AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2842284607
Éditeur : Le Pré aux Clercs (01/09/2011)

Note moyenne : 3.36/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Bien souvent dans la littérature, le mal nous apparaît sous les traits séduisants d'une femme. Ce récit de Clemence Housman en est une parfaite illustration.

Au coeur de l'hiver, alors qu'il fait nuit et que la neige a recouvert chemins et forêts, une étrange et fascinante créature fait irruption dans une ferme. Les paysans, tout d'abord effrayés par cette apparition surnaturelle, sont vite séduits par Fourrure blanche et l'un deux, Sweyn, en tombe im... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Anneso
  20 janvier 2012
Les Editions le Pré aux Clercs nous ont proposé en septembre 2011 une réédition de deux textes de Clemence Housman, qui vécut de 1861 à 1955, agrémentés d'une postface de Jean-Pierre Dionnet. le premier de ces deux textes s'intitule Ombre Blanche. Il s'agit d'une nouvelle qui se déroule dans une ferme où vit une modeste famille. On entend plusieurs fois toquer à la porte, mais, à chaque fois qu'ils tentent d'ouvrir, il n'y a personne derrière. Puis, tout à coup, une magnifique jeune femme répondant au nom d'Ombre Blanche leur demande de l'aide, en expliquant qu'elle a fait un long chemin et qu'elle s'est perdue. Sweyn lui offre l'hospitalité et ne tarde pas à succomber au charme de cette splendide créature, d'autant plus que toute la famille semble apprécier cette jeune femme. Toute ? Pas exactement. Christian, le frère jumeau de Sweyn, rentre à la ferme et découvre des pas de loups devant leur maison. Il devine alors qu'Ombre n'est autre qu'un loup-garou. Mais comment protéger sa famille, et plus particulièrement sa mère et son frère cadet qui n'est encore qu'un enfant, alors que Sweyn semble bien décider à ne pas prêter attention aux conseils de son frère ? La Mer inconnue est un court récit qui relate l'histoire de Christian, un jeune marin qui souhaite découvrir une île réputée comme dangereuse. En effet, ceux qui s'y sont aventurés n'en sont pas sortis indemne. En sera-t-il de même pour lui ?
J'ai passé un très bon moment à la lecture de cette première nouvelle. L'auteure nous embarque dans l'univers fantastique du XIXe siècle. J'ai beaucoup aimé l'ambiance qui ressort de ce récit, cette atmosphère pesante, qui fait que l'on n'a aucune idée du dénouement avant d'avoir fini la lecture de cette intrigue. En peu de mots, elle nous décrit les personnages et ce récit m'a, par certains aspects, fait pensé aux Contes de Perrault ou de Grimm. Elle met en scène des frères qui s'aiment depuis toujours et se retrouvent pour la première fois en affrontement à cause de cette créature. Les mots sonnent juste, ils sont bien choisis et la plume de l'auteur très agréable et poétique.
Mon avis sur La Mer inconnue est beaucoup plus mitigé. En effet, l'intrigue m'a parue longue à démarrer et, tout d'un coup, se terminer en queue de poisson. Mais, dans la postface, il nous est expliqué que ce que l'on vient de lire est en réalité les trois premiers chapitres d'un roman qui en contient dix-sept.Ca nous donne donc un bref aperçu de ce roman, mais j'ai ressenti une certaine frustration car je suis restée sur ma faim.
La post-face de Jean-Pierre Dionnet nous relate la manière dont ce dernier a découvert Clemence Housman. Il nous en propose également une biographie, qui permet de voir Ombre Blanche et La Mer inconnue d'un oeil neuf. L'ouvrage contient également de magnifiques illustrations de l'auteure elle-même et de son frère, pour notre plus grand plaisir.
Lien : http://decouverteslivresques..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
temps-de-livres
  12 septembre 2011
Au plus fort de l'hiver, dans une ferme isolée, les habitants recueillent Ombre Blanche, une superbe jeune femme, chasseresse de son état. Sa présence et sa volubilité font rapidement l'unanimité de la famille. A l'extérieur, Chrisitan, frère jumeau de Sweyn, trouve des empreintes de loup. Empreintes qui finissent au pied de la maison. Ombre Blanche sera la cible des deux frères. L'un pour la tuer, l'autre pour l'embrasser. Pendant ce temps les premières disparitions commencent.
Un jeune pêcheur, tout juste sorti de l'adolescence, brise l'interdit de sa communauté et tente de gagner l'île Sinistre. Dans cette partie de mer australe, déferlantes, tourbillons, rochers et courants seront à défier avant d'aborder l'île tant attendue. Pourquoi un tel nom ? Que cache ses rochers ?
Deux courts textes de Clemence Housman, des gravures de Laurence Housman et une postface de Jean-Pierre Dionnet composent ce livre. Ombre Blanche raconte l'arrivée d'un loup-garou dans une famille de fermiers. le texte date de 1896 et se centre non pas sur le loup-garou du titre, mais sur la relation des deux frères jumeaux, si dissemblables. Autour de cet affrontement, une femme qui n'est pas ce qu'elle dit être. Clemence Housman manie l'ambiance de ce récit avec brio. le ton fantastique n'est que peu utilisé. Car il est bien question de fantastique dans cette histoire où l'on n'est sûr de rien. Oui, Ombre Blanche est mystérieuse, tout l'accuse, mais peut-être Christian a t'il tort. de ces doutes naît une tension qui augmentera pour se finir en apothéose. Un texte brillant, rythmé, qui se permet d'être de qualité et efficace.
La partie consacrée à La mer inconnue est en fait le début du roman éponyme (trois chapitres sur dix-sept). On peut s'étonner de ce parti pris des éditions le Pré aux clercs. Les chapitres proposés sont intéressants et peuvent former une nouvelle. L'ambiance générale est ambigüe puisque le héros de l'histoire défie la nature, pour sa propre gloire. Après avoir vaincu les nombreux obstacles, il découvrira un paradis, qui a un prix élevé. Dans ce combat épique entre l'homme, la nature et une superstition, on sent une ombre menaçante qui plane. Ombre ténue, mais qui inquiète de temps en temps le héros et le lecteur.
La postface de Jean-Pierre Dionnet est multi-thèmes. L'homme est connu pour sa culture qui touche la littérature, la bande dessinée, l'illustration, la musique. Pendant trente pages, il nous conte l'époque des Housman, qui était Clemence, mais aussi dans quelle circonstances, il a connu les publications de l'auteur. Fidèle à lui-même, l'auteur s'emporte, diverge, semble nous perdre avant de revenir au point initial : Clemence Housman. Postface fleuve et brillante, qui donne envie de connaître un peu plus l'auteur du livre.
Bilan mitigé pour ce recueil. Ombre Blanche et sa postface sont plaisantes à lire. La mer inconnue, si elle n'est pâs dénué d'intérêt, est écourté de la plus grande partie de ses chapitres. Cette découverte, au milieu de la postface, gâche la lecture. Ne valait-il mieux pas faire un recueil sur Ombre Blanche et la postface, puis selon les retours, éditer la mer inconnue ?
Lien : http://temps-de-livres.over-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
reveline
  12 octobre 2011
La première nouvelle « Ombre blanche » est un conte nordique au charme étrange et à l'écriture particulièrement vivante : la scène d'ouverture en est un modèle du genre, parvenant à nous présenter décors, personnages et enjeux en quelques pages. de plus, la brièveté de la nouvelle (environ 80 pages) n'empêche pas l'étude psychologique approfondie des personnages principaux : les jumeaux Sweyn et Christian. L'histoire parvient à échapper à la majorité des poncifs et revient aux fondamentaux des lycanthropes, bien loin des séduisants métamorphes de la bit-lit actuelle et cela est très rafraichissant.

La seconde nouvelle « La Mer inconnue » m'a paru beaucoup moins séduisante, plus quelconque. Pas seulement parce que le début en est long et descriptif mais surtout parce que le récit nous est donné à lire amputé d'une dizaine de chapitres. La fin, qui amorce un passionnant virage dans le récit, arrive bien trop rapidement et laisse un goût amer de frustration dans la bouche du lecteur. J'espère pouvoir me procurer un jour le roman complet de Clemence Housman pour connaitre la suite des aventures du marin Christian et de sa belle et cruelle sorcière des mers.

Si je craignais que ce roman soit daté et pompeux, j'avais tort. le style est plaisant et fluide, un brin subversif.

Deux bémols sont toutefois à apporter : le manque de surprises des deux récits et surtout leur ton très moralisateur. La religion et son corollaire la peur du diable, ainsi que les superstitions populaires qui en découlent, encouragent la stigmatisation de la femme belle, désirable et forte, qui se révèle forcément être une créature démoniaque puisqu'elle éveille des pulsions sexuelles chez les hommes. Cette diabolisation de la femme est typique des récits fantastiques du XIXème siècle (c'est d'ailleurs l'objet de ma thèse universitaire et la raison principale pour laquelle j'ai souhaité recevoir ce livre en partenariat). Curieusement, bien que devenant plus tard l'une des figures de proue d'un féminisme anglais balbutiant et une suffragette acharnée, Clemence Housman cède donc à la misogynie de l'ère victorienne. Mais pas plus que les autres auteurs de l'époque, c'est pourquoi on lui pardonnera bien volontiers.

N'omettons pas de souligner également la beauté audacieuse et quelque peu morbide de ces étranges gravures, illustrations à la fois fascinantes et dérangeantes des deux nouvelles, qui accompagnent les textes tout en leur conférant un inestimable cachet qui contribue à faire de cet ouvrage, un très bel objet.
Lien : http://labibliothequeanuages..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Phooka
  03 octobre 2011
Voilà un livre vraiment extraordinaire (dans le sens "qui sort de l'ordinaire") qui ravira les amateurs de fantastique et sans doute les autres aussi.
Deux textes relativement courts (environ 80 pages), deux univers différents, mais qui se ressemblent au moins sur un point: le danger vient de femmes belles et indépendantes . Des femmes telles qu'il en existaient peu à cette époque et qui représentent à la fois une sorte d'idéal mais qui sont aussi source de peur.
Dans Ombre Blanche, le loup garou est femme. Elle attire, ensorcelle. Elle est sans pitié. Elle arrive un soir de neige, sous sa forme humaine, dans une ferme où habite une grande famille et entre autres, deux frères jumeaux qui sont comme les doigts de la main. La beauté de la femme va ensorceler l'un, tandis que l'autre va deviner ce qui se cache sous l'apparence. Et ce dernier n'aura de cesse que d'essayer de sauver son frère. Une belle métaphore, dans laquelle la femme loup-garou, est la source de la discorde qui va naître entre les deux frères. Elle est le symbole du Mal et seule son éradication pourra permettre de retrouver un semblant de paix. Mais à quel prix?
Dans La mer inconnue, on y retrouve encore une fois, le symbole de la femme belle et dangereuse. Sorte de sirène qui essaye d'ensorceler le jeune marin en usant de sa beauté et de sa ruse. Cette nouvelle m'a paru bien courte et m'a laissée sur ma faim, et en fouinant sur le net, je me suis rendue compte qu'elle était tronquée. Car on se doute bien que cette sirène ne vas en rester là et qu'il doit se passer autre chose. C'est un peu dommage, même si le texte est intéressant. J'aurais bien aimé lire le récit complet.

(la suite sur le blog)
Lien : http://bookenstock.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Iluze
  10 décembre 2011
Ombre blanche raconte l'histoire d'une famille de paysans qui voit arriver une sublime jeune femme recouverte d'une fourrure blanche. Mais Christian, qui était à l'extérieur remarque que ce ne sont pas des pas d'humain que l'on retrouve sur le chemin mais ceux d'un gigantesque loup.
Vous le savez peut-être, j'adore les romans fantastiques du XIXème siècle : Stoker, Lovecraft, Lewis et les autres m'ont rarement déçue. Pourtant, je ne connaissais pas Clemence Housman.
Avec ce roman, j'ai découvert un style très descriptif. L'écrivaine prend bien le temps de planter le décor de cette famille rurale en passant par tous les personnages, du petit enfant à la vieille femme. Les plus marquants sont sans nul doute les jumeaux Sweyn et Christian que tout oppose. Sweyn, le grand fort à qui tout réussit et qui rejette toute superstition et Christian le maigrichon qui ne nie pas le surnaturel. J'ai beaucoup aimé l'affrontement entre les deux même si je regrette que Christian s'efface autant devant son frère. Heureusement, il a le beau rôle après .
L'angoisse monte crescendo dans cette histoire fantastique. Les dernières pages sont les plus haletantes et la tension est omniprésente. Impossible de lâcher le bouquin, il faut absolument connaitre le dénouement, qui même s'il est assez prévisible m'a enchantée.
...
Lien : http://iluze.wordpress.com/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

A l'abordage : la mer et la littérature

Qui est l'auteur du célèbre roman "Le vieil homme et la mer" ?

William Faulkner
John Irving
Ernest Hemingway
John Steinbeck

10 questions
255 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , mer , océansCréer un quiz sur ce livre