AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Phooka


Phooka
  03 octobre 2011
Voilà un livre vraiment extraordinaire (dans le sens "qui sort de l'ordinaire") qui ravira les amateurs de fantastique et sans doute les autres aussi.
Deux textes relativement courts (environ 80 pages), deux univers différents, mais qui se ressemblent au moins sur un point: le danger vient de femmes belles et indépendantes . Des femmes telles qu'il en existaient peu à cette époque et qui représentent à la fois une sorte d'idéal mais qui sont aussi source de peur.
Dans Ombre Blanche, le loup garou est femme. Elle attire, ensorcelle. Elle est sans pitié. Elle arrive un soir de neige, sous sa forme humaine, dans une ferme où habite une grande famille et entre autres, deux frères jumeaux qui sont comme les doigts de la main. La beauté de la femme va ensorceler l'un, tandis que l'autre va deviner ce qui se cache sous l'apparence. Et ce dernier n'aura de cesse que d'essayer de sauver son frère. Une belle métaphore, dans laquelle la femme loup-garou, est la source de la discorde qui va naître entre les deux frères. Elle est le symbole du Mal et seule son éradication pourra permettre de retrouver un semblant de paix. Mais à quel prix?
Dans La mer inconnue, on y retrouve encore une fois, le symbole de la femme belle et dangereuse. Sorte de sirène qui essaye d'ensorceler le jeune marin en usant de sa beauté et de sa ruse. Cette nouvelle m'a paru bien courte et m'a laissée sur ma faim, et en fouinant sur le net, je me suis rendue compte qu'elle était tronquée. Car on se doute bien que cette sirène ne vas en rester là et qu'il doit se passer autre chose. C'est un peu dommage, même si le texte est intéressant. J'aurais bien aimé lire le récit complet.


(la suite sur le blog)
Lien : http://bookenstock.blogspot...
Commenter  J’apprécie          10



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (1)voir plus