AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782207140239
272 pages
Éditeur : Denoël (11/01/2018)
3.54/5   12 notes
Résumé :
« La famille prit la direction de la mer le premier matin d’août. Ce fut un grand déménagement. Chacun muni d’une valise, d’un chapeau ou d’une casquette se vit également doté d’un attirail spécial à porter : un parasol, confectionné par Martha pour éviter d’en acheter un " les yeux de la tête " près de la plage, une canne à pêche, deux épuisettes et une bouée qu’on avait déjà gonflée pour être sûr qu’elle n’était pas percée mais qu’on n’osait plus dégonfler de peur... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,54

sur 12 notes
5
1 avis
4
3 avis
3
4 avis
2
1 avis
1
0 avis

LillyMaya
  29 janvier 2018
Reçu dans le cadre de la MC de janvier. Merci Babelio et les éditions Denoël.
Quand est-ce que je comprendrais que les 4e de couverture ne sont que des attrapes lecteurs ?! Quand...? J'ai déjà été trompée à plusieurs reprises...et ce roman n'échappe pas à la règle.
Oui, car cette 4e de couv m'a laissé penser à un récit loufoque sur une famille un peu déjantée. Mais finalement...ce n'est pas tout à fait ce qui nous est donné à lire, bien que ce fameux récit est effectivement un morceau bien savoureux. Mais ce n'est qu'une parenthèse.
Nous sommes loin d'une vie paisible. La famille de "Squatsh" est compliquée, le personnage se cherche, et nous assistons finalement à l'ensemble de ses questionnements au travers de différents événements qui impacteront sa vie.
L'idée de départ de ce roman est originale, puisque l'auteure a décidé d'inventer la vie d'un personnage qu'elle avait vu dans un film, mais dont le rôle était presque insignifiant. Nous suivons donc "Squatsh" de son enfance à ce fameux tournage.
Petit bilan mitigé, l'ensemble est bien écrit mais étant dans une période où j'ai besoin de légerté...ce roman ne m'en a pas apporté ! Mais je pense qu'il peut trouver son public.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          112
Autantenemportentleslivres
  15 février 2018
Mon avis:
Ce roman de la rentrée littéraire de janvier m'avait interpellé par la douceur et l'humour de son résumé. de plus, je lis en ce moment beaucoup de romans aux sujets plutôt difficiles, j'avais donc envie d'une lecture plus simple, plus légère, et divertissante. Je remercie donc les Editions Denoël pour l'envoi de ce titre.
On rentre dans ce roman sans vraiment savoir à quoi s'attendre car le résumé nous en dit finalement très peu. On rentre au coeur de la famille Bernstein, une famille parisienne somme toute banale à la fin de l'année 1946 où la vie reprend doucement son court après des années et des années de guerre. C'est Squatsh qui est au centre du roman, il est le deuxième des trois enfants et c'est lui qui nous raconte sa vie, les grands évenements qui ont rythmé son enfance et son adolescence jusqu'à sa vie d'adulte. C'est un roman beaucoup plus profond que ne laisse le présager le résumé. J'ai apprécié justement qu'il nous laisse la surprise des rebondissements que nous réserve ce livre auxquels finalement on ne s'attend pas, et qui permettent de rythmer le récit parfois monotone de cette vie de famille. Il est vrai qu'après quelques chapitres j'ai eu un peur que ce récit linéaire sans véritable fil conducteur mise à part les jours et les années qui passent m'ennuie à la longue, mais Emilie Houssa arrive à maintenir notre intérêt tout au long du livre pour l'histoire de cette famille qui va traverser des épreuves bien difficiles.
Squatsh est un petit garçon au début du roman, mais un petit garçon qui se pose déjà énormément de questions sur le monde qui l'entoure, sur les grands mystères de la vie comme la mort qui frappe ses proches sans crier gare. J'ai beaucoup aimé ce personnage un peu à part qui a souvent besoin de s'isoler pour réfléchir, pour tenter de comprendre ce qu'il voit et ce qu'il entend de la bouche des grands. On comprend vite que c'est un enfant très intelligent, très vif, très ouvert d'esprit, et qui comme tous les enfants de son âge croque la vie à pleines dents. C'est avec beaucoup d'émotions qu'on le voit apprendre et découvrir les choses de la vie, vivre avec parfois beaucoup d'insouciance les joies de l'enfance comme les peurs des premières fois. J'ai été émue par certains passages comme l'arrivée de sa petite soeur qui va réveiller chez lui un instinct protecteur, de son émerveillement pour l'océan qu'il voit pour la première fois et de son désespoir à ne pas savoir nager. On se retrouve un peu dans cette naïveté enfantine, dans ses souvenirs, ses apprentissages, ses questions, ses colères et ses erreurs également qui ne peuvent que nous toucher.
Je m'attendais à un roman plutôt léger et drôle, en réalité il ne l'est pas vraiment. Emilie Houssa nous livre un premier roman émouvant qui nous raconte avec beaucoup de sensibilité les tentatives désespérées d'un petit garçon et de sa famille pour garder tant bien que mal la tête hors de l'eau, pour surmonter les épreuves qui leur tombent dessus au rythme des mouvements sociaux du XXème siècle. C'est aussi l'histoire d'un petit garçon qui devient peu à peu un homme et qui se cherche, qui se rend compte qu'il n'est pas comme les autres, et qu'à force de porter les siens à bout de bras il est en train de passer à côté de sa propre vie. C'est un récit de vie qui aborde énormément de thèmes différents comme la guerre, le deuil, l'homosexualité, les attentats, les manifestations de mai 68, la dépression... qui moi a su me toucher par la profondeur des réflexions sur notre existence qu'il amène, et par la dureté parfois des événements évoqués dans lesquels chacun peut se retrouver. Il y a malgré tout un point qui m'a dérangé et que je n'ai pas vraiment compris c'est l'allusion au film Victor Victoria et son métier de garde du corps abordé dans le premier et le dernier chapitre. Je n'ai pas compris du tout où l'auteure voulait en venir et c'est un peu dommage car j'ai terminé le roman dans l'incompréhension et donc sur une pensée négative. Je suis cependant ravie d'avoir pu découvrir cette auteure prometteuse dont le roman laisse présager de bonnes choses pour la suite.
Pour conclure:
Un roman assez linéaire qui nous raconte à travers les yeux du petit Squatsh la vie des Bernstein, une famille parisienne qui malheureusement va devoir faire face à de nombreuses épreuves. Un récit assez nostalgique qui peut paraître monotone, ennuyant par moment, et dont je n'ai pas compris certaines allusions, mais qui est cependant émouvant grâce notamment à ce petit garçon qui porte un regard très mature sur ce qui l'entoure. Un joli récit sur la recherche de soi, sur la perception de la vie et de la famille, mais aussi sur la capacité de l'être humain à supporter les drames que la vie nous réserve.
Ma note: 14/20.
Lien : http://autantenemportelesliv..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Analire
  03 février 2018
Un grand merci à Babelio, ainsi qu'aux éditions Denoël de m'avoir permis de découvrir cette histoire originale.
Squatsh est un jeune homme qui vit à Paris avec ses parents, Simon et Martha, gérants d'une boutique, ainsi qu'avec son grand frère Ludovic et sa petite soeur Marie. Squatsh est un enfant tout à fait normal, si ce n'est qu'il a des comportements parfois étranges. Squatsh n'a pas beaucoup d'amis et de toute façon, il préfère rester seul, notamment pour se plonger dans des réflexions poussées dans des endroits totalement improbables – comme les toilettes de son immeuble. En somme, Squatsh renvoie l'image d'un garçon assez fragile, triste, mélancolique et solitaire, qui n'a pas et n'est toujours pas gâté par la vie. Les malheurs s'enchaînent les uns après les autres, à croire que le bonheur ne pointera jamais son nez.
Vous l'aurez compris, le personnage de Squatsh est attendrissant, touchant et attachant. Aux premiers rapports, il renvoie l'image d'un garçon renfermé, qui cache ses émotions derrière une carapace épaisse. Mais en grattant un peu plus, vous rencontrerez un personnage complexe, qui va se chercher tout au long de sa vie.
Nous suivons avec intérêt les aventures plus ou moins joyeuses de la famille Bernstein. Sans vouloir trop vous en dire, mais dans l'initiative de vous raconter un minimum ce que vous allez trouver dans ce livre, sachez que la première partie est joyeuse et gaie. La famille part au complet en vacances en bord de mer, Squatsh et sa petite soeur Marie sont plus complices que jamais, Squatsh protégeant du mieux qu'il peut sa soeur du monde extérieur. Malheureusement, la guerre d'Algérie éclate, laissant ces moments de bonheur et de paix au passé. La seconde partie du livre aborde un aspect bien plus profond et grave, qui vous fera sans doute monter les larmes aux yeux.
L'histoire est donc ambivalente, liant joie et bonheur familial au drame, à la tristesse et à la perte. le panel des émotions est immense ; je suis passé de la gaieté de voir une famille unie et heureuse, aux larmes, en un temps record. Néanmoins, je reste sur ma faim quant au personnage de Squatsh, trop énigmatique et renfermé, j'aurais souhaité le découvrir encore plus en profondeur.
Malgré les drames de la vie, La nuit passera quand même. Squatsh, notre protagoniste, traverse sa vie comme un funambule : balancé entre joie et tristesse, ce jeune homme, fragile et solitaire, cherche à ne pas tomber. Une histoire intéressante et originale.
Lien : https://analire.wordpress.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
livreclem
  11 mai 2018
Un très beau premier roman sur la vie de Squatsh , un garçon rêveur qui va, sous fond d'Histoire française, connaitre des drames et essayer de vivre malgré tout en reniant sa vraie nature un bon bout de chemin.
Très bien écrit, le charme du début laisse place à une dureté durant la suite du roman mais cela reste toujours empreint d'une poésie.
Auteure à suivre.
Commenter  J’apprécie          120
Jmolo
  02 mai 2021
Un petit bijou : j'ai adoré !
La vie de ce personnage hors norme, inadapté à la vie, se réfugiant sans cesse dans un monde à part, dans lequel l'espace et le temps s'habillent de confusion, rejetant ce qui l'attire au risque de se perdre, ce personnage, proche de l'autisme, m'a littéralement séduit de la première à la dernière page.
L'enfance, au charme désuet des années 50's, s'assombrit progressivement au fil des décennies, pour se terminer par une pirouette littéraire et cinématographique qui m'a enchanté !
De plus, le style d'écriture est remarquable, la sensibilité proche de celle d'un Philippe Besson !
Pour un premier roman, c'est une très belle réussite. J'attends impatiemment le second...
Commenter  J’apprécie          31


critiques presse (3)
Actualitte   21 mars 2018
Le roman d’Émilie Houssa, La nuit passera quand même, se lit aussi facilement qu’il s’imprègne en soi. Une lecture qui ne laisse pas indifférent et qui en appelle à ce qui anime tout un chacun. Plongée dans les profondeurs de l’homme, seul et accompagné.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Actualitte   21 mars 2018
Le roman d’Émilie Houssa, La nuit passera quand même, se lit aussi facilement qu’il s’imprègne en soi. Une lecture qui ne laisse pas indifférent et qui en appelle à ce qui anime tout un chacun. Plongée dans les profondeurs de l’homme, seul et accompagné.
Lire la critique sur le site : Actualitte
LaCroix   12 février 2018
La cinéphile Émilie Houssa compose son premier roman avec des scènes cultes du cinéma mondial.
Lire la critique sur le site : LaCroix
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
AnalireAnalire   28 janvier 2018
Squatsh se persuada assez vite que ce qui devait susciter le plus grand danger était principalement les lieux où l'on pouvait trébucher. Il est bien connu qu'on "tombe" enceinte, comme sur un os. Il faisait donc très attention aux escaliers et à toute action qui impliquait de monter sur un support.
Commenter  J’apprécie          50
AnalireAnalire   04 février 2018
Tu as raison. Sur tout. C'est dégueulasse, c'est injuste. Ça fait mal. C'est qui qui as raison. Je ne peux pas te dire autre chose, seulement tu verras, le plus dégueulasse c'est que ça passe. Tu seras toujours ici dans cette tristesse et cet amour, mais tu seras ailleurs aussi. Et tu seras forte de ce décalage, ce sera ton histoire.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   07 mars 2018
Il devinait que se nichait sous cette bosse un désir qu’il ne voulait pas avoir. Un désir qu’il ne devait pas avoir.
 
Squatsh regardait son sexe qui ne dégonflait pas. Cette obsession du dégonflage lui cacha quelque temps l’angoisse latente qui montait : il allait revoir Marc. Le lendemain à 20 heures, il se tiendrait face à ce corps et ce visage. À cette pensée son sexe se tendit de plus belle. Squatsh le regarda comme un monstre. Qu’avait-il donc entre les jambes ? Il refusait de voir ce membre agir à sa guise comme un étranger de passage dérangeant tout dans la maison. Squatsh lui avait jusqu’à présent laissé les rêves, le sommeil, que voulait-il de plus ?
Il comprenait, bien sûr qu’il comprenait. Il ne voyait que trop bien où son désir voulait le tirer. Mais il n’irait pas. Il avait vu dans la rue ou les films que les hommes embrassaient les femmes, jamais les hommes, cela ne se faisait pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   07 mars 2018
Lorsqu’il entra dans la mer, elle lui parut plus froide encore. Il s’étendit sur le ventre en levant la tête hors de l’eau. Ses membres coulèrent immédiatement, il reposa les pieds sur le sable. Ça n’avançait pas fort. Squatsh se remit en position. Il flotta quelques instants puis il sentit son bassin couler et, comme une vague un peu plus forte arrivait, il fut projeté en avant, la tête dans le sable. La vague le roula sur la rive, comme si elle se moquait de lui, puis, tranquille, se retira. Squatsh fit plus que boire la tasse : il mangea du sable.
Il se releva pestant contre cette mer qui ne voulait pas de lui. Il secoua ses vêtements pleins de sable et d’eau avec l’envie de pleurer. Enfin quoi, c’était quand même pas compliqué de flotter ! Sa casquette pouvait le faire ! Pourquoi pas lui ! Au loin, il entendait le marchand de glaces rire sous son auvent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   07 mars 2018
Marc s’arrêta, planta son regard dans celui de Squatsh et le fit reculer tout doucement sous une porte cochère. Marc souriait toujours, Squatsh le devinait même une fois qu’ils furent entièrement pris par la pénombre du porche. C’est ce sourire que Squatsh sentit se poser sur ses lèvres l’instant d’après. Squatsh ne recula pas, ne protesta pas, il accueillit ce sourire et sa douceur. La langue, le souffle le pénétrèrent, une chaleur immense l’envahit et son sexe se raidit comme jamais. De honte, il eut un petit mouvement de recul mais Marc le retint d’une main ferme par la nuque et Squatsh devina que le sexe de Marc durcissait, lui aussi, contre son ventre. La respiration de Squatsh s’accéléra, il ne savait pas trop quoi faire de ses mains, il commença à les poser sur ce dos qui l’oppressait si agréablement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Émilie Houssa (1) Voir plus




Quiz Voir plus

LNHI-56758

De quelle couleur est le petit oiseau?

blanc
bleu
rose
jaune

10 questions
3 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , pirates , crocodileCréer un quiz sur ce livre