trop leur solitude et le malaise que l'autrice veut installer dans l'histoire. Certains aimeront, moi j'aime les histoires plus lumineuses et positives avec moins de drame. J'aime quand les héros ont de super amis sur qui ils peuvent compter, je trouve que ça enrichit l'histoire et ici, elle fut un peu sèche à cause de ce manque.
Ainsi, même si je comprends que ce titre plaise à plein de lecteurs parce que les personnages sont bien écrits dans l'ensemble, que leur romance et leur histoire personnelle sont touchantes, et que le drame est bien travaillé, ce n'est pas ce que j'aime personnellement. J'ai eu la sensation depuis le début que le rythme était trop rapide, que l'âge des héros clochait et le drame était trop excessif à mon goût. Je n'ai donc pas eu le coup de coeur attendu et il faudra peut-être que je me tourne vers un autre titre de l'autrice pour retrouver le plaisir et l'émotion éprouvée avec Maybe Someday.
Lien : https://lesblablasdetachan.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (78) Voir plus Ajouter une citation
OdlagOdlag   17 juillet 2016
– Voilà ce que j’aimerais que tu te rappelles, Auburn. Je ne veux pas que tu te rappelles ce que tu ressens quand je suis en toi, mais ce que tu ressens quand je te regarde.
Ses lèvres effleurent les miennes avec une telle délicatesse que je les sens à peine.
– Je veux que tu te rappelles comment réagit ton cœur chaque fois que je t’embrasse.
J’essaie d’enraciner dans ma mémoire toutes les sensations qui m’habitent en ce moment. Il glisse les mains sur mes cheveux, soulève un peu ma tête pour m’emplir encore d’un profond baiser.
Le temps que nous reprenions chacun notre souffle, il reprend :
– Je veux que tu te rappelles mes mains, qui ne peuvent s’arrêter de te toucher.
Il remonte lentement les lèvres le long de ma joue, jusqu’à mon oreille.
– Et je veux que tu te rappelles que tout le monde peut faire l’amour. Mais que je suis le seul qui mérite de te faire l’amour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
LaFouineuseLaFouineuse   14 avril 2016

- On s'est vus combien de jours depuis qu'on se connaît ? demande-t-il.
Sa dispersion me fait rire, je crois que c'est ce que je préfère en lui.
- Je ne sais pas, dis-je. Quatre ? Cinq ?
- Non, en comptant aujourd'hui, ça fait sept. Alors dis-moi, Auburn, comment se peut-il que je tombe déjà amoureux de toi ?

Commenter  J’apprécie          160
LaFouineuseLaFouineuse   14 avril 2016
- Ça fait du bien, non ? demande-t-il avec un sourire malicieux.
- Jamais plus ne me laverai les cheveux toute seule.
Il m'embrasse sur le front.
- Et tu n'as pas encore goûté mes sandwiches.
J'éclate de rire et capte alors toute la tendresse de son regard ; je saisis que c'est ça que je veux. Le dévouement. Ça devrait être la base de toute relation. Si quelqu'un tient vraiment à vous, il n'en aura que plus de satisfaction à vous rendre heureux, plutôt qu'à chercher son propre plaisir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
meghanepiedmeghanepied   18 mai 2016
"-J'ai vu comment elle se comportait avec son fils. J'ai vu ce qu'elle sacrifiait pour lui. J'ai vu quel mal des parents devraient se donner pour assurer à leurs enfants la meilleure vie possible. Alors je compare avec nous, papa, et je me dis qu'on a tout raté." page 250
Commenter  J’apprécie          90
MurtiebooksMurtiebooks   29 avril 2016
Je me dirige vers la sortie. Auburn s’éloigne du lavabo, trébuche légèrement mais se rattrape au mur. Elle jette un regard mauvais sur ses chaussures.
- Foutus talons, maugrée-t-elle.
Sauf qu'elle ne porte pas de talons mais des ballerines.
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Colleen Hoover (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Colleen Hoover
Mélusine reçoit Colleen Hoover, l'auteure de November 9, Jamais Plus, Maybe Someday, Ugly Love, et Never Never !
Suivez-nous sur les réseaux sociaux ! - Instagram : https://www.instagram.com/hugonewroma... - Facebook : https://www.facebook.com/HugoNewRomance/ - Twitter : https://twitter.com/HugoNewRomance - Snapchat : @HugoNewRomance
Pour commander November 9 : PAPIER Amazon : http://amzn.to/2xFWr7O Fnac : http://bit.ly/2iPUh2W Cultura : http://bit.ly/2gZbFBW Chapitre : http://bit.ly/2A26SnI Decitre : http://bit.ly/2lzLOli
NUMÉRIQUE Amazon : http://amzn.to/2xHRtr1 Fnac : http://bit.ly/2zTsguI Playstore : http://bit.ly/2yhkHBD Nolim : http://bit.ly/2z5Or3C
Si vous avez aimé cette vidéo, n?hésitez pas à vous abonner et mettre un petit pouce bleu, ça fait toujours plaisir ! La #TeamNewRomance
+ Lire la suite
autres livres classés : new adultVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quizz - Ugly love

Quelle est le prénom du personnage principal (féminin)?

Rachel
Tate
Colleen
Bella

9 questions
67 lecteurs ont répondu
Thème : Ugly Love de Colleen HooverCréer un quiz sur ce livre

.. ..