AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2847347593
Éditeur : Tallandier (27/01/2011)

Note moyenne : 3.43/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Rien ne prédestinait Jeanne Bécu, certes fort jolie mais fille d'une domestique, à une ascension aussi soudaine qu'incroyable. Présentée au roi, elle le séduit et devient sa dernière favorite. Mais, à Versailles, ses ennemis, la dauphine Marie-Antoinette et Choiseul la jugent frivole et intrigante. Or, intelligente et femme de goût, elle parvient à imposer son influence et son style avant de quitter la Cour à la mort du roi.
Quelques années plus tard, c'est s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
petitsoleil
  01 février 2013
un très bon livre pour connaitre l'époque de Louis XV et le destin de celle qui fut très longtemps sa favorite
l'auteur sait être à la fois érudite et très claire dans ses explications
même si je ne connaissais pas très bien l'époque ni la dame dont il est question, je n'ai pas eu de difficultés à comprendre ni à apprécier les qualités de cette biographie, essai qui se lit "comme un roman"
biographie et ouvrage historique par le souci de clarté, de pédagogie, mais aussi d'exactitude ... mais cela reste très lisible et intéressant
enfin la personnalité de Mme du Barry était très intéressante aussi
une dame jolie disait-on, très blanche, blonde aux yeux bleus, qui savait plaire aux hommes de son temps, tenait salon et entretenait des relations épistolaires avec bien des nobles de l'époque ... mais n'oubliait pas le peuple : elle savait être souvent auprès des pauvres, foncièrement bonne, peu rancunière (ni avec Marie-Antoinette, ni avec son ennemi de toujours Choiseul, ni avec d'autres)
une femme bien différente de Marie-Antoinette qui ne sut jamais l'apprécier ... l'ironie du sort, c'est que ces deux dames si différentes durent périr de la même façon, en des temps très agités
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
simonjean
  12 décembre 2017
Biographie intéressante et très documentée mais ce genre de livre a le défaut de ses qualités : l'auteur visiblement très bien documentée donne beaucoup de précisions .... parfois un peu trop , ce qui submerge un peu le lecteur .
Commenter  J’apprécie          20
missonia
  07 mars 2017
Biographie de Madame du Barry (Jeanne Bécu), la dernière favorite du roi Louis XV.
L'auteure illustre à merveille le basculement d'une société, du libertinage à l'échafaud. :(
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
petitsoleilpetitsoleil   20 janvier 2013
Jeanne est trop fine pour n'avoir pas réalisé qu'en faisant nommer le duc d'Aiguillon à un poste clé, elle renforçait l'équipe Maupeou-Terray qui lui est toute acquise, donnant ainsi naissance à un "triumvirat" éminemment influent et consolidant le triomphe du parti dévot.
En revanche, cette nomination a été mal ressentie par Marie-Antoinette qui voit en d'Aiguillon l'ennemi juré de Choiseul et l'homme lige de Mme du Barry. Aussi, dès l'intronisation du nouveau secrétaire d'Etat, la dauphine a-t-elle fait preuve envers lui d'une grande froideur tandis qu'elle redoublait de morgue avec la favorite.
Informée par Mercy du comportement de sa fille, Marie-Thérèse s'inquiète et le charge de veiller à ce que la dauphine "traite bien, sans affectation, les personnes du parti dominant, comme des gens que le Roi veut distinguer et dont elle doit ignorer tout ce qu'il y a de méprisable dans le caractère et la conduite". Après quoi, dans ce style qui lui est propre, elle écrit à Marie-Antoinette : "Je dois vous avertir qu'on n'était pas content comme vous avez reçu ce nouveau ministre, et généralement que vous marquez à tout ce parti trop d'éloignement. [...] Il vous suffit que c'est le Roi qui distingue une telle ou un tel, que vous lui devez des égards, point des bassesses."
La réprimande maternelle fait de l'effet. Lors du séjour de la Cour à Compiègne, alors que Marie-Antoinette joue au lansquenet à la table du roi, "elle parla à la favorite (...) et cela de bonne grâce, sans affectation et sans qu'il y eût trop ou trop peu".
Le lendemain, quand d'Aiguillon se présente à son jeu, "il fut traité à merveille".
A quelque temps de là, lors d'une chasse au daim que la dauphine suit toujours en calèche, elle fait dire à la duchesse d'Aiguillon, l'épouse du nouveau secrétaire d'Etat, de l'y accompagner, "ce qui fit très bon effet auprès du ministre", assure Mercy à l'impératrice.
Seulement, sous l'influence de Mesdames chez qui, par désoeuvrement, elle continue de se rendre fréquemment, Marie-Antoinette reprend vite ses airs de hauteur envers Jeanne.
"Très délicat sur tout ce qui regardait sa maitresse", Louis XV ne tarde pas à s'en apercevoir. Il charge alors Mercy d'agir (...)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
petitsoleilpetitsoleil   20 janvier 2013
[Après la mort de Louis XV, après sa captivité dans un couvent éloigné de la capitale, et après sa libération ... Mme du Barry a pu acheter une nouvelle demeure, loin de Paris mais une belle demeure tout de même ...]

On fait bonne chère au château et les réceptions se succèdent, réunissant de vieux amis (...)

Les mondanités n'empêchent pas Jeanne de se préoccuper du sort des malheureux. On est alors en pleine "guerre des farines". Les mauvaises récoltes de l'année passée, jointes à une désastreuse liberté de commerce des grains, ont provoqué un accroissement notable du prix de la farine et du pain. Or ces denrées constituent la nourriture essentielle des petites gens.
Affamés, certains se sont révoltés en de nombreuses régions, allant jusqu'à brûler moulins et stocks de farine.

La comtesse organise donc des distributions de pain, de viande et de bois pour les villageois de Saint-Vrain. Elle assiste tout particulièrement les femmes en couches à qui elle assure, après les naissances, du bouillon, du vin, du linge et des bonnets d'enfant. Les femmes de charge ont ordre de distribuer ses anciennes toilettes aux déshéritées et de vêtir les petites filles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
petitsoleilpetitsoleil   20 janvier 2013
Au mariage [du dauphin Louis-Auguste et de l'archiduchesse d'Autriche, la jeune Marie-Antoinette], célébré le lendemain à la chapelle de Versailles, Jeanne, "en grand habit de pierreries" éclipse les autres femmes par son élégance et sa beauté. La journée se termine par un festin servi avec la vaisselle d'or dans la nouvelle salle d'Opéra dont Gabriel vient d'achever l'aménagement.
Dès lors, durant plusieurs jours, les réjouissances se succèdent. Le lendemain de la cérémonie nuptiale, une représentation de Persée, de Quinault et Lully, permet d'apprécier la parfaite acoustique du nouvel Opéra. Après quoi vont alterner bals et nouveaux spectacles dont une fête vénitienne sur le Grand Canal qui remplit d'admiration le peuple admis à y assister. A cette fête le roi ne s'est pas mêlé. En raison de son âge - le 15 février, il a célébré avec faste ses soixante ans -, on a craint pour lui la fraîcheur de la nuit mais, d'une fenêtre de la Galerie des Glaces, il a pu voir évoluer les gondoles et constater la parfaite illumination du canal, "gainé de chaque côté de grands ifs porteurs de milliers de lampions". Jeanne en revanche est présente à tous les spectacles. A ce dernier, le duc d'Aiguillon lui a prêté constamment le bras.
Dans l'après-dîner du 30 mai, Louis XV et sa maitresse se rendent à Bellevue afin d'admirer, de la terrasse du château, le feu d'artifices que la ville de Paris offre aux nouveaux époux et qui va être tiré sur la place Louis XV (future place de la Concorde), encore en travaux entre les bâtiments à colonnade construits par Gabriel. (...)
A quelque temps de là, désireuse d'être en bons termes avec la dauphine, Jeanne va lui rendre visite. Des auteurs de ce temps ont prétendu que Marie-Antoinette avait refusé de la recevoir. Or Mercy-Argenteau écrit peu après à sa souveraine : "Mme du Barry a cru devoir aller faire sa cour un matin à Son Altesse Royale. Cette princesse l'a reçue sans affectation ; cela s'est passé avec dignité et d'une façon à ne mécontenter personne." (...)
Cette attitude plutôt conciliante ne va pas durer. La faute en incombe pour une large part à l'ambiance dans laquelle évolue la dauphine. Le moins qu'on puisse dire est que l'aîné des petits-fils de Louis XV montre une constante retenue à l'égard de sa jeune épouse. Bien que presque totalement ignorante des choses de l'amour, Marie-Antoinette a fini par s'en étonner.
Chaque matin Louis-Auguste se lève tôt et part chasser des heures durant ; le soir, après un copieux souper qu'il engouffre rapidement, il se couche et s'endort. Bien renseigné par l'abbé de Vermond, lecteur et confident de Marie-Antoinette, Mercy-Argenteau a révélé à l'impératrice que, depuis la rencontre en forêt de Compiègne, jamais le dauphin n'a donné à sa femme "la plus légère marque de goût ou d'empressement, soit en public, soit dans le particulier". C'est au point que Choiseul a osé dire à Louis XV que le dauphin "deviendrait l'horreur de la nation" si son comportement ne changeait pas radicalement. Le roi semble avoir haussé les épaules, arguant que son fils le dauphin n'avait consommé son mariage qu'après plusieurs mois d'union.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
petitsoleilpetitsoleil   20 janvier 2013
Les attentions du prince de Condé ont affermi la position de Jeanne à la Cour. A peine est-elle revenue à Versailles qu'elle se voit de mieux en mieux acceptée. Elle n'en continue pas moins à se montrer discrète, ne cherchant nullement à s'imposer. (...)
Bien que fort lié avec les Choiseul [note : Choiseul est l'un des principaux ennemis de Mme du Barry], le baron de Gleichen reconnait dans ses Souvenirs que Mme du Barry était "une bonne créature, d'humeur agréable". Jusqu'à Voltaire qui, dans une lettre à la comtesse de Rochefort, admet que la favorite est "une bonne fille".
Malgré l'exemple donné par Mme de Pompadour [note : une autre célèbre maitresse du Roi], Jeanne n'aspire pas à jouer un rôle politique. Ce qu'elle souhaite : demeurer auprès d'un monarque qui tient à elle et pour lequel elle s'est prise d'affection, être entretenue sur un grand pied et vivre en bonne harmonie avec ceux qui l'entourent.
Aussi l'hostilité permanente de Choiseul commence-t-elle à l'agacer. Lors d'un séjour à Compiègne, elle l'a prié par lettre d'intervenir en faveur de l'un de ses protégés. Il n'a pas daigné répondre. Et lorsque à l'instigation du Roué, le duc de Lauzun, neveu de Choiseul, a tenté d'aplanir l'atmosphère entre elle et son oncle, ce dernier l'a reçu "avec la fierté d'un ministre persécuté des femmes et qui croit n'avoir rien à redouter". (...)
"Un homme de mes amis fut chargé, malgré lui, de dire au duc de Choiseul que Mme du Barry désirait vivre en bonne intelligence avec lui et que, s'il voulait se rapprocher d'elle, elle ferait la moitié du chemin. Ce furent les paroles de la favorite. Le négociateur représenta que les maitresses chassaient les ministres et que les ministres ne chassaient pas les maitresses. L'orgueil et l'humeur du duc furent inflexibles."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
petitsoleilpetitsoleil   20 janvier 2013
Louis XV a depuis beau temps repris du plaisir entre les bras de Jeanne et oublié cette lubie. Dès le début de l'été 1770, il écrit à Choiseul : "Vous connaissez Mme du Barry. Elle n'a nulle haine contre vous, elle connait votre esprit et ne vous veut point de mal ; le déchaînement contre elle a été atroce, à tort pour la plus grande partie ; l'on serait à ses pieds si ... " Et, laissant en suspens sa phrase, il ajoute : "Ainsi va le monde. Elle est très jolie, elle me plaît, cela doit suffire."

Il est un sujet que Jeanne aborde rarement avec le roi : la non-consommation du mariage du dauphin.Le fait ne trouble pas outre-mesure le monarque. "Mon petit-fils n'est pas fort caressant, a-t-il écrit à l'infant de Parme, mais il aime bien la chasse."
Jeanne en revanche juge cette situation si anormale que, lorsque le duc de Saint-Mégrin la prie d'intercéder auprès de Louis XV pour qu'il admette le dauphin aux chasses et aux soupers intimes de Saint-Hubert, elle accepte volontiers. Ainsi pourra-t-elle étudier en toute quiétude ce grand garçon malingre, guère séduisant malgré ses yeux bleus pleins de douceur et assurément mal dans sa peau. Le roi ayant accédé à sa demande, Louis-Auguste est désormais convié aux petits voyages à Saint-Hubert.
Contrairement à la version donnée par Mercy-Argenteau à l'impératrice, il n'y renonce pas dès qu'il apprend de la bouche de ses tantes - à qui il va, lui aussi, rendre visite [comme Marie-Antoinette] - le passé de la favorite. Sans doute par crainte de leur déplaire et de provoquer un conflit avec son épouse, il laisse simplement passer quelque temps avant d'en faire de nouveau partie.
(...) Il vient pour la première fois à Saint-Hubert le 29 mai 1770 et y reste "déjeuner" ! Il y retourne trois fois en juin et deux fois en juillet. Puis deux fois en mai, six fois en juin et quatre fois en juillet 1771. En 1772, ses venues à Saint-Hubert prennent une cadence accélérée : huit fois en mai et sept fois en juin. Il y reviendra encore en mai et juin 1773. Or, en 1773, il y a beau temps qu'il est fixé sur la vie de Jeanne avant qu'elle ne devienne la favorite de son grand-père.
On peut donc penser que ces repas de chasse, dans une ambiance dénuée d'un strict protocole, constituent pour le jeune homme intelligent mais complexé qu'est le futur Louis XVI des moments de détente physique et morale.
Emu par la beauté mais aussi la bonté de Jeanne, il prend plaisir à la voir rire, à l'entendre discuter. Dans son orbe il se sent bien, voire heureux. Il en vient presque à oublier "l'Autrichienne" comme sa tante Adélaïde surnomme Marie-Antoinette. Cette dernière doit deviner les sentiments qui agitent son époux, car c'est elle qui le prie de mettre un terme à ces réconfortants "week-ends".
Déjà, si l'on en croit ce qu'a révélé Mercy au chancelier Kaunitz, la dauphine avait tenté quelques mois plus tôt de "détacher son cher mari de son ancien gouverneur, de la favorite et de tous leurs partisans".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : biographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
834 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre