AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782130571155
368 pages
Éditeur : Presses Universitaires de France (15/08/2008)

Note moyenne : 3.81/5 (sur 13 notes)
Résumé :

L'expérience mystique fait encore l'objet d'appréciations contradictoires : certains théologiens la considèrent comme l'unique voie d'accès possible au transcendant, d'autres la réduisent à des phénomènes hallucinatoires ou même à des formes de délire relevant de la psychiatrie (ce sentiment océanique évoqué par Romain Rolland, Freud le considère d'ailleurs comme une pathologie mentale).
Mais de nombreuses personnes ont connu des extases comparab... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
arcade_d
  22 janvier 2019
Michel Hulin veut explorer l'expérience Mystique en le déconnectant de la psychanalyse Freudienne et de l'influence des religions (Bouddhisme, Hindouisme, Chrétiens). Pour cela il utilise un certain nombre de témoignages déconnecté du fait religieux et des causes psychanalytiques.
Ce n'est pas inintéressant, quelques réflexions sont même tout à fait pertinentes, mais je trouve que par moment, cela jargonne et dans ces moments je fus perdu.
Je comprends qu'une personne athée et ne voulant pas faire entrer du divin ou du sacré, ait un désir de spiritualité et d'éveil mystique.
Mais cela se termine par le constat que ces expériences sont associées par cette sortie du temps à quatre éléments fondamentaux :
L'amour
La Joie spirituel
L'émerveillement
La paix
Et que l'on doit se débarrasser de son égo qui est un fardeau.
J'ai trouvé également pertinent la réflexion sur le loisir (otium) ce temps de retrait du monde pour s'adonner à la méditation. Ainsi transformer ses expériences de vie dans le temps en maturité hors du temps et au-delà du « Moi », notre fardeau. (Ne pas confondre le « Moi » et le « Je »).
Le loisir n'est pas le divertissement.
Sur mon blog les croquis-note prisent durant la lecture et quelques citations
Lien : https://tsuvadra.blog/2019/0..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          131
poliphil
  19 juin 2013
Remarquable ouvrage de Michel Hulin qui avec profondeur nous dévoile la naissance de la philosophie sans frontière et merveilleuse, à lire absolument!
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
GeoffreyRobGeoffreyRob   29 avril 2021
Au terme de ces analyses nous espérons avoir suffisamment mis en valeur aussi bien l'incontestable réalité de l'expérience mystique sauvage que son unité profonde sous la variété plutôt déconcertante de ses modes de réalisation. Cette unité est à la fois phénoménologique, thématique et intentionnelle.
Elle est phénoménologique en ce sens que toutes ses occurrences concrètes paraissent se conformer à un même scénario de base : rupture soudaine du cours ordinaire des pensées, perte de tout contact "efficace" avec l'environnement immédiat, angoisse, sentiment d'avoir été catapulté dans un temps, un espace, un univers qualitativement différents, émerveillement, puis retour impromptu vers ce monde et difficile réadaptation aux conditions qui y règnent.
Elle est thématique dans la mesure où s'y donnent sans cesse rendez-vous trois motifs, trois idées-forces interdépendantes : 1 / la révélation écrasante d'une Réalité face à laquelle le monde sensible et l'existence sociale ne sont que théâtre d'ombres ; 2 / l'intégration des hasards et contingences de nos vies dispersées dans une Nécessité qui est en même temps ordre et perfection ; 3 / la conscience qu'un seul et même élan vital, une seule et même émotion éternelle nous anime tous pareillement, depuis toujours et à jamais.
Elle est intentionnelle, enfin, par le fait que, partout et toujours, la clôture sur soi de l'existence individuelle, telle qu'elle s'exprime à travers la scission originaire du vécu en "bon" et "mauvais", a été soit pressentie, soit ressentie, soit reconnue et dénoncée comme l'erreur ou le péché par excellence, cela même qui doit être surmonté pour que la plénitude qui gît en nous apparaisse enfin au grand jour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
enkidu_enkidu_   09 janvier 2015
…cependant, à partir du moment où les hommes ont commencé à soupçonner que des tels moments privilégiés ne leur étaient peut-être pas simplement octroyés par les dieux selon leur bon vouloir mais relevaient aussi d’un certain conditionnement mental et physiologique, il était inévitable qu’ils cherchent à développer de véritables techniques d’extase, aux fins de reproduire à volonté ces états aussi exceptionnels qu’ardemment désirés.

Or ce qui, à juste titre, choque les détracteurs des voies chimiques vers l’extase, c’est le nivellement radical qu’elles paraissent impliquer : l’extase devenant, au même titre, par exemple, que le sommeil artificiel de l’anesthésie, le résultat d’une manipulation appropriée du cerveau humain. Ils mettent volontiers en contraste la facilité dégradante de ces voies avec l’immensité des sacrifices exigés dans les voies religieuses traditionnelles, immensité qui serait seule à la mesure du caractère transcendant du but recherché – à savoir, la Vision béatifique.

On oppose ainsi à la séduction fleurie et menteuse, véritablement satanique, des voies chimiques ou techniques en général, l’austérité sublime des voies ascétiques. (pp. 113-114)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
enkidu_enkidu_   07 janvier 2015
…on a en vue ici, notamment, une certaine ambiguïté qui est au cœur de la métapsychologie freudienne : à un schéma essentiellement symétrique – le grandiose équilibre cosmique d’Éros, la force qui unit, rassemble et édifie, et de Thanatos, la force qui sépare, disperse et détruit – s’oppose un schéma asymétrique – à savoir, le principe selon lequel l’inorganique ou l’inerte est plus « ancien », en tout cas plus stable, plus probable statistiquement, que l’organique, le complexe, le vivant. Or ce second schéma repose sur une intuition fondamentalement matérialiste et réductrice, présente d’un bout à l’autre de l’œuvre freudienne, et qui aboutit, d’une manière aussi logique que paradoxale, à poser que le principe de plaisir lui-même est au service de la pulsion de mort.

Sans chercher, pour l’instant, à porter un jugement sur cette construction, on peut remarquer qu’elle se traduit, à notre échelle tout au moins, par un privilège évident de la destruction sur la construction. Si les conduites humaines les plus inspirées par l’Éros sont en même temps secrètement animées par une nostalgie du repos, de la non-souffrance, de l’anéantissement, cela implique que sadisme et autodestruction gangrènent le désir, tout désir, et que la vraie paix à laquelle nous aspirons est celle des cimetières.

On comprend alors que Freud, comme s’il devait inévitablement reculer devant les conséquences de ses propres découvertes, se soit mis en quête d’antidote, de moyens artificiels de rétablir, dans l’existence sociale, un certain équilibre entre Éros et Thanatos. (pp. 32-33)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
arcade_darcade_d   16 janvier 2019
Ce qu'il y a de diabolique dans la drogue, c'est sa capacité à mimer le résultat d'une ascèse. L'homme abusé par la drogue est semblable à un acteur qui jouerait sur la scène le rôle d'un saint et s'identifierait à son rôle au point d'oublier, le temps de la représentation, la médiocrité de sa vraie personnalité et de se sentir l'âme d'un saint. La drogue laisse entrevoir à l'homme ce qu'il "pourrait" devenir, mais elle le fait toujours sur un mode hallucinatoire, en escamotant à ses yeux l’immense distance qui le sépare encore de cette possible version glorieuse de lui-même. S'abandonner à la drogue, c'est donc en un certain sens, vivre à crédit. C'est goûter dans l'immédiat des jouissances aux-quelles on n'a pas droit, qu'on n'a pas "méritées". Mais tout se paie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
DanieljeanDanieljean   14 août 2020
Les psychologues, d’abord aux États-Unis puis en Europe, ont pris l’habitude de ranger sous cette appellation collective une multitude, à première vue très hétéroclite, d’états mentaux : y figurent aussi bien la transe médiumnique que l’état intermédiaire entre veille et sommeil, la possession rituelle, l’orgasme, le « rêve lucide », l’impression de quitter son corps, les visions de l’agonie, les effets des hallucinogènes, etc. Dans tous ces états, cependant – et c’est là leur dénominateur commun –, « le sujet a l’impression que le fonctionnement habituel de sa conscience se dérègle et qu’il vit un autre rapport au monde, à lui-même, à son corps, à son identité » .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Lire un extrait
Video de Michel Hulin (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Hulin
La querelle brahmanes-bouddhistes à propos du Soi Emission Sagesses Bouddhistes du Dimanche 26 juillet 2009
autres livres classés : philosophieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
350 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre