AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9791093363073
243 pages
Éditeur : Flamant Noir (30/09/2014)

Note moyenne : 3.85/5 (sur 27 notes)
Résumé :
Léo et son fils, Thomas. Esther et sa fille, Morgane. Ils décident de passer des vacances ensemble. Les premières pour cette famille recomposée. L'endroit : une maison isolée, en bord de mer dans un coin perdu de Bretagne. Seulement, Thomas déteste son père. Il lui en veut de refaire sa vie après "le drame"... Il déteste aussi Esther, déteste ces vacances et déteste cet endroit. C'est vide. Dépeuplé. Il n'y a rien à faire ici... Il voudrait aussi détester Morg... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
BlackKat
  09 octobre 2015
Léo et Esther sont deux êtres modernes… seuls avec enfant, en recherche d'une seconde chance…
Ils décident de refaire leur vie ensemble et de démarrer la cohabitation de cette famille recomposée dans une maison de vacances isolée, en Bretagne, au borde de mer.
Histoire que Thomas, fils de Léo, et Morgane, fille d'Esther, sensiblement du même âge, puissent s'apprivoiser et acceptent chacun la présence d'une belle-mère et d'un beau-père.
Tout aurait dû bien se dérouler…
Oui, mais voilà, rien ne va…
Le seul voisin est bizarre, la maison de location l'est tout autant et ses hôtes sont tout sauf détendus!
Et la tension monte et la menace se fait de plus en plus prégnante…
Comment ses vacances vont-elles se terminer?
C'est un roman que j'ai lu il y a presque un an… une lecture fastidieuse et insipide de prime abord. Mais étant dans une mauvaise passe à ce moment, j'ai mis mon ressenti sur le compte de mon état d'esprit.
La couv' et la 4ème de couv' me plaisaient bien pourtant…
Je viens de le relire, de lui donner une seconde chance…
Mais rien, toujours rien…
Le courant n'est pas passé…
Les références d'ambiance à la Hitchcock ou King sont évidentes et les personnages sont trop caricaturaux ou trop déséquilibrés pour que je me sois laisser prendre au fil de l'histoire.
Nous avons un père qui entre dans des colères disproportionnées envers son fils, un fils reclus dans son monde qui en veut à son père, nous avons une mère mystérieuse et une fille qui adore torturer les petits animaux, et nous avons un « fantôme » trouble qui cherche vengeance…
Nous enfermons ces quatre personnages dans une maison pas très nette, avec de surcroît un étranger obscur, au milieu de presque nulle part dans un huis-clos étouffant que même les embruns marins n'arrivent pas à oxygéner.
On secoue le bocal et nous avons des tas de mauvaises ondes qui se télescopent pour retomber dans un final sanglant.
Ouaip, mais la lectrice que je suis n'a pas eu la tension qui monte en même temps que le pourcentage de menace affiché, ni au fil des courts chapitres, ni dans les sauts entre les différents personnages.
Je me suis dit qu'aucun n'était sain ni normal. Je me sentie dans la quatrième dimension ou la cinquième…
L'écriture est pourtant bien incisive, rythmée et agréable!
Mais ce roman manquait de crédibilité à mon sens. Ou était-il trop court pour que je me laisse happer dans l'angoisse… Dommage…
Lien : http://livrenvieblackkatsblo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Garoupe
  05 novembre 2014
Thomas. Léo. Esther. Morgane. Et l'inconnu de la maison.
Léo est veuf depuis 2 ans et élève seul son petit garçon, Thomas, 12 ans. Il y a 6 mois, il a rencontré Esther, veuve et mère de Morgane, 12 ans également. Léo déteste Esther qu'il voit comme une intruse et le mois de vacances qu'ils vont tous devoir passer ensemble, en Bretagne, au bord de la mer. Il déteste d'ailleurs aussi la maison de location, son père. Un peu tout.
Autant le dire tout de suite, les premières pages m'ont paru insipides…
Et puis, tout ce petit monde se retrouve dans la maison de vacances,
Et puis, il y a la maison un peu plus loin, mystérieuse et attirante,
Et puis, il y a l'étrange attitude de Morgane qui fait accuser Thomas, déjà peu en odeur de sainteté auprès de son père, d'avoir torturé et tué des scarabées,
Et puis, il y a la baignoire maculée de sang surgie d'un passé trouble,
Et puis, il y a les accès de colère de Léo, envers son fils, envers son ancienne femme, envers Esther,
Et puis, il y a le passé qu'Esther cache à Léo, les photos d'elles qu'elle n'a jamais montrées et ces lettre en cyrillique,
Et puis, il y a les cachets que Morgane devrait prendre,
Et puis, il y a la rage de Thomas, contenue, et ses provocations face à son père,
Et puis, il y a une première lettre anonyme,
Et puis… la menace et la tension grandissent !
Il n'y a que peu de victimes, en dehors des absents (Mathilde, la mère de Thomas, et dans une moindre mesure le père de Morgane), il y a au contraire beaucoup de coupables. Léo est hanté par la mort de sa femme sans que l'on sache très bien s'il se sent coupable de cette mort ou coupable de ne pas savoir élever son fils ; Thomas est hanté par la haine qu'il a de son père, le silence dans lequel il se réfugie et qui est mis à mal par la présence un peu fantomatique de Morgane mais qui agit sur lui comme un évènement déclencheur ; Esther est hantée par son passé qu'elle ne veut pas dévoiler ; Morgane est hantée par une sorte de force qui émane d'elle aux forts relents maléfiques ; même la maison de location semble hantée par un passé inavouable qui déteindrai sur les occupants.
Les premières pages de mise en place qui coïncident avec le départ de Thomas et Léo de Paris pour la Bretagne ne me laissaient pas entrevoir la force de ce qui allait suivre… mis à part le renversement de rôles qu'elles contenaient entre Léo, figure paternelle allégrement bafouée par son fils, et Thomas qui du haut de ses 12 ans ne réagit déjà plus comme un enfant mais développe des sentiments négatifs d'adultes. Léo semble vouloir a tout prix faire comme si de rien n'était, faire comme si le fait de ne pas mettre de mot sur quelque chose vidait cette chose de son contenu, de sa substance, attitude inverse chez Thomas même s'il n'arrive pas à aller au bout de ses pensées.
Chaque personnage apporte sa propre tension à l'histoire et Muriel fait monter la sauce au fur et à mesure en mêlant tout cela, en incorporant les évènements du passé au déroulement de son histoire dans le présent et en matérialisant le début de ses chapitres avec une date, une heure et un taux de menace sous forme d'un pourcentage en constante croissance.
Le passage à l'âge adulte semble avoir flouté la vision des parents, Léo et Esther, tout au partage de leur bonheur naissant. Les enfants usurpent alors le rôle de leurs parents et c'est par eux, leurs attitudes, leurs manigances, que Muriel fait passer l'angoisse de son récit qui en devient palpable, qui prend consistance petit à petit. La maison de location devient le catalyseur de cette tension soulignée par la présence répétitive des mouettes, sorte de choeur antique qui par ses cris annonce le drame, sorte d'hommage aux oiseaux d'Hitchcock, Muriel Houri devant être a priori une fan du cinéaste de l'angoisse.
Muriel Houri joue sur les faux semblants et plutôt bien qui plus est, sans que l'on sache réellement lequel des protagonistes est le plus dangereux tant ils le sont tous à leur manière. Muriel parvient aussi à jouer habilement entre les thèmes fantastiques, psychologiques, « thrillesques »… une petite touche de l'un, un soupçon de l'autre, un rien du troisième… et, en ayant conscience d'abuser d'un artifice dialectique éculé dans le monde du thriller, Muriel surprend son lecteur tout au long du livre, en racontant à chaque fois ce que j'appellerai « l'instant d'avant » c'est-à-dire sans jamais aller au bout de la scène qu'elle décrit, sans aller au bout de son action pour mieux laisser le lecteur imaginer seul la suite qui paraîtrait logique de cet instant et pour mieux en prendre le contrepied et changer la donne, pour mieux lui faire croire ce qu'il souhaite croire et pour mieux le détromper ensuite.
Chez Muriel Houri, tout le monde est coupable de quelque chose, le tout est de déterminer le degré réel de culpabilité de chaque individu par rapport aux autres, les objets n'étant pas les plus inanimés de l'histoire...

Lien : http://wp.me/p2X8E2-hp
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
choupinette91
  18 décembre 2014
Du suspense, c'est ce qu'offre ce livre jusqu'à la fin!
Une écriture fluide et simple nous font basculer dans les entrailles de la Bretagne devenue dans un de ses petits villages meurtrière.
Léo et Thomas, son fils, sont en vacances près de la mer, dans une maison que Léo a loué pour l'occasion.
La petite amie de Léo, Esther et sa fille Morgane qui est du même âge que Thomas vont les rejoindre dans cette villégiature.
Mais tout bascule vite très vite et la menace est là mais qu'elle est-elle? Qui cherche à leur faire peur?
Que renferme cette maison dont le plombier dit qu'elle est "mauvaise"?
Léo et Thomas le seront bien assez tôt!
Quand à Esther et Morgane que cachent-elles?
Le doute plane jusqu'à la fin et cette dernière est d'abord difficile à comprendre mais quand on se penche sur les dernières pages, le livre continue et l'on y découvre la vérité!
Un thriller que l'on ne lâche pas et dont il est difficile d'oublier et de passer à une autre lecture.
Commenter  J’apprécie          50
yv1
  12 octobre 2014
Un thriller implacable, dès le début, on sent que la situation ne pourra que s'envenimer, et pourtant, il suffirait de peu pour que tout soit différent, simplement que Léo et Thomas se parlent calmement, mais aucun des deux n'en est capable. Lorsque les deux garçons arrivent à la maison de vacances, la colère entre eux deux est déjà bien installée et dure, mais lorsqu'Esther et Morgane arrivent, une tension encore plus nette s'installe. Dès lors, n'importe lequel des protagonistes peut faire exploser le groupe et en arriver aux pires exactions. Léo, désemparé qui ne sait plus parler à son fils et qui peut avoir des accès de colères terribles ? Thomas, mutique, qui hait son père et encore plus sa nouvelle compagne et sa fille ? Morgane, inquiétante, perverse ? Esther, qui semble douce, éthérée et qui cache un secret pas très avouable ? Tous ont un truc à cacher. Voilà où l'on en est dès les premières pages. Ajoutez-y des mouettes menaçantes (un peu comme dans Les Oiseaux, le film d'A. Hitchcock), et puis, dès la page 61, des chapitres en italique d'un homme mystérieux qui a transformé son apparence et en veut à un(e) ou des personnes de la famille recomposée peut-être bientôt décomposée. Tous les ingrédients sont là pour faire de ce thriller un bouquin qu'on a du mal à lâcher. En plus, la construction du roman aide à faire monter l'angoisse créée par la situation. Courts chapitres dans lesquels les informations sont diffusées au compte-gouttes, ajoutant à chaque fois une face du personnage concerné que l'on ne connaissait pas encore. Une irruption d'un plombier local faisant des révélations sur le passé de la maison, qui elle-même devient une source de tension. Et puis, cette belle idée de titre des chapitres : "Premier jour. Lundi. 8h43. Menace : 4%" (p.35), "Lundi. 11h23. Menace : 6%" (p.49), et comme ça pendant tout le livre, jusqu'aux inévitables 100% !
Trois voix pour ce thriller, celle de l'inconnu, en italique, celle de Léo et elle de Thomas. Muriel Houri fait bien la distinction entre toutes, notamment entre celles des adultes et celle de l'enfant, plus orale, enfantine, adolescente. Sa plume est directe, franche et va au plus court, c'est sans doute la raison pour laquelle son thriller ne fait que 243 pages, là où d'autres en font presque deux fois plus mais avec des longueurs, des considérations pas toujours utiles. Là, l'auteure ne fait pas dans la digression, et je l'en remercie, moi qui ne cours pas après les pavés parfois indigestes.

Je ne suis pas spécialiste ni vraiment amateur du genre thriller, je n'en ai pas beaucoup lu, je ne saurai donc pas dire si l'auteure a pris référence là ou là, si son histoire ressemble à telle ou telle. Ce que je sais, c'est qu'elle m'a tenu en haleine et que les quelques reproches que je lui faisais au long de ma lecture, disparaissent d'un coup à la fin par un final inattendu qui les éclaire. Que demander de plus ?
Lien : http://lyvres.over-blog.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
tribulationsdunevie
  11 mai 2015
Comment ne pas avoir envie de lire ce roman, ce thriller même, quand on découvre cette 4e de couverture ? Pour moi, juste impossible de passer à côté. Bon j'espérais juste que toutes ces bonnes choses annoncées en 4e seraient bien présentes. Suspense garanti.
Le décor est rapidement planté, et tant mieux, on ne perd pas de temps avec des futilités. Une maison plus qu'isolée en Bretagne, cadre idéal pour les premières vacances de cette famille recomposée. D'un côté les mâles: Léo le père et Thomas son fils de 12 ans, de l'autre la gente féminine représentée par Esther, la maman et Morgane, la fille du même âge que Thomas. Bon il faut bien avouer que mise à part les parents qui sont bien contents de se retrouver pour roucouler pendant un mois, l'ambiance n'est pas au top du top pour des vacances de folie.
Après cette mise en place, on se concentre individuellement sur chaque personnages, avec un accent particulier pour les deux ados: Morgane et Thomas. Et dès ce moment là, l'ambiance devient très, très, mais alors très pesante. Entre réactions disproportionnées, rêves cauchemardesques et réflexions étranges: on le sait, on le sent, le pire va arriver.... la question est: quand et sous quelle forme ?
Et au fil des chapitres, quand la menace ne cesse d'augmenter, l'angoisse devient totalement omniprésente dans la lecture. Ce qui est vraiment génial, c'est qu'on ne sait pas d"ou elle provient. Quel personnage est le plus dangereux? On ne peut que les soupçonner un par un d'être le mal. Peut-être le sont-ils tous? Peut-être que la mal va venir de l'extérieur? le lecteur est complètement perdu et se fait mener en bateau par l'auteure.
Et enfin, tout s'éclaire.... et ce n'est pas très beau à voir. Whaou, mais quelle fin angoissante, dégoûtante et violente. Alors pour le coup, si vous aimez les fins sanglantes, vous allez être servis. Je ne m'attendais pas du tout à un tel dénouement; d'ailleurs je mets au défi quiconque de la deviner. Im-po-ssible !!!
Muriel Houri nous offre avec "Menace" un thriller court mais vraiment intense. Tous les éléments que j'aime dans ce genre sont réunis pour une bonne lecture. Ambiance pesante, personnages angoissants, incertitude quant au prochain chapitre et un fin inattendue et scotchante. La plume est très efficace avec cette touche de complexité qui fait la différence. Une excellente lecture.
Lien : http://tribulationsdunevie.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
FlamantFlamant   08 octobre 2014
Il vaut mieux s'en aller la tête basse que les pieds devant”... Pour ne pas avoir tenu compte de cette philosophique réplique signée Michel Audiard dans “Archimède le Clochard”, des occupants vont payer cher d'être venus passer leurs vacances dans une maison perdue au bord de la côte bretonne. Ils croyaient trouver le calme et la tranquillité mais ils ont trouvé l'angoisse et la peur ! Avec ce thriller, Muriel Houri n'a rien à envier au grand Stephen King. Tout y est : le décor, les personnages, les mystères, les non-dits, les secrets,... Déjà la couverture était très alléchante et, bravo aux Éditions du Flamant Noir, car le lecteur (ou la lectrice) ne sera pas déçu(e) par le contenu du livre. Il est bien conforme au bel emballage. L'auteure sait tisser avec talent l'intrigue et faire monter le suspense. L'écriture est limpide, claire et précise. Dès que l'on a lu les premières pages, on est obligé d'aller au bout pour connaître les clés de l'histoire, pour savoir ce qui se passe réellement dans les têtes du père et de son fils, ainsi que dans celles de la copine du père et de sa fille. Tous portent de lourds mystères et l'on sent doucement monter une terrible menace (tiens! c'est le titre)... Le dénouement est surprenant et inattendu ! Un très bon thriller pour passer de bons moments... si l'on n'a pas peur d'avoir peur." (Xavier M - Yvelines)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
FlamantFlamant   08 octobre 2014
Menace .... de 0 à 100 en .......
Tout un programme, pour un thriller c'en est un, et un bon.
Généralement je me méfie lorsque je lis "impossible de reposer ce roman avant de l'avoir terminé" Mais la j'avoue être restée scotchée.
Samedi 14.30 .... 5% .... Dimanche 0.05 ..100%
Elle mérite vraiment d'avoir sa place auprès des maîtres du genre.
Une famille recomposée se retrouve pour un mois de vacances bien méritées ...mais qui cache quoi...Une intrigue qui monte en puissance au fil des chapitres, on croit deviner et on se trompe, on croit lire le mot fin ......Non, jusqu'à la dernière ligne le suspense sera présent.
Le % de la Menace est superbement bien calculé
Bref, munissez vous d'un sandwich, installez vous bien et commencez le décompte.
J'ai vraiment aimé ce livre à 100%
A quand le prochain Thriller de Muriel Houri ?
Vite .....
Merci à Flamant Noir Editions de nous faire découvrir des auteurs de ce genre ! ( Cathy - Québec)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
BlackKatBlackKat   20 janvier 2015
C'est drôle comme le fait de ne penser à rien peut vous rendre heureux. Pas de souci, pas d'inquiétude. Présent, passé, tout devient néant, broyé par le vide.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   10 août 2015
Les adultes comprennent si peu de choses. À croire qu’en grandissant il y a un truc qui se transforme dans la tête. Un décodeur qui grille, peut-être, ou une nouvelle version du logiciel cérébral qui se met en place, inadaptable à l’ancienne.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   10 août 2015
C’est comme un médecin qui ne se sépare jamais de ses ordonnances, sauf que lui, c’est de se connecter dont il a besoin. Déformation professionnelle. Le stéréotype de l’ingénieur en informatique incapable de se séparer de la machine.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1943 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre