AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Anouk Neuhoff (Traducteur)
EAN : 9782710388586
576 pages
Éditeur : Quai Voltaire (12/03/2020)

Note moyenne : 4.33/5 (sur 29 notes)
Résumé :
Juillet 1937. À Home Place, au cœur du Sussex, jardiniers, femmes de chambre et cuisinière sont sur le pont. La Duche orchestre le ballet des domestiques avant l’arrivée de ses trois fils, Hugh, Edward et Rupert Cazalet, en chemin depuis Londres avec épouses, enfants et gouvernantes. Où dormira Clary, adolescente mal dans sa peau en plein conflit avec sa belle-mère ? Quelle robe portera Villy, ancienne ballerine désormais mère au foyer ? Polly, terrorisée à l’idée q... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
LePamplemousse
  17 mai 2020
Nous allons suivre dans ce premier tome d'une série de cinq une grande famille, les Cazalet durant deux étés, l'été 1937 et 1938, étés qu'ils ont l'habitude de passer tous ensemble à la campagne.
Cette famille anglaise est assez nombreuse, il y a des grands-parents, leurs quatre enfants adultes et une ribambelle de petits-enfants, sans oublier les nombreux domestiques à leur service.
L'auteur donne la parole à chacun d'entre eux, on suit donc les préoccupations des uns et des autres, quel que soit leur âge.
Les femmes s'achètent de nouvelles tenues, boivent des cocktails, parlent du futur bébé de celle qui est sur le point d'accoucher, tricotent des châles ou organisent des pique-nique, les enfants font du poney, s'interrogent sur les mystères de la vie ou sur leur future école, les hommes aiment ou trompent leurs femmes, s'inquiètent car un certain Hitler pourrait être la cause d'une nouvelle guerre, les domestiques tentent de faire leur travail mais avec tout ce monde à la maison et les exigence de chacun ce n'est pas simple…
Cette fresque familiale est complète, les sentiments et préoccupations de tous sont pris en compte, l'auteur accorde la même importance aux angoisses d'un petit garçon qui va entrer au pensionnat qu'à une femme qui est amoureuse d'une amie, les soucis financiers de l'un ont autant d'importance que la passion amoureuse d'un autre ou la terreur de tous à l'idée qu'une nouvelle guerre survienne.
Une saga très prenante, bien écrite, extrêmement vivante, émouvante, drôle et puissante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          294
Lucilou
  27 mai 2020
Je referme "Etés Anglais", le premier tome d'une saga -un classique outre Manche qui a eu le droit à son adaptation en série par la BBC, excusez du peu!- qui compte(ra) quatre volume et les éloges ne me manquent pas: j'ai été véritablement happée par ce roman, par son intelligence, sa finesse, sa profondeur. Et par son charme so british, à la manière de Downton Abbey mais pas que. Un peu comme si Downton Abbey avait rencontré le Jonathan Coe des "Enfants de Longbridge"...
Nous sommes en 1937. Les Cazalet sont une riche famille, une dynastie issue de la haute bourgeoisie anglaise qui a su faire fructifier sa fortune en investissant dans le bois et l'industrie. A la tête de cette dernière comme de la famille, on trouve William, le patriarche vieillissant mais infatigable. Son épouse est une grand-mère un peu vieux jeu, un peu victorienne mais dotée d'un solide caractère. Quatre enfants sont venus combler et agrandir cet élégant ménage: Hugh, Edward, Rachel et Rupert. Les garçons -dont les deux aînés gardent des cicatrices de la Grande Guerre- sont nantis de leurs épouses et d'enfants tandis que Rachel est demeurée auprès de ses parents.
La famille, très unie, a pour habitude de se réunir tous les étés dans le Sussex, à Home Place, vaste résidence d'été de la famille sous la houlette des grands-parents. Baignade à la mer, parties de tennis et de squash, piques-nique, dîners constituent le programme des vacances. Mais qu'on ne s'y trompe pas: si en apparence, tout n'est que sérénité, calme et volupté, il suffit de se plonger au plus profond des personnages -qu'ils soient de la famille ou domestiques, qu'il s'agisse des enfants ou des adultes- pour mettre au jour les angoisses, les secrets, les non-dits, les regrets, les incompréhensions, les préoccupations qui font le sel de la narration (de la vie?).
Qu'on ne s'y trompe pas non plus: la menace d'une nouvelle guerre plane sur le ciel d'été, oppressante, inéluctable.
Tour à tour, chaque personnage dévoile son point de vue, apportant ainsi sa contribution à l'ambitieuse et ô combien minutieuse broderie qu'est "Étés Anglais". Ce parti pris narratif permet au roman d'afficher un rythme soutenu et une délicieuse fluidité. Quant aux personnages, tout en nuances et en contradiction, ils sont parfaitement campés, réalistes: somme toute, ils sont humains. Bien entendu, il y a ceux qu'on va aimer (Hugh et Rupert, Polly), ceux qui vont nous agacer mais qu'on aime quand même (Louise! Zoé!) et ceux qu'on va détester voire qu'on va adorer détester (Edward, Neville) mais de tous on se sentira proche tant ils sont écrits avec humanité et clairvoyance.
Non contente d'écrire une simple saga familiale, Elizabeth Jane Howard va plus loin (et c'est ce qui la différencie de tant d'autre, ça et la qualité de son écriture, qui bénéficie au demeurant d'une très belle traduction). Par le prisme de ses personnages, elles n'hésite pas à aborder des sujets graves (voire très graves) tels l'antisémitisme ou encore (et surtout) la condition des femmes soumises au désir des hommes ou à la maternité, la différence d'éducation offerte aux filles et aux garçons, le désir, la frustration... L'auteur distille ces réflexions au coeur de sa construction narrative avec beaucoup de finesse, d'intelligence et de pénétration. le roman se fait alors reconstitution historique, radiographie sociologique tout en ne perdant rien de sa passionnante dimension romanesque.
"Étés Anglais" apparaît clairement comme le point de départ magistral d'une saga dont on a peine à se défaire une fois le livre refermé, tant pour sa finesse et son élégance que pour son intelligence ou ses excellents personnages.
J'attends avec impatience la parution du tome 2. Octobre paraît bien loin, mais les Cazalet, s'ils se prêtent bien à l'été, seront aussi de bons compagnons d'automne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          103
LadyDoubleH
  12 avril 2020
J'ai découvert Elizabeth Jane Howard l'an dernier avec Une saison à Hydra. Je m'étais laissée emporter dans ce roman avec bonheur et une rare jubilation. La densité des personnages, l'intelligence de l'oeuvre, l'écriture d'une rare qualité, tout m'avait ravie. Alors bien sûr, je me suis plongée dans Étés anglais, le premier tome de son oeuvre majeure, Les Cazalet, avec joie. Et quel coup de coeur ce fut !
Étés anglais est une fresque de famille ambitieuse et minutieuse, qui s'ouvre en 1937. La traduction est d'une rare qualité. On y rencontre les trois frères Cazalet, le séduisant Edward, Hugh revenu blessé de la première guerre mondiale et Rupert le peintre, leurs épouses et leurs enfants, les parents, le Brig et La Duche, leurs domestiques et même la famille élargie. Pour l'été, ils se retrouvent tous à Home Place, le manoir de campagne. Elizabeth Jane Howard pose tour à tour chacun des personnages avec empathie et une grande finesse. Charme, élégance, classes sociales, elle nous offre la peinture d'une époque, voire même une radiographie de toute la société anglaise, alors que la possibilité d'un nouveau conflit mondial germe à mesure dans les consciences. Elizabeth Jane Howard a tellement de talent pour raconter les gens ! Elle dépeint admirablement les caractères, avec nuance, empathie, un humour et une ironie omniprésentes. C'est simple, je pense à eux tous maintenant comme s'ils existaient en vrai. Certains incroyablement attachants, d'autres dont on s'attache finalement aux failles, d'autres encore que l'on en vient à mépriser. Tous les personnages sans exception, de la grande bourgeoise à la femme de chambre, de l'enfant nouveau-né au patriarche vieillissant, prennent à mesure corps, âme et vie dans leur quotidien, leurs trahisons, leurs faiblesses et leurs passions. Elizabeth Jane Howard esquisse avec art toutes les nuances de la vie ; avec parfois aussi quelques touches bien plus sombres. Elle décrit avec acuité la condition déplorable des femmes, même celles dont la vie matérielle est privilégiée. Pas d'accès aux études pour les filles, le devoir d'abandonner sa carrière dès que l'on se marie, la maternité imposée sinon subie ; mais aussi d'une manière plus large, le rôle dévolu à chacun par la société et l'hypocrisie des relations dans la société anglaise, même les plus affectueuses.
Ce magnifique roman a paru il y a un mois tout juste aux éditions La table Ronde, lisez-le ! – ainsi qu'Une saison à Hydra ! Au départ je ne voulais publier ma chronique que lorsque nous serions sortis de confinement – en plus ma plume est devenue complètement inerte… mais vu que l'on ne sait plus de quoi les semaines à venir seront faites, pourquoi différer son plaisir ? Vous pouvez toujours foncer sur le site internet de votre librairie préférée pour vous les procurer en format numérique. Et pour ce qui est de ma plume, à défaut d'une chronique bien tournée, je pense au moins – en tous cas je l'espère – y avoir fait passer mon colossal enthousiasme.
… Ah, et pour info, le tome 2 des Cazalet est prévu pour octobre : la trop bonne nouvelle.
Lien : https://lettresdirlandeetdai..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          174
vero35
  21 mai 2020
Voilà une lecture idéale pour les vacances à venir : elle dépayse car l'histoire se passe dans l'Angleterre de la fin des années 30, mais elle peut faire aussi écho à notre monde contemporain car une menace gronde : celle de la seconde guerre mondiale. Lorsque la crise des Sudètes éclate, et que la menace se fait vraiment pressante, toute la famille Cazalet dont ce roman retrace l'histoire, se réfugie dans la résidence secondaire du Sussex, à 15km de la mer, et E.J . Howard tisse de façon assez magistrale mille intrigues, qui font la part belle aux enfants et aux adolescents de la tribu, mais aussi aux femmes, qu'elles soient domestiques ou membres de la famille. Et sont ainsi abordées les questions de l'irruption parfois traumatisante des règles, du désir ou non de maternité, du désir féminin, du vieillissement...Les points de vue s'enchaînant très rapidement, l'ensemble est assez tourbillonnant, mais les personnages sont cependant nuancés et attachants. J'ai hâte de lire la suite.
Commenter  J’apprécie          30
AliceFee
  28 mars 2020
Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec The Secret Garden ?
"Si vous me connaissez un peu, vous vous doutez bien qu'entre l'ambiance "campagne anglaise" et cette couverture sublime, je n'aurais jamais pu résister à ce livre. Je salue donc le travail des Éditions de la Table Ronde, qui font partie de ces rares maisons d'éditions à avoir compris l'importance du visuel, et je les remercie également pour cet découverte."
Dites-nous en un peu plus sur son histoire...
"Mr et Mrs Cazalet, alias la Duche et le Brig, ont trois fils et huit petits enfants et chaque été, toute la famille se retrouve à la campagne. Dans ce premier volet de cette saga qui en comptera cinq, nous les suivons ici en 1937, une année encore remplie d'insouciance, puis en 1938 avec la menace de la guerre qui se profile à l'horizon..."
Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?
"Au cours de ses cinq cents et quelques pages, nous apprenons à connaître chaque membre de la famille Cazalet et les caractères se dessinent et se distinguent rapidement les uns des autres. C'est le premier point fort de ce roman, chaque personnage, et bien qu'ils soient nombreux, à sa personnalité propre, parfaitement dépeinte par l'auteur. L'autre attrait principal, il me semble, c'est que sous couvert d'une histoire centrée sur les petits évènements du quotidien, se cache habilement des monstres et des tragédies. Pourtant, tout est traité sur le même ton, avec le même détachement et il est vrai qu'à certains moments je n'aurais pas été contre quelques coups d'éclats mais le résultat est d'une grande délicatesse. Sur la fin, la guerre est de plus en plus présente dans les esprits et j'ai été très touchée par les réactions de chacun, les inquiétudes, les préparations et cette volonté de vouloir protéger ses proches à tout prix, pas si éloignés de ce que nous ressentons tous je crois en ce moment."
Et comment cela s'est-il fini ?
"Honnêtement, les Cazalet me manquent déjà. J'ai pensé à eux à plusieurs reprises après avoir refermé le livre, comme à des amis avec lesquels on partage de jolis souvenirs et dont on aimerait bien avoir quelques nouvelles. Vivement le prochain volet, prévu pour octobre."
Lien : http://booksaremywonderland...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

critiques presse (3)
Liberation   11 mai 2020
Peut-être parce qu’elle était encore une enfant elle-même en 1937, l’auteure réussit particulièrement bien la ribambelle de cousins Cazalet [...] Une excellente saga de saison.
Lire la critique sur le site : Liberation
LeMonde   24 avril 2020
Il flotte sur les 500 pages d’Etés anglais – le premier volume d’une saga familiale qui en comporte cinq – un charme étrangement roboratif. Est-ce dû au temps qui s’y dilate et qui, en ressuscitant des périodes noires, nous invite à relativiser la nôtre ?
Lire la critique sur le site : LeMonde
LaCroix   26 mars 2020
Premier tome d’une saga en cinq volumes, cette fresque familiale profondément humaine, où les enfants occupent une place de choix, se révèle addictive dès les premières pages. Avec un talent rare et une plume limpide, la romancière se joue de la frontière entre l’introspection, la description, le dialogue, toutes ces postures de l’écrivain qui glissent l’une après l’autre, comme une barque sur un doux courant.
Lire la critique sur le site : LaCroix
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Annette55Annette55   27 mai 2020
«  Comme il était difficile ou trop coûteux pour elle de laver son linge, ses vêtements n’étaient pas très propres.
Le soir elle lisait de la philosophie, de la poésie ou des ouvrages sur l’histoire de l’art, et le week- end, elle allait voir des tableaux .
Les voir!
Elle les scrutait , elle se plantait devant, les examinait jusqu’à ce qu’ils soient assimilés dans les replis les plus secrets de son être massif pour constituer sa mémoire et se transformer, ainsi digérés , en nourriture spirituelle .
La vérité ——la beauté de la vérité —- la façon dont cette vérité pouvait parfois transcender l’apparence ordinaire des choses—- l’émouvait—— et l’excitait .... »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Videos de Elizabeth Jane Howard (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Elizabeth Jane Howard
L'émission "Le coup de coeur des libraires est diffusée sur les Ondes de Sud Radio, chaque vendredi matin à 10h45. Valérie Expert vous donne rendez-vous avec votre libraire Gérard Collard pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • La saga des Cazalet (Tome 1) - Étés anglais: La saga des Cazalet I de Elizabeth Jane Howard et Anouk Neuhoff aux éditions Quai Voltaire https://www.lagriffenoire.com/1036572-divers-litterature-la-saga-des-cazalet--i---etes-anglais---la.html • La couleur de l'air a changé (Hors collection littérature française) de Cécile Cayrel aux éditions Stock https://www.lagriffenoire.com/1035349-divers-litterature-la-couleur-de-l-air-a-change.html • Tombent les anges de Marlène Charine aux éditions Calmann-Lévy https://www.lagriffenoire.com/1035528-nouveautes-polar-tombent-les-anges.html • La splendeur des Brunhoff (Documents) de Yseult Williams aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/1035375-livre-d-art-et-histoire-de-l-art-la-splendeur-des-brunhoff.html • Les Aventures de Charlotte Holmes - tome 1 de Brittany Cavallaro et Isabelle Chapman aux éditions PKJ https://www.lagriffenoire.com/49400-romans-pour-enfants-les-aventures-de-charlotte-holmes---tome-1---vol1.html • Les Aventures de Charlotte Holmes - tome 2 : le dernier des Moriarty de Brittany et Cavallaro et Isabelle Chapman aux éditions PKJ https://www.lagriffenoire.com/90889-romans-pour-enfants-les-aventures-de-charlotte-holmes-t2-----le-dernier-des-moriarty.html • Les Aventures de Charlotte Holmes - tome 03 : Une affaire pour Jamie de Brittany et Cavallaro et Isabelle Chapman aux éditions PKJ https://www.lagriffenoire.com/125199-romans-pour-enfants-les-aventures-de-charlotte-holmes-t3-----une-affaire-pour-jamie.html • Notre-Dame des écrivains: Raconter et rêver la cathédrale du Moyen Âge à demain de Collectifs et Michel Crépu aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/1041068-divers-litterature-notre-dame-des-ecrivains.html • Lettres choisies de la famille Brontë de Collectifs, Laura El Makki aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/1041271-article_recherche-lettres-choisies-de-la-famille-bronte.html • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter • Vos libraires passionnés, @Gérard Collard & @Jean-Edgar Casel • • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram #instabook #booklover #novel #lire #livres #sudradio #conseillecture #editionsquaivoltaire #editionsstock #editionscalmannlevy #editionslivredepoche #editionspocket #editiionspkj #editionsfolio
+ Lire la suite
autres livres classés : saga familialeVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Elizabeth Jane Howard (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1114 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre
.. ..