AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

René Jouan (Traducteur)
EAN : 9782847346572
477 pages
Tallandier (08/04/2010)
3.57/5   7 notes
Résumé :

Au fil des pages de ce classique de l'histoire militaire, Alistair Horne retrace la chronique des batailles des mois de mai et de juin 1940 - de la " drôle de guerre " à la bataille de Dunkerque en passant par le franchissement décisif de la Meuse - qui menèrent l'armée française à la débâcle face aux panzers de la Wehrmacht. Historien britannique, il ne craint pas de froisser l'amour propre des Français e... >Voir plus
Que lire après Comment perdre une bataille : Mai 1940Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
C'est toujours compliqué de juger des ouvrages dont le sujet se situe pendant la Seconde Guerre Mondiale. Il y a tellement de sources et les points de vue sont si divergents. Il y a des gouffres importants entre les auteurs français, anglais et allemands.
Ici nous disposons d'un point de vue britannique. L'ouvrage est construit autour d'un axe intéressant sur les facteurs multiples qui ont entraîné la défaite de 1940. Si les historiens diverges sur les causes et leurs réelles influences, nous ne pouvons retirer à Alistair Horne la mise en place d'une réflexion bien construite.
Le bémol vient d'un passage assez ennuyeux sur l'avancement de la Wehrmacht jour après jour lors des premiers temps de la bataille. Sinon il s'agit d'un bon ouvrage d'histoire à prendre avec les précautions qu'exige l'étude de cette période.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
"Quoique Churchill mît en garde les Communes, le 4 juin, en disant : "On ne gagne pas les guerres par des évacuations", Dunkerque sera toujours considéré comme l'un des plus grands triomphes de l'Angleterre. Mais pour les Français - tout au moins ceux pour qui la mer restait un élément hostile - Dunkerque ne pouvait que représenter une défaite et la défection d'une alliée." p 422
Commenter  J’apprécie          20
"Les bagages suivaient dans des voitures hippomobiles, ce qui montre bien que, derrière la façade, assez peu épaisse, des troupes d'élite, la Wehrmacht restait, dans la grande masse de ses divisions, moins bien équipée pour la guerre moderne que les Français ou les Anglais." p. 336
Commenter  J’apprécie          30

autres livres classés : dunkerqueVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (16) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3168 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *}