AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
La saga des Cazalet tome 4 sur 5

Cécile Arnaud (Traducteur)
EAN : 978B088G122YP
La Table ronde (17/03/2022)
4.37/5   351 notes
Résumé :
Juillet 1945. Deux mois après la fin de la guerre, la famille Cazalet décide de quitter Home Place pour retourner vivre à Londres. Pourtant, si la paix est enfin signée, rien ne sera jamais plus comme avant... Rupert, après cinq ans d'absence, retrouve une Angleterre encore sous le coup des privations et des bouleversements politiques. L'espoir déçu de renouer avec la vie d'avant-guerre semble confirmé par la mort du Brig et par le divorce d'Edward et de Villy. Les ... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (59) Voir plus Ajouter une critique
4,37

sur 351 notes
5
39 avis
4
16 avis
3
2 avis
2
1 avis
1
0 avis

Plus qu' heureuse d'avoir eu en main , le tome 4 de cette délicieuse saga, et en même temps, je ne peux m'empêcher d'anticiper, de me dire qu'il ne m'en reste plus qu'un à lire, que ce magnifique bonheur de lectrice sera bientôt fini, qu'il sera temps alors de leur dire adieu, de tourner la page..

Comment fait Elizabeth jane Howard pour réussir à nous éblouir à chaque fois ?

Quand on retrouve les Cazalet dans ce tome, on est en 1945. L'Angleterre séche ses plaies, la famille revient à Londres, quitte la maison de campagne où ils ont vécu tous ensemble pendant la guerre, repoussant les murs, se soutenant, tenant bon, vaille que vaille...

Et avec ce (nouveau ) départ, chaque couple se retrouve seul. Les problèmes qui étaient sous-jacents , noyés dans la masse, sautent aux yeux. Rupert est réapparu. Il a laissé la femme qu'il aime en France pour retrouver famille et épouse..

Hugh est bien seul.

Edward quitte la sienne pour sa maîtresse.

Et les enfants ont bien grandi... Polly, Clary, Christopher, Louise, etc... Chacun avec ses problèmes.

Et l'on s'aperçoit, nous lecteurs , que le seul qui s'en occupe , n'appartient pas vraiment à la famille. Archie, l'oreille de toute la famille, Archie qui s'oublie un peu dans l'histoire, à moins que...

Raconté comme cela, ça fait mièvre . Il n'en est rien.

Une fresque élégante, raffinée, romanesque, terriblement réaliste, terriblement touchante ( même si certains membres de la famille sont des monstres d'égoisme pour nous, lecteurs du XXI ° siècle!. On s'aperçoit que la parentatlité a beaucoup changé. Ciel ! Ces gens ne s'occupaient jamais de leurs enfants ? )

L'auteure nous offre une saga d'une rare qualité. Ultra documentée (on s'y croierait !); ultra riche (on compte environ une quinzaine de personnages et jamais le lecteur ne se perd car il y a un arbre généalogique au début).

On y apprend des tas de choses sur l'Angleterre de cette époque, sur Londres, sur la façon dont les gens vivaient ( En vrac : premiers divorces, homosexualité, tickets de rationnement salaire des joueurs de foot ...

Le monde reprend vie après la guerre ( Nouveau Départ couvre la période 1945/1947). Avec le reste du monde, la famille Cazalet reprend son souffle... Sont-ils plus heureux ? Sont-ils plus "sages" ? J'aimerai vous dire que oui, mais la nature humaine est ainsi faite , que non, pas vraiment ...

Si vous avez aimé Downton Abbey, vous aimerez obligatoirement la famille Cazalet .

Une série magistrale, réaliste, délicieuse, riche, addictive, et élégante.

Si élégante...

PS : le tome 5 devrait sortir bientôt " La Fin d'une ère".

Cette saga a été adapté en série télé par la BBC .

( J'implore le dieu des plateformes de la sortir rapido, en Vo sous titrée ;-)

Commenter  J’apprécie          626

Quel plaisir de retrouver cette brillante fresque familiale où l'auteure déploie un talent indéniable , vraiment peu commun, pour décrire les mésaventures, chagrins, déconvenues de tous ces personnages , deux mois après la fin de la guerre , mais rien ,..ne sera plus comme avant .

Rupert , absent depuis cinq ans retrouve une Angleterre en proie à des bouleversements politiques, un pays encore sous le coup des privations et des rationnements . …..

Ce tome 4 est le signe délicat du très difficile renouveau : l'espoir déçu de renouer avec la vie d'avant guerre est vain, la mort du Brig et le divorce douloureux d'Edward et de Villy , lui , refait sa vie avec Diana , elle , rumine son chagrin et sa rancoeur …

Les plus âgés des enfants Cazalet: adultes désormais apprennent à composer avec leurs parents, Clary et Polly partagent un appartement .

Louise cherche des échappatoires à sa vie conjugale , sa tentative de revenir à sa passion , le théâtre , s'avère vaine.

Chacun s'efforcera de tracer sa voie , non sans douleur, déconvenues , épreuves , mésaventures amoureuses .

Nous découvrons la vie en Angleterre , coutumes , manières de vivre ,façons de se nourrir , de s'habiller , de se loger aussi, de la deuxième moitié du vingtième siècle …..

Et surtout : Archie , un ami cher, confident, à l'écoute , personne généreuse et la meilleure que la famille ait jamais rencontrée , celle - ci s'est reposée sur lui durant de très nombreuses années .

Il est sans aucun doute le dépositaire des secrets de famille, le pivot …. le conciliateur le meilleur ….

L'auteure , talentueuse, nous entraîne lors d'un véritable tourbillon au coeur de l'intimité de chacun des personnages , on souffre , on rit, on tremble pour eux , même les personnages secondaires sont aussi minutieusement décrits , fouillés , que ceux qui occupent le devant de la scène ,la Duche apparaît toujours chaleureuse , ouverte , compréhensive ….. malgré son âge avancé !

C'est une magistrale radiographie de l'état d'esprit anglais , cette société d'alors .

De minuscules histoires côtoient la GRANDE , l'élégance, la profondeur, les descriptions, les dialogues, les points de vue différents , d'infinis détails humoristiques sans oublier une petite pointe de féminisme animent cette saga dont on se demande comment cette excellente romancière a pu nous séduire ainsi, une telle aisance éblouissante , une élégance rare ? .

Une longue chronique, chaleureuse pétrie d'émotions ——- de haute volée—— impossible à lâcher !

Les mots me manquent !

Vivement le cinquième et ultime tome promis par la médiathèque !

Commenter  J’apprécie          417

Retrouver la famille Cazalet, c'est tout d'abord un rendez-vous un peu incertain, que l'on appréhende un peu. Ce rendez-vous que l'on a donné à quelqu'un qu'on a follement aimé et la crainte d'être déçu. La peur que les retrouvailles ne soient pas à la hauteur de nos espoirs et de nos désirs, que la magie n'opère plus, qu'elle n'ait été qu'un mirage de plus.

C'est dangereux les retrouvailles, c'est glissant. Tout comme les derniers tomes des sagas littéraires dont on a aimé les premiers avec passion et gourmandise.

Retrouver la famille Cazalet, après le saut dans ce "Nouveau Départ" se révèle tout autre. Ni la déception, ni le désamour ne sont à l'affiche de ce rendez-vous qui, sous ses airs un peu sages de lecture réconfortante et familière (comme une bonne tasse de thé pu-erh au coeur d'un froid mordant) au creux de laquelle il fait bon se nicher tient toutes ses promesses, sans se départir ni de sa profondeur, ni de sa richesse, nous réservant au passage quelques surprises. "Nouveau départ" est définitivement un opus d'envergure, un panneau d'une richesse époustouflante au coeur de la grande fresque romanesque née de la plume d'Elizabeth Jane Howard.

La guerre est enfin terminée, mais en Angleterre -comme dans toute l'Europe- tout reste à reconstruire. Londres est dévastée, ruinée et porte les stigmates des bombardements qui l'ont impitoyablement ravagée tandis que les habitants vivent encore de tickets de rationnement et de privations en tout genre. C'est là, à la lisière d'un monde nouveau, que nous retrouvons les membres de la dynastie Cazalet, toujours aussi attachants, toujours aussi complexes, profonds. L'heure des choix a sonné pour la plupart d'entre eux. Les adultes ont vieilli et gagné en cynisme sinon en amertume tandis que les enfants ont grandi et tente de se frayer un chemin dans cette nouvelle ère, la guerre ayant rebattu les cartes à qui-mieux-mieux. Sous nos yeux et tandis que les personnages avancent chacun à leur manière, on sent poindre une évolution quant à la places des femmes dans la société. Pour autant et même si le divorce semble se démocratiser, rien n'est encore gagné, en témoignent les errances et les difficultés de nos trois cousines préférées pour s'insérer et être heureuses -enfin!- dans un monde que les hommes dominent encore.

Tout comme dans les opus précédents, la narration alterne les focalisations, jouent avec les points de vue, contribuant à nous rapprocher de chaque personnage dont même les plus secondaires parviennent à éveiller notre sympathie voire notre empathie grâce au talent de la romancière qui mêle habilement aux péripéties romanesques de sa saga des passages éblouissants d'introspection de la part de ses protagonistes. C'est -encore une fois - brillant! La multiplicité des voix et des points de vue, outre qu'elle nous offre une délicieuse saga familiale riche de ses secrets et de ses non-dits, de ses rancunes et de ses amours, constitue une formidable radiographie de la société anglaise de l'après-guerre, sans alourdir le propos, bien au contraire.

On retrouve ainsi avec bonheur Louise qui devient enfin elle-même après avoir fait la paix avec son passé, Polly toujours si émouvante, Clary qui n'en fini pas de se noyer, Edward dont l'évolution ne cesse de me surprendre et de m'interroger, Villy, Zoë, Rupe, Archi, Rachel... Ils sont tous là et c'est un bonheur. Une réunion de famille post-covid, et la joie de retrouver ceux qui nous ont tant manqué même s'ils nous agacent parfois.

Des intrigues évoluent et aboutissent, se dénouent tandis que d'autres semblent atteindre un point de non-retour, les personnages évoluent et gagnent en maturité. le fin du roman apporte une vraie note d'espoir et de lumière dans cette saga fleuve où tous ont dû lutter pour avoir le droit d'être eux-mêmes et le plus heureux possible.

A bien des égards, "Nouveau départ" résonne comme une fin... Dix-huit ans après l'avoir écrit, Elizabeth Jane Howard a pourtant écrit une suite dont les événements se situent neuf ans après la fin de ce tome IV. Forcement, il reste des choses à raconter... et même si je suis toujours dubitative quand un auteur propose de si tardives suites, j'ai hâte de savoir où ma famille adoptive so britannique en sera à l'aube des années 60, de la mini-jupe et des premiers tubes des Beatles.

Vivement!

Commenter  J’apprécie          351

Quatrième tome de la saga des Cazalet, cette grande famille anglaise dont on suit la vie de tous les membres : les enfants, les parents, les grands-parents et les amis proches de la famille.

La guerre est désormais terminée, mais pour la plupart d'entre eux, la vie n'est pas plus facile pour autant.

Beaucoup de rêves ont été brisés, les illusions des plus jeunes se sont envolées, les espoirs se sont évanouis, bref, ce volume n'est pas franchement gai ni optimiste, car il confronte les rêves à la triste réalité.

La vie de couple est en centre de ce volume, on voit comment les différents couples de cette famille ont réussi ou pas à surmonter la guerre, la séparation, les privations et les trahisons.

Un roman qui permet de voir ce que sont devenus les plus jeunes, ce sont à présent de jeunes adultes avec leur propres envies.

J'ai beaucoup aimé suivre cette famille durant les quatre tomes, de 1937 à 1947, le cinquième tome se passera neuf ans plus tard et apportera surement une conclusion à cette passionnante saga.

Commenter  J’apprécie          390

Titre parfait pour ce 4e tome de l'histoire de notre famille favorite, les Cazalet.

Eh oui, ces années de l'après-guerre ne sont pas faciles, que ce soit pour le commun des mortels, encore aux prises avec les tickets de rationnement, les prix qui augmentent, et la météo capricieuse de ce coin d'Angleterre, ou pour les Cazalet, dont les membres se posent mille questions, quittent ou sont quittés, déménagent…

Nous sommes donc aux prises avec les difficultés de chaque membre de la famille et suivons de près, en particulier, Archie, le confident de tous, ainsi que les cousines Polly et Clary. Mais les autres ne sont pas en reste, que du contraire !

Tous les destins sont abordés, les tournants de la vie, que ce soit amoureux ou professionnels, ou encore existentiels. L'argent n'est plus si facile pour cette famille au départ fortunée, mais il reste encore très abordable. L'amour, évidemment, reste une préoccupation ou un bonheur majeur(e).

Bref, ce tome est un patchwork de choix de vie différents, mais comme dans tout ouvrage de ce type, si un morceau manque, le reste s'effiloche.

Il reste un dernier tome, à paraitre prochainement, et je me réjouis de le lire !

Commenter  J’apprécie          380


critiques presse (1)
LaLibreBelgique
18 janvier 2022
Parution en français de l’avant-dernier volume d’une saga toujours captivante signée Elizabeth Jane Howard.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation

Un enfant tapait sans enthousiasme dans un gros ballon en caoutchouc sur l’un des sentiers de gravier rectilignes. Seuls les adultes, pensa-t-il, estimaient que les squares étaient des endroits agréables pour les enfants. Ils avaient l’apparence de la verdure – herbe, pelouses, bosquets, arbres, quelques fleurs – mais ils étaient si ordonnés et bornés qu’ils n’évoquaient en rien l’aventure ou le mystère ; difficile d’apprécier quelque chose quand le regard l’embrassait tout de suite en entier.

Commenter  J’apprécie          160

On se connaissait beaucoup moins bien que les autres l’imaginaient, et c’était pourtant sur soi qu’il fallait se pencher pour réfléchir aux personnages d’un roman. Sans doute parce qu’on ne pouvait jamais être sûr de bien saisir les sentiments des autres à moins de réussir à se mettre dans leur peau. Ce qui signifiait en conséquence puiser en soi ; c’était un labyrinthe dans lequel elle se perdait, mais qui l’intéressa beaucoup.

Commenter  J’apprécie          90

Mon Dieu, il aurait accepté qu'elle fasse n"importe quelle coiffure, pourvu qu'elle soit encore en vie ! Sa mort remontait à trois ans - trois ans et quatre mois - , et pendant ce temps, il n'avait fait, lui semblait-il, que s'HABITUER à ce qu'elle lui manque. Ce que les autres appelaient s'en remettre.

Commenter  J’apprécie          131

«  Quoi qu’il ait fait , quoi qu’il lui soit arrivé , quelque soient les erreurs qu’il ait commises ou les mauvais choix qu’il ait effectués , elle découvrit qu’elle avait encore de l’affection pour lui—- qu’elle l’aimait encore.

C’était un soulagement extraordinaire » …

Commenter  J’apprécie          140

«  : Tu es d’accord , n’est ce pas ?

Les gens ont partagé davantage de choses—- en particulier des choses atroces , comme les bombardements , les séparations, le rationnement , et les hommes qui se sont fait tuer….

—— C’est vrai, la vieille arrogance a disparu , dit Sid …. n’ empêche , elle reviendra très vite sans un gouvernement travailliste » ….

Commenter  J’apprécie          90

Videos de Elizabeth Jane Howard (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Elizabeth Jane Howard
https://www.laprocure.com/product/1089860/howard-elizabeth-jane-la-saga-des-cazalet-coffret
La Saga des Cazalet : coffret Elizabeth Jane Howard Éditions de la Table ronde
En juillet 1937, dans la propriété familiale de Home Place, la duchesse, affairée avec ses domestiques, prépare l'arrivée de la famille au grand complet : ses trois fils revenus indemnes de la Grande Guerre, Hugh, Edward et Rupert, accompagnés des épouses, des enfants et des gouvernantes. Alors qu'une nouvelle guerre approche, les intrigues familiales s'entrecroisent. ©Electre 2022
autres livres classés : saga familialeVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus




Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
944 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre