AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Claudia Ancelot (Traducteur)
ISBN : 2070737411
Éditeur : Gallimard (24/02/1993)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 30 notes)
Résumé :

Un coin du passé revit ici par la grâce de l'amour et de la mémoire. La voix de Maryska nous restitue une petite ville de Bohême du début des années vingt et la brasserie voisine, la malterie, le germoir, la cour où l'on grille le malt et où l'on goudronne les tonneaux. C'est aussi l'histoire du couple que forment Maryska et Francin : la jeune femme débordant de santé, fantasque, gloutonne, ne résist... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
JimmyCz
  19 janvier 2018
Commentaire exprimé dans le cadre d'une relecture nous suivons là les tribulations d'un couple Maryska et Francin, ce dernier travaillant dans une brasserie.
Maryska est la narratrice à la première personne et il est rare à cette époque de voir des personnages narrateurs féminins au travers de la plume d'un homme (on en connait des illustres que je ne nommerais pas). C'est d'autant plus étonnant dans un pays comme la République tchèque, assez conservateur et traditionnel. Mais ce prisme de narration est cohérent avec le propos de Hrabal, décrire une femme moderne, décrire un souffle qui s'empare de son pays et qui change les places de chacun. Si cette femme est moderne c'est parce qu'elle n'a pas conscience des codes sociaux ou du moins elle les ignore prodigieusement. Si elle est moderne c'est parce qu'elle dirige son couple et guide son mari d'une certaine manière une égalité est présente entre les deux, chacun faisant preuve de galanterie l'un envers l'autre.
On y voit un rejet du conservatisme, au travers du beau frère qui est resté prisonnier dans le juron du passé si je puis dire. La conclusion est paradoxale avec le coeur du livre et laisse penser que Hrabal considère l'avenir avec échec constamment renouvelé.
Une sorte de mélancolie, une fuite en avant qu'on sait stoppée d'avance.
Le style est superbe mélange d'argot et de tournures poétiques, une fausse simplicité au service d'une efficacité syntaxique rendent fluide ce récit pourtant très mouvementé.
Un grand récit de plus pour cet auteur tchèque, définitivement au sommet de mon panthéon personnel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
5Arabella
  08 avril 2018
Un récit à la première personne de Maryška, une jeune femme, qui est la vie personnifiée, mariée à un homme trop sage, épris de juste mesure et de maîtrise de soi. Maryška mord dans l'existence à pleines dents, au propre comme au figuré, ce qui crée des situation cocasses, et qui donnent bien du soucis à son époux.
Un livre drolatique, mais plein de poésie également et de nostalgie d'une vie qui n'existe plus au moment où le livre a été écrit, une petite ville de Bohême où il faisait bon vivre, plein de personnages truculents, qui n'arrivent pas à se discipliner. Un livre tout en sensations, un éloge de la joie de vivre.
Commenter  J’apprécie          130
Corboland78
  02 avril 2013
Bohumil Hrabal (1914-1997) est l'un des plus importants écrivains tchèques de la seconde moitié du XXe siècle. Après des études de droit interrompues à partir de 1939 en raison de l'occupation allemande, il exerce des métiers divers, ouvrier, voyageur de commerce, figurant de théâtre, cheminot... Il entre en littérature en 1963 mais après l'invasion soviétique de l'été 1968 qui met fin au Printemps de Prague, il connaît des ennuis avec la censure et est interdit de publication. Il connaitra à nouveau la censure entre 1982 et 1985. Finalement il meurt à Prague le 3 février 1997 en tombant – ou en sautant ? – de la fenêtre de l'hôpital où il est soigné. Son roman La Chevelure sacrifiée date de 1976.
L'action se déroule vers 1920 dans une petite ville de Bohème et c'est Maryska qui nous la conte. Maryska et Francin sont mariés et tiennent une brasserie. Lui, est un homme posé, discret, frugal, très amoureux de sa femme ; elle, est plus jeune de caractère, presque gamine, pleine de vie et d'énergie, « quand je mange, je ne mange pas, je dévore » avoue-t-elle ingénuement, dotée d'une très belle et imposante chevelure, l'un de ses principaux charmes pour Francin, « …ces cheveux dont il était tombé amoureux. » Deux caractères bien différenciés dont Francin a parfois du mal à s'accommoder, sa Maryska ne correspondant pas avec son idée « de la femme convenable ». le bouquin s'achève sur un caprice de Maryska se faisant couper les cheveux, signe d'un renouveau mais aussi début d'une nouvelle histoire puisque Francin lui promet « Alors ma petite fille, dit-il, on va commencer une nouvelle vie ».
Le roman enchaîne des scènes charmantes sur la vie d'une brasserie ou l'abattage du cochon, puis il y aura l'arrivée inopinée de l'oncle Jo, frère de Francin et cordonnier de son état, et ses frasques avec le personnel de la brasserie. Nous découvrons aussi l'entrée de la modernité dans le petit village, la radio et le gramophone, prétextes à de jolis paragraphes.
Le roman est bien écrit, l'écriture est dense, exubérante, bien rythmée, utilisant un vocabulaire très précis. Je ne sais pas pourquoi, mais la lecture de ce roman m'a fait penser à certains films d'Emir Kusturika. Les scènes se succèdent, mêlant le crédible à l'onirique voire au farfelu, « comme toujours M. Kropàcek était assis dans le side-car et conduisait sa moto d'un pied posé sur le guidon ».
On peut trouver dans ce roman une fraîcheur et une tendresse délicieuse, une certaine poésie, je le comprendrais, mais pour ma part néanmoins, je n'y ai pas trouvé beaucoup d'intérêt. Heureusement le texte n'est pas très long, et ceci compensant cela, on arrive facilement au point final et l'on referme le livre dubitativement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
mediathequelespennesmirabeau
  23 avril 2014
C'est une chronique de la vie quotidienne en Bohême au début des années 20, à travers la vie d'un couple et de ses relations aux autres. C'est un récit gai, simple, amusant chargé d'odeurs, de sensations où les objets deviennent visibles au lecteur et où l'on entend réellement l'inquiétude des lampes à pétrole, la course des chevaux le soir dans les rues.
Ce roman très frais requinque parce -qu'il est débordant de vie, de celle que nos sociétés ne connaissent plus. C'est un vrai coup de coeur et un bijou de poésie.
Commenter  J’apprécie          90
Carmendb
  07 novembre 2018
L'auteur rend tout d'abord un hommage vibrant à sa mère dans ce roman riche en émotions, poésie et humour, éclatant de lumières, de couleurs, d'odeurs, que ce soit celles de la brasserie, des séances chez le coiffeur, du bain dans la barrique ou de la journée des cochonnailles. Maryska est drôle, émouvante, fantasque, débordante de vitalité, elle croque la vie à pleines dents et son caractère contraste fortement avec celui de Francin, son mari, timide et réservé. Il voudrait bien qu'elle soit plus sage et il ne fut jamais aussi heureux que lorsqu'elle se brisa la cheville parce qu'alors il la tenait "comme il voulait, une femme convenable qui restait à la maison."
C'est l'arrivée de la radio dans son village, dans les années vingt, la Transmission Sans Fil, qui en raccourcissant soudain les distances provoque en Maryska l'envie brutale de raccourcir tout ce qui peut l'être : sa jupe d'abord, ce qui lui donne une impression nouvelle de liberté dans le mouvement et lui fait retrouver sa jeunesse, puis les pieds de ses chaises et de sa table dans un épisode franchement comique, elle continue avec la queue du chien, opération malencontreuse qui se termine par un drame et enfin elle sacrifie sa flamboyante chevelure pour adopter la coiffure de Joséphine Baker...
Bohumil Hrabal nous entraîne à la suite de Maryska, la narratrice, dans un style particulier, qui surprend au début : de très longues phrases, souvent plus d'une page, où se succèdent des associations d'idées parfois sans liens apparents et où les "et alors..., et alors..."s'enchaînent les uns aux autres comme dans les récits des écoliers. On prend son souffle, on s'y habitue, d'autant plus qu'on ne s'ennuie pas une seconde en compagnie de la belle et de ses amis et qu'on s'amuse beaucoup!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Corboland78Corboland78   02 avril 2013
… mais encore une fois je ne me suis pas noyée, une seule dame m’a vue, Mme Krsenkà qui était sur un fauteuil roulant depuis dix ans et qui avait des ulcères, c’est elle qui regarda par la fenêtre juste au moment où j’étais en train de tomber et le seul qui accourut fut M. Pokorny, le photographe, il sauta avec son couteau et sa fourchette et sa serviette autour du cou et me tira de l’eau (…) M. Pokorny me menaçait tantôt de sa fourchette, tantôt de son couteau, comme quoi, s’il retrouvait un déjeuner tout froid, il viendrait régler ses comptes avec moi, parce que les petites filles sages, lorsqu’elles ont envie de se noyer, elle le font plus tôt et pas juste à midi lorsque la première oie de la saison est sur la table.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MedullaMedulla   18 février 2018
J'aime ces quelques minutes avant sept heures du soir, il fait bon pendant ces quelques minutes lever la tête pour voir la lumière se retirer des ampoules comme le sang d'un coq à la gorge tranchée, j'aime regarder cette signature pâlissante du courant électrique et je crains le jour où la brasserie sera raccordée au courant de ville, ce jour où l'on n'allumera plus toutes ces lampes tempête dans les étables, lampes aux petits miroirs ronds, lampes ventrues aux mèches rondes, le jour où personne ne se souciera plus de leurs lumières car toute cette cérémonie aura fait place à un commutateur semblable au robinet qui a remplacé les jolies pompes d'antan.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Video de Bohumil Hrabal (4) Voir plusAjouter une vidéo

[Bohumil Hrabal : Une trop bruyante solitude]
A la Fondation Suisse de la Cité Internationale Universitaire de Paris, Olivier BARROT présente le livre du romancier tchèqueBohumil HRABAL : "Une trop bruyante solitude". Après en avoir lu les premières lignes, Olivier BARROT rappelle qui est Bohumil HRABAL, dans quelles conditions il a écrit et résume ce qu'il définit comme un conte philosophique.
Dans la catégorie : Littérature tchèqueVoir plus
>Littératures indo-européennes>Balto-slaves : Bulgare, macédonienne, serbo-croate>Littérature tchèque (42)
autres livres classés : littérature tchèqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3384 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre