AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782714458186
384 pages
Belfond (01/10/2015)
4.24/5   21 notes
Résumé :
Le 21 septembre 2001, le torse d'un jeune garçon noir est retrouvé dans la Tamise. Certaines mutilations sur son corps donnent à penser qu'il pourrait s'agir d'un crime rituel. Scotland Yard décide de faire appel à Richard Hoskins, professeur de théologie à l'université de Bath. Spécialiste des religions tribales d'Afrique, Richard a longtemps vécu au Congo avec son épouse Sue. Mais, alors que tous deux pensaient s'y établir définitivement, une tragédie avait précip... >Voir plus
Que lire après L'enfant dans la TamiseVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
4,24

sur 21 notes
5
6 avis
4
7 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis
Le corps mutilé, démembré et décapité d'un enfant noir a été retrouvé dans les eaux de la Tamise. Impossible pour la police de l'identifier. Il se fera surnommer Adam... Richard Hoskins, alors maître de conférence en religions africaines à l'université de Bath Spa, dans l'ouest de l'Angleterre, reçoit en janvier 2002 l'appel d'un inspecteur de Scotland Yard, Will O'Reilly, qui fait partie de la division chargée des homicides et de la grande criminalité. Parce qu'il a commenté à la radio le meurtre du petit Adam, la police sollicite son aide pour résoudre cette sombre affaire. Alors qu'il suggérait éventuellement un meurtre muti, il doute, maintenant qu'il a appris que les organes génitaux étaient restés intacts. Commence alors pour lui un long travail, comparant les traditions des guérisseurs sud-africains, afin d'expliquer, autant que possible, ce meurtre macabre. Cette enquête va faire resurgir ses souvenirs d'Afrique, lui qui a vécu quelques années à Bolobo, au Congo, à partir de 1986, avec sa première femme, dans le cadre d'une mission humanitaire...

Richard Hoskins nous offre un témoignage émouvant et poignant à la fois sur la violence toujours prégnante dans nos sociétés modernes et sur les croyances africaines. Aujourd'hui spécialiste des affaires africaines, il collabore toujours avec la police judiciaire britannique. Ce récit se compose de deux parties distinctes: l'une retrace le parcours personnel du jeune professeur qu'il était alors lorsqu'il vivait au Congo. Il nous décrit la misère mais aussi la bienveillance et l'accueil chaleureux du peuple africain. L'autre partie concerne l'enquête en Angleterre, les rebondissements et les fausses pistes. L'auteur décrit avec minutie les rites et les croyances, les sangomas, la montée de l'église évangéliste, la "délivrance" pratiquée sur les enfants. À la fois passionnant et sidérant. Sidérant de constater que, sous prétexte de rites, les sociétés occidentale et africaine continuent ces pratiques.
Un témoignage saisissant, riche et fort bien documenté...
Commenter  J’apprécie          591
Bien que publié chez Belfond, très portée sur la fiction, ce livre n'est pas un roman mais bien un témoignage, celui de Richard Hoskins, professeur de théologie à l'université de Bath et spécialiste des religions tribales d'Afrique, qui a du résoudre au début des années 2000, un fait divers qui a défrayé la chronique en Angleterre, avec la découverte du corps d'un jeune garçon noir, dont le corps était couvert de stigmates.

Le fait que l'auteur nous raconte une histoire vraie rend l'histoire plus terrifiante et angoissante encore, plus que certains thrillers, dont certains de Mo Hayder qui avait utilisé la magie noire et les vaudous comme toi de fond.

Ici, la frontière entre la fiction- façon dont Hoskins raconte à la manière e'un bon polar rythmé- et le réel est prégnant pendant toute la lecture, d'autant plus que comme dans tout bon polar, cette enquete va renvoyer Hoskins à ces démons intérieurs, à travers une vieille histoire personnelle qui s'est déroulée au Congo dix ans auparavant et qu'il n'avait pas fini d'exorciser.

Bref une enquête à la fois complexe, singulière et fascinante, à base d'ingrédients forcément angoissants, à base d'histoire vaudous, de trafics d'enfants et de rites sacrificiels.. Une lecture idéale pour Halloween? Oui à condition d'avoir le coeur bien accroché tout de même...
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
Commenter  J’apprécie          250
Je ne commets pas souvent des longs compte-rendus, mais me parait s'imposer cette fois puisque le sujet est aussi tragique qu'actuel du fait des vagues migratoires croissantes en direction de l'Europe. Lisez ce document exceptionnel et jugez-en vous-meme. Ne le lisez cependant pas pour vous donner des frissons a bon compte car les souffrances extremes d'enfants qui y sont relatées sont réelles. Ne le lisez pas non-plus si vous avez peur de confronter votre existence d'Européen(ne) bien nourri(e) et en sécurité a cette terrible réalité de notre époque.

Les événements relatés par Richard Hoskins se déroulent entre mars 2001 et septembre 2012 en se situant alternativement en Angleterre et au Congo. C'est un témoignage direct sur un mal trop peu connu - le "kindoki" - mais qui fait beaucoup de victimes parmi les enfants africains, soit en Afrique de l'Ouest et en particuloer au Congo, soit en Europe et particulier en Angleterre. Lisez mes cinq citations sur le livre et vous aurez déja une idée de ce mal. A son origine, d'apres les informations recueillies par l'auteur au Congo et en Angleterre, se trouve l'interprétation déjantée de la Bible par certains pasteurs africains liés au fondamentalisme chrétien et notamment au courant du "kimbanguisme".

Les migrants africains fideles ou pasteurs de ces courants de fondamentalisme chrétien - proliférant, parait-il, comme des champignons en Afrique de l'Ouest - apportent avec eux en Europe cette religiosité dévoyée dont l'un des éléments consiste en la croyance en la "possession" maléfique d'enfants dont le comportement dévie de la norme ou qui sont accusés par leur famille d'attirer le mauvais sort. En réponse a ce diagnostic de "possession", l'entourage adulte des enfants concernés se met en devoir "d'exorciser" ceux-ci en les privant de nourriture et d'eau, voire parfois en les martyrisant physiquement jusqu'a la mort. Par ailleurs, dans les pays africains concernés, certains pasteurs locaux de ces courants religieux usent de leur influence sur leurs fideles pour les convaincre de leur confier leurs enfants a fins "d'exorcisme". Une fois ces enfants en leur pouvoir, ces pasteurs les affament - parfois jusqu'a la mort - sous prétexte d'exorcisme tout en taxant les parents pour le "service" offert.

L'auteur a également découvert au Congo que les enfants confiés pour "exorcisme" a des pasteurs locaux aux motivations louches sont également une source d'approvisionnement d'un trafic d'enfants en direction de l'Europe ou les victimes servent a frauder les aides sociales, deviennent des esclaves sexuels ou subissent un sort pire encore... L'enquete policiere a ainsi déterminé que le petit garcon trouvé dans la Tamise avait lui-meme été illégalement apporté en Angleterre via l'Allemagne (tous deux membres de l'UE a l'époque) en vue d'y etre sacrifié selon un rituel et dans un but n'ayant malheureusement pu etre élucidés du fait d'un cafouillage des services d'immigration britanniques qui ont expulsé les coupables avant que ceux-ci puissent etre arretés.

Il est bien dommage que ce livre n'ait eu plus d'écho a sa sortie en France en 2015 car rien ne prouve que ce pays soit moins touché par le trafic d'enfants en provenance d'Afrique (ou d'ailleurs) que ne l'était la Grande-Bretagne avant le Brexit. Il en fut autrement en Angleterre a sa sortie en 2012 et on peut se demander s'il n'a pas contribué au Brexit (2020) puisque l'appartenance du pays a l'Union Européenne s'accompagnait forcément d'une porosité de ses frontieres avantageuse pour les trafiquants d'etres humains.

Assurément ce livre gagnerait a etre mieux connu a une époque ou les migrations massives en provenance d'Afrique de l'Ouest (et d'ailleurs) ne peuvent que multiplier les tragédies comme celui de cet enfant démembré trouvé dans la Tamise et qui a probablement été sacrifié. le sacrifice humain parait en effet etre un autre effet pervers des croyances dévoyées propagées en Afrique par des pasteurs locaux de certains courants chrétiens fondamentalistes. A l'origine de ces sacrifices d'enfants se trouvent d'antiques pratiques africaines de sacrifices d'animaux devenues dans le contexte de sectes chrétiennes fondamentalistes et par un processus criminel non encore élucidé sacrifices humains tel celui de l'enfant de la Tamise.

Comme l'auteur le souligne dans son livre, les traditions africaines ne sont pas en cause et encore moins les Africains eux-memes, mais la collision entre la grande pauvreté d'une partie de l'Afrique et des courants religieux chrétiens fondamentalistes dont certains pasteurs pervertissent les traditions locales du fait de leur ignorance du message christique ou par intéret personnel. S'ajoute a cela l'action destructrice de malfaiteurs trafiquants d'enfants en direction d'une Europe dépassée par l'ampleur de l'mmigration illégale.
Commenter  J’apprécie          00


L'enfant dans la tamise, Richard Hoskins, Belfond 2015.

