AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782848767864
Éditeur : Philippe Rey (02/01/2020)

Note moyenne : 3.64/5 (sur 21 notes)
Résumé :
Kerry Hudson est née en 1980 dans les quartiers populaires d'Aberdeen, en Écosse, d'une mère vulnérable, isolée et sans emploi, et d'un père alcoolique et absent. De centres d'accueil en bed and breakfast, sa petite soeur, sa mère et elle ont connu pendant près de vingt ans la précarité extrême, les queues le lundi matin aux caisses d'allocation, la détresse et la violence familiale. Aujourd'hui, Kerry est une femme mariée de quarante ans, qui a écrit deux romans et... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
fanfanouche24
  02 février 2020
"Quand on vous a dit tous les jours de votre vie que vous n'avez rien à offrir, que vous ne valez rien pour la société, pouvez-vous échapper au sentiment d'être de basse naissance quel que soit le chemin parcouru ?" (p. 15)
Un coup au coeur en lisant le quatrième de couverture... qui me rappelle
un panneau qui m'a dernièrement interpellée de façon brutale, dans la rue, provenant d'une campagne d'information . Comme quoi, né pauvre, pour sortir de la misère, il fallait plusieurs générations...et plus précisément, selon l'OCDE, il faut six générations pour qu'une famille pauvre atteigne le revenu moyen...
Cette autobiographie prend aux tripes, pose les questions essentielles quant à la construction d'un petit bout d'homme, quand il arrive au monde...du côtés des plus pauvres, des exclus... qu'il doit apprendre à survivre avec des adultes immatures , pauvres, qui se battent déjà pour construire leur propre chemin de survie !
"J'avais onze ans, bientôt douze et pas le bon accent (...)Pas non plus les bons vêtements. Pas d'amis, pas de liens familiaux. Encore plus grave, j'étais clairement, visiblement, pauvre-il n'y a rien de pire. Il était inévitable que je me fasse massacrer au collège. "(p. 190)
Une honte qui colle à la peau de notre auteure, en dépit d'un mari aimant, de succès professionnels, d'une réussite globale , l'ayant fait sortir de la spirale infernale de la précarité, de l'invisibilité désespérante que provoquent le manque cruel d'argent, la misère....
L'auteure, pour écrire ce livre, repart "enquêter", après de longues années d'absence, sur les nombreux lieux de son enfance, car faute d'argent, de stabilité professionnelle et de vie sentimentale agitée...la mère devait déménager fréquemment...Un livre douloureux mais aussi tonique...donnant espoir....
"Liverpool 2018
Cette année m'a permis de répondre à de nombreuses questions que je me posais et d'enterrer des mensonges sur la pauvreté qui m'ont fréquemment amenée à me sentir différente ou inférieure. Je comprends maintenant que beaucoup de monde a intérêt à ce que les pauvres restent pauvres, à faire croire aux gens du milieu d'où je viens qu'ils ne méritent pas mieux " (...) (p.275)
Un livre simultanément douloureux et constructif... ayant permis à l'auteure un nouveau départ , une renaissance...en éclaircissant son enfance ainsi que les questions faisant trop mal, restées en suspens !
Je finis par une parenthèse toute personnelle ; je dédie ces lignes à ma petite grand-mère maternelle que j'adorais, dont je me suis occupée les dernières années... Une grand-mère lumineuse, toujours souriante, affectueuse, alors qu'elle a vécu la majeure partie de sa vie dans une très grande pauvreté, un dénuement dont elle ne se plaignait jamais....
Petite fille, j'avais le coeur brisé de la voir humiliée, "rabaissée" par d'autres adultes, à cause de sa pauvreté et de sa difficulté à se défendre...Je souffrais de mon impuissance d'enfant...
Par contre, faute de pouvoir affronter "les persécuteurs"... je lui exprimais haut et fort mon affection, ma fierté qu'elle soit ma "mémé"...alors qu'en temps ordinaire, j'étais une enfant sauvage et silencieuse !
J'étais spontanément , viscérablement révoltée par un intolérable sentiment d'injustice !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4110
Stelphique
  02 janvier 2020
Ce que j'ai ressenti:
💔Des mots qui fracassent les perspectives…
J'imagine que lorsque qu'on avance avec cette farandole de mots dans la tête, tels que « racaille, vaurien, voyou, délinquant déscolarisé, déclassé, basse naissance« , le chemin de sa vie doit être plus escarpé que pour d'autres…Pourtant, Kerry Hudson sort de ce cercle infernal de la pauvreté, non sans quelques blessures indélébiles, mais elle revient nous écrire d'autres mots, d'autres perspectives plus encourageantes avec cette autobiographie bouleversante. C'est touchant cette façon qu'elle a, de s'exposer ainsi entre confidences et souvenirs flous, cauchemars venimeux et douceur. Elle est toute en sensibilité dans chaque phrase, alors que sa vie n'est qu'une succession de traumatismes divers…Elle m'aura touchée par son authenticité et cette puissance dans sa plume.
"J'ai échappé au désespoir."
💔Des mots qui réveillent les souvenirs…
Cette lecture m'a été particulièrement éprouvante. L'auteure en allant chercher au plus profond de ses souvenirs et en s'approchant des lieux de son histoire fait resurgir des traumatismes de son enfance et la somme de ces quotidiens précaires. En allant gratter comme ça, dans ses blessures enfouies, ça a remué en moi, des émotions que je n'avais pas forcément envie de voir réapparaître…Mais cette lecture me laisse penser qu'il y a des chances que je guérisse de mon en-dedans en regard de la victoire personnelle de Kerry Hudson. Dans tous les cas, c'est une lecture qui va me rester en tête pendant un long moment, j'en suis certaine puisque elle a fait bouillir quelques sentiments en sommeil. Pour la première lecture de la rentrée littéraire 2020, c'est un choc émotionnel très fort et elle résonne en moi d'une manière particulière.
« Tu sais ton problème? Tu es trop sensible. Il faut t'endurcir. »
💔Des mots qui bougent les statistiques…
Plus qu'une autobiographie, l'auteure cherche à faire le parallèle, à partir de son expérience, sur les ravages de la pauvreté. La pauvreté, la vraie, celle qui discrimine, celle qui isole, celle qui affame les estomacs des enfants, celle qui détruit la cellule familiale, celle qui dénature les relations filiales…Celle ci, oui, celle qu'on préfère occulter, ne pas regarder, la pauvreté… Et ça fait mal de lire ça. C'est une réalité dont on n'a trop peu conscience, alors qu'elle peut arriver si vite dans nos propres vies. Kerry Hudson met toute une volonté, à contrario, pour nous montrer que les mots peuvent sauver, que ce livre pourrait sans doute aider à mieux voir et à mieux comprendre ses autres vies en marge. Enfin voir la détresse et peut-être même, tendre la main vers eux. En cela, c'est une lecture lumineuse, Kerry Hudson ne garde aucun ressentiment envers cette inégalité des chances à son départ, au contraire. Elle se fait force et persévérance dans chaque page et c'est d'autant plus éclatant, quand on sait son parcours. C'est évidemment pour la puissance émotionnelle de l'écriture que je vous recommande Basse Naissance.
"Et ce ne sont pas seulement les pauvres d'aujourd'hui qui en souffriront car, comme je le sais que trop bien, la pauvreté se transmet de génération en génération, la misère s'hérite par le sang."
Ma note Plaisir de Lecture 9/10
Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          316
DianeTats
  18 août 2020
C'est avec un grand respect pour l'auteure, Kerry Hudson, que je vais rédiger ma critique sur Basse naissance, son autobiographie.
J'ai apprécié que l'auteure se dévoile ainsi à ses lecteurs, elle nous révèle son enfance perturbée mais aussi les troubles qui l'ont hantée dans sa vie d'adulte.
Écrire une critique sur l'histoire en elle-même ne serai pas correct étant donné que c'est une histoire vécue, un récit de vie ça ne se change pas.
Mais je me permets d'écrire les sentiments qui m'ont accompagnés au cours de cette lecture.
J'ai trouvé le titre Basse naissance malheureusement très approprié, mais là où je n'ai pas adhéré, c'est avec l'idée que la pauvreté de cette famille serait la cause principale des nombreuses difficultés de l'enfant.
Il est évident que la pauvreté n'est pas un avantage dans la vie d'un enfant, mais elle n'est pas forcément la cause de la délinquance. Je pense que l'état de "basse" naissance de l'auteure vient davantage du manque d'éducation et de l'irresponsabilité de sa famille en général, sa mère en particulier. Une mère alcoolique et profondément instable, qu'elle soit riche ou pauvre, n'apportera que des difficultés à son enfant. Il existe des familles très pauvres qui sont unies et équilibrées. L'argent n'éduque pas, il n'enseigne pas les principes moraux utiles aux enfants pour se construire et éviter les mauvaises expériences.
Un enfant pauvre peut effectivement porter des vêtements qui lui vaudront des moqueries à l'école mais il devrait trouver du réconfort et un équilibre à la maison. Les moqueries concernant les mauvaises odeurs corporelles sont encore un signe de mauvaise éducation. Un savon coute moins cher que de l'alcool et dure plus longtemps.
Donc tout au long du livre j'ai eu ce léger désaccord concernant l'incrimination de la pauvreté.
J'ai eu aussi un ressenti désagréable lorsque l'auteure aborde le thème du travail. Son jugement est acerbe lorsqu'elle parle des emplois sans qualifications exigées.
Je cite un exemple : " J'imagine qu'elles étaient aussi amies que le permet une situation où l'une paie l'autre pour nettoyer ses cabinets." Sa mère travaillait comme femme de ménage, je suppose qu'elle ne nettoyait pas uniquement les toilettes. J'ai fait ce travail à plusieurs reprises, je ne l'ai pas trouvé humiliant.
Un autre exemple : "Si je peux l'éviter, je ne crois pas que j'accepterais encore ces boulots et toute cette merde." Mais de quels emplois parle-t-elle donc ? Je cite : "Centres d'appels, elfe de Noël chez Harrods, serveuse à maintes reprises, femme de chambre, vendeuse, nettoyage des toilettes, collecte de fonds dans la rue, garde d'enfants, travail social, finalement travail dans des associations caritatives – de l'accueil au téléphone à la collecte de plus d'un million de livres." A-t-elle pensé que bien de ses lectrices font ces boulots encore aujourd'hui et vivent dignement grâce à ce genre de travail ?
Quand au style de l'écriture... rien de bien spécial... mais comme il s'agit d'une autobiographie c'est peut être moins important.
Voilà pour mon ressenti.
Il n'empêche que j'admire cette auteure pour la franchise de son récit et la force de s'être sortie d'une vie tristement débutée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
hanyrhauz
  23 février 2020
Tout le roman est contenu dans le regard de la petite-fille sur la photo. Un regard franc et déjà endurci.
Basse naissance c'est l'autobiographie de Kerry Hudson. Sa jeunesse avec une mère très jeune, un père schizophrène trop souvent absent, un beau-père violent, une petite soeur qui sera comme elle emmenée d'un B&B miteux à un autre B&B miteux. La pauvreté sans fard, avec quelques bouées de sauvetage. L'école où les professeurs vont répondre présent et la prendre en considération. La bibliothèque municipale, seul refuge au milieu du marasme, où elle découvre les livres. le théâtre qui va lui permettre à 18 ans de rejoindre Londres.
Pas de misérabilisme, Kerry Hudson ne rejette pas la manière dont elle a grandi, elle cherche à comprendre, à combler les blancs de son histoire, elle qui va bientôt se marier. Et peut-être devenir mère à son tour. Elle dit avec justesse l'écart entre la pauvreté et sa vie d'écrivain, "comme l'eau et l'huile".
Il y a du Ken Loach dans ce texte, le même discours social, la même force de vie. Il y a quelques répétitions du fait de la structuration du texte : le souvenir d'une ville étape de son enfance et son retour pour les besoins du roman. Ce qui ne doit pas vous empêcher de lire ce livre de grande qualité !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
vero12
  05 juin 2020
Un impressionnant récit du début d'une vie, celle de l'auteure. Elle écrit ce livre pour "guérir", et pour se faire elle revient dans les endroits ou elle a vécu de sa naissance jusqu'à son départ pour Londres et son choix de couper les liens avec sa mère. Cette femme a un passé plus que pourri, et t'as vraiment du mal à croire qu'elle s'en soit aussi bien sortie. Ça doit surement venir du fait, comme elle le dit, qu'on n'a en tête que l'idée qu'on ne peut pas s'en sortir quand on vient de là ou elle vient, que la pauvreté on n'en sort que rarement et que : "ils avaient qu'à aller travailler!" je me rends compte après ce livre que c'est vraiment idiot (pour rester polie) comme réflexion.
Quoi qu'elle en pense, moi je trouve que c'est quand même quelqu'un de super fort pour en être arrivée là avec tous les problèmes qu'elle a dû endurer, je ne pense pas que tout le monde ait sa force de caractère.
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (4)
LeSoir   22 juin 2020
L’écrivaine britannique, sacrée prix Femina étranger en 2015, revient sur les lieux de son enfance misérable dans les bas-fonds de l’Angleterre.
Lire la critique sur le site : LeSoir
LaLibreBelgique   01 avril 2020
C’est un récit dont la genèse et l’élaboration se mêlent étroitement aux souvenirs anciens : en décidant d’écrire Basse naissance, Kerry Hudson n’a pas craint d’embrasser son projet à bras-le-cœur. Parce qu’il était temps pour elle de réconcilier son présent d’écrivaine reconnue et de femme bientôt mariée à son passé de grande précarité - étape nécessaire pour enfin se sentir à sa place.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
LeDevoir   04 mars 2020
Entre l’histoire d’horreur et le parcours à obstacles, l’émotion crue et la froideur clinique des faits, Basse naissance porte à bout de bras un message d’espoir. Et quelle différence avec ceux et celles qui ont vécu la même chose ? « J’ai vu quelque chose à l’horizon et je me suis mise à courir. J’ai couru et je ne me suis jamais retournée. »
Lire la critique sur le site : LeDevoir
Liberation   16 janvier 2020
Dans «Basse Naissance», l’auteure britannique Kerry Hudson raconte sa jeunesse dans un milieu pauvre qu’elle a fui, vagabondant d’abris en abris.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   28 janvier 2020
Torry était un pays en soi. Je me demande ce qui serait arrivé si un peu de l'argent du pétrole avait été réinvesti à Torry au fil des ans. Si les habitants avaient hérité d'une parcelle de ce lustre et de sentiment de prospérité. Quelle différence cela aurait-il fait de grandir dans ces conditions ? Quels auraient été les résultats pour les enfants qui auraient su que leur ville les trouvait dignes d'un environnement convenable comme tout le monde ? (p. 92)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
fanfanouche24fanfanouche24   31 janvier 2020
Je faisais encore confiance à tout ce que ma mère me disait.Je portais des vêtements d'occasion bizarres qu'elle me donnait et,si elle réclamait ma présence, je restais à la maison.Notre relation était extrêmement intense,simplement parce qu'elle était isolée et que je me trouvais en porte-à -faux avec le monde qui m'entourait. Je n'étais pas seulement sa fille,j'étais l'unique personne au monde en qui elle avait confiance. (p 196 )
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
fanfanouche24fanfanouche24   02 février 2020
Liverpool 2018

Cette année m'a permis de répondre à de nombreuses questions que je me posais et d'enterrer des mensonges sur la pauvreté qui m'ont fréquemment amenée à me sentir différente ou inférieure. Je comprends maintenant que beaucoup de monde a intérêt à ce que les pauvres restent pauvres, à faire croire aux gens du milieu d'où je viens qu'ils ne méritent pas mieux (...) (p.275)
Commenter  J’apprécie          80
fanfanouche24fanfanouche24   31 janvier 2020
J'avais onze ans, bientôt douze et pas le bon accent (...)Pas non plus les bons vêtements. Pas d'amis, pas de liens familiaux. Encore plus grave, j'étais clairement, visiblement, pauvre-il n'y a rien de pire. Il était inévitable que je me fasse massacrer au collège. (p. 190)
Commenter  J’apprécie          100
fanfanouche24fanfanouche24   27 janvier 2020
Elle [mère de l'auteure ] était fière de notre rude héritage de poissonnières et elle était féministe avant même de connaître le mot. (...)
Elle avait certaines valeurs morales absolument inflexibles : les femmes valent pas moins que les hommes, on ne doit jamais être raciste ni frapper quelqu'un à terre. (p. 18)
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Kerry Hudson (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kerry Hudson
Kerry Hudson - La couleur de l'eau .Kerry Hudson vous présente son ouvrage "La couleur de l'eau". Parution le 20 août 2015 aux éditions Philippe Rey. Rentrée littéraire automne 2015 Retrouvez le livre : http://www.mollat.com/livres/hudson-kerry-couleur-eau-9782848764702.html Notes de Musique : ?Reach Out? (by Small Colin). Free Music Archive. Retrouvez la librairie Mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat You Tube : https://www.youtube.com/user/LibrairieMollat Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : ecosseVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
998 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre