AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Jean Orizet (Éditeur scientifique)
EAN : 9782862749501
248 pages
Le Cherche midi (14/02/2002)
4.03/5   55 notes
Résumé :
Victor Hugo a dominé le siècle qui l'a vu naître, le 26 février 1802, et dont il a presque vu la fin. Le 31 mai 1885, son cercueil était exposé sous l'Arc de Triomphe, la veille de la grande cérémonie des funérailles nationales. De tels honneurs montrent assez ce que représente la geste hugolienne dont le poète fut le premier artisan. Il est bien le héros-héraut de cette « Légende des siècles », morceau de bravoure de son œuvre poétique. Poète héroïque et intimiste ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
babounette
  06 mai 2012
Il n'est nul besoin de parler de Victor Hugo,ce monument de la littérature française.
L'intégrale de ses poésies intimes est un bijou de raffinement, de finesse,
c'est tout simplement beau. A lire sans modération, c'est un pur bonheur.
Commenter  J’apprécie          420
OverTheMoonWithBooks
  06 janvier 2013
Je ne sais pas pour vous amis lecteurs, mais moi je fais partie de ceux qui ont du mal à lire des recueils de poésie. C'est sans doute en grande partie la faute de Baudelaire, je suis tombée amoureuse des Fleurs du Mal au lycée, et depuis, difficile d'être satisfaite en matière de poésie. Bref, je m'égare !
Ce qui m'a d'abord attirée avec ce livre, c'est le fait qu'il concernait l'oeuvre du grandiose, du génialissime (et par conséquent, sans le moindre doute invivable pour ceux qui le côtoyaient...) : Victor Hugo !
On l'aura compris, je suis plus familière de sa prose, que de ses vers, mais qu'importe. Après tout il n'y a que les idiots qui ne changent pas d'avis (en tout cas c'est ce qu'on dit!!).
Et là, qu'est-ce que je vois ? Un ouvrage qui mélange 2 genres littéraires, qui, à première vue n'ont pas grand chose en commun. Et pourtant, chaque genre donne à voir l'autre sous un nouveau jour - le résultat est parfois surprenant.
Pour faire court : j'ai A-DO-Ré ce mélange !!! C'était un choix très judicieux et efficace! Cela m'a permis de redécouvrir quelques poèmes autrement, et d'en découvrir d'autres avec des yeux d'enfant qui regarde ses cadeaux sous le sapin.
Bien sûr , il y a des poèmes et des graphismes que j'ai aimé plus que d'autres, mais en disant ça j'enfonce une porte ouverte.
A aucun moment je ne me suis ennuyée ou lassée, le principe étant : un graphiste par poème. Les styles des vers sont aussi variés que les coups de crayons : tantôt grave, romantique, nostalgique, comique...
Bravo aux éditions petit à petit pour ce pari qui a dû ravir plus d'un lecteur - et dont les rangs viennent de s'agrandir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
TheWind
  12 janvier 2014
Ce recueil de poèmes de Victor Hugo destinés aux enfants est plutôt attrayant et agréable à lire.
Les poèmes sont bien choisis et les illustrations s'emmêlent joyeusement avec les textes, quelques dessins et photographies de Victor Hugo. On y retrouve bien sûr des poèmes extraits de L'Art d'être grand-père mais aussi d'autres recueils comme La légende des siècles, Les Contemplations, les Châtiments etc..Ces poèmes choisis par Patricia Latour évoque des thèmes chers à Victor Hugo, comme l'amour, la nature, la famille, la vie, la mort..mais surtout le thème de l'enfance qui y est particulièrement bien représenté. Ainsi, nos jeunes enfants, par la lecture de ces poèmes, ne pourront rester insensibles à cet auteur monumental et s'attacheront à lui, bien naturellement.
Et quelle bonne idée que cette heure du poème comme il y l'heure du conte, ou l'heure de l'histoire avant d'aller se coucher. Même si, comme le dit Patricia Latour, pour les amoureux de ce grand poète du XIXème siècle, "c'est toujours l'heure de Victor Hugo".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Elanoraev
  28 janvier 2019
La poésie de Victor Hugo c'est pour moi avant tout un souvenir d'enfance, celui des trois premières strophes d'Oceano Nox apprises avec émerveillement en CM1 et dont, bien des années plus tard, me reste encore en mémoire la première strophe.
J'ai retrouvé dans ce recueil de poèmes toute la saveur des bancs de l'école, ces poésies, cette langue si belle que l'on découvre, que l'on lutte pour apprendre, que l'on récite devant la classe en espérant ne pas faire d'erreur. J'y ai aussi découvert des poèmes que je ne connaissais pas qui m'ont emporté par leurs rimes, par leurs histoires, par le talent d'Hugo de nous faire voir le monde avec les mots.
Un moment d'émotion, une parenthèse au goût de madeleine.
Commenter  J’apprécie          120
Erik_
  29 novembre 2020
Ces poèmes de Victor Hugo sont magnifiquement interprétés par différents dessinateurs. J'avais déjà pu admirer l'idée de cette même collection sur mon poète préféré à savoir Baudelaire.
Ici, on fait référence à un autre grand homme considéré comme le plus important des écrivains de la littérature française. Il était à la fois écrivain, dramaturge, homme politique, académicien et intellectuel engagée et enfin poète.
Qui n'a pas appris au moins un de ses poèmes à l'Ecole ? Il est dans tous les manuels scolaires. Ses poèmes ont contribué au renouvellement de la poésie romantique. On retrouve dans ce recueil : odes et ballades, les feuilles d'automne, les châtiments, les contemplations...
Renier ces poèmes est comme une hérésie pour moi ou un manque sérieux d'intelligence et/ou de sensibilité.
Je trouve que les auteurs ont su magnifiquement replacer ces poèmes dans le contexte de l'époque. On a droit par exemple à la ballade d'un lapin digne de déjeuner sur herbe et du fameux pont japonais de Claude Monet. Il y a également les épisodes sanglants de la Commune de Paris que Victor Hugo avait réprouvé.
Et puis, cela va quelquefois plus loin car il y a un magnifique récit qui se situe dans le futur comme pour souligner une certaine intemporalité de son oeuvre. C'est d'ailleurs mon épisode préféré car cela fait un peu Star War.
Cette bd devrait servir de support pour les instituteurs afin de sensibiliser les jeunes à la poésie. Cela serait une bonne idée. A bon entendeur, salut !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (56) Voir plus Ajouter une citation
babounettebabounette   09 septembre 2015
Ce siècle avait deux ans


Ce siècle avait deux ans ! Rome remplaçait Sparte,
Déjà Napoléon perçait sous Bonaparte,
Et du premier consul, déjà, par maint endroit,
Le front de l'empereur brisait le masque étroit.
Alors dans Besançon, vieille ville espagnole,
Jeté comme la graine au gré de l'air qui vole,
Naquit d'un sang breton et lorrain à la fois
Un enfant sans couleur, sans regard et sans voix ;
Si débile qu'il fut, ainsi qu'une chimère,
Abandonné de tous, excepté de sa mère,
Et que son cou ployé comme un frêle roseau
Fit faire en même temps sa bière et son berceau.
Cet enfant que la vie effaçait de son livre,
Et qui n'avait pas même un lendemain à vivre,
C'est moi. -

Je vous dirai peut-être quelque jour
Quel lait pur, que de soins, que de voeux, que d'amour,
Prodigués pour ma vie en naissant condamnée,
M'ont fait deux fois l'enfant de ma mère obstinée,
Ange qui sur trois fils attachés à ses pas
Épandait son amour et ne mesurait pas !

Ô l'amour d'une mère! amour que nul n'oublie !
Pain merveilleux qu'un dieu partage et multiplie !
Table toujours servie au paternel foyer !
Chacun en a sa part et tous l'ont tout entier !

Victor Hugo(1802-1885)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
krzysvancokrzysvanco   01 février 2021
Chanson

Si vous n’avez rien à me dire,
Pourquoi venir auprès de moi ?
Pourquoi me faire ce sourire
Qui tournerait la tête au roi?
Si vous n’avez rien à me dire,
Pourquoi venir auprès de moi?

Si vous n’avez rien à m’apprendre,
Pourquoi me pressez-vous la main?
Sur le rêve angélique et tendre,
Auquel vous songez en chemin,
Si vous n’avez rien à m’apprendre,
Pourquoi me prenez-vous la main?

Si vous voulez que je m’en aille,
Pourquoi passez-vous par ici?
Lorsque je vous vois, je tressaille :
C’est ma joie et c’est mon souci.
Si vous voulez que je m’en aille,
Pourquoi passez-vous par ici?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          173
babounettebabounette   09 septembre 2015
Demain, dès l’aube…

Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends.
J’irai par la forêt, j’irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

Je ne regarderai ni l’or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et quand j’arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.

Victor Hugo, extrait du recueil «Les Contemplations»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
babounettebabounette   06 mai 2012
Elle avait pris ce pli dans son âge enfantin
De venir dans ma chambre un peu chaque matin;
Je l'attendais ainsi qu'un rayon qu'on espère;
Elle entrait et disait : Bonjour, mon petit père;
Prenait ma plume, ouvrait mes livres, s'asseyait
Sur mon lit, dérangeait mes papiers, et riait,
Puis soudain s'en allait comme un oiseau qui passe.
Alors, je reprenais, la tête un peu moins lasse,
Mon oeuvre interrompue...

Victor Hugo
Ecrit en novembre 1846,
pour Léopoldine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
verobenjiorpheeverobenjiorphee   20 mars 2021
VICTOR HUGO

LES PLUS BEAUX POÈMES


L’Année terrible – Ô Charles

Ô Charles ! Je te sens près de moi. Doux martyr,
Sur terre où l’homme tombe,
Je te cherche, et je vois l’aube pâle sortir
Des fentes de ta tombe.

Les morts, dans le berceau, si voisin du cercueil,
Charmants, se représentent ;
Et pendant qu’à genoux je pleure, sur mon seuil
Deux petits enfants chantent.

Georges, Jeanne, chantez ! Georges, Jeanne, ignorez !
Reflétez votre père,
Assombris par son ombre indistincte, et dorés
Par sa vague lumière.

Hélas ! Que saurait-on si l’on ne savait point
Que la mort est vivante !
Un paradis, où l’ange à l’étoile se joint,
Rit dans cette épouvante.

Ce paradis sur terre apparaît dans l’enfant.
Orphelins, Dieu vous reste.
Dieu, contre le nuage où je souffre, défend
Votre lueur céleste.



Moi-même un jour, après la mort, je connaîtrai
Mon destin que j’ignore,
Et je me pencherai sur vous, tout pénétré
De mystère et d’aurore.

Je saurai le secret de l’exil, du linceul
Jeté sur votre enfance,
Et pourquoi la justice et la douceur d’un seul
Semble à tous une offense.

Je comprendrai pourquoi, tandis que vous chantiez
Dans mes branches funèbres,
Moi qui pour tous les maux veux toutes les pitiés,
J’avais tant de ténèbres.

Je saurai pourquoi l’ombre implacable est sur moi,
Pourquoi tant d’hécatombes,
Pourquoi l’hiver sans fin m’enveloppe, pourquoi
Je m’accrois sur des tombes ;

Pourquoi tant de combats, de larmes, de regrets,
Et tant de tristes choses ;
Et pourquoi, Dieu voulut que je fusse un cyprès
Quand vous étiez des roses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Victor Hugo (283) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Victor Hugo
https://www.laprocure.com/product/889284/consigny-thierry-leopoldine
Léopoldine Thierry Consigny Éditions Grasset
Lors d'un voyage amoureux en Espagne avec Juliette Drouet, sa maîtresse, compagne de toute une vie, Victor Hugo apprend la noyade de sa fille Léopoldine. Effondré, le poète déserte la plume et Juliette. de ces trois années muettes vont pourtant naître ses plus grands chefs-d'oeuvre, les plus violents aussi. Hugo revient à la littérature avec Les Misérables. Conservateur, il est devenu révolutionnaire. Écrivain reconnu, il est maintenant un génie. Quand Léopoldine se noie, Hugo a 41 ans ; à la mort de sa propre fille. « Lara morte, la tristesse de son absence est aussi la joie de sa présence, à chaque instant. » En père éternellement aimant de l'enfant disparue, l'écrivain d'aujourd'hui jette une lumière resplendissante sur un des plus grands noms de la littérature. La grâce du poème « Elle avait pris ce pli dans son âge enfantin » et l'âpreté des Misérables disent la même chose. Derrière Hugo poète et Hugo révolutionnaire se trouve un seul visage : celui de Léopoldine. ©Grasset
+ Lire la suite
autres livres classés : poésieVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Victor Hugo (niveau facile)

Lequel de ces livres n'est pas de Victor Hugo ?

Les Misérables
Notre-Dame de Paris
Germinal
Les Contemplations

10 questions
1114 lecteurs ont répondu
Thème : Victor HugoCréer un quiz sur ce livre