AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782916136325
48 pages
Éditeur : Les éditions du Sonneur (16/11/2010)

Note moyenne : 4.39/5 (sur 9 notes)
Résumé :
En novembre 1848, Victor Hugo monte à la tribune de l'Assemblée constituante pour dénoncer une réduction de budget qui menace les lettres, les arts et les sciences.
Point d'économie sur l'intelligence, tel est le leitmotiv de son discours. Car brader la culture, c'est saboter la gloire de la nation, anéantir l'édifice social, avilir le peuple. Or seul "l'encouragement enthousiaste d'un grand gouvernement" peut lutter contre ces dangers, aujourd'hui comme hie... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Allantvers
  17 août 2020
Cela faisait un moment que je rêvais "d'entendre" la voix du député Hugo en situation, afin d'ancrer ce monument littéraire sacré dans une réalité plus tangible.
Aussi ai-je sauté sur cet élégant opuscule qui reproduit et contextualise deux discours du grand Victor en faveur de la culture prononcés en 1848 et 1849. J'ouvre le livre, je ferme les yeux, et je me transporte dans l'hémicycle...
C'est amusant, Hugo le grand tonitrue moins que ce j'avais imaginé, la silhouette est moins puissante, le verbe moins définitif.
Et pourtant les formules tranchantes sont là : "Le pays garde la gloire, et refuse le pain." " Vous avez cru faire une économie d'argent, c'est une économie de gloire que vous faites."
Le texte n'est pas majeur, mais le "vivre" en le lisant fait apparaître un Hugo humanisé par le réel : je n'ai pas perdu ma journée.
Commenter  J’apprécie          190
IreneAdler
  29 juin 2014
Je l'avoue, c'est le titre qui m'a interpelé à la caisse de la librairie. du coup, sans vraiment lire la 4è de couv, il a atterri dans la pilette. Et pas bien épais, lu à l'arrivée à la maison (oui, vous saurez tout !)
Ce discours date de 1848 et il sonnerait bien encore maintenant dans la bouche d'Aurélie Filipetti (il parle même des ancêtres des intermittents !) Car oui, depuis toujours, il a fallut défendre la culture, la recherche, les institutions d'enseignement, bibliothèques et autres lieux de l'art. Ici, ce n'est pas pour rappeler que la culture rapporte plus que d'autres secteurs plus protégés. Non, il est rappelé ici que cela oeuvre pour la gloire de la France (nous sommes au 19è) et surtout que la culture lutte contre les obscurantismes et développe l'esprit critique. Que les biens moraux (il est aussi question de la religion) et immatériels sont aussi importants que les biens matériels.
A bon entendeur...
Commenter  J’apprécie          181
Sallyrose
  03 août 2020

Comme beaucoup le savent, Victor Hugo était aussi un homme politique.
Alors qu'il siégeait à l'assemblée, il monte à la tribune pour dénoncer une réduction de budget qui menace la culture.
Nous sommes en 1848, année charnière du régime politique français à l'heure de la révolution industrielle.
Je ne me permettrais pas de paraphraser la vingtaine de pages que compte ce texte. Je vous engage à le lire et à méditer sur l'actualité qu'il représente presque deux siècles plus tard.
« La culture coûte cher ? Essayez l'ignorance » (Abraham Lincoln)
Commenter  J’apprécie          120
Toshia
  15 septembre 2014
Il est toujours intéressant d'observer une époque du point de vue de l'éducation, de la culture, des arts. Et voir comment ces richesses étaient traitées :qu'en était-il à une époque donnée ? qu'en est-il à notre époque ? et comparer ce qui se disait (dit), ce qui se faisait (fait).
Cela soulève des questions... quel est le but que l'on donne à l'éducation ? pourquoi éduquer, à quoi éduquer, quels sont les moyens utilisés pour éduquer ? comment est perçue l'éducation, à quoi doit elle former ? Quant aux arts, à la littérature, quelle est la richesse d'une époque déterminée qui va perdurer au fil du temps ?
Le discours d'Hugo retranscrit dans ce livret commence avec un point crucial : il ne faut pas, en politique, chercher à économiser de l'argent à n'importe quel prix (en l'occurrence, il s'agissait d'économiser de l'argent en retirant des moyens financiers à des institutions chargées de transmettre la culture et le savoir). L'auteur confronte en quelque sorte le coût financier de la politique au coût intellectuel de la population, en disant que sauver le premier ne peut se faire au détriment des connaissances et de la culture de la population. Paradoxalement, une telle République agirait directement et de manière durable contre le peuple.
Il en ressort que le remède à tout problème rencontré au sein de la société, et qui sera décidé au sein de l'Assemblée, doit toujours viser un objectif : celui de mener une "politique intelligente", c'est-à-dire en poursuivant effectivement le bien de la population. Et il rappelle pertinemment, que ce bien ne doit pas être cantonné au bien-être matériel. Non : le bien-être doit aussi (voire surtout) être religieux et intellectuel. En effet, alors que le bien-être matériel ne pourra jamais être atteint par tous, le bien-être recherché dans le religieux et l'intellectuel est, lui, possible. Cependant, cela implique des coûts. Mais ces coûts sont nécessaires. Car ils contribuent directement à l'enseignement des arts, des lettres, des science et ainsi à diffuser la culture qui doit sensibiliser et éveiller la population au beau, au juste et au vrai. Or c'est cette connaissance du beau, du juste et du vrai qui permet d'immuniser la population contre l'ignorance.
D'où l'importance d'épargner les institutions et les établissements qui servent à transmettre le savoir et la culture (universités, conservatoire, théâtres, grandes écoles...) quant à la diminution des financements. Tous ces établissements indispensables pour combattre l'ignorance, ne peuvent pas être les premières touchées par les besoins de la République en matière de finances, car ces économies se feraient alors au détriment du peuple, de l'intellectuel du peuple.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Ptitmousse
  03 juin 2020
Pour commencer, honte à moi mais je ne savais pas ou plus que Victor Hugo avait été un élu (et plusieurs fois de surcroît !)
A la lecture de ce texte, j'imagine Monsieur Victor Hugo marchant jusqu'au parloir, puis déclamant. Ça devait être quelque chose quand même d'avoir l'honneur de l'écouter ! Quelle leçon ! Bon bref, je m'égare... Venons-en au texte.
Eh bien ! Quel discours ! Pas étonnant qu'il ait été ré-édité ; l'ensemble du texte pourrait être une accumulation de citations à recopier !
C'est très actuel, avec les mêmes besoins d'économies, les mêmes débats en fait. Victor Hugo parle de l'"Excès des tendances matérielles" ! Vous vous rendez compte ? C'est écrit en 1848 !! Que dirait ce cher Victor aujourd'hui ?
Il fait de l'humour, il flatte, il démontre habilement ; il utilise maintes stratégies de l'éloquence. Un argumentaire implacable. C'est beau ! Reste pour moi à aller voir s'il a effectivement fait mouche à l'époque...
Commenter  J’apprécie          62

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
IreneAdlerIreneAdler   28 juin 2014
Eh ! quel est, en effet, j'en appelle à vos consciences, j'en appelle à vos sentiments à tous, quel est le plus grand péril de la situation actuelle ? L'ignorance. L'ignorance encore plus que la misère.
L'ignorance qui nous déborde, qui nous assiège, qui nous investit de toutes parts. C'est à la faveur de l'ignorance que certaines doctrines fatales passent de l'esprit impitoyable des théoriciens dans le cerveau confus des multitudes. [...] Et c'est dans pareil moment, devant un pareil danger, qu'on songerait à attaquer, à mutiler, à ébranler toutes ses institutions qui ont pour but spécial de poursuivre, de combattre, de détruire l'ignorance !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
IreneAdlerIreneAdler   28 juin 2014
Ce système d'économies ébranle d'un seul coup tout cet ensemble d'institutions civilisatrices qui est, pour ainsi dire, la base du développement de la pensée française.
Commenter  J’apprécie          90
ToshiaToshia   13 septembre 2014
Il importe, messieurs, de remédier au mal ; il faut redresser, pour ainsi dire, l'esprit de l'homme ; il faut, et c'est là la grande mission, la mission spéciale du ministère de l'Instruction publique, il faut relever l'esprit de l'homme, le tourner vers Dieu, vers la conscience, vers le beau, le juste et le vrai, vers le désintéressé et le grand. C'est là, et seulement là, que vous trouverez la paix de l'homme avec lui-même, et par conséquent la paix de l'homme avec la société.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AllantversAllantvers   15 août 2020
On pourvoit à l'éclairage des villes, on allume tous les soirs, et on fait très bien, des réverbères dans les carrefours, dans les places publiques : quand donc comprendra-t-on que la nuit peut se faire aussi dans le monde moral, et qu'il faut allumer des flambeaux pour les esprits?
Commenter  J’apprécie          30
ToshiaToshia   13 septembre 2014
Un mal moral, un mal moral profond nous travaille et nous tourmente. Ce mal moral, cela est étrange à dire, n'est autre chose que l'excès des tendances matérielles.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Victor Hugo (242) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Victor Hugo
Cette histoire commence comme toutes les histoires, Il était une fois, Une ville, des livres, de simples écrivains, d'humbles lecteurs, prêts à se rencontrer, Respirez et écoutez battre le rythme d'un coeur, le rythme de la vie, le rythme du temps. Respirez l'atmosphère de cette ville où temps rime avec lumière… Où le temps rythme l'Histoire, où le temps rythme les histoires. Respirez simplement dans ces temps tumultueux…
Un festival littéraire, à taille humaine.
Il fallait oser ré écrire son histoire en cette année 2020, pas comme les autres, oser ramener des contacts humains… Oser simplement les rencontres… Entre ces acteurs-auteurs et ces spectateurs-lecteurs…
Dans une ville entourée de sa boucle, empreinte de Victor Hugo et des frères Lumière, deux arts si différents mettant en lumière les plus belles histoires. Une ville qui inscrit le temps en art de vivre. S'arrêter sur un bord du Doubs pour observer un paysage, écouter une lecture, apprécier un concert, ou tout simplement prendre un temps de lecture pour soi… Savourer ces moments qui nous remplissent de bonheur. À Besançon Boosteur de Bonheur. Des instants où grandes littératures, musiques et bandes dessinées se mélangent s'entremêlent pour des petits déjà grands, et des grands aux âmes d'enfants. Un festival, qui écrit une nouvelle année littéraire au coeur d'une ville où il est temps de bien vivre. le festival “Livres dans la boucle” est bouclé, mais comme toutes les histoires qu'on aime, laissons les mots “à suivre” remplacer celui de “fin” et finissons avec trois petits points...
+ Lire la suite
autres livres classés : assemblée nationaleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Victor Hugo (niveau facile)

Lequel de ces livres n'est pas de Victor Hugo ?

Les Misérables
Notre-Dame de Paris
Germinal
Les Contemplations

10 questions
1002 lecteurs ont répondu
Thème : Victor HugoCréer un quiz sur ce livre