AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Faith tome 2 sur 4
EAN : 9782375780077
128 pages
Bliss Comics (24/08/2017)
3.74/5   21 notes
Résumé :
Ces dernières semaines ont été riches en événements pour Faith Herbert que beaucoup connaissent comme étant la super-héroïne Zephyr. Depuis qu'elle est à Los Angeles, elle a sauvé la ville d'extra-terrestres, a un rendez-vous galant avec le gentil Archer, et est devenue chroniqueuse au sein du blog pro Zipline. Afin de ne pas être reconnue, la jeune femme porte perruque et lunettes. Grâce à son boulot, elle se fait de nouveaux amis et passent parfois des soirées che... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Presence
  02 septembre 2017
Ce tome fait suite à A la conquête d'Hollywood (épisodes 1 à 4 de la minisérie) qu'il vaut mieux avoir lu avant. Il comprend les épisodes 1 à 4 de la série continue, initialement parus en 2016, écrits par Jody Houser, dessinés et encrés par Pere Pérez pour les séquences du temps présent, et par Marguerite Sauvage pour les séquences oniriques, avec une mise en couleurs par Andrew Dallhouse. le premier épisode commence par 3 pages réalisées par Colleen Doran rappelant très succinctement les origines du personnage. Une seule de la vingtaine de couvertures variantes est reproduite en fin de tome.
Faith Herbert (sous son identité d'emprunt Summer Smith) participe à un jeu de rôle avec Klara, Jay (un collègue de travail, le copain de Klara) et 2 autres personnes. L'heure de la fin de partie étant arrivée, elle fait ses au revoir, mais Klara semble lui adresser des propos à double sens. Elle regarde Jay d'un drôle d'air, et finit par partir, tourner le coin de la rue, enlever ses habits civils et léviter dans le ciel de Los Angeles, dans son costume de superhéroïne. Elle repère un cambrioleur du coin de l'oeil, essayant de pénétrer dans un appartement par la vitre. Elle le neutralise et le remet aux mains de la police, mais sans pouvoir leur remettre des preuves de son cambriolage, du fait de son étourderie. le lendemain, elle arrive en retard au boulot et craint le courroux de Mimi, la rédactrice en chef du magazine internet Zipline pour lequel elle travaille. Mimi lui demande réaliser une colonne régulière sous son identité de Faith Herbert pour attirer les lecteurs.
Alors qu'elle est encore au travail, elle reçoit un message de Chris Chriswell (un bel acteur, un bellâtre même) l'invitant à faire une séance de photographies avec lui. Elle se met immédiatement à rêver de ce moment, avec du champagne. le soir, elle en discute avec Obadiah Archer. Elle s'y rend mais les choses prennent une tournure inattendue. Dans les épisodes 3 & 4, Faith Herbert emmène Obadiah Archer à une convention de comics. L'un et l'autre ont revêtu des déguisements de cosplayeurs, elle en aventurière pseudo médiévale, et lui en elfe (avec oreilles pointues). C'est l'occasion pour Faith de se souvenir de sa première convention et de revenir sur son amour des comics. Mais voilà que plusieurs stands sont victimes de vols. Archer & Zephyr passent en mode enquêteurs.
Les 3 pages récapitulatives de la vie de Faith Herbert sont les bienvenues pour qui n'aurait pas lu la série Harbinger (mais c'est un oubli à réparer d'urgence), ou encore le numéro zéro consacré à Zephir, en particulier pour sa brève participation à l'équipe Unity. le lecteur retrouve ensuite ce qui faisait le charme de la minisérie initiale. Jody Houser sait bien transcrire le caractère de Faith Herbert, à savoir celui d'une jeune femme avec un code moral cohérent sans être naïf, une bonne humeur entraînante malgré ses problèmes personnels, et des rêves de midinette. C'est un numéro d'équilibriste assez délicat que d'arriver à rendre crédible un personnage qui s'écarte du moule traditionnel des superhéros et de ses variations habituelles. Pour commencer, en se regardant dans le miroir pour s'apprêter avant de se rendre à son rendez-vous avec Chris Chriswell, Faith Herbert accepte son surpoids, non comme une fatalité, mais comme une facette de sa personnalité. Cette différence n'est ni perçue ni présentée comme une honte, mais comme une réalité dont Faith s'accommode.
La deuxième caractéristique de l'héroïne réside dans son optimisme et ses envies. Elle laisse son imagination s'emballer et se représente des aspects de sa vie ou un moment de son futur proche sous une forme romantique, enjolivée par les dessins plus aériens et enjolivés de Marguerite Sauvage qui dessine 3 pages par épisode. À ces moments, la scénariste permet à son héroïne de laisser s'exprimer son côté fleur bleu et romantique, pour un ton alliant sensibilité et humour, provoquant un sourire chez le lecteur qui est à la fois sensible à la petite exagération humoristique et à l'aspiration au bonheur simple. Houser fait ressortir ce caractère également au travers des 2 intrigues. Dans la première, Faith Herbert apparaît un peu inexpérimentée sur le plan sentimental, cherchant à rencontrer le bel acteur Chris Chriswell, mais juste pour satisfaire une forme douce d'idolâtrie, plutôt que pour envisager une relation sérieuse. À l'opposé, dans les épisodes 3 & 4, elle devient la personne d'expérience, servant de guide pour Obadiah Archer, afin de lui apprendre les us et coutumes comportementaux dans une telle manifestation. Lors du premier épisode, la scénariste introduit la proposition de chronique rédigée par Faith Herbert, et elle l'utilise par la suite. Elle le fait avec parcimonie, seulement quelques phrases venant commenter ce qui se passe du point de vue de Zephyr, pour un résultat léger ajoutant de la profondeur de champ à la narration.
Du point de vue de l'intrigue, Jody Houser se retrouve dans la position de devoir créer des adversaires de toute pièce pour Zephyr. Elle commence donc avec Chris Chriswell qui, après avoir piégé la superhéroïne, déclare tout de go qu'il sera son ennemi attitré (pour le peu de temps qu'il reste à vivre à Zephyr). C'est à nouveau un joli clin d'oeil à l'attention du lecteur, brisant avec élégance et discrétion le quatrième mur. C'est tout naturellement que l'ennemi de la deuxième partie et un voleur au sein de la convention de comics. Pour donner à voir ces aventures, Père Pérez dessine de manière descriptive, avec des traits de contours assurés et fin, pour une apparence propre et nette. Il s'attache à représenter les décors avec application et détails, sans qu'ils n'en deviennent surchargés. Il montre des aménagements intérieurs spécifiques en cohérence avec l'usage de chaque lieu, qu'il s'agisse de l'appartement de Klara aux pièces de petite taille, ou des grands halls du site de la convention. Il utilise les trucs et astuces pour ne pas dessiner d'arrière-plans avec retenue, pour conserver un bon degré d'immersion dans chaque environnement.
Comme Marguerite Sauvage, Pérez ne cherche pas à minimiser la surcharge pondérale de Faith Herbert, la représentant comme une obèse. Les autres personnages ont des morphologies diverses et variées, musculeuse pour Chris Chriswell conformément au type de rôles qu'il joue, plus élancée pour Obadiah Archer en respectant sa taille relativement petite, plus ou moins fine pour les autres personnages. Il habille les personnages avec des tenues variées comportant un bon niveau de détail, que ce soit les tenues civiles, ou les costumes de cosplayeurs. Les visages des protagonistes sont expressifs, sans que les moues ne soient exagérées. le lecteur se prend à plusieurs reprises, à sourire avec Faith Herbert du fait de sa bonne humeur et de son caractère enjoué. Il peut deviner l'état d'esprit des autres personnages, habités des émotions ordinaires, entre l'attention un peu empruntée d'Obadiah pour Faith, l'attention autoritaire de sa chef Mimi, les expressions sur-jouées à dessein de Chris Chriswell, la gêne passagère de Klara, etc.
Le lecteur apprécie à plusieurs reprises les talents de metteur en scène de Pere Pérez, surtout pour les effets comiques, sans être moqueurs. le ton de la narration repose en un équilibre délicat entre comédie de situation, récit de superhéros, et parodie légère. L'artiste sait trouver le bon dosage pour être en phase avec cette approche. Quand Summer Smith enlève ses vêtements civils pour faire apparaître son costume de Zephyr en-dessous, c'est à la fois un acte normal avant de léviter dans le ciel, mais aussi une parodie de ce cliché visuel propre aux récits de superhéros, du fait de cette perruque pas tout à fait crédible et de la morphologie inhabituelle pour une superhéroïne. Quand elle se réveille le lendemain, elle envoie balader toutes ses affaires, en bondissant hors de son lit, totalement en retard. Pérez sait également trouver l'expression juste quand Faith enlève sa perruque et ses lunettes devant Klara, en s'étonnant qu'elle ait pu la reconnaître malgré la qualité de son déguisement. Lorsque Faith se retrouve face à une autre elle-même, les réactions croisées sont également dépeintes avec astuce, similaires, sans être totalement identiques.
Le lecteur prend donc un vrai plaisir à côtoyer Faith Herbert, une jeune femme pleine d'entrain, avec des aspirations simples, sans être naïves, une belle morale et une vraie gentillesse. Il a du mal à prendre les ennemis au sérieux, ne sachant pas trop s'il s'agit de créations jetables ou non, malgré le temps que la scénariste prenne le temps de leur donner une histoire personnelle. Jody Houser sait conduire son intrigue en équilibre entre l'hommage à la culture geek (essentiellement superhéros, mais pas seulement), légère dérision pour donner le sourire à son lecteur, et réelle sensibilité sans condescendance. le lecteur éprouve une forte empathie pour le courage tout en douceur de Faith Herbert. Cependant cette narration très agréable laisse un petit goût d'insuffisant, malgré les qualités de la narration graphique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
lemillefeuilles
  25 août 2021
Bien que j'ai apprécié ce second tome, je ne l'ai pas non plus trouvé extraordinaire. Lu il y a quelques temps déjà, j'en ai oublié une énorme partie. J'ai toutefois apprécié suivre Faith dans cette nouvelle aventure.
Cette fois, Faith participe à un jeu de rôle avec d'autres personnes et se retrouve rapidement embarquée dans de nouvelles histoires...
Je ne garde pas un souvenir très précis de ma lecture mais j'en ai en tous cas apprécié l'histoire globale et surtout les illustrations que, cette fois encore, je trouve très chouettes !
Commenter  J’apprécie          270
gayane
  13 mars 2018
Un second volume sur la super-héroine Faith.
Je ne sais pas trop comment résumer ce volume, même si j'ai apprécié ma lecture, il ne se passe pas tant de choses que cela...
Le dessin est toujours agréable, le personnage en lui même également.
J'aime beaucoup les passages fantasmés par cette dernière manifestés par un changement de style graphique.
Mon seul regret est le contenu du volume. Assez peu de file conducteur, assez peu d'aventures et de rebondissements.
Commenter  J’apprécie          10
kadeline
  08 novembre 2017
Un second tome qui s'est lu trop vite. Faith est une héroïne que j'aime vraiment beaucoup et comme dans ce tome là en bonne geekette elle se rend à la comic con c'est le bonheur. Les dessins sont superbes, cette fois on distingue facilement l'action de ses pensées. le scénario est très bien façonné et on en juste plus toujours plus.
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (3)
BoDoi   20 novembre 2017
C’est léger, plutôt amusant, du genre feel good comics, et l’alternance entre quotidien, scènes du passé et fantasmes fonctionne sans soucis. D’autant que les traits de Pere Perez et Marguerite Sauvage restent très efficaces et fun, associés à de jolies couleurs.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Bedeo   22 août 2017
Ce volume, sans temps morts, se dévore d’une traite et conserve les qualités du premier volume (humour, scénario bien ficelé, personnages attachants et complexes).
Lire la critique sur le site : Bedeo
Sceneario   16 août 2017
Un excellent comics qui, grâce au dynamisme de Bliss, nous montre bien que ce nouvel univers Valiant reste passionnant !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
lemillefeuilleslemillefeuilles   16 mai 2021
- J'ai vite été mis dans la case du héros pleurnichard, faible, et conservateur. [...] Foutus producteurs de mes deux.
Commenter  J’apprécie          20
CapitaineBaptCapitaineBapt   04 juillet 2018
Choisir d'utiliser ses pouvoirs de façon purement égoïste, sans aucun égard pour les autres, est très facile. Décider de devenir un héros est, à contrario, plus compliqué.
Commenter  J’apprécie          00
CapitaineBaptCapitaineBapt   04 juillet 2018
Parfois, on doit d'abord faire les mauvais choix avant de découvrir où est notre place.
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Video de Jody Houser (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jody Houser
Jody Houser, Mother Panic (DC Comics) - New York Comic Con 2016
autres livres classés : geekVoir plus





Quiz Voir plus

stranger things

quelle est le petit déjeuner préféré de eleven ?

les oeufs avec bacon
les gauffres
ils ne le disent pas dans la série
je ne sais pas

20 questions
331 lecteurs ont répondu
Thème : Stranger Things, tome 1 de Jody HouserCréer un quiz sur ce livre