AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Annick Le Goyat (Traducteur)
ISBN : 2012020062
Éditeur : Hachette (16/06/2010)

Note moyenne : 4.05/5 (sur 71 notes)
Résumé :

De nouveau embrigadé par le MI6, Alex doit enquêter sur un laboratoire qui cultive les plantes génétiquement modifiées. Quand il découvre les manipulations de Desmond Mc Cain, un gérant d'oeuvres caritatives, il est kidnappé, emmené en Afrique et emprisonné. Mc Cain projette tout simplement d'empoisonner la planète. Des millions de vies sont en danger et seul Alex peut agir.

Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
nowornever
  15 juin 2014
Toujours aussi intéressant de lire les aventures d'Alex Rider.
Dans ce tome, le héros rencontre un homme repenti mais qui a des projets diaboliques pour le monde... comme souvent d'ailleurs !
Mais l'auteur aborde des thèmes intéressants (charité, écologie...) qui nous amènent à nous interroger sur notre monde aussi.
Cependant, les rencontres que fait Alex sont répétitives mais le problème majeur reste la chronologie. 8 tomes = 8 missions en un an seulement. Peu probable...
Mais je ne me lasse pas, malgré tout ! :)
Commenter  J’apprécie          40
Anis0206
  21 avril 2016
encore une autre aventure du plus jeune espion du monde!!
Commenter  J’apprécie          71
bulbi300
  30 avril 2011
Comme les 7 premiers tomes ce livre est tout simplement super je l'ai lu en 4 jours et je ne pensais pas le lire aussi vite !! Toujours une super histoire de super gadgets et du suspense.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   10 février 2019
Ravi Chandra allait devenir un homme riche.

Cette seule pensée lui donnait le vertige. Dans les prochaines heures, il gagnerait plus d’argent qu’au cours des vingt dernières années. Une somme fabuleuse, payée en espèces et en main propre. Une nouvelle vie s’ouvrait devant lui. Bientôt il pourrait offrir à sa femme tout ce qu’elle désirait : des vêtements, une voiture, une alliance de diamant pour remplacer le mince anneau d’or qu’elle portait depuis leur mariage. Il emmènerait leurs deux jeunes fils à Disneyland, en Floride. Il irait à Londres voir jouer l’équipe de cricket indienne sur le célèbre terrain de Lord’s, rêve qu’il avait toujours caressé mais jamais cru possible.

Jusqu’à aujourd’hui.

Il se tenait assis, les épaules voûtées, contre la vitre du bus qui le conduisait au travail, comme chaque jour. Il faisait une chaleur torride. Les ventilateurs étaient en panne, une fois de plus, et bien entendu la compagnie ne se pressait pas pour les remplacer. Et on était au mois de juin, période de l’année connue en Inde du Sud sous le nom d’agni nakshatram. Autrement dit : étoile de feu. Le soleil était impitoyable. On avait du mal à respirer. La chaleur moite vous poissait la peau, de l’aube jusqu’à la nuit. La ville empestait.

Dès qu’il aurait l’argent, Ravi déménagerait. Il abandonnerait le deux pièces exigu qu’il occupait avec sa famille à Perambur, le quartier le plus peuplé de la ville, pour s’installer dans un endroit plus tranquille, plus aéré, plus spacieux. Il aurait un réfrigérateur rempli de bières et un grand écran à plasma. Franchement, ce n’était pas trop demander.

Le bus ralentit. Ravi avait effectué le trajet si souvent qu’il pouvait suivre son parcours les yeux fermés. Ils avaient laissé la ville derrière eux. Dans le lointain se dressaient des collines pentues, tapissées d’une végétation dense d’un vert profond. Mais l’endroit où le bus était arrivé évoquait plutôt un terrain vague, avec quelques palmiers émergeant des gravats, cerné par une forêt de pylônes électriques. La centrale se trouvait juste en face. Dans quelques instants, ils feraient halte à la première grille de sécurité.

Ravi était ingénieur. Son badge d’identité, avec sa photo et son nom complet – Ravindra Manpreet Chandra –, le décrivait comme opérateur d’unité. Il travaillait à la centrale nucléaire de Jowada, à cinq kilomètres au nord de Chennai, quatrième ville de l’Inde, autrefois connue sous le nom de Madras.

Il leva les yeux vers les immenses blocs multicolores, solidement protégés par des kilomètres de clôtures métalliques. Ravi pensait parfois que le fil de fer, sous toutes ses formes, était ce qui définissait le mieux Jowada. Fils barbelés, ronces, herses, fils téléphoniques. Sans compter les milliers de kilomètres de câbles qui acheminaient dans toute l’Inde l’électricité produite par la centrale. Il était étrange de songer que lorsqu’une personne allumait sa télévision à Pondichéry ou sa lampe de chevet à Nellore, le courant venait de Jowada.

Le bus s’arrêta au poste de sécurité, gardé par des sentinelles armées et des caméras de surveillance. Depuis les attaques du 11-Septembre à New York et Washington, toutes les centrales nucléaires du monde entier étaient classées comme cibles terroristes potentielles. À Jowada, on avait ajouté des barrières et augmenté les forces de sécurité. Pendant longtemps, ce surcroît de précautions avait été pénible à vivre : des vigiles étaient prêts à vous sauter dessus au moindre éternuement. Mais ils étaient peu à peu devenus paresseux. Le vieux Suresh, par exemple, qui montait la garde au poste de contrôle extérieur. Il connaissait tous les passagers du bus. Il les voyait à la même heure chaque jour : arrivée à sept heures et sortie à dix-sept heures trente. Parfois, il les rencontrait en ville, quand ils flânaient devant les boutiques de Ranganathan Street. Il connaissait leurs femmes et leurs fiancées. Il ne lui serait pas venu à l’idée de leur demander une pièce d’identité ni de vérifier ce qu’ils apportaient à la centrale. Il fit signe au bus de passer.

Deux minutes plus tard, Ravi en descendit. C’était un petit homme maigre à la peau grêlée, avec une moustache mal perchée au-dessus de la lèvre supérieure. Il était déjà vêtu d’une combinaison de protection et de chaussures à bout renforcé, et portait une boîte à outils. Celle-ci faisait partie de lui, comme un bras ou une jambe.

Le bus s’était immobilisé à côté d’un mur en brique percé d’une porte qui, comme toutes les portes à Jowada, était en acier massif, conçue pour arrêter la fumée, le feu, voire une frappe directe de missile. Un autre vigile et des caméras de télévision en circuit fermé surveillaient la descente des passagers. Une fois la porte franchie, un corridor blanchi à la chaux conduisait aux vestiaires, l’un des rares endroits du complexe sans air conditionné. Ravi ouvrit son placard (dont l’intérieur de la porte s’ornait d’une affiche de Shilpa Shetty, une star de Bollywood), et en sortit un casque de sécurité, des lunettes de protection, des protège-tympans et un blouson fluo. Il prit également un trousseau de clés. Comme dans la plupart des centrales nucléaires, il y avait très peu de cartes magnétiques ou de serrures électroniques sur les portes de Jowada. Cela faisait partie des mesures de sûreté : les clés manuelles fonctionnaient en cas de panne de courant.

Toujours muni de sa boîte à outils, Ravi s’engagea dans un autre corridor. Lors de son arrivée ici, il avait été étonné par l’extrême propreté des lieux – surtout en comparaison de la rue où il habitait, creusée de nids-de-poule remplis d’eau stagnante, jonchée de détritus et des déjections des bœufs qui tiraient des charrettes en bois entre les voitures et les autorickshaws1. Il tourna à un angle et arriva au dernier poste de contrôle, l’ultime barrage avant de pénétrer véritablement dans la centrale.

Pour la première fois, Ravi se sentait nerveux. Il savait ce qu’il transportait. Et ce qu’il s’apprêtait à faire. Que se passerait-il s’il était arrêté ? Il finirait sans doute sa vie en prison. On racontait les pires histoires sur la prison centrale de Chennai, où les détenus étaient confinés dans de minuscules cellules souterraines et recevaient une nourriture tellement répugnante que certains préféraient mourir de faim. Mais il était trop tard pour faire marche arrière. La moindre hésitation, le moindre geste suspect étaient le plus sûr moyen de se faire prendre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   10 février 2019
Un grand miroir occupait le fond du couloir. Alex eut un choc en apercevant son reflet. On lui avait fait une horrible coupe de cheveux qui le vieillissait d’au moins deux ans. Mais, surtout, il avait une allure pitoyable. Le survêtement était d’une infecte couleur violine, trop grand pour lui et maculé de taches, ce qui laissait penser qu’il était incapable de manger proprement. Il avait le teint pâle et maladif. Les lunettes étaient d’une laideur calculée : une monture en plastique noire avec des verres épais, posée légèrement de travers sur son visage.

Non seulement la drogue paralysait ses muscles, mais elle transformait la forme de son corps. Sa mâchoire inférieure pendait, son regard était vitreux. Alex savait parfaitement ce qu’ils cherchaient à faire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   10 février 2019
Soudain, il perçut un mouvement devant lui. Les broussailles s'écartèrent. Alex se figea. Un animal, petit et sombre, à demi caché derrière les hautes herbes, se dirigeait vers lui. Une terreur incontrôlable saisit Alex, la même que celle qu'il avait ressentie devant les crocodiles. Puis il se détendit. C'était un phacochère. L'animal fixait sur lui ses petits yeux noirs. Son groin retroussé humait le vent. Il se posait sans doute la même question chaque jour. "Est-ce que ça se mange ?" Le phacochère sembla décider que non. La créature était trop grande pour lui et probablement pas à son goût. Il fit demi-tour et disparu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   10 février 2019
La nuit semblait être tombée de bonne heure sur Liverpool Street. Il était à peine seize heures trente quand Jack et Alex émergèrent de la station de métro. Les réverbères commençaient à s’allumer. Les banlieusards rentraient déjà chez eux au pas de course, arrachant au passage les journaux gratuits dans les présentoirs. Un brouillard léger voilait les lumières qui brillaient bizarrement aux fenêtres des bureaux. On aurait dit qu’elles ne parvenaient pas à percer le monde extérieur.

Un coup violent dans la poitrine.

Le souffle coupé.

Le trottoir dur et froid qui se précipite vers lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   10 février 2019
L'argent est le dieu du XXIème siècle! poursuivit McCain d'une voix apaisée. L'argent nous divise et nous définit. Il se suffit plus d'en avoir assez. Il faut en avoir énormément. Regarde les banquiers avec leurs salaires exorbitants, leurs bonus, leurs extra, leurs parachutes dorés. Pourquoi avoir une seule maison quand on peut en avoir dix? Pourquoi faire la queue à l'aéroport quand on peut posséder son propre jet privé?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Anthony Horowitz (40) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anthony Horowitz
Entretien avec Anthony Horowitz à l'occasion de la rencontre entre l'auteur et les lecteurs de Babelio.com le 19 mars 2018. Découvrez les 5 mots choisis par l'auteur pour évoquer son roman "Comptine mortelle".
Un grand merci à Fabienne Gondrand pour l'interprétation.
La page du livre : https://www.babelio.com/livres/Horowitz-Comptine-mortelle/1029323
Retrouvez-nous sur : F A C E B O O K : Babelio T W I T T E R : @Babelio I N S T A G R A M : @babelio_ P I N T E R E S T : Babelio S N A P C H A T : babelio_off
autres livres classés : espionnageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

L'île du crâne

Qui est le personnage principal ?

David Eliot
Jeffrey
Wilams Rufus
Roger Bacon

4 questions
234 lecteurs ont répondu
Thème : L'Ile du Crâne de Anthony HorowitzCréer un quiz sur ce livre