Je n'inaugure pas ces chroniques avec la plus facile des lectures, ni la plus joyeuse. "L'enfant dans la tamise" traite de sujets très difficiles et même s'il le fait avec tact et retenue, l'ensemble n'en est pas moins éprouvant.
Le fait que ce livre soit un témoignage et non une fiction renforce le malaise. On parle ici de "meurtres rituels et sorcellerie dans le Londres d'aujourd'hui", comme l'annonce la première de couverture.
Le narrateur, professeur de théologie proche de la quarantaine, est entraîné, presque malgré lui, dans une enquête terrifiante et obsédante. Il s'agit de découvrir les circonstances de la mort d'un jeune enfant dont on a retrouvé le corps dans la tamise. Grâce à plusieurs années passées en Afrique, le narrateur se persuade très vite qu'il s'agit d'un meurtre rituel. Nous allons suivre, sur plusieurs années, le récit de cette véritable plongée en enfer dont personne ne peut sortir indemne, y compris le lecteur (je préfère insister sur ce point).

C'est donc un témoignage. Richard Hoskins en évite habilement les pièges. Si le style n'est pas toujours irréprochable (traduction ?), le livre peut se lire d'une traite grâce à de courts chapitres, bien organisés. de plus, l'alternance, au début du récit, entre l'histoire africaine de l'auteur et les prémices de l'enquête rythme énergiquement la lecture. J'ai dévoré la moitié du témoignage sans m'en apercevoir. Et pourtant, l'auteur évite le sensationnel et le macabre quand c'est possible. Il garde aussi une pudeur salvatrice.

Au niveau des défauts, peu de choses, si ce n'est la fin, à mon avis mal maîtrisée. En effet, il aurait sans doute été plus judicieux de finir le livre sur l'affaire principale alors que l'auteur s'embarque dans deux ou trois autres affaires qu'il ne fait qu'effleurer. Cela rallonge un peu le livre que j'avais lu d'une traite jusque là. Rien de bien dramatique.
Le constat est effrayant. Entre des mains mal intentionnées il peut déclencher les habituels "tous les mêmes", "que des sauvages" etc. Etc. Pourtant, l'auteur est amoureux de l'Afrique et des Africains et prend bien soin de ne pas mettre tout le monde dans le même panier.

Enfin, dernière petite remarque, pour les éthnocentristes maintenant, il y a quatre lignes sur la France et plus particulièrement sur les actions de la France dans ce domaine précis. Ce n'est pas joyeux. Vous me direz que c'est un Anglais qui écrit que les autorités françaises ne font strictement rien et ferment les yeux sur les pratiques religieuses déviantes. Bah oui... Mais je ne sais pas pourquoi, on a tendance à le croire.
Commenter  J’apprécie          20
Coeurs sensibles, ne vous abstenez pas de lire L'enfant dans la Tamise, ce serait trop dommage de vous priver de ce livre magnifique. Mais sachez à quoi vous vous exposerez. Ce documentaire vous précipitera dans les horreurs de meurtres rituels d'enfants au coeur du Londres d'aujourd'hui. Ce n'est pas sans nausées que j'ai lu ce livre douloureux.

Richard Hoskins est professeur. Il enseignait les religions africaines à l'université de Bath, en 2002, lorsqu'il a été contacté pour la première fois par Scotland Yard pour aider la police à élucider un meurtre atroce, celui d'un enfant retrouvé dans la Tamise, sans tête et démembré. Un torse. Ce jour-là, la vie du tranquille universitaire bascule. D'enseignant, il devient expert en criminologie spécialisé dans les actes de torture et les assassinats perpétrés sur des enfants au nom de religions africaines. Hélas, la Grande Bretagne a besoin de tels experts.

La plume de l'auteur est tellement fluide qu'à de nombreuses reprises, je me suis surprise, moi qui en général n'aime pas les polars, à croire que j'en avais un entre les mains, et un bon, en plus. Quelle ironie… Et lorsque l'horreur des évènements, la profusion des détails légistes et la narration bibliographique m'ont ramenée à la triste réalité, loin d'interrompre ma lecture pour respirer comme j'aurais pu si le livre avait été trop académique, je n'ai eu de cesse de la poursuivre pour voir les salauds arrêtés et les enfants sauvés.

Ouf…

Richard Hoskins témoigne dans ce documentaire avec un courage exemplaire. Dans l'objectif de dénoncer la radicalisation des églises chrétiennes en Afrique de l'Ouest et la perversion de leurs branches européennes, il s'oppose à des sectes richissimes. La médiatisation des affaires criminelles, à laquelle il a pris une large part, devrait certes ouvrir les yeux des immigrés en provenance d'Afrique sur les dérives de leurs gourous, mais le risque d'amalgame est grand. Il ne se prive pas de le dire, d'ailleurs, lors des différents procès où il témoigne, afin que les jurés ne tombent pas dans le piège.

Amalgame ? Ne pas confondre les religions et leur radicalisation. Les évènements relatés dans L'enfant dans la Tamise se passent à Londres et aujourd'hui. Des actes perpétrés au nom de rituels religieux, mais qui n'ont plus rien de religieux. La chrétienne Afrique de l'Ouest, si chère au coeur de Richard Hoskins, ne doit pas souffrir de la barbarie menée par des mouvements extrémistes. Un message facile à transposer à d'autres amalgames, en ces périodes incertaines, n'est-ce pas ?

J'ai lu L'enfant dans la Tamise dans le cadre du Grand prix des lectrices ELLE 2016 et remercie profondément les organisateurs du prix de m'avoir permis de découvrir ce documentaire bouleversant.
Lien : http://akarinthi.com/mes-cou..
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (1)
Telerama
28 octobre 2015
En enquêtant sur la mort du petit Adam, découvert mutilé, le criminologue Richard Hoskins s'est trouvé confronté à ses propres démons. Bouleversant.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
— Cela fait trois jours qu’elle n’a rien bu ni mangé. Elle est atteinte de kindoki. Nous la préparons afin de la délivrer de ce mauvais sort.

C’en était trop pour Ronke. Elle a explosé. Elle lui a servi en anglais une de ces tirades dont les Africains ont le secret, l’accusant de maltraitances. Pendant qu’elle parlait, j’ai vu un autre homme s’approcher. Il portait un costume bleu clair en tissu moiré visiblement taillé sur mesure. Sa monture de lunettes, ses bracelets et sa montre semblaient en or véritable. J’ai jeté un œil à ses chaussures : c’était de la peau de crocodile de la meilleure qualité.

Le pasteur venait d’arriver.

Sa nonchalance affichée était insupportable. Une petite fille hagarde qui n’avait rien bu ni mangé depuis trois jours était assise sur un banc, à quelques centimètres de nous, et cet homme qui se présentait comme le représentant du Christ sur terre nous a expliqué le plus naturellement du monde que, à cause du terrible kindoki qui l’habitait, elle devait jeûner afin d’être prête pour la délivrance.

Je frissonnais à l’idée de ce qui pouvait bien se cacher derrière ce mot. Nous devions faire quelque chose.
Commenter  J’apprécie          00
La police n’a pas lésiné sur les moyens pour mener cette enquête qui a duré dix ans. Les gens qui avaient emmené Ikpomwosa en Grande-Bretagne, comme des dizaines d’autres enfants, ont été mis sous les verrous, mais aucun n’a été jugé responsable de son meurtre. Sa mort me hante encore, et je sais que je ne suis pas le seul.
Commenter  J’apprécie          00
Je suis bien obligé de me rappeler que le monde dans lequel je travaille n'est pas défini par la race, la culture, l'âge ou le genre. On a beau tenter de mettre sur le compte de la tradition, d'une responsabilité atténuée ou de la folie les actes atroces commis au nom de pratiques rituelles et d'un fondamentalisme absurde pour tenter de soustraire leurs auteurs à la loi, ce n'en sont pas moins des crimes contre les autres. Il est inutile de chercher à se rassurer en essayant de croire que ces horreurs sont le propre de contrées lointaines, d'un horizon qui n'est pas le nôtre. Tout cela est en germe dans le monde dans lequel nous vivons, et en chacun de nous. 
Commenter  J’apprécie          161
Au matin de l'ouverture du procès, le ciel était couvert et bruineux. Pour me rendre au tribunal, j'ai choisi d'emprunter le pont, afin d'éviter les journalistes. Levant les yeux vers le dôme de l'édifice, j'ai aperçu la silhouette dorée de la Justice, son glaive dans la main droite tendue vers le ciel, la balance dans la main gauche. Au fronton de l'entrée figurait l'inscription suivante: Défendre les enfants des pauvres et punir les malfaiteurs.
Commenter  J’apprécie          70
Quelques secondes après notre atterrissage, des enfants sont sortis des herbes hautes pour nous souhaiter la bienvenue avec des cris et des rires.
Mais si leurs sourires étaient radieux, leurs vêtements étaient déchirés et crasseux, leurs ventres gonflés par leur malnutrition, leur peau couverte de lésions et de taches de dépigmentation; la plupart d'entre eux étaient pieds nus.
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Richard Hoskins (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Richard Hoskins
Le britannique Richard Hoskins nous plonge au coeur de la sorcellerie africaine !
autres livres classés : afriqueVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus

Lecteurs (55) Voir plus



Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1804 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..