AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782723486545
128 pages
Éditeur : Glénat (18/09/2013)

Note moyenne : 3.51/5 (sur 47 notes)
Résumé :
Les chroniques d'un adolescent pas comme les autres

Hadrien vit dans un petit village au fin fond de la Bretagne. Étouffé par sa mère castratrice et l'éducation stricte de son école religieuse, il se réfugie dans les livres. Ce tempérament solitaire, ainsi que la petitesse d'esprit de son village empêchent Hadrien de s'épanouir et de profiter de sa jeunesse. Il ne se sent pas à sa place. Malgré tout, il va commencer à fréquenter Jérémie, le bellâtre d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
Nat_85
  03 mai 2019
Publié en 2013 aux éditions Glénat, le roman graphique » La ligne droite « est le fruit de la collaboration entre le scénariste Hubert et l'illustratrice Marie Caillou.
Ne vous fiez pas à la couverture du livre qui paraît simple et naïve, le sujet qu'il traite est fort.
Hadrien est un jeune lycéen qui vit seul avec sa mère, dans le fin fond de la Bretagne. Scolarisé dans un établissement catholique très stricte, le jeune garçon semble particulièrement renfermé et isolé. Pas plus épanoui à la maison, il subit une éducation religieuse sans concession de la part de sa mère.
Lors d'une séance de sport au lycée, il est brutalement plaqué au sol par un certain Jérémie, sous l'oeil moqueur du professeur, le père Kéméneur. Lorsque Jérémie vient s'excuser de son geste dans les vestiaires, Hadrien éclate d'une colère sans nom.
p. 20 : » MARRE, MARRE, MARRE DE CE LYCEE CATHO POURRI, DE CES CONNARDS SADIQUES ! Vous allez bien rigoler tout à l'heure, non ? » Trop drôle, tu lui as bien foutu sur la gueule ! le pif explosé ! Arf ! Arf ! Arf ! » Alors, tes excuses, tu peux te les garder. Mais ce qui me tue, c'est ce prof ! On dirait que c'est comme ça qu'il prend son pied ! Tellement frustré dans sa religion à la con ! Tellement pas de vie qu'il espère bien gâcher la nôtre aussi ! «
Mais cette colère enfouie depuis si longtemps au fond de lui, a le mérite de faire rire Jérémie. Il faut dire qu'il n'a pas l'habitude de voir son camarade de classe exprimer ses émotions, et encore moins sa colère.
En rentrant chez lui, Hadrien retrouve sa mère en grande discussion avec sa marraine, la propre soeur de sa mère. Celle-ci est aussi ouverte et compréhensive que sa mère est bornée et fermée. Ce qui provoque parfois de vives tensions entre les deux femmes. Mais Hadrien est très proche de sa marraine.
p. 27 : » Parce que tu crois que c'est drôle d'être un ado dans un bled comme ici ? Il n'y a rien à faire, à part attendre que ça passe. Tu te souviens quand on avait leur âge ? «
S'apercevant des points communs, Jérémie et Hadrien décident de se voir en dehors du lycée. Puis un jour ces sentiments d'amitié évoluent et se transforment en une attirance réciproque.
p. 61 : » Depuis que j'ai douze ans. Je me suis rendu compte que je regardais les garçons, pas les filles. Et j'ai tout de suite compris qu'il fallait que je le cache. «
Malgré leur discrétion, leur secret est rapidement découvert. La réaction du proviseur, le père Kéméneur, est choquante et sans appel !
p. 89 : » Je ne suis pas là pour te juger. Tu es malade et nous ne jetons pas la pierre aux gens malades. Nous leur tendons la main. Tu vois, ce qui est arrivé est une très bonne chose pour toi. Maintenant que nous savons, nous allons pouvoir t'aider avant que ça ne devienne plus grave. «
Que des ouvrages comme celui-ci soient encore utiles pour dénoncer l'homophobie, et plus particulièrement l'intolérance de la religion catholique, n'est pas rassurant sur l'évolution de la société. Un double sujet traité, peut-être, de manière un peu rapide ? Il n'empêche que Hubert et Marie Caillou ont su mettre en images et en mots le mal être de ces adolescents. La tension omniprésente est parfaitement transcrite par l'alternance des couleurs pastels et des couleurs froides.
Lien : https://missbook85.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
jamiK
  06 décembre 2018
Le dessin est froid, le trait net, coloré uniquement par des aplats, avec des couleurs naturelles dont l'équilibre est parfois brusquement cassé par une couleur acide, agressive, un jaune citron par exemple. Ce choix graphique presque inconfortable est en total harmonie avec le propos. L'histoire raconte la vie au lycée ou collège, c'est à dire vers 15 ans, d'un enfant qui se sent différent. C'est une bande dessinée qui parle d'homosexualité, de la révélation de l'adolescent qui découvre qu'il est homosexuel. Sous cette apparente douceur du trait, du rythme du récit surgit une extrême violence, celle de l'hypocrisie sournoise de la société vis à vis de l'homosexualité, de la religion, de l'enseignement religieux, de l'éducation familiale. C'est une oeuvre très militante et absolument nécessaire, un pamphlet contre tous ceux qui pensent que l'homosexualité est une maladie et qui croient faire acte de compassion en proposant une possible “guérison”. Et justement, la force du propos c'est de dénoncer cette vision, de nous en faire vivre toute la cruauté. le mal être qui s'installe dans l'esprit de ces jeunes est raconté avec beaucoup de nuance, de pudeur, et de subtilité, brièvement et simplement, sans voyeurisme, les auteurs ne cherchent pas à ce que le lecteur s'identifie, ce n'est pas leur propos, ce garçon reste distant pour le lecteur comme il est distant avec les autres enfants, pour mettre en avant le malaise. En choisissant une famille et un univers scolaire bigots et conservateurs, Hubert appuie le trait, mais il ne tombe jamais dans l'outrance et la caricature et à l'arrivée, le récit touche et marque... Poignant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
mfgaultier
  27 janvier 2014
J'ai beaucoup aimé cette BD, la ligne droite, qui se fait d'abord remarquer par son format à l'italienne, ensuite par sa couverture au dessin particulier, très stylisé, un brin naïf, sur laquelle on voit deux personnages dos à dos, installés sur une branche surplombant la mer. L'un deux porte une veste rose fluo, comme la couleur du titre. Il regarde sur la droite et semble triste.


La ligne droite parle de la découverte de l'homosexualité à l'adolescence, sujet un peu casse-cou de nos jours mais ici très bien mis en scène. Hadrien est un jeune homme réservé, sur protégé par sa mère qui le traite comme un enfant. Il est bon élève mais n'est pas bien intégré dans son école religieuse et il n'a qu'un ami. Evidemment, ses camarades du lycée le trouvent ringard et mal habillé. En fait, cette apparence est « une couverture de survie » derrière laquelle Hadrien se cache, comme le découvre Jérémie, qui vient de le plaquer un peu violemment au rugby. Ce petit accident de sport les rapproche et petit à petit ils deviennent amis avant que d'autres sentiments beaucoup plus forts apparaissent, ce qui n'est pas du goût de l'entourage, notamment le directeur du lycée…

La ligne droite est une très belle BD, aux dessins harmonieux, avec beaucoup de lignes et de cadres, comme pour exprimer l'espace rigide dans lequel évolue le jeune personnage. Les couleurs sombres parfois viennent renforcer cette impression de renfermement, d'asphyxie. Heureusement, Marie Caillou a choisi d'insérer dans certaines planches de beaux arbres qui déploient leurs branches vers le ciel et donnent de la respiration dans la narration sombre et douloureuse. Et les rencontres d'Hadrien avec Jérémie sont isolées du reste par des couleurs jaunes, reflétant les sensations pures que ressentent les personnages. Les auteurs ont même placé sur le chemin d'Hadrien des éoliennes qui pourraient lui insuffler l'énergie pour lutter contre les obstacles qui s'accumulent devant sa frêle silhouette…

Le scénario D Hubert surprend par la profondeur des propos, la justesse des répliques. Les dessins de Marie Caillou s'allient merveilleusement aux textes, apportant une touche originale à cette histoire simple et terrible. Une BD réussie, une très belle découverte.

Lien : http://blogs.lexpress.fr/les..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ChezLo
  14 mars 2014
Hadrien est un ado mal dans sa peau. Il faut dire qu'il n'est pas gâté entre une mère pénible le surprotégeant et des camarades de classe brutaux et moqueurs. Mais bon, faut faire avec, comme lorsqu'on s'amuse à vous faire tomber pendant le cours de sport. Contre toute attente, Hadrien, toujours désillusionné, va se laisser approcher par Jérémie, autre garçon de sa classe, et même plus parce qu'affinités. Au grand dam de la petite amie de ce dernier, et du directeur du lycée catho.
Cette petite bande dessinée, avec son format à l'italienne et ses couleurs sophistiquées, ne manque pas d'intérêt.
Les décors sont épurés, Hadrien vit au fin fond de la Bretagne, mais il pourrait tout aussi bien s'agir de l'Amérique profonde, le design étant soigné, les couleurs très tranchées qui impersonnalisent les lieux, la typo des textes aussi. Après s'être familiarisé avec ces ambiances et cette esthétique, on éprouve une profonde sympathie pour ce jeune solitaire très brillant mais menacé d'une forte misanthropie. Et puis cette histoire d'homosexualité adolescente, amenant son lot d'espoirs heureux puis de déceptions cinglantes, résonne avec une grande justesse, celle qui fait mesurer l'injustice.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
livreclem
  03 décembre 2014
Un jeune lycéen d'une famille catholique et scolarisé dans un établissement privé catholique, cache depuis longtemps son homosexualité.
Cette BD m'a touché par le graphisme simple et émouvant. Un bémol sur le cliché de "l'école privé catholique" ...
Commenter  J’apprécie          60


critiques presse (4)
BoDoi   10 octobre 2013
Le travail graphique de Marie Caillou, japonisant, ultra-coloré, visant à l’épure, séduit et impressionne. Finement bâti par Hubert, le héros de La Ligne droite se révèle touchant. Mais le ton adopté sonne faux, la langue choisie semble trop « adulte », loin d’échanges réels entre adolescents.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BDGest   01 octobre 2013
Il se dégage de ce livre une impression de perfection, tant graphique que dans le cheminement du récit.
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario   18 septembre 2013
On se laisse mener par la main dans cet album parfaitement construit, avec une narration très lente, presque en suspension, qui a peut-être tendance à neutraliser certaines tensions, mais qui demeure vibrante d'émotion silencieuses.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Sceneario   18 septembre 2013
On se laisse mener par la main dans cet album parfaitement construit, avec une narration très lente, presque en suspension, qui a peut-être tendance à neutraliser certaines tensions, mais qui demeure vibrante d'émotion silencieuses.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
EveToulouseEveToulouse   03 janvier 2014
Mais non, ce n'est pas ta faute! Tu n'es pas une mauvaise mère!
Quoi?! Ton fils se fait tabasser et ces crétins veulent le renvoyer?!! Et toi, ce qui te choque, c'est qu'il ait embrassé un garçon?
Mais tu devrais être dans le bureau du directeur en train de lui arracher les yeux! Ton fils est la victime dans l'affaire! Et il y a des lois...!
Commenter  J’apprécie          10
ChezLoChezLo   13 mars 2014
"- Hadrien ! ?
Bonjour mon chéri, bien dormi ?

- J'our.

- Voilà, tu es beau comme un sous neuf !

- Maman !

- Il n'est pas question que tu ailles à l'école tout débraillé !
Hadrien ! Ton sac de sport !"
Commenter  J’apprécie          20
bartleby95bartleby95   18 janvier 2016
- Qu'est-ce que c'est que ça? Tu t'es battu ?
- Non. Je me suis fait piétiner en sport. C'est la méthode pédagogique du père Kéméneur pour endurcir les garçons.
Commenter  J’apprécie          20
bartleby95bartleby95   18 janvier 2016
Sans les livres, je deviendrai fou. C'est mon seul espace de liberté.
Commenter  J’apprécie          50
LioneldeLyonLioneldeLyon   18 juillet 2017
Qu'est-ce qui est le plus important pour toi ? Ce que tu ressens ou ce que pensent les autres ? Tu n'en a pas assez de te mentir à toi même ?
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Hubert (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Hubert
Pénélope Bagieu présente "Miss Pas Touche" de Hubert et Kerascoët.
autres livres classés : homosexualitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1282 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre