AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
Freight Books (18/03/2013)
3.84/5   79 notes
Résumé :
Vimbai est la meilleure coiffeuse du Zimbabwe. Fille-mère au caractère bien trempé, c’est la reine du salon de Madame Khumala; jusqu’à l’arrivée de Dumi, surdoué, beau, généreux, attentionné, très vite il va détrôner Vimbai.
Quand Vimbai comprend enfin le secret de Dumi, elle fait un chemin intérieur que le pouvoir au Zimbabwe est loin de suivre.

Le meilleur coiffeur de Harare ne se contente pas d’une romance aigre-douce et des cancans d’un s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (29) Voir plus Ajouter une critique
3,84

sur 79 notes
5
3 avis
4
22 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis

Cannetille
  20 septembre 2020
A Harare, au Zimbabwe, la narratrice Vimbai règne sur le salon de coiffure de Madame Khumala où elle est employée, lorsque l'arrivée du séduisant et talentueux Dumi vient lui voler la vedette auprès de toutes les clientes. Mais le jeune homme cache un secret qui le met en danger dans son pays, ce que Vimbai finira par découvrir.

Certes, l'essentiel du récit tient dans une romance tirée par quelques grosses ficelles et parsemée de clichés qui, par certains côtés, pourrait prêter à sourire : assez souvent improbable, l'intrigue repose sur la candeur, il faut le dire plutôt niaise, de Vimbai. Mais l'intérêt du livre est ailleurs et fait vite pardonner ces points faibles : bien écrit et très plaisant à lire, il nous plonge dans la vie quotidienne au Zimbabwe pendant la dictature du président Mugabe, évoquant le déclin économique du pays et l'hyperinflation, le chômage, les pénuries et les longues queues qui s'étirent partout, la corruption de la police et de l'administration, les passages à tabac de qui déplaît au pouvoir. L'homosexualité est un crime qui peut conduire à la mort. Condamnée par tous, elle est contrainte à la plus grande clandestinité : malheur à celui ou celle dont le secret s'évente.

Sous ses dehors légers de romance à deux sous, cette histoire est ainsi un émouvant plaidoyer contre l'homophobie et ses violences, accompagné d'une découverte du terrible quotidien au Zimbabwe, un des pays les plus pauvres au monde qui bascula de la colonisation britannique à une longue dictature.

Lien : https://leslecturesdecanneti..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          670
traversay
  20 février 2014
Que connait-on, au fond, du Zimbabwe ? Que Mugabe, son président, règne par la terreur, que l'hyperinflation sévit, qu'une infime élite se vautre dans la richesse alors que la majorité de la population vit d'expédients. En 2010, le Zimbabwe a été classé dernier dans la liste des pays par indice de développement humain, c'est tout dire. Alors même que la devise du pays est : unité, liberté, travail ! On parle peu de l'ancienne Rhodésie dans les médias, que pourrait-on en dire ? le meilleur coiffeur de Harare, le premier roman de Tendai Huchu, né en 1982, et qui vit désormais à Edimbourg, réussit le tour de force de nous plonger au coeur de sa capitale et du quotidien de ses habitants, par le biais d'une histoire dont l'apparente simplicité d'écriture et la fausse légèreté narrative n'entravent en rien sa richesse thématique qui a autant de valeur qu'un documentaire. A commencer par le portrait de la narratrice du roman, fille mère, violée par son protecteur, qui se bat pour survivre et n'a pas mis au rencart ses ambitions professionnelles. le salon de coiffure où elle travaille est un forum permanent où l'on peut prendre le pouls d'un pays. Et l'apparition de Dumi, un coiffeur qui va rapidement la supplanter en tant que star du salon, va tournebouler sa vie et son échelle des valeurs. le livre brasse un nombre de sujets infinis sans avoir l'air d'y toucher, dans une intrigue limpide qui va virer à la tragédie. Il serait criminel de révéler quelle est la "différence" de Dumi et comment l'amitié, l'amour, la jalousie et l'incompréhension vont bouleverser le coeur de l'héroïne du récit. Celui-ci se révèle particulièrement émouvant dans ses ultimes pages. Sa grande force est d'être à la fois viscéralement zimbabwéen et profondément universel. Un vrai bon livre, dense, poignant et vibrant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
TiboLexie
  24 août 2021
Un salon de coiffure !
Quoi de mieux pour cerner les soubresauts d'une société ou d'un pays. On pourrait certainement en dire beaucoup sur les habitants de ce pays d'Afrique australe dont la classe moyenne est connectée à la culture mondialisée. Mais l'intérêt de ce récit est ailleurs : le portrait des principaux animateurs des lieux.
Dumi, un coiffeur, le meilleur dit-on de Hararé ? Parce qu'il maîtrise les coupes et sait ce qui sied le mieux à sa clientèle ? Probablement. Sans doute aussi parce qu'il s'est révélé à lui même allant jusqu'à préférer l'exil.
A quoi bon oeuvrer pour la mise en beauté des autres si l'on est soi-même "étouffé" ?
Révélateur d'un Zimbabwe en pleine mutation malgré quelques longueurs.
Commenter  J’apprécie          260
Titania
  13 décembre 2014
Au pays de Robert Mugabe, mondialement connu pour ses compétences de dictateur, la vie quotidienne des habitants est assez compliquée : Pénuries de produits alimentaires, brutalités policières, descentes de milices para militaires, corruption endémique à tous les étages, arrestations arbitraires, abus de pouvoir des élites politiques, et discriminations systématiques à l'égard des Blancs : les « Rhodésiens », et des homosexuels presque érigées en loi….Un parfait petit enfer, dans lequel les personnages du roman font ce qu'ils peuvent pour vivre et survivre, y compris de l'humour sur leur situation.
Ce roman, c'est l'histoire du cheminement de sa narratrice Vinbai, coiffeuse de son état, pleine de préjugés, vers la tolérance et l'acceptation des différences, à partir du jour où arrive dans son salon de coiffure un nouveau collègue plutôt meilleur qu'elle, beau garçon et séducteur.
Elle était déjà prête à évoluer avec son histoire personnelle de mère célibataire violée par son ancien petit ami, en rupture avec une partie de sa famille. Mais aussi, avec son amitié pour Trina, une africaine blanche qui encaisse toutes les humiliations en serrant les dents, mais ne quittera jamais le pays, comme tant d'autres qui se pressent au service des passeports toujours bondé.
L'histoire se met en place lentement avec les petits détails de la vie et du travail dans le salon de coiffure de Mme Khumalo, dans cette ruche bouillonnante d'activité qu'est cette capitale africaine, puis arrive la tragédie et tout s'accélère.
Au travers d'une histoire grave, subtile mais aussi souvent très drôle, avec des personnages hauts en couleur, le frère « philosophe » de Vinbai est vraiment savoureux, ce roman est un réquisitoire efficace contre le racisme et l'homophobie, qui nous parle aussi du destin de son auteur qui a dû s'exiler au Royaume-Uni.
« Aujourd'hui, j'ai compris que je suis né comme ça…et tant que le Zimbabwe ne pourra pas l'accepter, il vaudra mieux que je vive ailleurs »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          171
lcath
  10 février 2022
Voilà un roman au ton léger agréable à lire et qui néanmoins éclaire quelques parties sombres de la vie au Zimbabwe.
Vimbaï, mère célibataire est la coiffeuse vedette du salon de Mme Khumala jusqu'au jour où un intrus lui prend la place et devient le chéri de ces dames. Peu à peu une amitié se noue entre ces deux là voir plus ou moins...
Le Zimbabwe est bien un pays d'Afrique, décolonisation, guerre , mercenaires, corruption, infrastructures en berne et parmi tout ce "bazar" des gens qui essaient juste de vivre, de payer leurs factures et ce n'est pas facile. On peut ajouter que l'homosexualité n'y a aucune place et que les hommes n'ont que très peu de respect pour les femmes. le roman n'en est pas triste pour autant , il est plein de vie et le personnage de Vimbaï est très attachant
Lien : http://theetlivres.eklablog...
Commenter  J’apprécie          191


critiques presse (1)
Actualitte   04 mars 2014
Ce premier roman, par ses élans spontanés, son style direct parfois naïf, offre une lecture chaleureuse et un plaisir immédiat, même si la fin, un peu hâtive désappointe légèrement.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (69) Voir plus Ajouter une citation
TitaniaTitania   12 décembre 2014
"Les oiseaux voyant que les animaux avaient le lion pour roi, décidèrent de se choisir un chef. Le hibou, affirmant qu'il était le seul à avoir des cornes, insista pour que ce soit lui. Terrorisés par ces terribles cornes, les oiseaux renoncèrent à se choisir un roi. Le hibou régna donc par la peur, jusqu'au jour où, alors qu'il dormait, une petite hirondelle s'approcha des terribles cornes et découvrit que ce n'était en fait que de grosses touffes de plumes". P 148
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
TitaniaTitania   10 décembre 2014
"Fungai suivait une étrange théorie selon laquelle il ne devait se déplacer qu'à pied. Il affirmait qu'en tant que philosophe, marcher le rapprochait de la vérité. Si on lui demandait d'approfondir le raisonnement, il disait qu'il y a un état naturel pour toute chose. Et que comme les voitures ne sont pas naturelles et se déplacent anormalement vite, elles ne se permettent pas de voir le monde pour ce qu'il est vraiment. En marchant, l'homme est plus près du monde et l'observe avec plus d'attention."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
CannetilleCannetille   20 septembre 2020
«Aujourd'hui, j'ai compris que je suis né comme ça…et tant que le Zimbabwe ne pourra pas l'accepter, il vaudra mieux que je vive ailleurs.»
Commenter  J’apprécie          210
Cazaubon78Cazaubon78   21 janvier 2022
-"(..)J'ai commencé à me rendre régulièrement en Afrique du Sud. J'achetais des radios et des tél éviseurs que je revendais ici avec un bénéfice. J'ai ensuite ouvert un petit magasin de vins et spiritueux à Mufakose, puis un autre à Mabvuku. J'étais toujours en quête de nouvelles opportunités. Il faut se tenir au courant, sentir le pouls de la nation, savoir à qui parler. J'ai développé mes activités, construit des magasins dans des zones rurales de croissance où personne d'autre ne voulait investir. Puis, pendant une courte période, je me suis tourné vers l'expédition. çà a été un désastre. J'en suis vite sorti. J'ai été l'un des premiers à proposer des navettes omnibus. Les Sud-Africains en avaient depuis des dizaines d'années et j'ai compris que c'était l'avenir. La ZUPCO était sur le déclin et les gens avaient besoin d'un réseau de transport adapté. Aujourd'hui, je possède des biens : trois mines d'or, des magasins, des bus, des fabriques de briques, des parts dans toutes les grandes banques et dans les sociétés de téléphone mobile du pays et je continue de guetter la prochaine opportunité d'investissement . Ce monde est dur, mais si vous êtes déterminé à réussir, personne ne peut vous arrêter. Regardez mes enfants, ils sont nés avec une cuillère en argent dans la bouche et ils attendent tous que je meure pour pouvoir dilapider ma fortune. Eh bien, je vous le dis tout net : il n'y a que deux hommes dans ce pays qui ne mourront jamais, et je suis l'un deux."
J'appris par la suite qu'il ressassait ce discours à toutes les réunions de famille. Il se gardait bien de parler des multiples pots-de-vin versés en cours de route pour obtenir des marchés publics lucratifs, mais ça n'enlevait rien au fait que c'était un autodidacte qui s'était hissé seul de sa condition de simple villageois aux pieds nus au rang des plus riches du pays. La diversité de ses investissements était impressionnante en soi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
CannetilleCannetille   20 septembre 2020
La file d’attente du bureau des passeports était la plus longue que j’avais jamais vue, ce qui n’est pas peu dire. Elle s’enroulait autour du bureau de l’état civil, puis continuait le long de la rue. Les individus qui attendaient semblaient tous jeunes. Leur désir désespéré de quitter le pays se lisait sur leur visage. Matraque en main, un agent de sécurité vêtu d’une salopette bleue qui pendait sur sa carcasse filiforme longeait la file, ordonnant aux gens de rester à leur place. Durant la guerre d’indépendance, les gens n’avaient pas fui comme ils le faisaient aujourd’hui sous le gouvernement révolutionnaire qui les a libérés. Quelle ironie. L’indépendance était-elle devenue un fardeau plus lourd que le joug de l’oppression coloniale ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Video de Tendai Huchu (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tendai Huchu

MP 2014-03-19-773-003048BDD2D9.mp4
Payot - Marque Page - Tendai Huchu - Le meilleur coiffeur de Harare.
autres livres classés : ZimbabweVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura