AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2080704400
Éditeur : Flammarion (04/01/1999)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 25 notes)
Résumé :
Écrits à vingt-huit ans, les 40 pièces des feuilles d'automne sont une œuvre de transition. Selon Hugo, ce sont des vers sereins et paisibles, des vers de la famille (avec ses émotions), du foyer domestique, de la vie privée ; des vers de l'intérieur de l'âme.

C'est une suite de poèmes dominés par la mélancolie. Feuilles tombées, feuilles mortes comme toute feuille d'automne. Ce sont des vers sereins de l'intérieur de l'âme, souvenirs de sa mère qui a... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Estellelecture
  28 mai 2015
J'ai commencé à apprécier la poésie grâce à Victor Hugo. C'est en visitant la maison littéraire de Victor Hugo à Bièvres que j'ai découvert cette poésie affichée prés de l'étang :
'Oui, c'est un de ces lieux où notre coeur sent vivre
Quelque chose des cieux qui flotte et qui l'enivre ;
Un de ces lieux qu'enfant j'aimais et je rêvais,
Dont la beauté sereine, inépuisable, intime,
Verse à l'âme un oubli sérieux et sublime
De tout ce que la terre et l'homme ont de mauvais !'
Les paysages de ce lieux sont eu le même effet sur moi, cela m'a complément absorbé, tout est vert autour de vous, le ciel ouvert, et les oiseaux qui volent librement ... j'ai tout oublié pendant un moment
Commenter  J’apprécie          271
Meps
  13 juin 2015
Dans le challenge littéraire de l'année que je tente de relever, un des critères est de lire "un livre que votre mère apprécie". Et vu comment j'ai été souvent bercé aux mots des poèmes d'Hugo, ce recueil devenait une évidence, surtout parce qu'il contient "Lorsque l'enfant paraît", poème préféré de ma maman !
En redécouvrant ainsi les mots d'Hugo, le plaisir est réel. C'est la tradition française des belles lettres qui s'exprime, de nombreuses formes poétiques sont explorées, la lecture à voix haute se savoure.
Le recueil se centre beaucoup sur le poète lui-même, sur sa famille, sur les sentiments du temps qui s'enfuit, sur la vieillesse qui s'annonce. Hugo n'est pourtant que trentenaire, mais le deuil de son père, qu'il exprime dans un des poèmes, le fait devenir "l'arbre de la famille" comme il le décrit si bien dans le poème à Louis Boulanger.
Mais on ne peut pas ignorer les différentes allusions à l'empereur, image de l'enfance de l'auteur, double plus majestueux du père respecté. La préface au recueil rédigée par Hugo lui-même a beau expliquer que ces poèmes sont volontairement centrés sur l'individu et sa famille au beau milieu des tourments de son époque, ces tourments sont présents partout en filigrane. Et le poème final est là pour le souligner plus directement, vecteur de la pensée politique d'Hugo et annonciateur d'oeuvres plus engagées.
Lire un recueil, c'est aussi, au delà du plaisir de redécouvrir les vers connus de "Ce siècle avait deux ans" ou de "Lorsque l'enfant parait", de découvrir pour le coup d'autres poèmes comme "La pente de la rêverie" ou le sublime "La prière pour tous", peut-être connus de tous mais ignorés de moi.
La préface que j'évoquais est une œuvre à part entière, même dans sa prose explicative Hugo s'enflamme. Parfois trop peut-être, quand il semble s'auto admirer, tout en feignant immédiatement ensuite la modestie. Les grands auteurs ne sauraient le devenir sans un confiance en eux, une assurance qui leur permet de se confronter au jugement de leurs contemporains, "abandonnant ce livre inutile au flot populaire qui emporte tant d'autres choses meilleures, [ressentant] un peu de ce mélancolique plaisir qu'on éprouve à jeter une fleur dans un torrent, et à voir ce qu'elle devient".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
vincentf
  01 juillet 2010
Lire Victor Hugo, même dans son oeuvre de jeunesse, c'est se confronter à une voix gigantesque, invoquant les éléments, soufflant la guerre de l'ombre et de la lumière, du minuscule et du gigantesque, des abîmes et du ciel, qui se renversent sans cesse, comme dans ces 'Soleils couchants', prélude certes encore timide (ce mot a-t-il un sens quand on parle du bavard par excellence qu'est Victor Hugo?) des 'Contemplations'.
Lire Victor Hugo, c'est éprouver la nostalgie d'une époque révolue où l'on pouvait parler, où l'on pouvait encore croire qu'une poésie pouvait ne pas être tout à fait inutile, que le poète pouvait toucher Dieu, prendre sa place, faire joujou avec les gouffres et les montagnes, que Dieu, bien sûr, avait élevées pour lui, pour l'homme de génie, pour le monstre d'orgueil qu'est le poète hugolien, confisquant le monde à Dieu pour le redonner aux hommes plus beau, parce que l'on pouvait encore croire qu'il suffisait de parler pour que les choses soit belles, parce que l'on pouvait encore croire en une harmonie, certes perdue, mais que le poète-prophète pouvait encore reconstituer, parfois, parce que Victor Hugo, c'est aussi la conscience profonde de la vanité de l'homme au sein de la nature, le désespoir jamais définitif, le risque constant pour le poète, à force de rester au bord de l'infini, de tomber dans la fosse à purin. Alors le front du poète, malgré les ailes qui semblent pousser dans son dos, retombe sur sa feuille remplie de vains traits de plume. Après le choc des éléments, la guerre cosmique, voilà la solitude, le pressentiment peut-être d'être le dernier poète touchant vraiment l'univers. le soleil couchant, après les envolées hugoliennes va redevenir pour le poète désillusionné la mélancolie, et les feuilles d'automne deviendront ces sanglots longs qui blessent mon coeur d'une langueur monotone. le poète ne changera rien à l'univers: Mais moi, sous chaque jour courbant plus bas ma tête / Je passe, et, refroidi sous ce soleil / Je m'en irai bientôt, au milieu de la fête, / Sans que rien manque au monde immense et radieux
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Epictete
  15 janvier 2014
La puissance évocatrice des vers de Victor Hugo est la meilleure des critiques.
Il suffit de lire tranquillement quelques-uns de ces poèmes pour comprendre ce qu'est le talent.
On est dans la situation décrite, on la vit, on la voit.
Chacun l'interprète et le ressent à son propre niveau. C'est comme ça que j'ai appris à aimer la poésie, avec ce genre d'oeuvres d'abord descriptives. On peut ainsi passer à des exercices plus abstraits.
Commenter  J’apprécie          100
jmb33320
  03 juin 2018
Second recueil de Hugo que je lis en quelques mois, celui-ci est plus hétéroclite que "les Orientales". Déjà la posture du vieux sage au crépuscule de sa vie est un peu prématurée ! (Hugo n'avait pas trente ans quand il a écrit ces poèmes). La diversité d'inspiration est pourtant considérable, en passant de la sphère privée (famille, amours, amis) à celle des questionnements philosophiques et religieux devant le spectacle de la nature, en enfin, dans une moindre mesure au politique... le style est toujours aussi flamboyant, avec des irrégularités, des images surprenantes mais aussi, parfois, un côté un rien mièvre... Y'a pas à dire, c'était quelqu'un ce Totor !
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
genougenou   04 août 2015
O altitudo !

Avez-vous quelquefois, calme et silencieux,
Monté sur la montagne, en présence des cieux ?
Était-ce aux bords du Sund ? aux côtes de Bretagne ?
Aviez-vous l'océan au pied de la montagne ?
Et là, penché sur l'onde et sur l'immensité,
Calme et silencieux, avez-vous écouté ?

Voici ce qu'on entend : — du moins un jour qu'en rêve
Ma pensée abattit son vol sur une grève,
Et, du sommet d'un mont plongeant au gouffre amer,
Vit d'un côté la terre et de l'autre la mer,
J'écoutai, j'entendis, et jamais voix pareille
Ne sortit d'une bouche et n'émut une oreille.

Ce fut d'abord un bruit large, immense, confus,
Plus vague que le vent dans les arbres touffus,
Plein d'accords éclatants, de suaves murmures,
Doux comme un chant du soir, fort comme un choc d'armures
Quand la sourde mêlée étreint les escadrons
Et souffle, furieuse, aux bouches des clairons.
C'était une musique ineffable et profonde,
Qui, fluide, oscillait sans cesse autour du monde,
Et dans les vastes cieux, par ses flots rajeunis,
Roulait élargissant ses orbes infinis
Jusqu'au fond où son flux s'allait perdre dans l'ombre
Avec le temps, l'espace et la forme et le nombre !
Comme une autre atmosphère épars et débordé,
L'hymne éternel couvrait tout le globe inondé.
Le monde, enveloppé dans cette symphonie,
Comme il vogue dans l'air, voguait dans l'harmonie.

Et pensif, j'écoutais ces harpes de l'éther,
Perdu dans cette voix comme dans une mer.

Bientôt je distinguai, confuses et voilées,
Deux voix dans cette voix l'une à l'autre mêlées,
De la terre et des mers s'épanchant jusqu'au ciel,
Qui chantaient à la fois le chant universel ;
Et je les distinguai dans la rumeur profonde,
Comme on voit deux courants qui se croisent sous l'onde.

L'une venait des mers ; chant de gloire ! hymne heureux !
C'était la voix des flots qui se parlaient entre eux ;
L'autre, qui s'élevait de la terre où nous sommes,
Était triste : c'était le murmure des hommes ;
Et dans ce grand concert, qui chantait jour et nuit,
Chaque onde avait sa voix et chaque homme son bruit.

Or, comme je l'ai dit, l'océan magnifique
Épandait une voix joyeuse et pacifique,
Chantait comme la harpe aux temples de Sion,
Et louait la beauté de la création.
Sa clameur, qu'emportaient la brise et la rafale,
Incessamment vers Dieu montait plus triomphale,
Et chacun de ses flots, que Dieu seul peut dompter,
Quand l'autre avait fini, se levait pour chanter.
Comme ce grand lion dont Daniel fut l'hôte,
L'océan par moments abaissait sa voix haute ;
Et moi je croyais voir, vers le couchant en feu,
Sous sa crinière d'or passer la main de Dieu.

Cependant, à côté de l'auguste fanfare,
L'autre voix, comme un cri de coursier qui s'effare,
Comme le gond rouillé d'une porte d'enfer,
Comme l'archet d'airain sur la lyre de fer,
Grinçait ; et pleurs, et cris, l'injure, l'anathème,
Refus du viatique et refus du baptême,
Et malédiction, et blasphème, et clameur,
Dans le flot tournoyant de l'humaine rumeur
Passaient, comme le soir on voit dans les vallées
De noirs oiseaux de nuit qui s'en vont par volées.
Qu'était-ce que ce bruit dont mille échos vibraient ?
Hélas ! c'était la terre et l'homme qui pleuraient.

Frères ! de ces deux voix étranges, inouïes,
Sans cesse renaissant, sans cesse évanouies,
Qu'écoute l'Eternel durant l'éternité,
L'une disait : NATURE ! et l'autre : HUMANITÉ !

Alors je méditai ; car mon esprit fidèle,
Hélas ! n'avait jamais déployé plus grande aile ;
Dans mon ombre jamais n'avait lui tant de jour ;
Et je rêvai longtemps, contemplant tour à tour,
Après l'abîme obscur que me cachait la lame,
L'autre abîme sans fond qui s'ouvrait dans mon âme.
Et je me demandai pourquoi l'on est ici,
Quel peut être après tout le but de tout ceci,
Que fait l'âme, lequel vaut mieux d'être ou de vivre,
Et pourquoi le Seigneur, qui seul lit à son livre,
Mêle éternellement dans un fatal hymen
Le chant de la nature au cri du genre humain ?

Juillet 1829.

CE QU4ON ENTEND SUR LA MONTAGNE
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ArnaudPArnaudP   06 janvier 2011
Parfois, lorsque tout dort, je m'assieds plein de joie
Sous le dôme étoilé qui sur nos fronts flamboie ;
J'écoute si d'en haut il tombe quelque bruit ;
Et l'heure vainement me frappe de son aile
Quand je contemple, ému, cette fête éternelle
Que le ciel rayonnant donne au monde la nuit !

Souvent alors j'ai cru que ces soleils de flamme
Dans ce monde endormi n'échauffaient que mon âme
Qu'à les comprendre seul j'étais prédestiné ;
Que j'étais, moi, vaine ombre obscure et taciturne,
Le roi mystérieux de la pompe nocturne ;
Que le ciel pour moi seul s'était illuminé !

XXI - (Novembre 1829)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
genougenou   04 août 2015
Enfant ! si j'étais roi, je donnerais l'empire,
Et mon char, et mon sceptre, et mon peuple à genoux
Et ma couronne d'or, et mes bains de porphyre,
Et mes flottes, à qui la mer ne peut suffire,
Pour un regard de vous !

Si j'étais Dieu, la terre et l'air avec les ondes,
Les anges, les démons courbés devant ma loi,
Et le profond chaos aux entrailles fécondes,
L'éternité, l'espace, et les cieux, et les mondes,
Pour un baiser de toi !

A MA FEMME
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
EpicteteEpictete   15 janvier 2014
Le jour s'enfuit des cieux; sous leur transparent voile,
De moments en moments se hasarde une étoilé;
La nuit pas à pas monte au trône obscur des soirs;
Un coin du ciel est brun, l'autre lutte avec l'ombre,
Et déjà succédant au couchant rouge et sombre,
Le crépuscule gris meurt sur les coteaux noirs.

Et là-bas, allumant ses vitres étoilées,
Avec sa cathédrale aux flèches dentelées,
Les tours de son palais, les tours de sa prison,
Avec ses hauts clochers, sa bastille obscurcie
Posée au bord du ciel comme une longue scie,
La ville aux mille toits découpe l'horizon.
...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
genougenou   04 août 2015
Le soleil s'est couché ce soir dans les nuées : (Soleils couchants)

« Le soleil s'est couché ce soir dans les nuées ;
Demain viendra l'orage, et le soir, et la nuit ;
Puis l'aube, et ses clartés de vapeur obstruées ;
Puis les nuits, puis les jours, pas du temps qui s'enfuit !

Tous ces jours passeront ; ils passeront en foule
Sur la face des mers, sur la face des monts,
Sur les fleuves d'argent, sur les forets où roule
Comme un hymne confus des morts que nous aimons.

Et la face des eaux, et le front des montagnes.
Ridés et non vieillis, et les bois toujours verts
S'iront rajeunissant ; le fleuve des campagnes
Prendra sans cesse aux monts le flot qu'il donne aux mers.

Mais moi, sous chaque jour courbant plus bas ma tête,
Je passe, et refroidi sous ce soleil joyeux,
Je m'en irai bientôt, au milieu de la fête,
Sans que rien manque au monde, immense et radieux ! »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Victor Hugo (259) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Victor Hugo
Émission "Une Vie, une Œuvre", par Maylis Besserie et Guillaume Baldy, sous-titrée « l’insurgé », diffusée le 3 novembre 2018 sur France Culture. Présences : Anne Martin-Fugier, Jean Maurel, Jean-Marc Hovasse, Dinah Bott, Agnès Perry, Roy Bisson et Gérard Audinet.
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Victor Hugo (niveau facile)

Lequel de ces livres n'est pas de Victor Hugo ?

Les Misérables
Notre-Dame de Paris
Germinal
Les Contemplations

10 questions
935 lecteurs ont répondu
Thème : Victor HugoCréer un quiz sur ce livre