AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Michka Assayas (Éditeur scientifique)
EAN : 9782020096010
224 pages
Éditeur : Seuil (01/04/1987)

Note moyenne : 4/5 (sur 2 notes)
Résumé :
4ème de couverture
Pourquoi faire revivre Huguenin aujourd'hui, par ce recueil de lettres et de textes inédits ? Parce que sa lucidité déchirée, sa révolte face à l'indifférence, son ardeur, sa violence, sa tendresse sont comme des appels directs à la jeunesse d'aujourd'hui. Cette voix étonnamment proche est celle d'un frère qui nous manquait.
C'est à l'admiration d'un jeune homme de 28 ans, Michka Assayas, journaliste à Libération, que ce livre doit d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
nadejdanadejda   14 mars 2011
Préface de Michka Assayas
J'ai rencontré pour la première fois le nom de Jean-René Huguenin dans les Lettrines de Julien gracq. Il y traçait dans un court texte le portrait de celui qui avait été son élève au lycée Claude-Bernard. Je ne peux m'empêcher de restituer ce texte éblouissant :
"Il avait été mon élève. Mais un élève dont on ne sait rien. (....) Il me semble que chez Huguenin le niveau scolaire se marquait peu. Il y avait quelque chose en lui qui rappelait obstinément le plein vent : ce mouvement de tête fougueux de cheval sans bride, cette voix coupante qui défendait agressivement son quant à soi. Il paraissait plutôt de la race qui brûle ses cahiers et ne s'inscrit pas aux associations d'anciens élèves. (...)
Quand je reçus "la Côte sauvage", j'ouvris le livre et je le lus jusqu'à la dernière page, sans plus m'arrêter. (...)
L'automne, déjà ! --- la note déchirante, panique, de Rimbaud, qui ouvre la plus longue pente de la "Saison en Enfer" --- c'est je cois bien le sujet de ce livre. C'est un grand sujet, c'est-à-dire que ce n'est pas un sujet très neuf. Seulement voici : la mélancolie des vieillards devant les feuilles sèches et la vie qui se fige ne nous retient pas, et cette note ici nous atteint parce qu'elle retentit à l'instant juste où elle est à peine supportable, scandaleuse -- non parce qu'on sait l'auteur si jeune mais parce qu'à chaque page la fraîcheur dure de la jeunesse nous reste aux doigts. Une douleur très simple et non mystérieuse. Mais aussi toutes les complaisances qu'y met le coeur jeune, et l'envie irrésistible qui lui vient de mettre le feu à sa vie, quand il s'aperçoit que le monde autour de lui a déjà commencé de vieillir. (...).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
nadejdanadejda   06 juin 2011
Chaque village de France, ou presque, a son poète inconnu. Des centaines de revues locales, dont nous ignorons l'existence, paraissent tous les mois ou tous les trimestres. Dans ce siècle où règnent la technique et l'argent, des êtres indifférents à tous les gains, à tous les pouvoirs, des êtres dont la seule ambition est de conserver cette gloire secrète -- tellement plus douce que la célébrité : la gloire d'être heureux, la gloire d'aimer le monde -- continuent d'exprimer, pour quelques rares lecteurs, et parfois pour eux seuls, leurs moments de grâce, leurs rencontres avec la beauté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
nadejdanadejda   06 juin 2011
La poésie peut péricliter en tant que genre littéraire, elle n'en reste pas moins vivante au coeur de ceux des hommes qui conservent le sens de la prière. Je ne parle pas nécessairement de la prière chrétienne, mais de ces prières naturelles que sont l'attention, l'imagination, une tendre disposition du coeur, l'aptitude à s'émerveiller. Elle restera toujours nécessaire à ceux pour qui la vie est une raison suffisante de survivre. Une prometteuse aventure, une chance, un bonheur dont il faut témoigner.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
nadejdanadejda   06 juin 2011
L'air salé lui caressait le visage sans arrêt. Depuis le début, il se demandait si le vent s'arrêterait de glisser sur lui car tous les vents ont des sautes de vent, ils tombent parfois, pour se relever plus forts ensuite. Mais pas ce vent-ci ; il était frais, salé, inaltérable. Comme si l'éternité avait choisi cet endroit pour venir s'y assoupir.
Commenter  J’apprécie          60
nadejdanadejda   12 juin 2011
Je crois de plus en plus qu'il y a des choses immuables contre lesquelles le temps ni la mort ne peuvent rien, que ce qui fut intense et grand un seul instant demeure à jamais vivant sur cette terre, et qu'enfin tout ce que nous faisons n'engage pas seulement notre vie, mais la destinée du monde.
Commenter  J’apprécie          50

autres livres classés : autobiographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
976 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre