AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2072853753
Éditeur : Gallimard (22/08/2019)

Note moyenne : 4.1/5 (sur 5 notes)
Résumé :
« C’est pas dangereux par là-bas ? À ton avis, bibi ? Je n’étais pas vraiment au courant du conflit au Sahara occidental avant de traverser la région en autocar. L’ampleur des problèmes de terrorisme dans cette zone du pays n’est pas non plus notoire, si ? Il abaisse ses lunettes fumées avec une emphase théâtrale, et je remarque tout à coup ses yeux bleu-vert, lesquels, entre ses pattes-d’oie, sa peau burinée et sa barbe de trois jours, ressemblent aux lagunes de Da... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Bazart
  20 septembre 2019
On s'en souvient encore fortement : venue d'un peu nulle part, Violaine Huisman nous avait épaté il y a deux ans avec "Fugitive parce que reine", un roman bouleversant largement autobiographique.
Elle y rendait alors un vibrant hommage à sa mère, Catherine, une femme vraiment excessive que les médecins ont diagnostiqué comme "maniaco dépressive", à une époque où on de disait pas encore bipolaires pour parler de ces individus qui alternent périodes d'euphories et séquences de grande dépression et auto apitoiement.
Deux ans plus tard, elle continue la voie de l'auto fiction qu'elle transcende largement par une plume alternant envolée lyrique et sensuelles et confessions très intimes avec ce nouveau roman "Rose désert" sorti pour la rentrée littéraire.
A moins de trente ans, Violaine, narratrice qui fait donc énormément penser à la romancière, quitte New York et l'histoire d'amour toxique qu'elle vivait alors pour partir toute seule dans une Afrique subsaharienne aussi mystérieuse qu'hostile.
"Quand t'es dans le désert, depuis trop longtemps "chantait Jean patrick Capdevielle en 1983 ( je vous parle d'un temps), Violaine Huisman, elle ne chante pas, mais elle écrit et elle se souvient de son passé, histoire d'exorciser ses démons.
Vont ainsi s'enchevréter des fragments du passé , et des souvenirs de ce LUI, charimastique et odieux à la fois, avec ce présent désertique, agrémenté de rencontres souvent d'infortunes avec quelques exilés et expatriés pas toujours bien intentionnés.
La plume de Violaine Huisman, singulière, dure, autant érotique qu'élégante contribue pour beaucoup à faire de ce "Rose désert" une lecture assez saissisante et confirme tout le talent de la jeune romancière...
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Lavieestunlongfleuvetranquille
  04 septembre 2019
Avec "Rose désert", Violette Huisman ne fait pas dans la dentelle ni dans la mièvrerie. Nous sommes loin d'une littérature rose, a fortiori bas de gamme et à la poésie doucereuse.
Au départ, comment ne pas rosir de honte devant l'inconscience et l'inconséquence de l'auteure, en plein road trip solo dans le Sahara, exposée à mille dangers imaginables. Certes, 2007 n'est pas 2019, les risques n'étaient pas les mêmes. Mais ils existaient et la légèreté de sa prise de conscience nous plonge dans des abîmes de réflexion.
Puis nous basculons dans l'intime, dans l'expérience intérieure tellement féminine que vous m'excuserez, par avance, mon manque de subtilité et de connaissance, car parfois le rose m'est venu aux joues...
Violaine perd son pucelage, et sans déflorer le contenu de cette oeuvre biographique magnifiquement écrite, ce moment si attendu ne correspond guère à ses attentes sexuelles dans l'immédiat et à l'image que lui en avait fait sa mère.
Rien de nouveau sous le soleil. Comme beaucoup de jeunes femmes, elle vit les différentes phases de la découverte du monde sexuel avec une personnalité en phase avec son entourage et c'est ici que l'histoire accroche, que son féminisme explose, avec une plume inouïe, sans compromis, d'un verbe jaillissant du coeur et des tripes, rempli d'amour pour sa famille et sa mère, à la fois source de son malheur et de son bonheur.
Avec une lucidité exceptionnelle, elle souligne sans honte ses défauts et ses faiblesses, comme un miroir à ceux de sa mère aimée. Ce qu'elle est, ce qu'elle est devenu, ce qu'elle sera est sans équivoque le fruit de cette filiation, de cette éducation et de cette ode à la vie, ce chant homérique qui l'attire vers des filets vénéneux, non conventionnels et terriblement anxiogènes.
Si rosir de surprise devant tant de talent, rosir de peur devant tant d'inconscience ou rosir de timidité devant tant de sexualité assumée n'ont jamais aussi bien été en phase avec ce deuxième roman de Violaine Huisman, son désert peut être rose, comme l'aurait voulu sa mère, de la même couleur que le lever du jour dans le Sahara, sublime et annonciateur d'espoir et de légèreté, soulignant la beauté et la joie, la féminité et la grâce.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Agathethebook
  25 août 2019
Après Fugitive parce que Reine, autobiographie intense et émouvante sur la mère maniaco-dépressive de Violaine Huisman, l'auteure s'attaque ici à une relation toute aussi fusionnelle et explosive, un homme dont elle était folle de désir et d'amour, hélas à sens unique. Après leur rupture, elle s'est envolée vers le Sahara, effectuer la traversée des déserts de sa vie.
Elle ne s'est pas préparée au voyage, elle atterrit là, au Maroc, sans penser aux précautions d'usage quand on est une femme dans un pays d'hommes… Et si elle était venue ici pour retrouver un peu de « lui » à travers cette culture de la domination masculine ? La jeune femme de trente ans est en manque, prise au piège d'un désir fiévreux, addictif.
Deuxième partie, nous basculons dans une sorte de « Fugitive parce que Reine bis », petit à petit les blessures originelles se rejoignent, car au final les relations que nous vivons sont souvent celles que nous avons déjà vécues. le modèle maternel est une initiation à l'amour et à la découverte de la sexualité ; à travers les hommes de sa mère, Violaine a intégré des schémas, des répulsions et des critères qu'elle ne maîtrise pas. L'objectif de sa traversée du désert est d'ailleurs de rencontrer Adama au Sénégal, le dernier mari de sa mère. Cette rencontre sera plus tard associée à une disparition insoutenable. Comme si les rencontres masculines étaient toujours, inéluctablement, liées aux fuites de sa mère. « Maman », l'objet de ses névroses, devient le point d'ancrage éternel de ses romans.
Je vous invite à découvrir ce livre au romantisme pornographique, dont le style oscille entre modernité crue et envolées lyriques sublimes. Violaine Huisman nous envoûte avec audace et dévotion dans une littérature qu'elle n'emprunte à personne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
AnitaMillot
  21 août 2019
Violaine Huisman m'avait émue, choquée, dérangée, stupéfiée, avec son premier roman autobiographique “Fugitive parce que reine”. Récit dans lequel elle narrait assez crûment les détails ravageurs d'une enfance difficile, auprès de sa soeur Elsa et de leur mère Catherine - au psychisme profondément perturbé.
La voici de retour avec un second opus où elle nous livre - en vrac - ses états d'âme, après la douloureuse rupture d'un grand amour New-Yorkais. Une première partie écrite à la première personne, une seconde à la troisième et pour conclure un épilogue à nouveau rédigé à la première personne. L'auteure va nous promener dans les méandres de ses souvenirs amoureux, pour nous propulser ensuite dans son tumultueux voyage entre le Sénégal et la Maurétanie (on ne comprend d'ailleurs pas vraiment pourquoi …) et nous faire replonger une fois encore dans ses traumatismes d'enfance (tel son père Antoine, son ainé de cinquante ans, marié quatre fois et géniteur de huit enfants, bien plus âgé que sa mère, qui sera longtemps leur “billet de logement”) Pour terminer par le mariage et l'installation de Catherine (sa mère) dans le pays de son époux sénégalais, Adama.
Si l'écriture est percutante, il faut bien reconnaitre que toutes ces confidences parfois impudiques, condensées sur 236 pages, sont un tantinet confuses et - à mon goût - trop intimes pour que le lecteur n'en ressente pas une impression de malaise. On est touché souvent, on compatit volontiers, oui, c'est indéniable. Toutefois, on apprécierait un peu plus de “retenue” devant ce grand déballage décomplexé d'une sexualité qui se devrait plus discrète, qu'il s'agisse d'ailleurs de la sienne ou de celle de sa mère.
Dommage …
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (1)
LeMonde   10 septembre 2019
Le deuxième livre de l’écrivaine affirme sa singularité de style sans échapper à ses obsessions, sans renoncer à l’héritage de cette « reine » que fut sa mère.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
BazartBazart   16 septembre 2019
Mon papa. Soudain je me souviens avec une netteté fulgurante de sa main de géant autour de la mienne, de mes doigts peinant à en faire le tour. Je me remémore tout aussi distinctement le parfum de son eau de Cologne, son menton aux égratignures aléatoires, aux petites touffes intégralement épilées sous les larmes rotatives de son rasoir électrique au cordon tire bouchonné, l'odeur de ses baisers sur mes poignets, ses gencives rincées au bain douche Synthol, le résidu de Bordeaux à la commissure de ses lèvres, son torse nu d'une blancheur étonnante sous sa toison grise....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
BazartBazart   13 septembre 2019
Lui. Lui inventer un nom me parait ridicule, artificiel , emprunté. Lui rendre le sien, déloyal, voire perfide. Quant aux nécessités de la fiction,le nombre de syllabes importe pour des raisons prosodiques, la vraisemblance requiert une cohérence sociale et géographique. J'ai essayé une soixantaine de variations dont aucune m'ont plu. Je m'en tiendrais à lui.
Commenter  J’apprécie          120
AgathethebookAgathethebook   24 août 2019
Je n’avais pas choisi d’être célibataire, je n’avais pas décidé de me faire planter par l’homme pour qui j’aurais vendu mon âme, à qui, un siècle plus tôt, j’aurais sacrifié mon nom et ma réputation, celui pour lequel j’aurais renoncé à mon indépendance, cette autonomie que j’avais pourtant convoitée avec autant de fièvre que j’avais adoré son corps.
Commenter  J’apprécie          30
AgathethebookAgathethebook   24 août 2019
Un parfum entêtant de soufre se dégageait de sa peau ; son contact me rendait combustible. J’aurais voulu brûler vive une fois pour toute et cesser de me consumer à petit feu. Ce désir indomptable que j’avais de lui immolait en moi toute raison, toute pudeur. Je devais le supplier de ne pas me toucher le bras en public pour ne pas avoir à me débattre, in petto, contre l’envie furieuse de me déshabiller sur-le-champ. Je me le serais volontiers coupé, ce bras, pourvu qu’il me fasse l’amour encore une fois, juste une dernière fois, sur la banquette arrière d’un taxi, contre un orme à Central Park, dans l’exiguïté puante et chaotique des chiottes d’un train en marche, derrière l’arche du pont de Brooklyn, dans sa chambre d’adolescent, en équilibre sur un balcon au 19e étage, sous des étoiles brouillés par les gratte-ciel, par terre —carrelage ou graviers qu’importe— de préférence à la lumière du jour, à défaut à celle d’un plafonnier, à bout de souffle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AgathethebookAgathethebook   24 août 2019
C’est en Mauritanie que des chercheurs ont découvert la plus vieille couleur au monde. Un rose profond, issu des pigments de fossiles moléculaires produits par d’anciens organismes photosynthétiques, qui auraient habité un océan disparu depuis des billions d’années.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Violaine Huisman (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Violaine Huisman
Violaine Huisman vous présente son ouvrage "Rose désert" aux éditions Gallimard. Rentrée littéraire Août 2019. Parution le 22/08.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2340823/violaine-huisman-rose-desert
Notes de musique : Youtube Audio Library
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : amours perdusVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Violaine Huisman (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3480 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre